mardi 2 avril 2013

Retraites : les fonctionnaires se gavent

Retraites : les fonctionnaires se gavent
Libertarien TV via France 2, 01/04/2013 (en Français texte en français )


Notez tout de même que ce sont ceux qui défilent systématiquement derrière les drapeaux rouges contre les salauds de riches qui ont les plus grasses retraites.

Et ça vient encore confirmer la conclusion à laquelle j'en étais arrivée comme quoi les deux déciles les plus riches de la population sont massivement constitués de fonctionnaires et semi fonctionnaires...

Et que donc, non contents d'avoir fait de la dette pour se surpayer, il y a toutes les chances pour que ce soit eux en plus qui la détiennent...

Vivement la faillite !

76 commentaires:

  1. La palme des privilèges de nos fonctionnaires réside dans les majorations de salaires, et de retraite, dans les DOM.

    Coût pour les finances publiques : 2 milliards par an !...

    RépondreSupprimer
  2. comment peuvent-ils se regarder en face !!!


    chiffres a apprendre par coeur pour leur balancer a chaque fois qu'on croise ces parasites.

    http://yoananda.wordpress.com/2013/02/17/les-ponctionnaires-de-letat-obese-sont-un-probleme-pour-la-france/

    extrait :
    Donc pour résumer :

    statut protégé (de la précarité)
    salaires élevés
    retraites indécentes

    en retour comme service nous avons

    école publique qui sombre (a laquelle ils échappent grâce a leur argent)
    insécurité (que eux ne subissent pas)
    soutient inconditionnel a l’immigrationnisme (que eux ne subissent pas)
    soutient inconditionnel à l’Europe (que eux ne subissent pas)
    complexité administrative et immobilisme depuis des années

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De quoi ? T'avais qu'a passer le concours au lieu de te plaindre !

      Supprimer
    2. avec ce genre de commentaires, nul doute que tu pratiques l'ufologie !!

      Supprimer
    3. Le statut protégé, c'est un peu le privilège de tous ceux qui se vendent à une organisation puissante: église, grande entreprise, mafia, armée, état.
      Et puis merde ! Qui ne cherche pas à se protéger ? Dans le privé, la protection c'est "l'employabilité", la valeur sur le marché du travail. Et comme beaucoup s'estiment meilleurs que les autres, ils se sentent protégés par cette conviction qu'ils s'en sortiront toujours... jusqu'au jour où...
      Ne croyez-vous pas que si l'on donne pour but à la société de maximiser le bien-être, le sentiment de sécurité est un grand pourvoyeur de bien être ? Et ce n'est alors peut-être pas si cher payé...
      Mais oui, plutôt un revenu minimum pour tous qu'une armée soviétoïde fonctionnarisée... ou pourquoi pas, pour commencer, un salaire unique dans la fonction publique, fixé par exemple au revenu médian ? Parce que quand ceux qui sont "à votre service" vivent mieux que vous, c'est qu'on est en face d'une mafia...

      Max

      Supprimer
    4. Mdr, du grand Yoananda !

      Les flics, les profs, pompiers et le personel medicale qui se frappent les racailles des banlieues, c'est sûrement pas des fonctionnaires ...

      Bienvenue dans le monde de yoan et des autres où tous les fonctionnaires tamponent des papiers dans les bureaux ... et puis miracle, il y en a un qui meurt aux commandes de son helico au Mali, c'est fou ce qu'on peut faire avec un tampon !

      Supprimer
  3. la prochaine étape pour que les rentiers aristocrates en nombre inimaginable fonctionnaire a la retraite ainsi que leurs frères de sang du privé et des retraites complémentaires qui ne suffisent plus à alimenté les 1ers vont spolier les générations précédente directement à la source sur le compte en banque.

    > perso je suis prêt à tuer frénétiquement.

    RépondreSupprimer
  4. Les deux déciles les plus riches, des fonctionnaires ???

    Hey Tonio, tu peux chercher des responsables si tu veux, mais là c'est juste risible... Tu crois que la vieille Betancourt est fonctionnaire ? Et ceux qui sont aux commandes du Cac 40 dans les conseils d'administration, tu crois qu'ils sont fonctionnaires ? Un haut fonctionnaire gagne bien sa vie, mais c'est rien du tout comparés aux plus riches ! Non mais sans déconner... Toi qui habite dans le sud ouest, tu connais Guyenne et Gascogne ? Par exemple ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, les 2 déciles.

      20% de la population.

      Les fonctionnaires ne sont pas certes les plus riches, mais ils composent quasiment une grosse moitié du 10-20% les plus riches, quand ils sont 20% de la population.

      Et surement aussi un bon quart du décile le plus riche, au dessus de 5000€.

      Supprimer
    2. Effectivement si la lutte de ce blog c'est celle du décile 8 contre les déciles 9 et 10... c'est vraiment débile de diviser les français comme ça en désignant une pseudo aristocratie parce qu'elle gagne quelques euros mensuels de plus... Si tu étais un peu plus conséquent tu comprendrais que la lutte c'est celle des 99 premiers centiles contre le dernier pour reprendre ta terminologie. Parfois en lisant ce blog j'ai l'impression de réentendre Hollande qui disait "ces salauds de riches qui gagnent plus de 4000 euros par mois". On rigole...

      Supprimer
    3. Salauds de riches qui gagnent moins que nous, hein mon Tonio.

      Les chiffres bruts sont toujours à manipuler avec prudence. Qui oserait croire que les commerçants retraités vivent réellement avec 383 € par mois ? Ayant dans ma famille des retraités fonctionnaires, commerçants, salariés du privés et agriculteurs (comme un peu tout le monde), je t'assure que les mieux lotis sont les commerçants, puis les issus du privés et du publics dans un mouchoir de poche, puis les agriculteurs. La différence ? Les revenus du capital, les commerçants en ayant bien plus accumulé que tous les autres réunis.

      "Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées", comme dit le proverbe.

      Supprimer
    4. Les 1 % ça fonctionne qu'aux US...explique lui Tonio, il est usant lui

      Supprimer
    5. "Les 1 % ça fonctionne qu'aux US"

      Ben voyons, ça fonctionne partout sauf en France.

      La différence entre les US et la France, c'est qu'en France dès que tu fais partie des ... disons à la louche 3%, c'est :
      - direction la Suisse,
      - fraude fiscal,
      - montage dans des paradis fiscaux.

      Le tout avec la bénédiction des politiques (on sait mieux pourquoi).

      Donc si tu enlèves les 3% les plus riches qui se barrent ou se planquent, c'est sûr que le 97% sont sensiblement moins inégalitaire que les 100% aux US.

      Supprimer
  5. Vous êtes graves, vous les libéraux...

    Tonio, tu veux savoir où et le pognon en France ? C'est pourtant pas compliqué :
    http://www.challenges.fr/classements/fortune/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! En sommant tout ça, à la louche, t'arrives à 270 milliards d'euros...

      Sur les 16 000 milliards de patrimoine français...

