mardi 28 mai 2013

Bruno Bertez : Quelques réflexions d’actualité sur le terrorisme financier et fiscal…

Politique Friction du Mardi 28 Mai 2013: Quelques réflexions d’actualité sur le terrorisme financier et fiscal…: pour une opération "mains propres"! par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 28/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Il est grand temps de donner un coup de balai. La fraude, la tricherie, les mensonges, la corruption, les kick-backs, le népotisme, les passe-droits, règnent en maîtres en France. Pourquoi se contenter de faire peur aux citoyens lambda, c’est par le sommet qu’il faut commencer. Compte tenu de ses ressources, le citoyen ne peut ni tricher ni voler beaucoup. Il a peu de pouvoir. Il ne manie pas des fonds considérables. Il n’a pas l’autorité de déplacer millions et milliards. Ceux qui le peuvent, ce sont ceux qui sont en haut de l’échelle sociale. Et singulièrement la poignée de personnes qui s’octroient le pouvoir d’avoir une influence sur l’affectation des 58% de la dépense nationale sur laquelle l’Etat a un droit de regard.





Il y a un peu moins de 20 ans, l’Italie lançait sa grande opération »mains propres », « mani pulite ». De nombreux hommes politiques sont tombés. En particulier des socialistes. Le parti socialiste italien avait une double comptabilité, une en Italie et une au Luxembourg et il avait mis en place un système extraordinairement efficace pour blanchir certains flux en provenance de la maffia. La France a été touchée en incidente par ces opérations, mais on en a peu parlé. Nous pensons qu’il est temps qu’en France on déclenche une gigantesque « mani pulite ». Pourquoi ne pas faire confiance à quelqu’un qui s’y connait et qui est alliée des socialistes, nous voulons parler d’Eva Joly.

La fiscalité, les pouvoirs de contrôle des États ne sont pas neutres. En France, des groupes sociaux entiers baissent la tête et sont dociles comme des moutons par peur de se faire remarquer par le fisc et de se retrouver pendus sur la place publique par un contrôle. L’exemple de ce qu’a fait Obama récemment par l’intermédiaire de l’IRS montre bien que partout, même dans les pays les plus évolués, on n’échappe pas à la tentation de se servir de la fiscalité à des fins politiques. On a peu parlé de cet aspect des activités de Bérégovoy en son temps.

Les réflexions ci-dessous nous sont inspirées par la campagne mondiale en cours qui vise à terroriser les gens qui cherchent à se protéger de la prédation fiscale en prenant le risque de se mettre hors la loi dominante.



Ce matin, nous lisons dans la mauvaise presse que Cazeneuve, celui qui a succédé à Cahuzac, n’exclut pas de recourir aux écoutes téléphoniques afin de confondre les personnes que l’on qualifie de fraudeurs.

D’abord, on s’étonnera que le pouvoir, qui a commis une faute et une erreur, dans l’affaire Cahuzac, se venge… sur les Français moyens. Le pouvoir faute, triche, ment. Conclusion de sa réflexion, il terrorise les citoyens. Même chose au niveau européen, ils trichent tous, gaspillent votre argent, volent, mais ils émettent une directive qui vous menace, vous, pas eux. Combien a-t-on volé sur les usines de dessalement que vous avez financées en Espagne, Messieurs?



- Nous suggérons que l’on écoute tous les hommes politiques, tous les parlementaires, tous les présidents de commission, tous les hauts fonctionnaires et, bien entendu, tous leurs proches et que les résultats soient publics. Moralité bien ordonnée commence par soi-même. Nous suggérons que toutes les peines, amendes, redressements, soient doublés pour ces gens censés donner l’exemple et gérer le caractère sacré, transcendant, de l’impôt.

- Nous suggérons que les dossiers des ex-RG sur tous les hommes en poste soient dès maintenant rendus publics. Pourquoi? Parce que les pouvoirs successifs ont constitué des dossiers les uns sur les autres, dossiers fiscaux, dossiers de mœurs, dossiers de train de vie, et qu’ils s’en servent pour se tenir par la barbichette.

