mercredi 1 mai 2013

Charles Gave : Mais où sont donc passés les Oints du Seigneur ?

Charles Gave en TRES grande forme   

Mais où sont donc passés les Oints du Seigneur?
Institut des libertés, Charles Gave, 30/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les « Oints du Seigneur » sont ces gens qui se sentent appelés par une force supérieure à guider le Peuple, l’Europe, voir l’Humanité toute entière vers de lendemains qui chantent. Hélas, leur parcours vers la Gloire est en général accompagné de désastres inouïs. On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs me disent leur supporters. Ce à quoi je leur réponds que je vois beaucoup d’œufs cassés mais jamais une omelette.

Le concept, mis au point par le grand économiste Américain Thomas Sowell (noir, ancien marine et patriote en diable) explique que ces bienfaiteurs de l’humanité procèdent toujours de la même façon.
  • Tout d’abord, ils « identifient » un problème (qui en général n’existe que dans leur imagination).
  • Ayant identifié le problème, ils proposent une solution.
  • La solution implique toujours un accroissement du rôle de l’Etat, et comme ils sont en général payés par ce même État, un accroissement de leur pouvoir à eux… Voila qui n’est guère surprenant.
  • Apres moult campagnes de presse, leur solution est adoptée. Ceux qui s’opposent à cette solution sont traités de réactionnaires et de petits esprits égoïstes. (Eux , ils sont généreux, avec l’argent des autres, bien sur…)
  • La situation, à chaque fois se dégrade très rapidement APRES L’ADOPTION DE LA « SOLUTION ».
  • Qu’à cela ne tienne, nos oints du Seigneur ont déjà dans leurs cartons (j’ai presque envie de dire dans leur boite à outils), une solution aux problèmes que la précédente solution a apporté…
  • Et on repart pour un tour…

L’exemple parfait de cette démarche peut se trouver dans l’Euro

Avant l’Euro , l’Europe allait tres bien.

Depuis nous vivons en plein cauchemar. Et on attend toujours l’acte de contrition des oints du Seigneur de l’époque et de leur chefs bien aimés les ineffables messieurs Delors et Trichet qui à eux deux ont été capables de ruiner leur pays en vingt ans.On ne peut qu’être admiratifs.Ruiner un pays aussi riche et talentueux que la France, en aussi peu de temps, requiert une intelligence exceptionnelle.

J’écrivais il ya 12 ans que l’Euro allait foutre en l’air l’Europe, nous y sommes.

Et la solution que propose monsieur Attali (oint du Seigneur entre tous, et depuis fort longtemps, il n’y a pas un désastre auquel il n’a pas participé activement depuis 1981) est de supprimer la Démocratie, en donnant le Pouvoir à un Conseil de Sages (dont il ferait partie, bien sur) ce qui est après tout le but ultime de toute cette Classe de sangsues: supprimer la Démocratie et créer des instances dirigeantes non soumises à l’élection (pouah!) pour rouler dans des voitures de fonction avec chauffeur sans jamais craindre de devoir prendre le Metro à nouveau.

Ils y sont arrivés à Bruxelles, pourquoi pas à Paris?

Mais je ne veux pas parler encore une fois de l’Euro et de ses thuriféraires tant le désastre est maintenant patent. Il ne sert à rien de tirer sur une ambulance.Je veux parler de ce qui se passait il y a à peu prés un an, pendant la campagne Présidentielle Française.

Dieu sait que je n’avais guère été impressionné par Nicolas Sarkozy et que l’on ne peut me compter parmi ses chauds supporters. Mais enfin…Il avait essayé de faire une ou deux réformes…et les temps avaient été difficiles.Malgré cela, toute l’intelligentsia économique Française (oxymore s’il en fut) ou presque se fendit de pétitions, signées par les économistes Français mondialement connus (à Paris, par France Inter), pour appeler à voter pour monsieur Hollande.

Et tous de nous asséner leurs titres, Professeurs dans telle école ou de telle université prestigieuses, Membres d’associations professionnelles reconnues, participant à tous les comités Théodule que notre République, bonne fille, organise pour arrondir les fins de mois de ceux qui peuvent critiquer les Princes. Aucun des suspects habituels ne manquait à l’appel.