      Y'en a marre de votre diversion permanente sur les "salauds de riches".

      Supprimer
    2. Ce n'est pas la question de la fortune, c'est la question du mérite.

      Les riches qui ont monté des entreprises et fait bosser des milliers de personnes, ils méritent leur argent.

      Les fonctionnaires : NON !

      Un point c'est tout.

      Il suffit de mettre en regard les sommes versées et le service rendu à la nation. Les fonctionnaires ont volés les travailleurs, les créateurs de richesses (pauvres ou riches) grâce a la ruse et l'inflation administrative, et la prise d'otage des gouvernements (gréves récurrentes pour obtenir des avantages de caste et non pas pour l'ensemble de la nation, ce qui aurait été républicain).

      Les fonctionnaires sont la plaie de cette nation plus que tout autre.

      Supprimer
    3. Et les milliers de personne qui ont bossé pour les premiers, ils méritent quoi ? Smic+ et chômage ?

      Ce n'est pas les fonctionnaires qui sont trop payé, c'est les gars du privé qui se sont fait niquer leurs parts du gâteau.

      Vous êtes entre l'enclume des minables qui vivent de l'aide sociale et les klepto qui vous tondent en montrant du doigt les fonctionnaires.

      Ok baissons de 500 euros les salaires des fonctionnaires :
      1. Vous aurez moins de travail car ça fera des clients en moins,
      2. Il y aura plus de chômage,
      3. Ben, c'est la loi du marché : vos salaires baisseront encore, plus il y a d'offre, plus le prix baisse.

      Mais vous serez content, vous vous sentirez moins seul dans l'appauvrissement généralisé.

      Supprimer
    4. @ yoananda

      Arrêtes tes caricatures. Il y a plein de fonctionnaires qui sont méritants (qui sont employés à faire un truc utile et qui le font bien): médecins, policiers, juges, enseignants... Il faut savoir ce que tu veux: si t'es contre le travail au noir des immigrés, t'as besoin d'inspecteurs du travail.

      Oui, il y a aussi des branleurs ou des tamponne-papiers sur des emplois bidons. Mais il y en a quelle proportion? T'as des chiffres. J'te parie que la proportions de parasites dans le public doit être la même que dans le privé. Parce que t'oublie un peu vite les parasites du privé: banquiers, agents immobiliers, marketeux, consultants, commerciaux... et sans parler des rentiers, des retraités papy-boomers et des héritiers. Et comme pour les fonctionnaires, t'es aussi obligé de filer ton blé. Là-dedans t'en a plein qui sont vachement moins méritants que le fonctionnaire qui ramasse tes poubelles ou le flic qui doit se coltiner la racaille de banlieue.

      Supprimer
    5. "Y'en a marre de votre diversion permanente sur les salauds de riches".

      Ta haine des fonctionnaires t'aveugle, c'est pas toi qui dénonce à longueur de blog les bankster et les kleptocrates :

      "Une kleptocratie est un terme péjoratif désignant un système politique où une ou des personnes à la tête d'un pays pratiquent à une très grande échelle la corruption.
      Généralement, ces personnes pratiquent le blanchiment d'argent, de manière à dissimuler l'origine de leur richesse."

      On est tout de même assez loin de la définition d'un fonctionnaire et assez proche de l'oligarchie au pouvoir qui ne font rien contre le système financier, ni les paradis fiscaux.

      Et si ton argument c'est de dire que les fonctionnaires en votant à gauche protège le pouvoir des klépto, au cas où ça t'aurait échappé, on a eu la droite pendant 10 ans.

      Le complot fonctionnaire/gauche ne marche pas trop bien, c'est le moins que l'on puisse dire.

      Supprimer
  6. A bas l'aristocratie !!! Qui aurait dit que les aristocrates du XXIe siècle gagneraient 2200 euros par mois ? Jacques Attali, Lakshmi Mittal ou Bernard Arnaud et doivent se marrer en lisant ce blog... C'est beau de voir le peuple s'entredéchirer pour quelques miettes...
    J'attends aussi le premier qui résoudra l'énigme de l'effondrement du nombre de candidats aux concours des profs (ces aristocrates nantis ultra privilégiés qui se gavent).
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair, mort de rire, les petits se tire dans les pattes pour des miettes.

      Ben oui les gars, sortez vous les doigts comme dirait Toni, faites des études et passez des concours puisque c'est la vie de château.

      Je vous laisse la place, très peu pour moi ...

      Supprimer
    2. Normal :

      Les mecs qui tentent le concours de prof sont souvent des ingés et des docteurs sur la carreau, ou des gus qui ne savent pas quoi faire de leur vie.

      Pourquoi ? parce qu'il faut supporter les wesh, et que c'est un boulot moralement minant et mal payé (comparez les 1600 nets du prof avec les 2500 de l'informaticien de la BF).

      Sauf pour les filières techniques, où il y a une vraie sélection. Normal, il y a moins de weshs.

      Peste et coryza.

      Supprimer
  7. La France c'est comme les rillettes Bordeau-chesnel, "nous n'avons pas les mêmes valeurs" !!!
    Enfin je devrais peut être dire Bordeaux-Chanel-Hallal ?

    plus tendance, puisqu'ils font des rillettes de poulet ! Le cochon c'est démodé...

    RépondreSupprimer
  8. La solution à ce merdier est pourtant simple.

    Interdiction de faire carrière dans la fonction publique. Chaque français donne 5 ans de sa vie (nombre d'année à définir suivant les besoins) au service de l'état et en contrepartie suppression de l'impôt sur le revenu. Ainsi chaque français qu'il soit riche ou pauvre payera la même chose (égalité devant l'impôt) c'est 5 ans... les ceusses qui veulent la nationalité française... aucun problème... C'est 5 ans. Suppression aussi de l'armée de métier (Sarko et Hollande ne pourront ainsi plus aller faire joujou aux quatre coins de la planète... Quand ce seront des appelés les mères de France viendront leur botter le cul s'ils osaient simplement les envoyer à l'étranger). Plus de retraite de la fonction publique... Vous avez le reste de votre carrière 35 ans pour vous la faire votre retraite... Plus de possibilité de se trouver un fromage au frais de la princesse, de placer les copains, les copines, la famille... Tu veux gagner de la thune : va dans le privé... No souci... La carrière est grande ouverte.

    Je ne vois que des avantages à ce système...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal comme idée. Mais il faut voir pourquoi ils ont créé les fonctionnaires au départ. Je ne me souviens pas bien, mais c'était pour une question de stabilité politique je crois (en gros on achète tout un paquet de gens pour garantir d'avoir une armée qui le défende bec et ongles, comme on le voit ici d'ailleurs).
      Je ne sais plus pourquoi ils en étaient arrivés la, mais il faudrait retrouver l'origine pour savoir quel problème les fonctionnaires étaient censés résoudre, et voir comment on peut le résoudre autrement.

