samedi 6 avril 2013

Une majorité de jeunes Français souhaite s’exiler

Une majorité de jeunes Français souhaite s’exiler
Le Figaro, Charles Gautier, 06/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Selon une étude Viavoice pour W&Cie, 51% des 25-34 ans aimeraient vivre dans un autre pays. L'exil des talents continue

C’est un vrai coup de semonce! Seulement 36% des jeunes Français auraient confiance dans l’avenir de leur pays, alors qu’ils sont 75 % à croire en celui de l’Allemagne et 67% en celui des États-Unis. Cette déprime générale transparaît dans deux autres chiffres inquiétants: 50% des 18-24 ans et 51% des 25-34 ans aimeraient, s’ils le pouvaient, partir vivre ailleurs!

18 commentaires:

  1. C'est tellement plus facile de se barrer que d'essayer de changer les choses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme
      T’inquiètes pas ça ne t'empêchera pas de les changer si tu as envie.
      Le fait que les talents s'en aillent et que reste les bac-15 importés massivement, c'est déjà un changement en soi d'ailleurs.

      @Tous
      y a pas que les jeunes qui ont envie de se casser d'ailleurs.
      Les cadre fuient Paris, c'est la même chose en soi, en plus soft.

      Supprimer
    2. @Anonyme

      Et oui, ces pauves serfs qui ne veulent pas rester aider leur seigneur à lutter contre la féodalité, c'est incompréhensible! Ils préférent quitter pour des villes franches, au lieu de récurer les douves en même temps que leur saigneur exerce son droit de cuissage, incroyable, non ?

      Serais-tu fonctionnaire ou retraité de la fonction publique ? dis-le moi, je ne te jugerai pas, c'est promis, mais je comprendrais mieux ton point de vue déconnecté de la réalité de ceux qui travaillent dans le secteur marchand, le seul créateur de richesses.

      Mais si c'est le cas, je comprends que tu commences à baliser un peu: si les contributeurs nets se casse, quid des profiteurs du système, les pauvres, il n'auront plus personne à pomper.

      Et crois-moi d'expérience, arriver dans un autre pays sans travail, contacts, juste ton courage et tes compétences, et t'en sortir, ce n'est pas exactement plus facile que de rester se faire pomper sous anesthésie Étatiste générale... AH oui, je parle de pays avec immigration contrôlée, qui accepte des réfugiés, mais surtout des immigrants capable de subvenir à leurs besoins par la suite.

      En fait, ceux qui partent rendent service à ceux qui restent, car ils précipitent la faillite de ce système au lieu d'en prolonger l'interminable agonie avec le fruit de leur travail confisqué par les pompeurs.

      En passant, je n'ais que mon travail salarié dans le privé pour vivre, alors je ne dois rien aux profiteurs du système.

      @Nain, si vous voulez des tuyaux sur le Canada, contactez-moi. Je peux même vous aider à préparer un voyage de reconaissance. Pensez-y fort, si la droite repasse, on aura droit au même programme économique débile, et le FN, en plus de leur odeur idéologique encore putride, est encore plus indigent sur le plan économique.

      Les socialistes ont besoin de pauvres comme clients, mais Raffarin, Fillon, Borloo et les autres en ont aussi besoin pour leur refiler la pièce à la sortie de l'église, afin se se sentir bien.

      Supprimer
    3. > C'est tellement plus facile de se barrer que d'essayer de changer les choses...

      Je suis assez d'accord avec ça...
      Je souhaite comme tout le monde du changement, comme la fermeture de l'ENA, l'élimination systématique de la vie politique/publique de tous les corrompus & nantis du système et des cumulards de fonctions publiques, la mise en responsabilité (financière et judiciaire) des minables qui gèrent (et coulent) nos banques et jouent sans discernements des placements court-termistes, mais franchement je ne souhaite pas pour autant mettre par terre MON pays.

      Je veux voir des politocards en prison, les banquiers/traders/gestionnaires de fortunes punis à hauteur de leurs méfaits, les privilégiés ayant triché se faire réellement inquiéter par la justice (...), mais je ne vais pas applaudir le fatalisme de certains & les départs des plus prometteurs...

      Et non, à mon sens la réponse n'est pas (et ne sera jamais) dans les extrêmes qui surfent sur un populisme aisé, surtout en période de doute (cf années 30)...

