jeudi 2 mai 2013

[Autarcie] un potager productif pour un effort minimal

Plusieurs choses avant d'envoyer la sauce...

On m'a dit que ces posts là allaient nuire à mon blog. Hormis le premier soir, rassurez vous, je ne vais pas vous en inonder.

Mais tout d'abord, alors que cette crise est avant tout un retour du réel face à l'économie fantôme et la prospérité décrétée, ça ne peut pas faire de mal de retoucher soi même le réel du doigt, dans ce qu'il a de plus concret, basique, "physiocratique". Et la sérénité du jardin ne peut faire que du bien à l'âme également, et dieu sait que nos sociétés en ont besoin.

On me dit également que plutôt que de faire un potager, je pourrais gagner bien plus en consacrant le temps passé au potager à faire des heures supps dans l'informatique. Mais déjà ça, c'est pas dit, au vu du rendement/temps de la méthode que je vais vous indiquer ensuite. Et puis tout le monde n'a pas accès à cette possibilité là. Et puis surtout, continuer à travailler dans le système, ça veut dire continuer à alimenter la machine à taxes, à ponction, pour espérer en retirer un petit quelque chose pour soi... Alors que la révolte consiste justement à l'assécher.

Autre chose... Pour ma part, j'ai vraiment besoin de manger plus sainement. Et j'ai bon espoir que des légumes bios cultivés par moi même me sembleront plus appétissants que les merdouilles sans goût et sans âme des supermarchés...

Enfin, dernier point, et j'en viens au documentaire en question, alors que tout le monde semble penser qu'un potager représente un travail considérable, je vous invite à regarder la vidéo suivante.

La seule contrainte en fait, c'est d'avoir suffisamment de déchets verts pour pouvoir faire un mulsch d'automne et un paillage une fois que les semis sortent. C'est véritablement cet accès au déchet vert qui contraint la taille du potager. Ça mis de côté, le travail se limite à pailler, à semer et récolter... (et éventuellement traiter contre les limaces).

Je compte essayer ça dès cet automne dans le jardin de mon beau père. Avec les feuilles d'automne de ses arbres et la tonte du gazon... On verra ce que ça donne...

Le lien est un doc google, vous pouvez le regarder ici :
Une saison de jardinage
(en Français texte en français )
→ lien

Ça vaut vraiment le détour !

61 commentaires:

  1. Salut Tonio,

    2 choses:

    * ceux qui ont fait l'essai de passer aux légumes bio sont souvent incapables de revenir en arrière, j'ai connu un gars pourtant pas mollasson qui a immédiatement vomi ses tomates de supermarché après un stage de tomates bio, alors la différence est vraiment significative.

    * les parasites genres limaces peuvent ils être traités en bio, est ce qu'il y a quelque chose d'industriel qu'on reste obligé d'acheter si on se fait son potager?

    @+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contre les gastéropodes en bio : le phosphate ferrique, certes avec une appétence moindre, mais en le disposant dans des mini récipients remplis de bière, ça marche.
      On peu très bien faire son potager bio sans rien acheter d'industriel, mais comme vu plus haut avec le phosphate ferrique (admis en bio et en substitution du métaldéhyde)c'est une question de démerde locale doublée de pas mal de temps libre. La permaculture dont , en fait, il est question sur le post de Tonio, est excellente, à réaliser en planches afin que les passages soient bien distincts des zones cultivées. La rotobêche en premier passage suivi d'un buttage à l'aide d'une butteuse à asperge et ensuite disposer des planches de part et d'autres de la butte afin de stabiliser durablement l'ensemble. Ensuite dès le milieu de l'automne disposer généreusement sur la surface de l'herbe verte de fauches /refus + feuilles + déchets verts de tailles de haies préalablement mise andains avec, pourquoi pas du vieux foin et fougères fraîches ou sèches harmonieusement mélangées à l'ensemble sur une épaisseur de 5 cms mini. Arroser le tout avec du jus de fumier de temps en temps avant les premiers froids..... Et attendre jusqu'aux environs de fin avril mi mai selon l'année, et là, vous verrez votre sol, un véritable levain de pain. Un régal même en sols vraiment récalcitrants et argileux.