Et de nous expliquer qu’ils avaient soigneusement étudié le programme (?) de Francois Hollande et qu’ils garantissaient à l’électeur que si ce programme était mis en pratique, une fois leur candidat élu, alors tout s’améliorerait en France très rapidement. (Ils nous avaient déjà assuré que l’Euro serait un immense succès, d’où mon inquiétude de l’époque).Au vu de ces pétitions, accompagnées de passages constants à la télévision ou à la Radio des mêmes personnages, j’avais écrit ma première chronique sur les oints du Seigneur que le lecteur doit pouvoir retrouver dans les archives de l’IDL. Et elle n’était pas élogieuse.

Un peu moins d’un an après, qu’en est- il? Eh bien, comme je l’attendais (et comme eux ne l’attendait pas du tout) l’économie Française est en train de s’effondrer comme rarement dans son histoire.

Que le lecteur en juge

L’INSEE effectue chaque mois une enquête auprès des chefs d’entreprise- ces vampires- et cette enquête nous permet d’anticiper quelque peu l’évolution à venir du PIB Français comme en fait foi le graphique suivant.

image002-2

Il est tout à fait évident que le PIB Français- hors dépenses gouvernementales- va se contracter d’au moins 2 % d’année en année, et sans doute plus (fin Juin) et que la récession qui s’annonce va être au moins aussi sévère que celle 1993, pendant laquelle le Crédit (ou plus exactement le Débit) Lyonnais avait sauté alors que monsieur Trichet était à son conseil et n’avait rien vu venir, comme d’habitude. Que je sache, il n’a pas rendu ses jetons de présence…

Si les sondages de l’INSEE continuent à se détériorer (et cela est quasiment certain) il est à craindre que la France ne soit pas entrée dans une récession, mais dans une dépression, un peu comme l’Italie, le Portugal, la Grèce, Chypre, l’Irlande l’Espagne …(merci monsieur Delors, merci monsieur Trichet).

Le cout du travail est inferieur en Allemagne à ce qu’il est en France et il en est de même pour le cout du capital.Quel est le chef d’entreprise masochiste qui va bâtir une usine en France, assurée qu’il sera de se faire mettre en pièces par son concurrent Allemand ?Et si par hasard il gagnait de l’argent en faisant des « profits », mot horrible que monsieur Heyrault n’a pas cité une fois dans son discours de soutien aux entreprises, ils lui seraient volés de façon démocratique bien sur, par un vote organisé par une majorité de fonctionnaires.

Et bien sur le chômage et les déficits budgétaires vont exploser a la hausse.Il n’y a jamais eu de récession en France sans que le déficit budgétaire ne se creuse d’au moins 2 points de PIB et que le chômage ne monte massivement

Bref, monsieur Hollande n’a rien compris, ne connait rien en économie, sa boite à outils est vide et l’a toujours été et quasiment toutes les mesures qu’il a prises sont incroyablement contreproductives.

Et pourtant il fait ce qu’il a dit qu’il allait faire.Et donc je ne lui en veux pas.Il a juste dépassé et largement son niveau d’incompétence ce qui est bien normal pour un homme normal appelé à des fonctions anormales.

Mais vous, messieurs les signataires de pétitions?Ou êtes vous? On ne vous voit plus! On ne vous entend plus! Qu’avaient vous à dire pour votre défense?Hélas, il n’y a que deux explications à vos erreurs
  • Si l’on est socialiste et honnête, on est incompétent.
  • Si l’on est socialiste et compétent, on n’est pas honnête .

Vous êtes socialistes et fiers de l’être, c’est ce que vous nous disiez il y a un an.