      Réécoutez avec attention les propos de Jean-Marie avant de parier sur la fille (ou la petite fille), une fois passée la couche de vernis, on retrouve toujours les relents nauséabonds du facho de base...

      Supprimer
    4. Vous n'avez pas pris le temps de me lire, si c'est à moi que vous répondez: "le FN, en plus de leur odeur idéologique encore putride, est encore plus indigent sur le plan économique.", nous sommes bien d'accord.

      C'est assez révélateur d'ailleurs, quelqu'un qui ne se reconnait plus dans le Socialisme de gauche et pas dans le Socialisme de droite ne peut que pencher pour les extrémes. Eh bien non, c'est un peu plus complexe.

      Encore une fois il n'y a donc aucune alternative crédible du point de vue économique, et ce pour de longues années sans doute.

      Alors, si un fonctionnaire à régime de retraite spécial peut partir à la retraite à 55 ans sur le dos des autres sans se poser de questions sur sa responsabilité dans la faillite de son pays, j'ai moi le droit moral de partir payer plus d'impôts dans un pays qui ne me prends pas pour un con, d'y travailler jusqu'à 70 ans si je le peux, et de voir mes enfants grandir loin du chômage de masse et des Socialismes de tous bords.

      Ceci dit, je vous souhaite bonne chance, ainsi qu'à ce qui est aussi MON pays: je ne fais pas dans la schadenfreude.

      Et on ne sait jamais, Flanby peut se transformer en Thatcher Français, mais je ne retiendrais pas mon soufle...



      Supprimer
    5. En "Thatcher Français" !! Ah, Thatcher qui a accru comme jamais le pouvoir de la finance dérégulée au profit de quelques-uns (on voit où cela a mené...), tout en faisant des purges drastiques pour le plus grand nombre ! On voit le modèle ; bonjour le degré de pensée...

      Supprimer
    6. Bien involontairement, vous venez de me confirmer que ce pays est vraiment foutu.

      Maintenant, laissez un peu tomber les clichés, c'est juste un exemple de personne qui a eu le courage d'entrer en conflit dur avec les partisans du status-quo pour ce qu'elle pensait être le bien de son pays.

      Si vous êtes allergique à Thatcher, renseignez-vous un peu sur ce que Jean Chrétien et Paul Martin ont fait au Canada, ou sur ce que les gouvernements Suédois ont réussi dans les années 1990.

      Si une majorité de Français ne se met pas à comprendre trés rapidement le besoin de ce type de réformes et à les accepter, la situation actuelle est une plaisanterie par rapport à ce qu'elle deviendra dans les années qui viennent.

      Si ils n'en veulent pas, ce qui est leur droit le plus strict, alors il faudra qu'ils en assument toutes les conséquences, c'est aussi simple que celà.




      Supprimer
    7. Le pays est pourri depuis 50 ans par des parasites et certains ont l'intelligence de cracher sur ceux qui n'ont jamais été aux responsabilités et qui dénoncent tout cela depuis longtemps, on croit rêver !

      Enfin l'idéologie ça ne soigne pas et s'ils veulent transporter leurs obsessions télévisuelles à l'étranger (à moins qu'ils y soient déjà) alors bon vent !

      Supprimer
    8. Pouvez-vous s'il vous plaît m'indiquer où je 'crache', je me suis relu, et je ne trouve vraiment pas...

      Je maintiens qu'un retraité de la SNCF à régime spécial est un profiteur du système, c'est une évidence vu que sa retraite est financée en partie par l'emprunt, en partie par des tranferts du régime général, et par des cotisations d'actifs qui atteindront l'âge de la retraite à un moment où le système aura explosé.

      "Enfin l'idéologie ça ne soigne pas" exact, et votre réaction épidermique à l'évocation ce ce qui se fait ailleurs avec succés en est une bonne illustration.

      C'est ce qui fait que sortir de la situation actuelle va être extrèmement difficile, car il n'y a qu'une solution, c'est la réduction des dépenses publiques et l'abandon de l'étatisme et des socialisme de droite et de gauche, même si les profiteurs (hauts fonctionnaires, professions protégées, retraités à régime spéciaux, grands patrons issus de la fonction publique, banquiers, et j'en passe, ils sont trop nombreux maintenant hélas) vont essayer de se battre jusqu'au bout pour l'empécher.