      Supprimer
    2. Bonjour à tous, Je viens de découvrir que les emprunts hebdomadaires ( en milliards d'euros) de ce pays contracté par l'Agence française du Trésor offrant des taux bas ( 1.70 % sur du court terme) est lié à la préemption totale de l'épargne dans toutes les banques sur le sol français. Elle a nanti la totalité de l'épargne bancaire comme garantie des emprunts hebdomadaires. C'est une escroquerie équivalent aux Assignats, Mandats...... avec une spoliation générale. Personne ne peut y échapper, la totalité de l'épargne sert de garantie à la dette abyssale. Je vous conseille de faire passer ce message à votre entourage pour qu'il prenne conscience de la gravité de la situation. J'ai compris que les politocards ont préféré investir dans la pierre au bon moment ! Maintenant c'est trop tard car c'est surévaluée et cela ne vaut plus que 50% de sa valeur en réalité ( distorsion économique)! Il reste l'or, les pièces d'or et en argent..... les actifs tangibles convertibles immédiatement. Votre épargne ne vous appartient plus .... elle a été spolié et sert de garantie pour emprunter ! A ce jour 100% de l'épargne a été mise en garantie ! Avertissez vos amis (es)..... avant qu'il soit trop tard ! Ils auront beaucoup de mal à retirer leur épargne actuellement ! Bonne journée pierre Yves Analyse finançier.

      Supprimer
    3. les limaces ce traite en symbiotique avec des orvets ou des hérissons.
      En Bio, tu peux utilisé de la bière.

      Supprimer
  2. pour les limaces,j'ai lu que le marc de café leur déplaisait,tout en restant un bon fertilisateur.sinon les poules adooorent les limaces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour avoir essayé moult fois, j'affirme que le marc de café est inefficace.

      Les deux moyens les plus efficaces que j'aie expérimentés, et que je pratique désormais, sont : (i) les battues nocturnes -:) aux escargots et limaces et (ii) le beurrier avec bière diluée.

      --neuneu.

      Supprimer
    2. le café, c'est contre les araignées..

      Supprimer
    3. vu un autre moyen : tranche de patate + planche ; ici
      http://www.youtube.com/watch?v=x20zlWASvNw

      --neuneu.

      Supprimer
  3. "Et j'ai bon espoir que des légumes bios cultivés par moi même me sembleront plus appétissants que les merdouilles sans goût et sans âme des supermarchés..."

    Alors là, tu seras pas déçu !

    Aqua.

    RépondreSupprimer
  4. Il y a la technique de la cendre à épendre pour éviter les limaces. Ca marche mais si il pleut, c'est foutu.

    Aqua

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, donc ça ne marche pas.

      Les petites graines bleus par contre ...

      Je mets aussi de l'anti-fourmis, sinon ces connes me pique les graines bleus anti limace et accessoirement, me bouffe les fraises.

      Supprimer
    2. A condition que ton sol ne soit pas calcaireux sinon tu change le ph de ta terre.

      Supprimer
  5. Si tu veux être heureux une heure, enivre-toi
    Si tu veux être heureux un jour, tue ton cochon
    Si tu veux être heureux une semaine, fais un beau voyage
    Si tu veux être heureux un an, marie-toi
    Si tu veux être heureux toute ta vie, fais-toi jardinier.


    Pour les déchets verts tu peux tenter de planter un engrais vert à l'automne (qui en prime protégera et enrichira le sol en hiver) et que tu pourras faucher au printemps. L'association vesce+seigle permet d'obtenir une bonne quantité de matiere organique (seigle)et d'enrichir le sol en azote (vesce)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va plus loin dans ton raisonnement.
      Comment la rotation de culture ensuite tu pourras apprendre à utiliser les mauvaises herbes.
      Les mauvaises herbes sont une vue de l'esprit...
      Les plantes poussent là ou les conditions leur sont favorable et fournissent à la terre les éléments qui leur fait défaut.

      Supprimer
    2. L'avantage des engrais verts c'est qu'une fois fauchés, comme ce sont des annuelles la repousse est limitée, pour les mauvaises herbes vivaces, il faut passer, et repasser et rerepasser...

      Supprimer
    3. C'est pour ça que le BRF ou le paillis sont à la mode.
      Mais tu peux aussi semer avant la levée des mauvaises herbes comme en le recommande Masanobu Fukuoka.