      L'idée des 5 ans a un défaut : tu n'auras que des incompétents ...
      Tu me diras, ca ne changera pas grand chose à la situation actuelle ... c'est vrai, mais il faut réfléchir a avoir quand même des gens expérimentés.

      Supprimer
    2. Une chose est sûre : quand la France aura sombré, et après "le grand ménage" qui arrive, il faudra réfléchir a un nouveau statut pour les fonctionnaires, comme le CNR avait fait a son époque, mais cette fois, ce sera pour se protéger d'eux, empêcher qu'ils métastasent dans la société et ne la gangrènent.

      Supprimer
    3. C'est assez séduisant comme concept. On pourrai même dire que beaucoup de carrières devraient se terminer dans la fonction publique. Cela coupera court aux concours d'entrée et à cet éternel conflit public/privé.

      Supprimer
    4. J'adore ce pseudo-survivalisme béat : "quand la France aura sombré" etc. Mais la France ne sombrera JAMAIS !! Dans le pire des cas, vraiment dans le pire des cas, on retiendra 30 à 50 % des dépôts et la fête continuera. Tu peux collectionner les couteaux et les sacs à dos en attendant, ça fait marcher le secteur de la rando.

      Supprimer
    5. Cette idée de "service national étendu", je la trouve très intéressante... NON à l'armée de métier ! NON au fonctionnaire à vie ! NON aux professionnels de la politique !

      En bref, NON à la délégation de la souveraineté du peuple !

      Max

      Supprimer
    6. Réforme marianique dans l'armée romaine par le consul Caius Marius en -107.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9forme_marianique

      Supprimer
  9. En tout cas, les jeunes fonctionnaires auront une retraite de misère comme les autres...dans 20, 30 ou 40 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas sur, puisqu'ils disent être "au service de la nation", il faudra peut-être qu'ils le prouvent par, certes, un statut protégé, mais aussi par une abnégation dont le salaire amoindri (par rapport au privé sur le dos duquel ils se nourrissent) sera le gage d’honnêteté.

      Supprimer
  10. Ce que je trouve le pire chez les fonctionnaires c'est leur semi-intelligence. Diplomés certes, instruits, mais pas intelligents. Ce qui est un vrai fléau car ils ont assez d’intelligence pour "dominer" les foules, mais pas assez pour les guider dans la bonne direction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi intelligent que si je disais que toutes les yoananda etaient des breles. Vous m'aviez habitue a plus de profondeur dans vos reflexions.

      Supprimer
    2. "les fonctionnaires c'est leur semi-intelligence"

      Tu as vraiment du mal avec les individualités.

      La vie est simple pour toi, tu fous des gens dans des cases et tu les juges globalement et allons-y : les juifs, les arabes, les fonctionnaires ... les trolls.

      Et à l'aide de ces raisonnements délirants et de deux ou trois instants de lucidité, tu nous balances tes conclusions absurdes :

      "Diplômés certes, instruits, mais pas intelligents"

      Tu penses vraiment qu'avec les trois, quatre connaissances parcellaires et mal comprises de l'économies, tu peux te permettre de porter un jugement sur un masse de plusieurs millions de personne ?

      Que tu te poses des questions, que tu cherches la vérité, c'est tout à ton honneur mais un peu de modestie b....l !

      Supprimer
    3. yoananda, c'est dommage que vous ayez abandonné votre avatar d'Omer Simpson radiographié, ou l'on voyait très bien son tout petit cerveau. C'était bien à votre image.

      Supprimer
    4. Y a-t-il un seul moment dans la vie ou la préparation d'un concours ne sanctionne pas le plus absolu conformisme ?

      En poussant plus loin, l'école, loin de faire s'épanouir les talents, ne permettrait la "réussite" que de ceux qui ont déjà intégré tous les diktats de la culture dominante... et renvoyant ceux qui n'y adhérent pas à l'échec scolaire, donc la relégation économique, donc sociale, avec, cerise sur le gâteau: ce n'est pas la société qui t'as rejeté, c'est toi qui est défaillant, c'est ta faute, retourne donc le mal-être généré par cette situation contre toi-même...

      Bref: reproduction sociale, mais masquée par le fait que chacun a eu sa chance et donc la neutralisation des perdants par la culpabilisation...
      Avec comme kapo / exécutant / chair à canon le professeur fonctionnaire en première ligne... mi complice, mi victime...

      Max

      Supprimer
    5. Espèce de truffe. Ce n'est pas le fonctionnaire qui a décidé de la politique de la France, mais les politiciens que les Français ont élus. Donc le responsable, c'est toi, pauvre poire.

      Ton commentaire montre bien que tu es aussi stupide que la plupart des Français. Comme les fonctionnaires sont des Français, il n'y a rien d'étonnant à ce que la majorité d'entre eux ne soit pas composée de lumières.

      Supprimer
  11. Hé Tonio, tu m'étonnes. Finalement pour toi France 2 devient une source fiable quand elle corrobore des préjugés. Tu trouves que c'est sérieux comme exposition de chiffres ? Tu trouves pas bizarre que pour les privés, on fasse la distinction entre les cadres et les employés/ Ouvriers (Qualifié ou pas, le gars, il sait pas...) ?
    Chez les fonctionnaires, y a aussi tous les niveaux ( équivalents ouvriers, cadre...), pourquoi ne pas les distinguer !! Il y a même un grand nombre de niveaux différents.

    Julien P. (un employé du privé qualifié mais pas cadre)

    RépondreSupprimer
  12. De toute façon c'est foutu.... Les psychopathes qui servent d'élite aux peuples ont gagné c'est évident... Et si il y a bataille ce sera horizontal..... On va l'avoir leur meilleur des mondes.. Le temps des démocraties est bientôt terminé. Voici venue l'ère des ténèbres.

    RépondreSupprimer
  13. Ca vole vraiment très bas les commentaires. On sent vraiment la rancoeur des gens jaloux et la victoire de ceux qui veulent diviser en nivelant par le bas. Prenez l'exemple des agriculteurs ou des commercants :- cela ne fait que peu de temps qu'ils dont obliges de cotiser. Et encore, les commercants quand ils déclarent ce qu'ils veulent bien. Pas de cotisation, pas de retraite.
    Comme ma belle-mete. Elle a travaille 5 ans dans toutes sa vie et elle rale parce qu'elle ne touche pas de retraite. C'est sur que comparé a un fonctionnaire qui a travaille toute sa vie, vous pesterez comme des veaux abreuves a Tf1. Prenez un peu de hauteur et rappelez voys que la 1ere chose qu'on apprend en statistiques, c'est qu'il y a 3 types de mensonges :- les petits, les gros et les statistiques

    RépondreSupprimer
  14. yoananda dit : "Mais il faut voir pourquoi ils ont créé les fonctionnaires au départ. "

    Très simple, fonctionnaires = citoyens romains avant l'édit de Caracalla = petite noblesse + clergé au Moyen-Âge = cosaques russes = janissaires chez les ottomans = paysans moyens et petits bourgeois aux XVII et XVIIIème siècle.