      Votre remarque sur les obsessions télévisuelles est bizarre, pouvez-vous être plus précis ?

      Supprimer
  2. oups, j'ai fait boulette. J'ai supprimé un commentaire sans faire exprès.

    Plutôt pas mal d'ailleurs, à base de "PLUS DE THUNES"...

    J'espère que son auteur saura le réécrire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai retrouvé, je le recolle :


      L'argument est éculé... Ceux qui ont vraiment les chocottes, les profiteurs du système, les kapos... font le coup à chaque fois : "pourquoi vous partez ? "

      Pathétique tentative d'intimidation morale.

      Bien au contraire, partir, c'est une grande preuve de :
      -courage
      -lucidité

      Car c'est le seul moyen de mettre à bas ce système de merde que des millions de guignols (l'élite, les fonctionnaires et les kapos c'est à dire les idiots utiles) continuent de soutenir... car ils en vivent.

      Ils en vivent littéralement. Ce sont des sangsues.

      Pour chaque jeune éclairé, plein de sève, bien formé qui part... des dizaines de clandos, d'immigrés bac -5 débarquent.

      Le mouvement est irréversible et les dégâts seront terribles.

      Nous allons assécher, affamer, assoiffer la Bête.

      Plus de thunes.

      Vous devez comprendre les terribles (pour vous) implications de ces simples mots : PLUS DE THUNES.

      Vous ferez comment après, hein ?

      Game over.

      Votre système de merde aura vécu, et nous danserons sur vos tombes.

      C'est un puissant mouvement de fond... Rien ne peut l'arrêter. Et il est exponentiel... Au départ on moque ces "quelques" départ, il n'y a pas d'effets visibles... Et puis la masse critique est atteinte, dépassée, et alors le château de cartes s'écroule.

      Les gens sont déprimés. Au contraire, j'éprouve une joie immense ! Un espoir incroyable, une énergie folle... Car pour la première fois on a la possibilité technique de mettre à bas le système.

      "PLUS DE THUNE."

      Supprimer
    2. J'applique le "plus de thune" depuis quelques années déjà en m'investissant dans un projet alternatif EN FRANCE. Ne pas alimenter la bête, c'est une évidence. D'ailleurs, merci à Tonio d'aider à identifier ladite bête.

      Mais il ne faudrait pas non plus croire que les expats sont des chevaliers aux grands cœurs ou même des résistants partant à Londres et œuvrant pour une future libération du pays.

      Soyons sérieux, c'est avant tout pour des raisons d'intérêt personnel, au même titre que le blédar moyen qui vient à Paris. Ceci-dit, je peux le comprendre, ça va 5 minutes d'alimenter un système créé pour nous détruire, nous remplacer...

      Le seul petit truc, en tant qu'expat moi-même par le passé, je sais que la France est mon pays et qu'en dehors de celui-ci je ne serais jamais vraiment heureux sur le long terme car jamais vraiment chez moi.

      C'est un peu bizarre de regretter le projet babelien d'un côté et de l'alimenter en s'expatriant de l'autre côté. Où qu'on aille, on est rattrapé par ce projet anti-humain, j'en sais quelque chose malheureusement...

      Bon, j'avoue, je suis de mauvaise foi. Il reste la Corée du Nord, l'Iran, la syrie pour y échapper. (j'ai enlevé le Venezuela de la liste lol)

      Supprimer
  3. Tout cela est intéressant, mais pour aller où ????
    Chez Merkel, chez Goldman, en Afrique, en Asie où ?
    Des destinations et exemples précis seraient les bienvenus.
    Coluche disait : "en cas de guerre mondiale, je pars à l'étranger".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas de réponse toute faites, cela dépend de votre personnalité et de vos projets, si vous êtes ingénieur, pensez à l’Allemagne, vous êtes commercial? regardez, étudiez les flux de marchandises et leur évolution! à vue de nez je parierai plus sur les échanges Chine/Australie et Chine /Brésil que Europe/USA...