      Supprimer
  6. Excellente vidéo, merci Tonio.
    La vidéo met l'accent essentiellement sur un thème qui est la couverture du sol. Dans mon esprit, le jardin ultime devrait regrouper 3 thèmes.
    1/ L'agroforesterie. Planter des arbres en bordure, au moins, du jardin. Pourquoi ? Pour "aspirer" la matière minérale du sol profond vers la surface. Avec des légumes seulement, il n'est pas sur que le bilan minéral du sol s'améliore. Ceci dit dans la vidéo, le fait de mulcher avec des feuilles obéit à ce principe.
    2/ Le couvert du sol donc, mulch avec paille, brf, déchets verts.
    3/ Culture en butte, en bac, ou selon moi en couche. Afin de démarrer plutot et finir plus tard la saison, d'éviter le tassement, de se ménager le dos..etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'appelles tu culture en butte et en couche ?
      Will

      Supprimer
    2. Pour la culture sur butte : au lieu d'avoir un jardin plat, tu forme un tas de terre et tu plantes dedans. Exemples de google image :
      http://marcimat.magraine.net/IMG/jpg/P2100056.jpg
      http://nsm04.casimages.com/img/2010/09/23//100923082619626236806643.jpg

      La culture en couche, c'est une culture faite dans des sortes de petites serres au ras du sol de ce type :
      http://horticulteurs.net/local/cache-gd2/885bcd407585c428221c5e71819f44d1.jpg
      Chez moi, la couche est en béton (plus durable).

      Supprimer
  7. Big Up à toi, Tonio.
    J'adhère à 200% dans cette démarche de qualité de vie.
    J'ai hate d'être proprio de mes 10 ares pour mettre en pratique une permaculture agroforestière.

    Xion.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour à tous,

    Belle vidéo en effet. Merci Disco.
    Pour les limaces il faut regarder du côté des Carabes... un bel allié avec les crapauds, hérissons... Autrement je passe le soir et les récoltes à la main. Ensuite, soit elles ont leur brevet de pilote pour aller chez le voisin qui est loin, soit elles finissent en purée mais loin des légumes. J'ai lu je ne sais plus où que les mortes se font bouffer par les vivantes.

    Testé la culture sur butte depuis deux ans, c'est whaou!! je pose tout à même le sol, j'ai un peu importé au début pour faire la butte, cartons, notamment de l'écorce de peuplier de chez Coponature, du bois, testé du charbon pour une nouvelle, un peu de terre, du brf, bref un joyeux bazar. Tout pousse sans rien faire, c'est canon vraiment. Les merles sont tellement friands de mes vers de terres, qu'ils sagouinent tout le sol... Va falloir que je trouve la parade.

    Je laisse les adventices tant que je n'ai pas besoin de la place et ne travaille qu'à la truelle.

    Autrement utilise beaucoup http://sd-5.archive-host.com/membres/up/26875744556604697/calendrier_lunaire_potager/ANNEE_2013/05-MAI-2013-Cal_lun_potager.pdf

    Un autre truc pour après transformer le tout que je viens de découvrir, http://www.dumieletdusel.com/archives/2012/11/11/25547877.html
    Vais me laisser tenté.

    Vous êtes tous beau et merci encore Tonio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. >> Pour les limaces il faut regarder du côté des Carabes... un bel allié avec les crapauds, hérissons... Autrement je passe le soir et les récoltes à la main

      j'appelle ça faire une battue nocturne -- trop classe pour faire bosser les enfants : primes selon le tableau de chasse !

      le pb du hérisson est qu'il laboure comme un petit sanglier !


      >> J'ai lu je ne sais plus où que les mortes se font bouffer par les vivantes.

      je confirme, pour l'avoir observé, c'est même devenu un piège que je leur tends pour savoir où les chercher : je les massacre aux mêmes endroits !

      Je ne les savais pas canibales, peut-être sont-elles attirées par les résidus végétaux que les mortes n'avaient pas encore digéré ?

      --neuneu.

      Supprimer
    2. Tes hérissons retournent la terre, ils enfouissent les graines, ça te coute moins chère en prime.

      Supprimer
    3. ils retournent la terre après la levée et détruisent les plantules (et de jour se sont les chats qui grattent, mais là j'ai des parades piquantes) ! mais je leur pardonne, il me suffirait d'entourer ces endroits sensibles un muret fait d'un filet anti-oiseaux, pour le reste ils sont effectivement les bienvenus.

      --neuneu.