- Nous suggérons que les avantages fiscaux des journalistes, des politiques, des fonctionnaires internationaux, soient immédiatement supprimés. Pourquoi? Parce que, sans niches et avantages, vols, sauts périlleux fiscaux de haute volée, ces gens auront une appréciation plus saine et équitable de l’impôt, de la frustration de se faire confisquer le fruit de son travail et de son épargne. Ils penseront et écriront autre chose sur la fiscalité en général et ils y réfléchiront un peu plus. L’enfer fiscal, c’est pour tout le monde, pas seulement les citoyens ordinaires.

- Nous suggérons que les complices de toute cette clique- les grands banquiers- soient contrôlés complètement, tant en terme d’avantages non déclarés, de revenus dans les filiales étrangères et les « puces » qu’ils touchent illégalement dans les paradis et zones non taxées et même non déclarées et même non comptabilisées…

- Nous suggérons que toute opération de fusion acquisition, rachat d’entreprise, déclenche un contrôle des comptes et des impôts et du train de vie des participants aux négociations, de tous les protagonistes. Ainsi les fameux 5% de commissions occultes que touchent les participants seront réintégrés, les négociations seront moins biaisées. Bien entendu, on devra contrôler toutes les opérations de la BPI, de la Caisse des Dé(potes), les comités qui attribuent les subventions, les aides, etc. Ainsi, par exemple, on pourrait commencer dès aujourd’hui à faire toute la lumière sur l’opération de rachat du Club Méditerranée qui vient d’être annoncée. On pourrait en profiter pour passer un coup de projecteur sur les relations sulfureuses qui unissent depuis très longtemps les intérêts socialistes Trigano à la Mitterrandie, au pouvoir socialiste en général, et à la Caisse des Dépôts en particulier. On n’oubliera pas toutes les sociétés immobilières et connexes, les intermédiaires aussi bien sûr, qui travaillent avec la Mairie de Paris, le Conseil…

- Nous suggérons que les déclarations fiscales des hommes politiques soient faites par un cabinet ad hoc, public-privé, qui gérera la fiscalité de ces gens tant qu’ils auront la moindre responsabilité publique, électorale, et que ceci soit prolongé jusque 5 ans après leur abandon de poste public. En effet, bien souvent les kick-backs et commissions sont différés.

- Nous suggérons aux partis politiques qui, soi-disant, lavent plus blanc, en gros les extrêmes, de créer des commissions de vigilance sur toutes ces questions. C’est le rôle que s’est attribué Médiapart pour le compte du Front de Gauche, autant l’institutionnaliser.

- Nous suggérons que la tradition républicaine, qui veut que certains intervenants du système démocratique ne soient jamais contrôlés, soit abandonnée. Ce sont des institutions de blanchiment.

Les journaux, boites de sondage, boites de pub, les syndicats, les associations qui gèrent la formation, les officines de lobbying, les mutuelles d’assurances, le Loto et ses boites de pub, doivent, tout de suite, être contrôlés.

- Nous suggérons de mettre sous surveillance permanente les entreprises qui vivent de commandes publiques et para publiques, les Veolia, les…

- Nous suggérons que, dès lors que ces mesures seront décidées, puis actées, le vrai caractère de la prédation fiscale sautera aux yeux, sera révélé. Le mythe de l’Etat en prendra un sacré coup, on s’apercevra que tout ce que l’on sacralise par les mots « État, raison d’Etat, service public », c’est en réalité la couverture d’une clique qui ne croit pas un mot de ce qu’elle proclame, qui pratique le fait du prince -et des voleurs- au nom du soi-disant souverain que vous êtes censés être.

- Nous suggérons, nous allions oublier, que l’on donne les moyens au Pôle des juges financiers et à leurs policiers, des effectifs, des moyens et des formations, afin qu’ils puissent accomplir leur travail. L’une des astuces de la clique consiste à ne pas donner à ces gens les moyens nécessaires à leur mission, afin de produire une sorte de rationnement des enquêtes et donc des révélations. Vous savez, le coup que l’on a fait et continue de faire avec le Pôle Santé à qui on refuse les moyens de travailler afin de pouvoir, infamie, blanchir les gens, comme Aubry dans l’affaire de l’amiante.