    Si on part du principe que tout système de domination est injuste et instable, ce n'est en fait qu'un accaparement, direct ou indirect, de la puissance publique, gage de légitimité populaire, par une caste qui cherche à assurer la reproduction de son pouvoir dans le temps, alors l'existence des fonctionnaires est nécessaire. En effet, la classe klepto est trop restreinte pour établir une domination sociale durable, d'autant plus que dès la deuxième génération la dégénérescence des enfants pourris apparaît. Elle a besoin de se constituer une garde, protégée des effets néfastes sur le reste de la population des politiques qu'elle met en oeuvre pour son profit propre, suffisamment nombreuse pour constituer une base sociologique empêchant des basculements trop fréquents.

    Le calcul est le suivant :
    au lieu de prendre 100 sur 10 ans, le 0,1 pour cent de la classe klepto décide de prendre 50 et d'en reverser 50 à 10 pour cent de la population pour 100 ans. Le temps que d'autres types de contradictions internes au système et insurmontables apparaissent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Je ne pars pas du principe que tout système de domination est injuste et instable, mais qu'il peut le devenir (et objectivement fini toujours par le devenir !)
      La domination par le mérite, l'effort, le travail, la créativité n'est pas injuste a mon sens.

      Cependant, hormis ce petit détail, je suis d'accord avec vous. Oui, il se pourrait bien qu'il y ait une "mécanique" de dégénérescence intégrée du fait que les méritants se retrouvent avec des enfants privilégiés qui eux ne cherchent plus le mérite, mais juste à profiter et à préserver par la ruse, provoquant ainsi des cycles.

      C'est une idée intéressant. Il faudrait voir dans quelle mesure elle est valable, mais elle semble pleine de bon sens.

      Supprimer
    2. La domination par le mérite, l'effort, le travail.... n'a jamais existé.
      La domination, ça se fait avec des muscles et/ou du réseau, rien de plus. Le but est la reproduction sociale, pas de partager la bonne soupe en faisant monter le niveau des gueux.

      Et pour conserver cette gamelle, on met en place une clientèle qui en croque et qui en échange se charge de perpétuer l'ordre en place.

      La clientèle est aujourd'hui autant dans la FP (où concours et copinage sont rois) que dans le privé (où le réseau/piston est roi), bien protégés par les CDI et la titularisation. Il suffit de regarder le patrimoine, le statut et la feuille de paye pour différencier ceux qui en croquent des manants.

      Les grands perdants, ce sont les contractuels de la FP, les CDD/intérimaires, payés au lance pierre, du privé comme du public. Sachez relativiser.

      Les perdants au sens large ne sont pas si nombreux que ça finalement...

      Peste et coryza

      Supprimer
  15. 1575 euros pour les cadres du privé ... avec AGIRC ??? mon oeil !!!

    RépondreSupprimer
  16. Il y a fonctionnaire et fonctionnaire. Moi je reproche à Tonio de mettre tous ces gens là dans une même case.
    Qu'on commence à taper sur les conseillers territoriaux et autres planqués. Quand à l'inégalité des richesses, on sait bien qu'elle ne se situe pas là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meuh non, il n'y a pas d'inégalité des richesses en France.

      Y a qu'a voir Tonio avec son diplôme, il y a 20 ans, il aurait gagné 3500/mois et ceux qui sortent aujourd'hui sont à 1600/mois.

      Pourtant le PIB est bien là malgré les fuites énormes : Exile, fraudes, paradis fiscaux.

      Tous va bien, d'ailleurs, la France mérite le PIB du Vietnam, car on a aucun atouts. La France n'a aucune infrastructure et ne comprend rien aux BTP, à l'industrie aéronautique, spatiale, automobile, nucléaire, pétrolière, militaire ...

      Juste un truc, à part l’électronique grand public, qu'est-ce qu'on ne sait pas fabriquer en France ?

      Supprimer
    2. C'est drôle : il y a quelques sujets où les trolls et les passions se déchaînent.

      Les fonctionnaires est sans doute le plus brûlant (avec immigration, retraites).

      Les fonctionnaires sont la plèbe stipendiée, les moines soldats, les kapos du Système.

      Le tout est enrobé de "public", alors que l'"Etat" n'est qu'une puissante mafia privée, déguisée sous les oripeaux du "public".

      Ce qui est fascinant, car basé sur l'humain, c'est la fin inéluctable de ce genre de Système. L'histoire de montre.

      Les hommes sont tellement greedy, qu'ils poussent la tonte trop loin... et finissent par faire rompre la branche sur laquelle ils sont confortablement assis.

      Dans notre cas, c'est exactement cela. La mafia "publique"... devient trop visible, trop injuste, elle vit trop aux dépends des esclaves privés.

      Conséquence : ce système va voler en éclat. Et les fonctionnaires passeront à la casserole.

      Ils commettent le péché d'orgueuil, se croit à l'abri, puisque kapos du Système... Lourde erreur.

      Il n'y a plus d'argent.

      Vous n'échapperez pas au Grand Appauvrissement Collectif. Et cette perspective est réjouissante.

      Comme Cahuzac... vous ravalerez vos mensonges, vos haines recuites, vos idéologies, et surtout vos privilèges.

      Supprimer
    3. Tout à fait, mais il n'empêche qu'il y a un dysfonctionnement qui se voit au niveau MACRO, global.
      Ca ne veut pas dire qu'il faut mettre tout le monde dans le même sac, par contre, pour rentrer dans le détail, c'est a l'état et aux fonctionnaires eux même de faire leur propre ménage. Pas aux autre de leur dire comment faire et quoi corriger, ni qui virer ou sanctionner, ou quels salaires/pensions revoir.

      Par contre, il est important de dénoncer l'inefficacité globale : l'état est en faillite, il coûte trop cher, et ne remplis plus ses fonctions, ou de moins en moins bien, pour un coût de plus en plus élevé (autant financier qu'idéologique ou moral).

      L'état était censé être la "solution", il est devenu le problème !

      Supprimer
  17. En tant que Fonctionnaire d’État (et libéral convaincu...oui je sais...), responsable d’une petite cellule de quatre personnes dans laquelle deux personnes compétentes et travailleuses pourraient suffire, j’abonde dans le sens de Disco.

    Pour moi deux priorités se dégagent immédiatement (le seul problème étant que faire mine de s’attaquer à la moitié de l’une d’entre elles conduirait le pays à la paralysie totale) :

    - redéfinir le périmètre d’intervention de l’État (conserver ce qui fait partie du régalien et virer le reste au privé) ;
    - redéfinir la politique sociale (Allocations, Retraites, Sécurité Sociale...) ;

    Juste pour mémoire et pour bien savoir de quoi on parle (en 2011) :

    Prestations sociales : 46 % du budget de l’Etat ;
    Dépenses de fonctionnement : 34 % du budget de l’Etat.
    (Et en passant, Investissement / 6 % du budget de l’Etat....)

    source : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2013/rapport_depense_2013.pdf


    S’attaquer aux retraites, à la Sécu et aux branlos de la fonction publique qui n’ont rien n’à y faire, c’est s’assurer un équilibre budgétaire. Malheureusement, 40 ans de socialisme de droite comme de gauche ont ôté toute forme de raison au bon peuple de France qui veut encore plus de socialisme et plus de pognon gratuit (des autres). Aussi, il est clair qu’une bonne banqueroute bien saignante s’impose, sans quoi rien ne changera...