      Supprimer
  9. une info sympa a rajouter a l'édifice en construction, il s'agit, une fois les legumes cueillis de pouvoir les conserver en bocaux via non pas la stérélisation mais la LACTO FERMENTATION qui conserverait l'apport en vitamine et leur gout.
    TONIO VA SUR LE SITE "dumieletdusel.com" des recettes et explications y sont proposés... la révolution passe par l'échange de la connaissance. (master-t)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La lacto fermentation change le goût de tes aliments, c'est une option pas un solution à moins que tu adore la choucroute.
      Une simple pasteurisation suffit déjà.

      Supprimer
  10. Bonjour,
    Plusieurs choses.
    1/ Je suis pas sûr que Soltner apprécie sa vidéo sur google drive...
    2/ La méthode est excellente. Il faut être patient pour les limaces (mettre plutôt de la paille que des feuilles mortes) et attendre que les prédateurs s'installent.
    3/ En attendant les prédateurs les paillettes de lin calment bien les limaces sinon on peut utiliser des nématodes spécialisés.
    4/ Pourquoi attendre la saison prochaine. La culture en lasagne fonctionne très bien et c'est quasi immédiat (il faut attendre 2 semaines après installation).

    RépondreSupprimer
  11. je préfère parler de produits naturels que bio vu la récup du terme par l'industrie.

    comme dit par d'autres, on revient alors difficilement aux productions de supermarchés pour le frais (les surgelés me conviennent très bien), sauf les cas connus de longue conservation comme les pommes ; en fait, le goût, la saveur et la texture, bref le plaisir, réside dans la mâturité à point et sont décuplés par le fait de cueillir soi-même selon ses envies du moment.

    je pense, comme retour d'expérience de ma pratique personnelle, que viser l'autarcie est stupide. En revanche pratiquer une certaine indépendance me parait souhaitable qui pourra devenir autarcie en cas de coup (vraiment) dur ; je peux confirmer le "Si tu veux être heureux toute ta vie, fais-toi jardinier."


    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  12. Le problème de la couverture "excessive" du sol (plusieurs centimètres en permanence), c'est que ça marche assez mal, disons, au nord de la Loire, là où le climat est plus froid et humide. Pour deux raisons : d'abord, la terre se réchauffe beaucoup plus lentement, ce qui veut dire que la saison des semis devient très tardive. D'autre part, couvrir le sol pour garder l'humidité et éviter les arrosages, c'est bien dans le sud, mais dans le nord, l'humidité ne manque pas et le mulch devient souvent le paradis des limaces.

    A propos de limaces l'idéal pour s'en débarrasser c'est les coquilles d'oeuf concassées qui les empêche d'avancer (c'est comme ramper sur des lames de rasoir, c'est pas tentant) ; avantages : ça résiste à la pluie et ça apporte de la matière organique au sol. Inconvénient, il faut vraiment beaucoup d'oeufs, c'est inapplicable sur une surface très importante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. >> A propos de limaces l'idéal pour s'en débarrasser c'est les coquilles d'oeuf concassées

      j'ai essayé sans que ce soit probant, peut-être pas assez concassées ou quantité insuffisante ?

      Supprimer
    2. Rajoute des pierres "sombre" dans ton paillis. T'auras des capteurs solaire qui réchaufferont ta terre, comme dans certain vignoble ou au pieds des plants de tomate...

      Supprimer
  13. excellente video merci

    RépondreSupprimer
  14. Connaissez-vous Piero San Giogio ?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Piero_San_Giorgio

    Et puis :

    "Il faut cultiver notre jardin" est extraite du conte philosophique Candide ou l'Optimisme de Voltaire écrit en 1759. La critique de l'optimisme est le principal thème de ce conte. Voltaire s'oppose aux optimistes qui pensent que Dieu est parfait et qu'Il a créé le monde le meilleur possible. Ils pensent que le mal existe mais il est compensé ailleurs par un bien infiniment grand. Dans ce roman Voltaire se propose de démontrer que les philosophes optimistes ont tort de prétendre que "tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes." Pour ce faire l'auteur met en scène un héros, Candide qui déclare toutes les formes du mal au cours de ses aventures.

    http://www.devoir-de-philosophie.com/dissertation-candide-dit-faut-cultiver-notre-jardin-cette-regle-conduite-vous-satisfait-vous-98544.html