L’Etat, la Fonction Publique, l’Administration, l’Exécutif, le Législatif, le Judicaire, ce sont des hommes comme vous et moi, des copains, des coquins, des amis, des frères, des hommes qui vivent à l’abri d’une mystification qui leur donne avantages, pouvoir et le pire de tout, l’impunité.

Le problème fondamental du gouvernement des hommes, est contenu dans ce paradoxe: Comment donner les pouvoirs à des hommes pour qu’ils gouvernent et permettent la vie en société , et en même temps limiter ces pouvoirs pour qu’ils n’en abusent pas? Toutes les constitutions sérieuses se sont penchées sur ce problème, sauf la Française. Comment donner les pouvoirs tout en empêchant que l’on puisse en abuser?

Le pouvoir corrompt, il conduit à l’abus, au pillage.

Les contrôles , les contrepouvoirs ne sont que des illusions.

Pourquoi?

Nous avancerons les raisons suivantes :

- Dans nos sociétés, il y a concentration réelle du pouvoir derrière le masque de la diversité et de la séparation. Les représentants du peuple ne sont pas choisis par le peuple, ils sont désignés en haut par les instances ; et le haut c’est une poignée de personnes qui tirent les ficelles.

- Le pouvoir dispose du monopole de l’usage de la force et il l’utilise de plus en plus, subrepticement. Ainsi on met sur écoute les citoyens pour contrôler leurs impôts.

- Le pouvoir est dominant sur les médias, c’est lui qui fabrique et manipule les opinions et même les vérités sur les médias les plus importants comme les télévisuels.

- Le terrorisme, le vrai a étendu les droits des pouvoirs et réduit ceux des citoyens, il a transformé tout sujet en danger potentiel, donc surveillable, contrôlable, présumé coupable. Orwell est parmi nous.

- Peu à peu l’opposition et la révolte, la simple défense des libertés individuelles, les manifestations d’opinion, deviennent des délits, voire des crimes, ils sont redevables du code pénal.

D’une façon générale, la force, les instruments de l’Etat ne servent plus à protéger les citoyens, à améliorer leur vie, mais à la pourrir, à les mettre au pas.



7 commentaires:

  1. bref tous pourris, tout le monde le sait mais les escrocs votants les plus pourris sont aussi les plus nombreux, donc désobéissance civil pour le temps qu'ils leur restent à détruire la France.
    Puis vengeance ça soulage.

    RépondreSupprimer
  2. À imprimer et distribuer dans toutes les boîtes aux lettres de votre quartier. Merci.

    misère.

    RépondreSupprimer
  3. Bertez est un excellent théoricien et analyste.

    Mais il commence à tourner sur lui-même.

    "Le pouvoir corrompt"... C'est comme déclarer que l'eau mouille.

    De plus, après la théorie il y a la pratique.

    La liste de Prévert de ses "suggestions" est pertinente, juste, mais n'a aucune chance concrètement, pratiquement d'être mise en pratique.

    C'est ce que je critique chez la plupart de ces commentateurs.

    Ils s'arrêtent à 10 mètres de la ligne d'arrivée. Ils ne parviennent pas à réfléchir comme Nietzsche... "au-delà".

    Donc retour à nos moutons. Que faire pour que surgisse ne nouvelle révolution nationale en France qui abattrait la caste des mafieux ?

    J'ai un début de réponse :
    -affamer la Bête : quitter le pays
    Les créateurs de richesses, les bosseurs doivent partir.

    -tout doit être fait pour précipiter la chute du Système. Même dans les plus petits détails. Face à Sarkozy / Hollande par exemple, on votera bien entendu Hollande.

    -tout ce qui relève de la politique du pire doit être célébré : agressions, insécurité, hausse du chômage, fiscalité prédatrice, le sida mental (obsession gay, obsession immigrationniste), etc.