Et donc
  • Ou bien vous aviez compris que ces mesures allaient nous amener dans le désastre dans lequel nous sommes et vous pensiez que monsieur Hollande ne les mettrait pas en pratique, et donc vous n’êtes pas honnêtes, et votre crime est pire que celui de monsieur Cahuzac puisqu’ en tant qu’intellectuel vous avez pêché contre l’Esprit.
  • Ou bien vous pensiez, en toutes bonne foi, que ces mesures allaient permettre à l’économie Française de se reprendre, et je plains vos étudiants (vous êtes tous professeurs) d’avoir comme maitres des gens certes honnêtes, mais totalement incompétents.

Mais après tout , et comme je l’ai entendu souvent aux USA: si vous étudiez une matière et que vous ne la maitrisiez pas bien, enseignez la!Vous êtes l’exemple vivant de ces vérités paradoxales.Je suis cependant prêt à parier que des que la Gauche aura perdu le pouvoir, l’on n’entendra plus que vous.Sauf, bien sur, si l’on venait à fermer France Inter, ce qui serait une mesure de salubrité publique.

37 commentaires:

  1. C´est totalement faux, le travail ne coûte pas moins cher en Allemagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HEU, excusez moi, j'habite à STRASBOURG, je viens de faire faire une étude par un expert comptable allemand pour transférer une web agency à KEHL (Allemagne), sur cinq postes de salariés(niveau master 2)la boîte économiserait au moins 8.000 euros par mois à salaire net équivalent.

      Supprimer
    2. mais pourquoi ne se présente-t-il pas aux élections ce donneur de leçons ? Après tout si il prêche contre le socialisme, c'est qu'il dispose d'une solution aux problèmes du pays...Mais alors pourquoi ne nous en fait-il pas profiter ? Peur de rentrer dans le club des oints du seigneur ?

      Supprimer
    3. Vous écoutez Frouze-Inter vous :-)

      Le coût du travail horaire est 11% plus élevé en France (34,90 euros par heure) qu'en Allemagne, selon les chiffres de Destatis (l'office allemand de la statistique).

      Supprimer
    4. J'adore "Anonyme", tout simplement "Anonyme" et sans argument pour réfuter Gave. Très belle preuve de courage et de réflexion.

      Supprimer
    5. C'est simplement une protection de bon sens.Mr Gave préconise de fermer des radios qui ne lui plaisent pas.Quand ses amis seront au pouvoir, il sera tout aussi d'accord pour interner les gens qui osent ne pas étre de son avis.

      Supprimer
    6. @doctor_doom4

      yaurai moyen d'en voir un aperçu de cette étude ? curieux de la décortiquer...

      Supprimer
    7. de toutes façons le coût du travail ne suffit pas à déterminer la différence de compétitivité ; il faut au moins considérer la productivité (payer 3 fois moins cher un salarié qui ne produit que 4 fois moins n'est pas rentable).

      sans oublier qu'à 10% près on reste dans la marge d'erreur et d'incertitude méthodologiques de ce genre de statistiques globales.

      on est bien mieux armé sur un cas particulier qui ne représente toutefois pas nécessairement le cas général.

      Ainsi un Renault trouvera plus rentable de délocaliser en Espagne, tandis qu'un Toyota préfèrera la France.


      --neuneu.

      Supprimer
    8. je rentre de congés le 13, et je l'envoie au webmaster,pour rire, mais sinon le lux c'est pareil (même un peu mieux ) et plus accessible pour les non germanophones il suffit de quelques clics et vous pourrez vous en convaincre:le cumul de charges patronales et salariales c'est 25%à la louche, c'est à dire avec un budget de 2500 euros dépensés par l'entreprise,en france le net sera en gros de 1200 euros pour le salarié et au lux de 2000. Pour le gérant de la SARL au lux, Possibilité de prélever les tantièmes, non soumis à charges sociales au lux et taxés prélèvement à la source de 20%, seul problème les tantièmes ne sont pas une charge de l'exercice au lux,mais en allemagne c'est OK, (déductible du résultat de la boîte)

      Supprimer
  2. >> le Crédit (ou plus exactement le Débit) Lyonnais avait sauté alors que monsieur Trichet était à son conseil et n’avait rien vu venir, comme d’habitude. Que je sache, il n’a pas rendu ses jetons de présence…

    Non, JC Trichet était gouverneur de la Banque de France.