    Par contre, soyons honnêtes, privé ou publique, pas de retraire pour nous. Nous nous sommes tous bien fait baiser par le ponzi que nos parents et grand parent ont mis en place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. P'tain.

      Enfin un commentaire valable ou presque (désolé) car la banqueroute bon...Ya mieux pour le pays.

      1- Il faut faire la distinction suivante : beaucoup de cadre A dans la FP, ça change les stats.

      ==>>> Une stat valable aurait été le niveau des retraites comparé Privé/public répartit par niveau d'étude.
      Ca c'est valable.

      2- On peut faire aussi la stat pour les salaires...

      3- Ainsi on pourra comparer et identifier les distorsions et y remédier.


      Enfin, juste pour dire que les retraites d'aujourd'hui c'est pas des jeunes. Ils appartiennent à la génération baby-boom.

      ET de la même manière que les salariés du privé ont profité des 30 glorieuses et de sa queue de comète d'endettement, en gagnant beaucoup d'argent et en faisant venir beaucoup de monde pour travailler dans les petits boulots, le tout en se promettant des bonnes retraites à une époque où presque personne ne voulait rentrer dans la FP...

      Les fonctionnaires profitent aussi d'une bonne retraite qui était là, à l'époque, compenser le différentiel de salaire public/privé...

      Ce sont les politique éluent par le peuple qui ont votés pour.


      Maintenant, le privé dérouille : soumis à la concurrence mondiale à la faveur de la disparition des douaniers et à un niveau de prélèvement important à la faveur du développement des administrations à la faveur d'une législation de plus en plus complexe (voté par des politiques éluent par le peuple) .
      Il dérouille aussi car il y a eu financiarisation de l'économie...

      Bref.

      Supprimer
    2. Bravo.
      S'il y en avait un peu plus des comme vous, non seulement, on ne serait pas obligé d'être si virulent pour dénoncer l'inefficacité globale du public, mais en plus, on ne serait même pas arrivé à ce point d'absurdité.

      Il n'y a qu'à regarder les réactions Kahuziennes "les yeux dans les yeux" des autres fonctionnaires ici sur ce blog qui ont le toupet de continuer à défendre l'indéfendable pour voir à quel point le déni, la médiocrité et la perversité sont répandus dans la fonction publique.

      Et c'est bien ça le pire je trouve. Tout le monde fait des erreurs, mais s'enfoncer ainsi dans le mensonge et la duperie, c'est ça qui est impardonnable, qui attise les tensions, les rancoeurs, et qui au final nous amènera à la catastrophe.

      Les fonctionnaires sont les collabos du système, y compris de la finance internationale qu'ils défendent. Ils en sont le bouclier humain. Et j'ai bien peur qu'ils ne finissent pas en payer le prix fort un jour ou l'autre car leurs petites diversions minables ne pourront pas les protéger APRES le grand reset qu'ils sont en train de provoquer.

      C'est ça le pire, par refus de la réalité, par stupidité, il vont faire couler leur propre bateau, scier leur propre branche.
      L'histoire sera très sévère avec eux.

      Supprimer
    3. Si vous pensez qu'en massacrant les salariés du public vous allez enrichir les salariés du privé, vous rêvez les yeux ouverts.

      Par contre, pas de doute que leur consommation illégitime manquera aux gentilles boites privées.

      Supprimer
    4. "Si vous pensez qu'en massacrant les salariés du public vous allez enrichir les salariés du privé, vous rêvez les yeux ouverts.

      Par contre, pas de doute que leur consommation illégitime manquera aux gentilles boites privées."

      C'est faux pour bien des cas, ces personnes seront contraintes de se remettre au boulot dans le privé et créeront de la richesse. Les activités qu'elles réalisaient dans le public auront toujours besoin d'être assurées et ces mêmes personnes, dans bien des cas, pourront créer leur propre activité....et je ne parle pas d'efficience...

      Je le redis, ce ne sont pas les fonctionnaires qui sont les collabos de la finance, se sont les politiques....

      Supprimer
    5. Les fonctionnaires sont les collabos des politiques.
      Et la finance n'est pas plus l'ennemi que les fonctionnaires. Il y a des salaud partout.
      La finance est le bouc émissaire tout désigné des politiques pour dévié la colère du peuple en profitant de leur inculture économique.

      Si tu veux t'en prendre a "l'élite", alors l'élite c'est l'Europe, l'immigration ... choses défendues par les fonctionnaires parce que "c'est le bien contre le mal" c'est leur morale a 2 balles. Ils sont juste les fantassins, la chair a canon, les politiques sont les généraux et les financiers les stratèges.... mais tout ça c'est la même clique.

      Supprimer
    6. les improductifs ,il n'y en a pas que chez les fonctionnaires.beaucoup de planqués dans les grosses boites(banques assureurs véolia,vinci),pas beaucoup chez les très petites

      Supprimer
  18. Je tiens à rassurer les fonctionnaires qui lisent ce blog, mon avatar à petite cervelle n'a pas changé, ce doit être un bug de blogspot.

    Les réponses qu'on m'a fait confirment a quel point les fonctionnaires sont bas du front. Pas fichu de donner un argument autre que du pathos, de l'émotionnel, du "regarde le policier qui s'est fait tirer dessus, regarde le prof qui est obligé d'être absentéiste tellement son boulot est duuuuur"... professionnels de la pleurnicherie et du "protégez moi, donnez moi, aidez moi"

    C'est quand même pas difficile de comprendre, même avec un petit cerveau comme le mien que les retraites des fonctionnaires sont 20% plus grosses que celles des cadres du privé (ne parlons même pas du privé dans son ensemble), et que leurs salaires sont 47% plus élevés (cf les posts de Tonio ici même).

    Hors qu'as-t-on en face de ces salaires comme service rendu ? insécurité, France déprimée, sous compétitivité, etc...

    Les policier sont peut être des bon gars, qui se tuent à la tâche, mais l'insécurité est bien la. Pas a cause d'eux, mais a cause de la politique que les fonctionnaires dans leur ensemble nous imposent a cause de leur poids idéologie et politique (politique anti-mérite par l'enrichissement, de la revendication permanente, morale immigrationiste à 2 balles, projet européen bancal, etc...).

    Peut-être que certains fonctionnaires sont plus responsables que d'autres, il faudrait regarder les détails des chiffres et les courant d'influence idéologique.

    Mais une chose : si je braque un bijoutier, je fais travailler un policier, un constructeur de prison, des avocats, des juges ... j'ai créé plein de PIB, mais aucune richesse réelle.

