jeudi 4 avril 2013

TONER TONER TONER

TONER TONER TONER
The WilliamBanzai7 Blog, 04/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien

8 commentaires:

  1. ET l'or baisse, c'est à n'y rien comprendre ...

    RépondreSupprimer
  2. la une du journal suisse le matin
    lematin.ch a voir

    RépondreSupprimer
  3. question : que faire ?

    du cash : on te le pique
    des obligations : on te baise
    de l'or : on te baise
    du short indices : on te baise
    des mines : on te baise

    je ne sais plus quoi faire enfin si : ne plus épargner

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. >> je ne sais plus quoi faire enfin si : ne plus épargner

      ce qui constitue très précisément le but recherché : consomme, paie la TVA, fait circuler la monnaie.

      --neuneu.

      Supprimer
  4. ben c'est exactement le but , c'est que l'on dépense et même que l'on s'endette , histoire de devenir esclave .
    je pense qu'il faut essayer de diversifier au maximum et même ca ca coute cher
    des œuvres d'art peut être ?

    RépondreSupprimer
  5. Pour qu'un mouton reste en bonne santé, il est indispensable de le tondre au moins une fois par an. Trop de laine sur le dos de la brebis nuit gravement à sa santé. Après la tonte, les bêtes sont plus propres, plus légères et plus dynamiques. La tonte stimule l’appétit des brebis et des agneaux et augmente la vigueur des béliers.

    http://atm.tondeur.free.fr/panneau.htm

    RépondreSupprimer
  6. PLOUF
    Paris (awp/afp) - La baisse des prix des logements anciens va s'amplifier en France en 2013, avec un recul de 7% en moyenne attendu d'ici mai, dont -4,5% prévus à Paris où le prix du mètre carré va descendre à 8080 euros, selon les projections des notaires, basées sur des avant-contrats.

    En 2012, les prix dans l'ancien ont baissé de 1,3% sur un an dans l'Hexagone et 1% à Paris, selon l'indice notaires-Insee publié jeudi.

    Ces projections prennent en compte la période cumulée entre août 2012 et mai 2013.

    Cette tendance s'explique, selon les notaires, par la fin de dispositifs fiscaux avantageux comme la loi Scellier, la disparition du prêt à taux zéro pour les primo-accédants.

    Dans l'ancien, les investisseurs craignent un éventuel durcissement de l'encadrement des loyers et sont confrontés à la prudence des banques de moins en moins enclines à prêter de l'argent.

    Toutefois, "on ne peut pas vraiment parler de l'éclatement d'une bulle car les Francais considèrent l'immobilier comme la meilleure sécurité pour leur épargne au vu de la situation économique", a relativisé Frédéric Dumont, notaire à Montreuil (Seine-Saint-Denis) au cours d'une conférence de presse à Paris.

    RépondreSupprimer
  7. allez voir l'immobilier espagnol ,maintenant que la bulla a craque
    http://www.solvia.es/

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.