    RépondreSupprimer
  15. Comprends pas en quoi enrichir un blog peut lui nuire, tout à fait OK sur assecher le Babel, payer à l'aller, payer au retour, payer sur le moindre camenbert ça suffit.
    excuse Tonio de renvoyer à l'économie mais j'ai croisé ça:
    http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/good-morning-business/modification-modele-bancaire-francais-jean-louis-mullenbach-good-morning-business-30-avril-123766/
    si le lien marche pas chercher dans BFM Business Replay GMB J.L Mullenbach:
    beaucoup de questions potentiellement très importantes (collatéralisation, banques françaises,chacun pour soi, ...) à suivre de près.
    Raph

    RépondreSupprimer
  16. les limaces n'aime pas les murs de fortification de radis.

    RépondreSupprimer
  17. http://www.incredible-edible-freland.fr/?page_id=56

    D'abord, Tonio, il semble que tu ne sois pas seul à être tenté par le retour à la terre.

    Ensuite, puisque ce n'est pas rentable pour de nombreuses personnes éduquées et/ou ayant un revenu confortable, ben, on cultive par loisir et éventuellement pour les personnes défavorisés.

    A noter que souvent les populations défavorisées, ne savent pas quoi faire des légumes, en dehors des pizzas surgelées et des pâtes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des personnes éduquer en quoi ?
      Une patate, ça pousse tout seul dans du composte et une fleur produit 100'000 graines. Ça fait du combien de % d'intérêt ???

      Supprimer
  18. Tonio je te conseille d'aller voir la vidéo "le jardin d'Emilia Hazelip", qui contrairement à Soltner qui a toujours un rateau ou une binette à la main partique la culture sur butte et n'utilise que le plantoir comme instrument...(même si je pense que sa technique de semis direct sur composte de petite graine mérite d'être essayée)
    Et de lire "le jardin naturel" de Jean-Marie Lespinasse: culture sur butte, culture en association (légume, aromatique, fleur), utilisation de haie de noisetier pour BRF. Lui il travaille sur butte haute assis sur un tabouret (il a plus de 80 ans!!) avec une fourchette!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas besoin de plantoir, faut utiliser les seed bomb.
      C'est moins d'effort et plus rapide...

      Supprimer
  19. Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours. Lao Tseu.
    (s'applique bien sur au potager)
    vortex

    RépondreSupprimer
  20. jardiner sans travail du sol oui
    mais le jardinier il travaille quand même (arosage,recouvrir,refaire du compost,protéger des oiseaux)
    ça fait quand même des heures passées à son jardin mais pour ceux qui aiment ça évidemment c'est top.
    grolandais31

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. effectivement, sur cette vidéo on voit bien qu'il travaille bien plus que s'il passait le tracteur pour labourer puis diffuser les engrais et autres traitements !

      sa méthode ne me semble pas économe en travail.

      je verrai à l'automne si la technique du jardin de fainéant que j'expérimente cette année fonctionne de manière acceptable.

      Supprimer
    2. Avec le paillage ou le BRF tu arrose seulement si y'a la canicule.
      Recouvrir me prends 1h par années, c'est pas recouvrir qui me prends le plus de temps mais de trouvé la matière. Avec le BRF, tu peux le faire une fois tout les deux ans.
      Dans la permaculture le composte n'existe plus, tu laisse les fanes sur sites.
      Pour les oiseaux faut utilise des seedbomb.

      Supprimer
  21. Vous passerez pas plus de temps au potager que dans les queues de supermarché.
    Et puis c'est tellement agréable de ramasser ses légumes.

    Des patates nouvelles, juste rincées sous l'eau et cuisinées dans la foulé. C'est incomparable :-)

    L'idée des arbres en périphérie c'est pas mal. J'avais planté des buis bordure, mais je pense les arracher pour planter des pommiers et des poiriers en espalier.

    Bonne chance et bon courage Tonio. Vous ne le regretterez pas.

    RépondreSupprimer
  22. A propos de Piero San Giorgio, j'ai appris récemment que le vert Yves Cochet avait écrit un livre "pétrole apocalypse" ou sur le constat, au moins, du peak every think dont pétrole, il en était arrivé grosso-modo aux même conclusions que PSG. Comme quoi...