    Les fonctionnaire ne créent pas de richesse. Il ne faut pas l'oublier (sauf éventuellement les profs), mais la aussi il faut bien constater le déclin de l'école publique qui devient une école poubelle avec des taux d'illétrisme qui explosent.

    Si la France est dans le déni et le déclin, et ne parvient pas à se réformer, c'est aussi a cause de cette caste incompétente surprotégée.

    Les salaires et retraites sont en inadéquation avec le service rendu. Et visiblement, personne n'a d'argument réel pour contredire ça.
    Et oui, je le redis, comme le poids de ce boulet va nous amener direct vers le grand RESET, ces collabos du système devront être remis à leur place après le grand ménage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve votre post tout à fait nul.
      Oui, il faut réformer mais comment sachant que ce ne sont pas les fonctionnaires qui votent les lois !
      Ce sont vos représentants que vous avez élue...

      On parle de l'héritage de la génération baby-boom et des 30 glorieuses là. Et si vous prenez des mesures, ce sera pour les jeunes d'aujourd'hui (à la retraite dans 20 ou 40 ans) ET sans remédier aux problèmes actuels ET donc en pénalisant ceux qui n'y sont pour rien.

      Mais bon, t'as trouvé un ennemie, c'est simple, t'es content...

      Supprimer
    2. Que ce que tu penses de faire les gens terminer leur carrière dans la fonction publique (pendant 5 ans par exple pour reprendre l'idée su-cité) pour s'occuper des gosses (école, cantine,...) ou des anciens ou du civisme. Pour faire vraiment du social de terrain et pas seulement administratif et d'aides financières. Rappeler vous la réquisition des médecins retraités comme possibilité de soutient si pandémie de H1N1.
      On pourrait avoir les boulots les plus durs quand on est jeune et les boulots un peu plus pépères sur la fin de carrière (bibliothécaire par exemple).
      Bon d'accord tu peux dégraisser quand même à 70% les dépenses actuelles. Cela étant la fonction publique n'est pas forcément là où on le pense. Les communautés de communes on souvent plus de sens(par proximité) que les conseils généraux/régionaux.
      Juste une question pour rire. Es ce que quelqu'un à une idée du nombre de postes administratifs autour d'un paysan ? (depuis le ministère, l'ue, les chambres d'agri, l'ursaf, la MSA, les comptables, les banquiers...). Je crois que cela reflète bien le décrochage actifs réels/ponctionnaires.
      Même question avec les pêcheurs ?
      Et qu"on vienne me dire que c'est pour leur bien ou celui des animaux (:-

      Supprimer
    3. Il n'y a pas que l'ecole publique qui "enrichie" la societe et accessoirement l'individus; le secteur hospitalier aussi - qu'il soit privé ou public-: .une personne malade ( EX:salariée) qui est guérie, c'est une personne qui redevient "utile et productive" pour la société tout en ayant été utile au business de la santé! .Le secteur public est le carrefour incontournable des formations hospitalieres, de la medecine et de la chirurgie en particulier... le "privé" s'est éduqué a la mamelle de l'etat et de nos impots et ne s'est que trop rarement assuré sa formation (trop peu lucrative) par lui meme; d'ailleurs, de grands pontes de la medecine ont un pied dans le privé comme dans le public (partenariat).
      Finalement, j'en reviens plutot a m'interroger sur le sens que prend la tournure de nos existences. Nous voila, une fois de plus a nous invectiver et faire le jeu de nos adversaires communs: les politiques/metayers et les oligarques/seigneurs. Nous nous etourdissons a mesure que l'horizon economique s'assombrit et pourtant nous ne sommes pas encore au coeur de celle-ci, alors jusqu'ou irons nous ? Nous allons nous etripper et servir sur un plateau d'argent le calice bien remplis du sang de nos afflictions!? Il y aurait comme une amnésie collective derriere nos resentiments, un prix a payer a notre dignité humaine par le prix du sang? A vous lire, vous oubliez l'etat de conditionnement dans lequel on vous a moulé, vous vous accrochez a l'idée du bonheur, confondue avec le plaisir, dans une societe de consommation (de l'avoir plutot que de l'etre) ou les vraies valeurs sont LE DON DE SOIS... L'unique richesse, veritablement flatteuse, de votre existence dont vous pouvez etre fier. Ne soyez pas borgne dans ce monde, ouvrez votre coeur et votre conscience...

      Supprimer
    4. @lipo
      ca me semble utopique, mais c'est le genre d'idées auxquelles il faut réfléchir.

      @anonyme
      oui la santé est un peu différente en terme de PIB, mais ... non seulement j'estime que notre système de santé est failli (il coûte de plus en plus cher pour un service rendu de plus en plus discutable) mais en plus, je pense que la grande partie des progrès sont du aux progrès sanitaires et non pas médicaux.
      Donc pour moi, le secteur hospitalier "créateur de richesse" ou "limiteur de destruction de richesse", pas certain ... mais c'est un sujet qui se discute, je n'ai pas d'opinion définitive.

      Supprimer
    5. (anonyme 14:11)..suite.
      nous ne sommes pas encore "au coeur de la crise" (precision necessaire et oubliée dans ma reponse, ci-dessus)
      Le systeme de santé n'est pas faillis, meme si on est aux antipodes de la pratique d'HYPPOCRATE avec le "traitement administratif de l'activité" medicale (T2A). Il y a de tres nombreux disciples d'une approche Humaniste dans notre rapport a autrui, que le seul benefice pécunier ne motive pas au premier chef...heureusement d'ailleurs.Métier ou vocation, "that is the question", profitabilité ou non ? "that is another question". OU EST LE CURSEUR DE LA LEGITIMITE a toute pratique?.
      En fait, ce n'est pas uniquement notre societe qui est malade et qui attend son remede, mais bien "le consommateur" que l'on met en competition, dans un monde disymetrique, pour le rentabiliser en le menacant de chomage alors meme que le systeme est concus autour du principe de "servitude volontaire".La pensée est construite autour du tronc commun de la transvaluation des valeurs, une inversion qui inféode les habitudes a la maniere de l'Ouroboros (le serpent qui se mord la queue) et qui constitue sa prison ...parfois dorée.
      Ce qui nous manque en France et plus largement dans ce monde c'est une refonte philosophique globale qui replace l'Homme au centre de nos choix et de nos actions, des gens hors normes comme DE GAULLE, GANDHI, MARTIN LUTHER KING et tant d'autres qui ont surpassé les contingences historiques parceque leur unique objectif societal se manifestait par le "DON DE SOIS" et, c'est ainsi qu'ils ont emporté les foules dans leur sillage.
      Il se profile un NOUVEL ORDRE MONDIAL qui passera par l'etape indispensable d'une DESTRUCTION (de l'ancien) CREATRICE (du nouveau)... et tout cela implique que nous sortions des cadres mortiferes, que nous fassions, a l'echelle individuelle, notre propre REVOLUTION PHILOSOPHIQUE ET SPIRITUELLE (par essence). Le vrai progres, ce n'est que cela...alors sortons du dénis de realité et faisons le deuil de nos illusions liberticides et fraternicides.

