vendredi 26 avril 2013

USA : les inégalités de patrimoine se creusent

Sans surprise, la politique klepto de planche à billets qui regonfle les actifs financiers, qui n'appartiennent qu'aux 5% les plus riches, produit massivement du wealth effect pour les plus riches uniquement...

IT'S OFFICIAL: The Rich Are Getting Richer And Everyone Else Is Getting Hosed
Business Insider, Henry Blodget, 25/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien

1 commentaire:

  1. De toute manière c'est évident:
    - X prête à Y 10 000€ sur 10 ans. Au bout de 10 ans, X à 11 000€.
    - Y a emprunté 10 000€ à X sur 10 ans. Au bout de 10 ans, il aura eu 9000€.
    - X a de plus en plus d'euros à prêter, c'est boule de neige.
    Avant, il y avait la notion de risque qui neutralisait ça. Plus maintenant.
    - Y risque de ne pas pouvoir remboursé, car n'a plus de sous.
    - X lui fait un prêt à 1 ans de 1000€, pour rembourser son échéance. Au bout d'un an, il aura 1300€ (c'est plus cher, car il y a plus de risque).
    - Au bout d'un an, Y a eu 700€. Il doit réemprunter.
    - X a encore plus de sous!
    - X voit au bout de 3 ans qu'Y est exsangue, et que même les prêts à court-terme sont risqués.
    - X refourgue la créance pourrie de Y à la banque centrale.
    - X a touché les intérêts du prêt à court-terme, beaucoup plus élevés que ceux du prêt initial.

    Voilà, globalement, ce qui se passe. La suite: BCE qui trouvera un moyen de faire payer les contribuables pour les créances pourries.

    C'est ignoble. La crise grecque a permis à certaines banques et fonds de s'enrichir considérablement, le haircut ayant été largement couvert par les taux d'intérêt à court-terme monstrueux.

    Ce mouvement ne peut QUE concentrer de plus en plus la richesse.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.