    RépondreSupprimer
  23. une autre technique que je testée avec succès (à petite échelle) : au début du printemps, poser des cartons, avec des cailloux dessus, pour masquer le soleil aux mauvaises herbes ; le carton se désagrège avec le temps. Pb : le vers de terre s'en nourrit, mais les escargots et les limaces aussi. Mais on sait où les chercher.

    je pensais utiliser des cartons en y perçant des trous pour planter les fraisiers, mais j'ai finalement opté pour le paillage.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  24. Salut Tonio,

    Bon courage !

    Comme m'a toujours dit ma grand mere a qui je demandais des conseils pour apprendre rapidement. "Tu sais, meme avec mes conseils, tu vas faire plein de conneries. Le tarif, c'est 10 ans pour tout le monde."

    J'ai decouvert par la suite qu'elle avait completement raison, et pas seulement pour jardiner. Le tarif, pour maitriser un savoir pratique que ca soit jouer du violon, faire du judo, ou jardiner, c'est 10 ans. Donc, courage et perseverance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 10 ans c'est pour devenir un expert. De nos jours après trois mois d'essai tu es considérer comme apte à assumer les fonctions d'un professionnel.

      Supprimer
  25. "On m'a dit que ces posts là allaient nuire à mon blog. Hormis le premier soir, rassurez vous, je ne vais pas vous en inonder."
    Quand je vois les commentaires, j'ai plutôt l'impression que c'est l'inverse.

    RépondreSupprimer
  26. Super video merci,comme je n'ai pas de jardin j'ai pense au sac potager (http://sac-potager.solidarites.org/) mais ca ne marche peut-etre pas sous nos latitudes(?)

    RépondreSupprimer
  27. C'est marrant de voir des citadins qui méprisent les bouseux essayer de se faire un potager. Malheureusement comme vous êtes des incultes de la nature et de la vie, cela vous prendra énormément de temps avant de maitriser la chose. De plus vous allez voir que le "bio" n'est qu'un mensonge de plus.

    Bref vous feriez mieux de retourner fouiller les poubelles

    RépondreSupprimer
  28. ...."De plus vous allez voir que le "bio" n'est qu'un mensonge de plus."....

    Parce que l'agriculture "dite" conventionnelle qui flingue les sols, qui rend malades, voire tue, les praticiens-applicateurs de pesticides, qui pollue toutes les eaux de surface, qui agrémente certains littoraux d'algues eutrophysantes, au point que notre pays est sous la menace de lourdes amendes par l'UE, qui fourgue à contre-saisons des tomates et concombres hors-sol sans goût, quant à elle, ne serait revêtue que du voile pudique de la haute vérité ?????
    Pour rappel, l'ami, sans les citadins, les "bouseux", comme tu les dénommes, n'auraient pas où fourguer leurs récoltes et autres denrées d'origine agricole. Il est vrai que même en ce début de millénaire, à chacun de lire midi à sa petite porte de ghetto !!

    RépondreSupprimer
  29. aujourd’hui je viens de déraciner une parcelle de gazon pour de la patate et de l'ail qui germe depuis 4 semaines, quand j'ai vue la vidéo je me suis dit c'est pas terrible ça méthode mais je me suis bien fait chier, mais pour le rendement je pense qu'il a tort.
    Je prends exemple sur une foret qu-est-ce qui apporte de l'engrais, les feuilles qui tombe ou les racines des arbres mort ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la transition, vers le jardin sans labour qui est délicate. Il y a aussi le problème de l'empierrement, un peu sous-estimé dans la vidéo. Mais le principe est correct.
      Pour le principe d'agroforesterie, c'est l'ensemble du végétale qui enrichit la terre. Les racines en terres, les feuilles et branches en surface. Attention les résineux ne doivent pas participer aussi bien au processus ( le rapport Carbone / Azote n'est pas favorable, les résineux acidifie le sol contraiment aux feuillus, sauf exceptions).

      Encore une fois, il faut voir l'arbre comme une "machine" à transformer la matière minérale profonde en complexe argilo-humique dans les couches superficielles.

      Imaginons un sol caillouteux, primaire. Il n'y pas une couche de terre arable pour jardiner. On plante un arbre de typer 'pionnier' comme le bouleau par exemple. Au bout de quelques décénnies ou siècles, l'arbre arrive à percer le sol et former petit à petit une couche de terre en surface. Même principe pour les déserts.