      Supprimer
  19. Il est stupide de mettre dos à dos privé et public, J’avoue que quand je lis ça « vous ravalerez vos mensonges, vos haines recuites, vos idéologies, et surtout vos privilèges », je me dis qu’il y a des fessées qui se sont perdues... quant à la haine, je ne suis pas sûr qu’elle se trouve où elle devrait être.

    De plus en plus de fonctionnaires sont conscients de l’ineptie du système ; quand vous voyez un bas du front encarté la bave aux lèvre qui réclame plus de moyens, vous ne voyez qu’un con qui représente moins de 10 % des fonctionnaires « votant ».... Il ne faut pas oublier ce point.

    Deux autres en passant :

    Ce ne sont pas les fonctionnaires qui définissent l’orientation politique et le contenu de leurs missions ; ce sont les politiques (qui ne sont pas sensés être des fonctionnaires (même si dans la réalité....)). Quand le Politique aura troqué les raisins secs qui lui servent de gonades contre de confortables pomélos du Mexique (spéciale dédicace à la femme mexicaine de l’autre idiot), nous aurons fait un pas en avant.

    La redéfinition des missions de l’Etat est un préalable indispensable, mais pour cela, il faut se poser des questions :

    - puisque le privé est tout à fait capable d’apprendre à mes gamins à lire et a écrire, pourquoi cramer plusieurs milliards d’euros dans une éducation nationale inutile (à part pour Peillon et ses pairs qui veulent « former » les jeunes de demain à l’image de leur chère « république ») ?

    - puisque des assurances privées font mieux pour moins chère qu’une CPAM remplie de branleurs, pourquoi payer un système dit « obligatoire » et oligarchique qui nous coûte 20 % de notre salaire ?

    - puisqu’une clinique privée est capable de me soigner d’une péritonite, pourquoi payer un hôpital ?

    - Puisqu’une assistante maternelle peut garder mes gosses pourquoi est ce que je paye la crèche de mon petit voisin dont les parents ont la chance de connaître madame le maire....

    Il faut aussi savoir que la part des collectivités territoriales dans la responsabilité du fiasco actuel est de plus en plus importante, nos chères élus locaux fourrent leurs gros doigts dans toutes les strates de nos vies, de la naissance au cercueil (allant jusqu’à les fourrer à l’étranger) avec l’efficacité habituelle...

    Maintenant, il existe quand même un socle « régalien » de compétences relevant de l’Etat, c’est ce socle qu’il faut identifier.

    Disco, je t’enjoins à jeter un coup d’oeil aux documents suivants (la prochaine fois qu’un débile de la CGT ou de la CNT te parlera d’austérité, tu pourras lui balancer de beaux camemberts en pleine face) :

    http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2011/rapport_depense_2011.pdf

    http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2012/rapport_depense_2012.pdf

    http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2013/rapport_depense_2013.pdf

    On peut remonter jusqu’à 2008...et c’est plein de pépites (p34 de la version 2013, régimes spéciaux....p49 à 52 où l’on apprend jusqu’à quel point les collectivités locales se sont gavées comme des gorets sous LSD, d’argent public et ont enflé, en se drapant derrière la fausse justification de la décentralisation...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. réflexion intéressante.
      Oui, recentrage sur les fonctions régaliennes ça me semble une bonne idée, mais compliqué dans le contexte européen, il n'y a plus de régalien a moins de défaire l’Europe.

      de toute manière, les solutions existent pour la question du "fonctionnaire", le problème n'est pas la. C'est une question de mentalité, et oui, on en est plus à passer de la paumade pour "ne pas se renvoyer dos a dos c'est stupide". Non, ça c'est une raisonnement de faible et de lâche. Quand un truc dysfonctionne, il dysfonctionne, point. Le gars qui explique le dysfonctionnement n'est pas "dos à dos" avec le dysfonctionnement.

      Les réactions de vierge effarouchées face aux critiques sont juste la justification (a posteriori) même de ces critiques.
      Quand des gens ont des réponses intelligentes, comme toi, alors la, c'est très différent.
      Le problème, c'est que vous n'avez pas assez de poids pour faire évoluer les choses dans le bon sens (la preuve, la situation a évoluée en sens inverse).

      Il va donc falloir en passer (a mon grand regret) par la confrontation.

      Supprimer
    2. Je ne vois que deux solutions :

      - la première, un courage politique fort émerge dans les deux ans et prend les mesures les plus impopulaires et les plus nécessaires, à savoir la diminution des dépenses de l’État et des collectivités.

      - la seconde, nous continuons avec les mêmes tarés qui nous conduisent gaillardement à la banqueroute.

      J'avoue me préparer à la seconde.

      Supprimer
    3. Les fonctions régaliennes sont la justice, l'armée, la police et de façon générale, toutes celles qui permettent la mise en application des lois. L’État légifère et fait appliquer les lois.

      Un chirurgien ou un prof n'ont pas besoin d'être fonctionnaires pour exercer leur métier (et cela étant dit en passant, je n'ai pas non plus besoin d'être fonctionnaire pour faire mon métier correctement)

      Supprimer
    4. @Alecton

      en principe "battre sa monnaie" est aussi régalien.
      Quand l'armée ... elle en passe d'être démantelée pour passer soit dans le privé ou pour l'Europe. Reste la police et la justice. La justice, maintenant, c'est européen. Reste la police donc, qui se robotise (cf téléverbalisation par exemple).

      Il ne reste pas grand chose.

      Ce que je veux dire c'est que les fonctions régaliennes a l'heure ou nationalisme "c'est le maaaaal", c'est un peu problématique. L'état westhpalien est remis en cause. Ce qui est cocasse puisqu'on est dans une situation "pré-guerre de 30 ans" par certains aspects !

      Supprimer
    5. tu es bien placé pour savoir que l'histoire n'est pas figée...quant au devenir de l'Europe, qui sait si elle sera encore là l'année prochaine...

      Supprimer
  20. Reagan et Tatcher avaient raison, le problème c'est l'Etat. Tout baigne chez les anglo-saxon!
    Les coco avaient raison, le problème c'est l'absence d'Etat. On a vu.
    Ah zut ils ont tous raison. Surtout nos élites rigolent bien de nous voir nous bouffer le bec.
    La richesse matérielle de nos pays a été construite sur le seul mérite d'avoir écraser à coup de pompe dans la gu.... le reste de la planète au nom de notre supériorité de civilisation. Là au moins, coco, franc-maçon, facho, réac, fonctionnaires, entrepreneur & co partagent le banquet républicain ou pas d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  21. Ces chiffres sont "bidon" car ils n'intègrent pas tous les revenus complémentaires... mais on ne peut pas arrêter le pouvoir de la "connerie" et de ses chapelles !...

