jeudi 18 avril 2013

No comment

10 commentaires:

  1. Avec le sous-titre: "Comment choisir son MBA"

    paradoxe!

    RépondreSupprimer
  2. J'adore le petit détail qui tue: "Comment choisir son MBA".Nan c'est vrai un révolutionnaire sans MBA c'est vraiment la loose....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le coup du MBA... ça tue !!!! :-)

      Supprimer
  3. Avec nos peuples gras et mous, nourris aux subventions, avachis devant leur téléréalité, nous sommes très, mais très loin de 1789.

    Et les quelques rebelles bien au chaud derrière leur clavier n'y feront rien.
    Et il y a beaucoup trop à perdre.
    Et aucune alternative séduisante n'est là pour motiver à un quelconque sacrifice.
    Et nos maîtres verrouillent toutes les voies.

    Donc le déclassement sera progressif, avec sans doute quelques heurts sans suite pour amuser la masse. Du pain mais des jeux!

    Et pour ceux qui y croient encore, regardez les autres. Espagne, Grèce, Londres, Portugal... 30% de chomage, -30% de salaire, quelques pavés et puis s'en vont.

    Allez promener vos enfants au parc et profitez du printemps braves gens, le reste, ce rêve d'une remise à zéro qui amènerait un paradis sur terre a été mille fois raté, le temps court, vive la vie!

    RépondreSupprimer
  4. Prend ses désirs pour des réalités, Le Point.
    Où sont les Rousseau, les Voltaire, les Montesquieu pour porter les idées ?
    Où sont les Danton, les Marat pour galvaniser les foules ?
    Où est la famine ?

    Laisse tomber.
    La période Sarkozy a démontré comme le magma consumériste était aisément malléable et canalisable.
    La foule est comme un junkie en sevrage de ses biens de consommation courante. Il est énervé, mais dans le fond il sait bien que la fête est finie.

    On abattrait Hollande, mais pour mettre qui ?
    Pour quoi ?
    Ca changerait vraiment ?
    Plus personne n'y croit.

    Ca fera comme en 81.
    - ça va râler
    - ça va être déçu
    - ça va revoter à droite pour se dire qu'au fond c'est pareil voir pire
    - et nouveau cycle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exercer le pouvoir serait un privilège d'une élite ?

      Vous auriez besoin d'un rattrapage de cours d'histoire ?

      MUSSOLINI : une vue de l'esprit ?

      HITLER : un détail de l'histoire ?

      STALINE : le petit frère des pauvres ?

      MAO : le grand frère de mon cousin éloigné ?


      Donc, pour tous ceux qui ont des problèmes de mémoires, il faut bien se rappeler que nous sommes (R.C.M. / réponse à choix multiples) :

      - dans un état d'urgence.
      - dans un état stationnaire.
      - dans un état de rupture démocratique.

      Bref, il y a un grave problème en France, car rien ne va bien.

      Supprimer
    2. Comparaison n'est pas raison, et l'Histoire ne se répète mais, même s'il lui arrive de balbutier.

      Le communisme est en faillite : exit Staline et Mao.
      La dictature de droite a trouvé sa place soit par surprise (Franco) soit sur la base d'un affaiblissement démocratique (Hitler et Mussolini).

      On pourrait donc faire un parallèle par là, et le côté anxiogène des crises vous donnera raison : les moutons s'attroupent autour du berger. Et ils veulent un berger fort.
      Mais ils veulent un berger bienveillant. Ils se sont déjà fait avoir le siècle précédent ; ils n'ont pas oublié.

      Donc exit le berger Le Pen.

      Un berger De Gaulle serait élu haut la main.

      Mais il n'y en a plus aucun à l'UMP...

      Alors ça va alterner, pendant que Bruxelles prendra les décisions importantes. La politique française n'est plus là que pour amuser la galerie. Le pouvoir véritable, désormais, s'exerce hors de son champ.

      Supprimer
  5. Belle synthèse en effet. Moi je fais des phrases plus courtes, voire juste un simple mot : "veaux".

    Cycle.... 2014 les veaux voteront tout naturellement "UMP" car ils seront "mécontents".

    Comme en 1981, 1988, 1995, 2002, 2007, 2012. A chaque fois "mécontents", enfin "cons" tout court.

    La roue tourne... sur elle-même toujours.

    Anyway, une news qui me semble importante dans le cadre du "pain, jeux et baston" :

    http://tinyurl.com/d2rz586


    Le Sénat US va donner.... un p'tit coup de pouce à Israël en vue de la baston avec l'Iran.

    Oh ben zut alors, c'est trop Calimero. On attend avec impatience la réaction des De Defensa, Meysan et autres illuminés du "déclin US", de l'abandon d'Israël, de la Russie et de la Chine qui tiennent en respect les USA, de l'impuissance des USA, de la résistance héroïque de la Syrie et de l'Iran, etc.

    Ca va leur faire tout drôle...

    L'épilogue se rapproche pour deux raisons fondamentales :
    -le délai technique (l'Iran progresse)
    -la nécessité qui devient urgente de créer l'"évenement exogène", face à une récession qui tourne à la dépression

    C'est ce dernier point que les crétins refusent de comprendre. On ne fait pas la guerre par caprice, par accident.

    Mais par nécessité.

    Et en 2013, cette "nécessité" va devenir réellement très, très pressante...

    RépondreSupprimer
  6. Il ne faut pas accorder beaucoup d'importance à cette couverture. Ils font juste ce qu'on appelle un marronnier.

    Le Point sait que ça va bien se vendre (comme les prix de l'immo, qui est le graaaand classique du marronnier), donc il sorte ce thème. Il referont le même écrit différemment dans quelque semaines. Et c'est tout.

    Quand au fond, les révolutions sont le fait de société jeune et démographiquement en expansion (comme souvent les guerres de conscription). Donc pardon, mais ce truc de révolution, éternel fantasme serpent de mer français, d'ailleurs souvent de soixante huitard gavé à l'immo et à l'assurance vie, ca fait un peu sourire.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.