    Ce qui n'empêche qu'il n'ait rien vu venir, alors que cela relevait de sa toute première responsabilité, ni du CL, ni du Crédit Foncier de France, ni du Comptoir des entrepreneurs, ... rien, nada .. ce qu'il plaida et lui valut son non lieu et donc la possibilité de devenir pape de la BCE.

    Aujourd'hui c'est Mario Draghi, l'ex-mafieu de Goldman-Sachs, qui prétend qu'il n'était pas au courant des turpitudes du maquillage des comptes grecs par la filiale européenne de GS qu'il dirigeait qui lui a succédé.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  3. "Avant l’Euro , l’Europe allait tres bien."

    Sacré culot, le Charles Gave !

    RépondreSupprimer
  4. Je suis souvent mal à l'aise avec l'idéologie libérale de Charles Gave qui néglige le rôle d'un Etat bien pensé dans l'organisation sociale d'un pays, mais d'une part il a totalement raison sur la perte de sens des réalités de nos zélites sur l'euro, mais en plus... c'est très drôle, ce qu'il écrit!
    Amen...

    RépondreSupprimer
  5. Une superbe diatribe, qui vise juste, de la part de Gave, et zou le premier troll venu s'en mêle...

    Il est inutile de répondre.

    Quant à moi je persiste : Gave est excellent. C'est sans doute le meilleur d'entre nous, pour reprendre une bonne vieille expression.

    Il vise et tire juste.

    Il décrit, dénonce le mal français avec une grande acuité, une grande précision et une belle plume.

    Que demander de plus ?

    Sit back, relax and enjoy the show. C'est un véritable festival !

    RépondreSupprimer
  6. Mr Charles Gave se montre tel qu'il est réellement.Pas de liberté pour les gens qui ne pensent pas comme lui.Et il ose présider un institut des libertés?.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as toute liberté pour nous envoyer dans le mur.
      Vas-y te gène pas.
      Surtout continue, dévie pas, des fois que ce soit le mur qui cède.


      Donner le pouvoir et le pognon de l'état à ton copain Hollande, c'est équivalent à donner une bouteille de whisky, une autre de champagne + les clés d'un camion de pompier (avec la sirène et tout...) à un enfant de 12 ans.

      Supprimer
    2. Argumentation d'un enfant de douze ans

      Supprimer
  7. "Nicolas Sarkozy ... avait essayé de faire une ou deux réformes…et les temps avaient été difficiles"

    Charles Gave n'est pas crédible. Sa haine du socialisme lui fait perdre toute mesure. Il apprécie chez Sarkozy ce qu'il reproche chez Hollande.

    Charles Gave est un con. Malheureusement Hollande a fait plusieurs conneries pour satisfaire la gauche de son partie, ce qui va nous donner encore quelques billets débiles de Gave.

    Accumulation de dette + peak everything = pas de réforme sans une période de dépression.
    Soit Gave est un menteur, soit c'est un imbécile de penser qu'on peut éviter la gueule de bois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Gave sait très bien qu'on ne peut pas éviter la gueule de bois c'est tout sauf en imbécile pour l'avoir rencontré à plusieurs occasions. Alors avant de lâcher des injures, il faudrait déjà regarder son track record. Son livre des Lions Menés par des Anes, ne date pas d'hier. Il avait annoncé la couleur.

      Donc les formules lapidaires à l'emporte pièce et les jugements hâtifs, moi, cela me fait bien marrer John Smith.

      Supprimer
    2. Alors pourquoi reproche-t-il à Hollande une récession que nul ne peut éviter?

      Supprimer
    3. Au lieu d'attenuer Hollande l'a amplifie tout comme monsieur Sapin ministre de l'economie en 1993 a amplifie la crise en 1993 en arrimant le franc au deutschmark. Le chomage avait augmente de plus de 2% en 1993

      Supprimer
    4. A lire dans La Revue des deux Mondes - La Tragedie du Franc Fort par Galilee publiee en 1993 et disponible sur le site de la publication pour 1.50 euros.