    Vous allez me dire que je suis gonflé. Mais faites l'effort de réfléchir un peu out of the box, et vous verrez que le choix est entre :


    -faire durer le Système et donc prolonger l'agonie, notre agonie

    -précipiter son implosion, condition sine qua non pour ensuite reconstruire quelque chose de meilleur.

    J'ajoute que toute solution qui se présenterait comme un "entre deux" fait le jeu en fait du status quo.

    Formulé autrement : c'est seulement quand on aura touché le fond la fosse à purin qu'on pourra remonter.

    Je m'en veux d'écrire une telle lapalissade, mais dans notre folie collective, on semble avoir oublié cette évidence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Internet est le 6ème continent, et beaucoup ont déjà commencé à y émigrer. Les plus jeunes surtout. La révolution est en marche. Il faut en avoir conscience.

      Encore ce matin j'entendais un petit reportage sur Bfm Business qui parlait de la folie du développement des applications pour mobiles et internet, et qui comparait ça à la ruée vers l'or au XIXème siècle.

      Oui, nous sommes en train de changer de monde et nous n'en sommes qu'aux balbutiements.

      Peut-être assisterons nous un jour à une révolte du même type que le Boston Tea Party, qui aboutira à l'émergence d'une conscience politique sur internet, un nouvel Etat, et qui prendra son indépendance des vieux continents.

      Supprimer
    2. Bertez tourne effectivement en rond comme pas mal d'économistes. Ils bouclent indéfiniment sur des théories qui représentent de la poudre aux yeux. L'argent n'est relié à rien de physique, pas même de la monnaie. Avec de simples jeu d'écritures, désormais électroniques, les élites s'arrogent une suprématie sur la base de la pyramide.

      Ce ne sont pas ces élites qui sont pourries, mais bel et bien le système. Et il faut effectivement raisonner autrement qu'en terme économique ou même politique.

      Et quand on raisonne global, tout colle et tout est cohérent. Seul un très faible de pourcentage d'intellectuels raisonnent réellement en global, marginalisés comme il se doit par "l'oeil qui voit tout".

      Le plan est implacable et se sert de tous les outils à disposition pour aboutir, y compris et surtout l'Internet :
      - Monter les esclaves les uns contre les autres : Matraquage de faits divers, false flag, banalisation de la violence.
      - Affaiblissement des Etats Nations : Guerres, assassinats ciblés, renforcement d'espaces trans nationaux, affaiblissement des pouvoirs militaires, policiers, économiques.
      - Acculturation des peuples : Immigration, mondialisation...

      Ce plan affecte 99% des Etats de cette planète. Et avec un peu de reflexion, tout le monde sait lequel y échappe et ne connaitra ni mariage gay, ni faillite économique, ni perte de valeurs religieuses et identité culturelle.

      Supprimer
    3. Internet le monde du vide et de l'immatériel. A mille lieu du réel et du charnel. Internet et le monde virtuel ne peux aboutir au mieux qu'à un prise de conscience et une ré-information d'une minorité ayant des base culturelles solide. Au pire pour les décérébrés sans conscience ce sera l'abrutissement final à coup de pornographie, de jeux et de spectacle youtube débile du type "x clash y".
      J'ai plus confiance dans le café du commerce pour faire une révolution qu'en un jeune hyper connecté. Et je ne pense pourtant pas grand bien du café du commerce.

      Supprimer
    4. .............." c'est seulement quand on aura touché le fond la fosse à purin qu'on pourra remonter."...........

      Il y a le purin qui pue, il est oxydé, il est un vivier à bactéries nuisibles. Son administration sur les terres agricoles est un non sens agronomique. Et puis, il peut y avoir un purin qui ne pue pas, non oxydé, réduit donc selon les règles de la bio-électronie de Vincent.
      Pour remonter à la surface, il convient, à prime abord, de ne pas avoir succombé lors de la descente et d'y avoir un minimum de visibilité afin de pouvoir s'y diriger. Convenez-donc qu'il y a quand même lieu de se préoccuper de la nature du liquide dans lequel on va devoir, tôt ou tard, plonger ! non ?
      Ca serait trop con de pousser pépé dans la fosse sans savoir s'il va pouvoir remonter à la surface, non ?

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.