      Supprimer
    2. Et encore, certains arrivent à tout faire pousser sur des déchets de résineux, c'est assez incroyable >

      http://www.youtube.com/watch?v=FldNFf3XVQQ
      http://www.youtube.com/watch?v=Ckt51Df9jOY

      Supprimer
    3. Faut apporter ce qu'il n'y a pas.
      Donc l'herbe dans forêt et les feuilles dans les prés.
      Mais ça c'est pour reconstituer une bonne terre.
      Après les engrais dépends de la plante, mais plus ta terre est riche, moins tu en a besoin...

      Supprimer
  30. Les deux !
    Le cycle du carbone dans les sols forestiers est calé sur le rythme, très lent, des forêts. Avec le défrichage des espaces sylvestres, notre agriculture moderne s'est développée en contribuant à accélérer ce cycle car les cultures qui y sont pratiquées ont des cycles beaucoup plus courts que celui de la forêt. Toute la question réside sur la méthode. Or,tel Mr Jourdain faisant de la prose sans le savoir, nos ancêtres, notamment celtes, qui vénéraient et la forêt et les bovidés dont les cornes ornaient leur casque,pratiquaient la méthode des transferts d'informations en transférant au sol une partie des facultés digestives assez extraordinaires de ces ruminants aux facteurs biotiques du sol. C'est ainsi que l'agriculture a pu être durable en recourant à l'usage des déjections de polygastriques par le biais des litières plus ou moins bien compostées. Nos agronomes modernes aliénés par la seule limite de ce que les instruments de mesure des laboratoires peuvent identifier et évaluer n'ont retenu que l'aspect minéralisant et contributeur architectural des chaînes carbonées d'origine végétale dans nos sols. L'aspect digestif étant passé à la trappe. En terres d'alluvions ( dans les grand bassins parisiens, aquitains etc) pour lesquelles il y a très peu d'inerties thermiques chimiques et surtout biologiques cet oublie n'a pas eu trop d'incidences sur la lecture globale de l'agronomie. En revanche, dans des terres à fortes inerties comme dans le Gers, là, il manque à l'agronomie cette dimension pour disposer d'une approche globale et durable.En clair, en transférant à nos sols par des voies nouvelles ces informations digestives de polygastriques, nous allons contribuer à maintenir éveillés et dynamiques des populations de factteurs biotiques dont le spectre sera maintenu le plus large possible par la pratique des rotations doublée par l'administration homéopathique d'extraits de plantes comme le font les sociétés Bio3G et Valagro. Pa-ssi-o-nnant !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, c'est avec ce genre de discours mi-cuistre mi-pédant que la société ne fait plus rien.

      Je traduit:
      Tu laisses les matières organique sur place, herbe, fane, racine, feuille, déjection, limon, etc...
      Sinon, tu rajoutes du composte, du fumier ou de la merde et t'attends que la nature fasse son job.
      Autrement, si t'as pas de matière organique fermentée ou que tes ajout ne se décompose pas assez vite, tu peux réactivé la biofaune des composteurs en ajoutant du Bactériosol.

      Voilà, ainsi on prends mieux conscience qu'il y a pas besoin d'être celtique, scientifique ou armé d'un dictionnaire pour accomplir une tâche dévolue aux femmes et aux enfants que 3 milliards de tiers-mondiste accomplisse tout les jours sans machine.

      Supprimer
  31. @Anonyme 04/05/13 14:16
    ....."Ouais, c'est avec ce genre de discours mi-cuistre mi-pédant que la société ne fait plus rien."......................

    Juste une question au prétendu non cuistre et non pédant, avec ta recette, tu l'appliques quand, notamment en ce qui concerne le bactériosol (juste un détail en lactos ferments , tu vois j'en prépare 2000 litres par an)??
    On verra bien si tu tiens la route avec tes considérations non constructives !
    Où as-tu vu que j'abondais dans la prose .."Tu laisses les matières organique sur place, herbe, fane, racine, feuille, déjection, limon, etc... "....duc duc ?

    RépondreSupprimer
  32. Je traduis....
    herbes, fanes, racines, s'accordent avec les matières organiques
    3 milliards de tiers-mondistes accomplissent....
    Un tiers "mondiste" 2/3 mondain , ta bafouille, non ?

    RépondreSupprimer
  33. un potager sans engrais, sans travail de la terre, sans eau et même dans certaines condition sans semence!
    http://www.youtube.com/watch?v=FldNFf3XVQQ

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.