      Supprimer
    5. "Au lieu d'attenuer Hollande l'a amplifie"

      Oui je suis d'accord. Mais de là à regretter Sarkozy, il y a un pas que je ne fais pas. Je n'approuve pas toutes les mesures prises depuis l'élection. Mais quand on voit le track-record de Sarkozy en économie, je trouve assez vain de ré-ouvrir une querelle sur les dernières élections.

      Supprimer
    6. "Dieu sait que je n’avais guère été impressionné par Nicolas Sarkozy et que l’on ne peut me compter parmi ses chauds supporters" - Charles Gave

      Charles Gave n'est pas un chantre de l'UMP, c'est un libéral convaincu et membre du bureau du Parti Libéral Démocrate.

      Il ne s'agit pas de rouvrir une querelle, relisez ses livres. Sa vision de la France est très claire.

      Vous lui faites un faux procès.

      Ni l'UMP, ni le PS ne représente le courant libéral que défend Charles Gave.

      A noter que Bastiat, à l'origine était un élu de gauche avant que cette dernière ne change radicalement d'idéologie.

      Supprimer
  8. Tout est mieux en Allemagne ,ils sont d'ailleurs TELLLLLement heureux qu'ils se reproduisent à tour de bras...
    LOL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se reproduire et compter ensuite sur les aides sociales, des "droits" mais aucun devoir. Vive la France qu'on est les meilleurs.

      Supprimer
    2. Chez nous c'est tellement mieux, qu'à la différence... ça se reproduit à tour de queue...

      On verra les résultats dans 20 ans...
      Les Ziva-tamère-elle-suce-des-allocs contre les Schpountz le match va être épique.

      Supprimer
    3. Je vous rassure Anonyme de 18h12.
      En France il ne se reproduit que des chances (+ de 60% en ile de France) :-)))
      Cf le dossier sur la drépanocytose.

      Supprimer
  9. le dernier billet de Jacques Sapir, tiré d'une étude d'une fondation liée au SPD, est intéressant, surtout le tableau de la décomposition en sept groupes sociaux d’intérêt en Allemagne.

    http://russeurope.hypotheses.org/1182

    yongtai

    RépondreSupprimer
  10. Il n'y a pas de solution , ni dans les veilles recettes de gauche,ni dans les veilles recettes de droite...
    Il faut des idées nouvelles, de l'audace ,et des hommes avec un vrai sens de l’intérêt de la FRANCE.(et je ne suis pas facho,loin de là)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idée nouvelles ? Comme le libéralisme, qui n'a jamais été utilisé en france?

      Bon, on verra ca après une bonne guerre, comme à chaque fois avec le socialisme. Quelle religion de ratés !

      Supprimer
  11. http://resistanceauthentique.wordpress.com/category/or-et-argent-metal/

    RépondreSupprimer
  12. MEDIAPART, Paul Jorion : « La zone euro est à deux doigts de l’éclatement », le 30 avril 2013.

    Mediapart : Un économiste grec, Yanis Varoufakis, considère sur son blog que le mémoire de la Bundesbank est un acte de guerre et annonce la fin de la zone euro telle que nous la connaissons. Partagez-vous cette analyse ?

    Paul Jorion : Les conclusions de Yanis Varoufakis au billet alarmiste qu’il poste sur son blog sont probablement bonnes, mais pas pour les raisons qu’il avance. Entre la Grèce, Chypre, le Portugal, il est clair que c’est l’Allemagne qui tient la zone euro. Elle a commencé à faire les comptes. L’addition devient de plus en plus lourde et les risques aussi, comme le traduit Target 2 (système de compensation intra-européen qui montre que l’Allemagne est créditrice à hauteur de 700 milliards d’euros à l’égard du reste de la zone euro). Enferrée dans sa position d’exportateur net, elle devient de plus en plus en risque. Les Allemands sont devenus les seuls répondants. La zone euro est devenue un fardeau beaucoup trop lourd pour eux. L’intérêt calculé de l’Allemagne est de couper le cordon.

    Mediapart : Peut-elle décider de le faire ?