      Marc Faber, trader suisse installé en Thailande depuis plus de 30 ans disais lors d'une de ses conférence, "pas besoin de trouver l'idée du siècle! regardez les 30 dernières années en occident, par exemple la progression des ventes de voiture, ce sera la même chose en Chine et en Inde, alors investissez dans les sociétés d’équipement automobiles chinoises et/ou indiennes" il parlait à des investisseurs boursiers, mais le raisonnement tiens aussi pour tous les à-coté de ces secteurs en développement ACTUELLEMENT.
      Un de mes amis me disait, il y a 2 ans, en revenant d'Inde "si je vendais de l'eau de javel, je ferais fortune en Inde, ils n'en ont pas et en cherchent partout", vos voyez! pas besoin de trouver du nouveau...

      Regardez cette française qui vit en Indonésie et qui est décoratrice d'intérieur, tout le monde se l'arrache parce qu'elle est FRANÇAISE, synonyme de goût et de raffinement, ne sous estimez pas cela, ici nous ne sommes que des gus parmi d'autres, ailleurs nous sommes des FRANÇAIS, et je pourrais vous raconter pas mal d'anecdotes que j'ai vécue en Asie la-dessus

      ATTENTION : cela ne va pas durer avec les dirigeants que l'on se trimballe alors depèchons-nous...

      Supprimer
    2. Oui, enfin, imaginez celui qui aurait investi dans les bonnes vieilles lignes téléphoniques pensant qu'elle serait installées de la même manière en Asie qu'en Occident. Et là pas de chance, le téléphone portable arrive. Petit bémol donc. :o)

      Supprimer
  4. Exemple perso. Bac+8, des projets pleins les cartons....a chaque fois le meme délire "votre projet ne vient pas du public, pas de place pour vous pour realiser la prevue de concept", ou alors "donner vos idées, votre temps, votre argent et nous pourrons embaucher un post doc pour faire le travail", un projet ANR? "oui oui, après 1 an de rédaction et en ayant maquillé des collaborations foireuses avec des labos publics, votre projet sera rejeté, au mieux saboté"....voila, du coup mon projet phare sera développé en Californie, je pars dans un mois....tout ca parce que des trous du cul de profs d'université, payés à ne sourtout pas chercher de peur de trouver, se sont trouvé chacun leur petite niche qu'il ne faut surtout pas remettre en cause...au revoir les amis, j'ai pourtant essayé, mais quand on est jeune sans trop d'argent, il est impossible de réussir ici, on me laisse une chance là bas...c'est pas que ce pays me fasse rêver, mais ils laissent au moins une chance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne te pleins pas trop, la Californie c'est vraiment très chaleureux et il y existe une solidarité réelle entre les migrants. J'y ai une énorme tribu de cousins, oncles et tantes et parents éloignés issus d'ancêtres communs. Le boulot y est une institution. Moi-même, si j'étais plus jeune j'y aurais eu à développer un nouveau concept d'arboriculture sous serres photovoltaïques (agrumes, kiwis et pommes).
      Les banques y cultivent de véritables expertises pour les filières qui y prospèrent. Franchement, en y allant si tu tiens à revenir ensuite en France se sera enrichi en expériences et en idées que tu vas nous revenir et tu nous en feras profiter. N'hésite pas !!

      Supprimer
  5. S'exiler c'est une tragédie. Il faut bien y réfléchir. Par ma propre expérience et par les échanges que j'ai eus, je sais qu'on souffre beaucoup quand on est l'enfant d'une famille écartelée. Et le pire c'est qu'après on fait marcher le business sale du transport aérien pour pouvoir voir tout-le-monde, on fait marcher le business sale du téléphone, on se réjouit que facebook existe pour pouvoir garder le contact, bref on fait tourner la machine et on n'arrange rien.

    Mon arrière grand-père Vaudois s'est exilé en Amérique du Sud, mon père est revenu en Suisse. Pourquoi pas aussi ? On se déplace en fuyant la misère où qu'elle soit, c'est théoriquement pas si mal. Je n'ai pourtant pas l'intention de bouger, sauf en cas d'extrême nécessité, et encore ça sera en trainant les pieds. Et je rejoins à cent pour cent l'opinion du premier commentateur. Construis ton monde, construis ta vie, et va pas t'installer là où d'autres on déjà tout fait, mais bats-toi pour le faire chez toi, persévère, continue, et arrête d'attendre qu'un papa étatique te prenne par la main et te file un boulot à dix tickets.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.