    RépondreSupprimer
  22. Donc la seule défense des fonctionnaires serait "nous avons un ennemi commun" qui serait soit les politiques, soit les financiers !
    lol
    ben soit, mais fallait pas collaborer avec eux dans ce cas. Ce qui fait que vous faites partie de l'ennemi si vous voulez parler en terme militaires.
    De Gaule a été gentil avec les collabos après la WWII pour éviter la guerre civile. Je finis par me demander s'il ne l'a pas juste retardée.

    Ça rappelle la propagande gauchiste des années 30 ou il fallait ne pas lutter contre les nazi et même collaborer pour ne pas provoquer la violence.
    http://yoananda.wordpress.com/2013/03/20/revue-100-ans-derreurs-de-la-gauche/

    Perso, je ne souhaite pas la violence, mais la résolution des problèmes ... par contre, je ne vais pas renoncer a les résoudre parce qu'en fasse il y a des lâches qui veulent à tout prix conserver leur privilèges, et dont la seule stratégie est la diversion.
    Au final, ce sont eux qui acculeront la France a la violence, a insulter tous ceux qui argumentent pour dénoncer les problèmes.

    Mais j'apprends beaucoup sur les techniques de manipulations des esprit faibles en lisant les réponses que me sont faites. Il y a de la perversité derrière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yoananda tu continues de t'enfoncer.
      Tu catégorises tous les fonctionnaires, certes il y a des incompétents et des inutiles parmi eux. Mais cela ne veut pas dire que tous le sont et que tout va bien dans le privé. Évidemment toi tu trouves les solutions et décrète que ce sont eux les coupables.
      En fait tu es le parfait représentant des nouvelles générations: tu n'argumentes que sous le coup de l'émotion, tu reprends les raisonnements de tiers et les ponds sur ton skyblog économique.
      Quand j'organiserai un dîner de con je t'appellerai Pour que tu nous fasse une "conférence"
      Martin

      Supprimer
    2. @yoananda

      N'oublie pas : c'est les différences de richesse et de statut qui font les insiders ou les outsiders.

      Les outsiders en france, ce sont les chômeurs, les CDD/intérimaires, les contractuels de la FP, et les CDI payés au lance pierre.

      De l'autre, il y a la clientèle : ceux qui en croquent, plus ou moins allégrement.
      Ta femme est fonctio ? et ben t'en croques.
      Potentiellement, vu qu'il y a un fonctio pour 4 actifs, la moitié des couples français en croquent.
      Ton activité dépend de l'état ? et ben t'en croques.

      Tu vis des allocs ? tu en croques.

      Même une partie des perdants en croquent (aides, CDD de l'état, etc...). Le vrai perdant, c'est le pauvre gus avec son smic du privé. Pas l'ingé du privé à 2000 boules par mois.

      Pourquoi ça ne bouge pas en France ? parce que les exclus ne sont pas si nombreux, la majorité de la population, du privé comme du public, en croque. C'est aussi bête que cela.

      Supprimer
    3. Herman Rauschning, qui a ete gouverneur de Dantzig dans les années 1930, a eu la demarche courageuse d'enqueter sur Hitler et de decouvrir qui etait vraiment ce "guide". Comprenant l'erreur commise, il s'enfuit de son pays et ecrivit "HITLER M'A DIT"? Une oeuvre indispensable pour l'epoque aux francais qui s'interrogeaient pour leur avenir. On peut etre fonctionnaire et ne pas adherer aux gabegies de nos suzerains. Si Rauschning est partis c'est qu'il le pouvait encore et que l'interet superieur d'informer ses contemporains prévalait sur sa situation professionnelle avantageuse du moment.
      Un fonctionnaire de base est ficelé a son mode d'existence par la dette qu'il a pu contractée, les gosses qu'il se doit de nourrir et éduquer... mais si il est courageux et tenace, il pond une stratégie de moyen-long terme pour sortir du systeme en changeant de metier et de mode de vie... c'est un pari sur l'avenir en concordance avec sa philosophie (vivre a la campagne et compter d'abord sur son travail puisque le systeme va dégénérer pour imploser).
      D'autres ont fuis: "les optimistes ont finis a auschwitz et les pessimistes a beverly hills"...mais d'autres sont restés pas par optimisme ni pessimisme, seulement parceque le choix n'est jamais simple.

      Supprimer
    4. Encore un ramassis de mensonges et de désinformation :
      Des historiens (dont certains au moins sont indemnes du soupçon de sympathie envers le nazisme) ont mis en doute la véracité du livre Hitler m'a dit.
      Theodor Schieder1 contredit Rauschning, notamment sur son degré d'intimité avec Hitler.
      En 1984, le professeur d'histoire suisse Wolfgang Hänel soutint que, contrairement à ses affirmations, Rauschning avait rencontré Hitler au plus quatre fois et jamais seul à seul.
      En 1985, l'historien Wolkgang Koch, citant approbativement les conclusions de Henry Ashby Turner selon lesquelles on doit accorder peu de confiance au livre I Paid Hitler, publié sous le nom de Fritz Thyssen mais écrit par Emery Reves, ajoute que le même Emery Reves aida Hermann Rauschning à écrire le livre Hitler m'a dit.

      D'après l’Encyclopedia of the Third Reich4, « The research of the Swiss educator Wolfgang Hänel has made it clear that the 'Conversations' were mostly free inventions. » (« Les recherches de l'enseignant suisse Wolfgang Hänel ont rendu clair que les Conversations étaient pour l'essentiel de pures inventions. »)

      L'historien britannique Ian Kershaw, auteur d'une biographie d'Adolf Hitler qui fait autorité5, écrit : « I have on no single occasion cited Hermann Rauschning's 'Hitler Speaks', a work now regarded to have so little authenticity that it is best to disregard it altogether. » (« Je n'ai pas une seule fois cité le Hitler m'a dit de Hermann Rauschning, ouvrage dont l'authenticité apparaît désormais si mince que mieux vaut carrément l'oublier6. »)

      Dans une « Note de l'éditeur » précédant la réédition française de 2005 de Hitler m'a dit7, on lit : « Après avoir fait longtemps figure de source privilégiée pour la compréhension d'Hitler et de sa doctrine, l'ouvrage de Rauschning a été contesté par de nombreux historiens, qui en ont suspecté l'authenticité. (...) Mais la plupart des historiens continuent d'estimer qu'il s'agit d'une source importante, Rauschning ayant rassemblé et compilé des propos et des écrits d'Hitler lui-même. »
      Il semble donc que, dans certains cas au moins, Rauschning ait prétendu mensongèrement tenir de la bouche d'Hitler des propos qui provenaient en réalité d'écrits d'Hitler. Le livre de Rauschning vaut donc ce que valent ses sources.
      C'est fou ce que certains peuvent raconter comme conneries !!!

      Supprimer
  23. http://www.alternatives-economiques.fr/conditions-de-travail---les-fonctio_fr_art_1209_63437.html#note1

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.