    Paul Jorion : La raison voudrait que l’on arrête la politique du chacun pour soi, qu’on rebâtisse un ordre monétaire international, dont l’absence depuis 1971 entraîne tout le monde par le fond. Au niveau européen, la construction telle qu’elle a été faite montre toutes ses lacunes et ses erreurs. Il faudrait aller vers plus de fédéralisme, afin qu’un système budgétaire et fiscal commun vienne compléter la monnaie unique. Mais si cela se fait, ce sera contre les opinions publiques. Celles-ci ont décroché du projet européen : elles souhaitaient une Europe des citoyens, elles n’ont que l’Europe des marchands. À ce stade, il y a toutes les raisons d’être pessimiste. Nous sommes dans une période très critique. La zone euro est à deux doigts de l’éclatement. Le système est dans une telle situation de fragilité que la moindre étincelle peut le faire exploser.

    http://www.pauljorion.com/blog/?p=52999

    RépondreSupprimer
  13. Vers une nouvelle monnaie européenne.

    Sur son blog, l'économiste Yanis Varoufakis souligne l'importance historique du document de la Bundesbank publié dans le journal Handeslblatt. Ce document de la Bundesbank montre que l'Allemagne est en train de suivre une Grande stratégie :

    l'Allemagne souhaite créer une nouvelle monnaie, qui réunirait tous les pays situés à l'est du Rhin et au nord des Alpes.

    La monnaie actuelle, l'euro, resterait la monnaie des pays d'Europe du sud et de la France.

    Lisez cet article :

    Faites votre choix, cher lecteur : voyons-nous une Grande erreur de la Bundesbank ? Ou alors une Grande stratégie, dont l'objectif est d'aboutir à une nouvelle monnaie à l'est du Rhin et au nord des Alpes, nouvelle monnaie inutilisée par les pays en déficit et par la France ? Je sais sur quelle interprétation je parierais de l'argent.

    You take your pick, dear reader: Do we behold a Bundesbank Grand Error or a Grand Strategy, the purpose of which is to bring about a new hard currency east of the Rhine and north of the Alps, unencumbered by the deficit countries and France? I know which interpretation I would place money on.

    http://yanisvaroufakis.eu/2013/04/27/intransigent-bundesbank-mr-jens-weidmanns-surreptitious-campaign-to-bring-back-the-greater-deutsch-mark/

    Rappel des chiffres du chômage en Europe :

    1- Médaille d'or : la Grèce. 27,2 % de chômage.

    2- Médaille d'argent : l'Espagne. 26,7 % de chômage.

    3- Médaille de bronze : le Portugal. 17,5 % de chômage.

    Et les pays qui ont le moins de chômage ?

    24- Pays-Bas : 6,4 % de chômage.

    25- Luxembourg : 5,7 % de chômage.

    26- Allemagne : 5,4 % de chômage.

    27- Autriche : 4,7 % de chômage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon rêve, une monnaie uniquement électronique et nominative :

      - vol impossible,
      - corruption impossible,
      - évasion et travail dissimulé impossible.

      Une monnaie pour ceux qui gagne leur vie honnêtement et qui n'ont pas honte de ce qu'il gagne.

      Les trafics pourrait toujours exister mais en nature plus en numéraire, ce qui compliquerait la tâche surtout pour des sommes importantes.

      Supprimer
  14. La monnaie électronique ? Oui et non. Oui, si elle est décentralisée et qu'elle ne puisse donc souffrir d'aucun bidouillage de la part d'entité politique ou financière (utopique à mon avis). Mais non, parce qu'elle ne reposerait toujours sur rien et que si cette monnaie dématérialisée se substitue à 100%, la traçabilité sera totale : adieu la liberté. Impossible d'offrir des fleurs à sa maitresse sans que sa femme soit au courant. Je plaisante mais l'idée est bien celle-ci.

    RépondreSupprimer
  15. Vendredi 3 mai 2013 :

    Zone euro : récession pire que prévu en 2013, PIB en baisse de 0,4%.

    La zone euro connaîtra cette année une récession plus importante que prévu, avec un Produit intérieur brut se repliant de 0,4% (contre -0,3% prévu jusqu'ici) et un chômage au-dessus de 12%, selon les nouvelles prévisions économiques de la Commission européenne publiées vendredi.

    Pour l'année 2013, les pays d'Europe du sud vont voir leur PIB baisser davantage que prévu.

    Pour l'année 2013, le PIB de la France va baisser de 0,1%.
    Le PIB de l'Italie va baisser de 1,3%.
    Le PIB de l'Espagne va baisser de 1,5%.
    Le PIB de la Slovénie va baisser de 2%.
    Le PIB du Portugal va baisser de 2,3%.
    Le PIB de la Grèce va baisser de 4,2%.
    Le PIB de Chypre va baisser de 8,7%.

    Sur son blog, l'économiste Yanis Varoufakis souligne l'importance historique du document de la Bundesbank publié dans le journal Handeslblatt. Ce document de la Bundesbank montre que l'Allemagne est en train de suivre une Grande stratégie :

    l'Allemagne souhaite créer une nouvelle monnaie, qui réunirait tous les pays situés à l'est du Rhin et au nord des Alpes.

    La monnaie actuelle, l'euro, resterait la monnaie des pays d'Europe du sud et de la France.

    http://yanisvaroufakis.eu/2013/04/27/intransigent-bundesbank-mr-jens-weidmanns-surreptitious-campaign-to-bring-back-the-greater-deutsch-mark/

    RépondreSupprimer
  16. Vendredi 3 mai 2013 :

    En septembre dernier, Mario Draghi avait annoncé son plan OMT (Outright Monetary Transactions) : il prenait la suite du plan SMP consistant à acheter de la dette souveraine de pays en difficulté, de façon à limiter la hausse des taux et à leur permettre de se refinancer. Comme cela ne plait pas du tout aux Allemands (et ils ont bien raison, c’est de la planche à billets), le dispositif OMT est assorti de conditions drastiques puisque le pays qui souhaite en bénéficier doit auparavant demander l’aide de l’Europe et accepter un sévère plan d’assainissement des comptes public imposé par la désormais célèbre "Troïka" (La Tribune).

    Résultat : personne ne l’a encore demandé. Pourtant la détente sur les taux des pays européens en difficulté s’est prolongée. En apparence les choses s’améliorent. La simple annonce du plan OMT aurait suffi à rassurer les marchés, "bravo Mario !" commentent les médias.

    La réalité est plus subtile, et perverse : la BCE prête sans limite aux banques du pays pour qu’elles rachètent la dette de leur Etat, ce qui au fond revient au même !

    Mario Draghi l’a confirmé hier lors de sa conférence de presse, les banques pourront obtenir les liquidités qu'elles souhaitent au taux directeur, qui a été abaissé de 0,75% à 0,50% (La Tribune).

    Et la BCE prête de l’argent y compris aux banques au bord de la faillite comme les banques slovènes, qui peuvent ensuite acheter la dette émise par Ljubljana. "Les analystes d'Aurel ETC Pollak rappellent ainsi que ce sont les banques slovènes elles-mêmes qui, le 17 avril, ont racheté le 1,1 milliard d'euros de dette émise ce jour-là, grâce au financement de la BCE." (La Tribune).

    Et le tour est joué. Il en va de même en Espagne, Italie, etc.

    C’est de la cavalerie, de la planche à billets, mais formellement la BCE n’achète pas d’obligations d’Etat.

    Ce faisant, la BCE acquiert un volume croissant de créances sur des banques en difficulté, ce qui n’est pas rassurant !

    Posons aussi une question : les banques slovènes avaient-elles le choix ? En fait non, tant les intérêts des grandes banques et des Etats sont intimement liés, et c’est le cas dans tous les pays européens. A partir de là, financer les Etats ou les banques revient au même pour la BCE. Le reste est juste un problème de communication.

    Philippe Herlin, chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.

    http://philippeherlin.blogspot.fr/2013/05/la-politique-subtile-et-dangereuse-de.html

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.