mercredi 22 mai 2013

Charles Sannat : « L’accord de libre-échange transatlantique il faut sauver Mimie Mathy ! »

« L’accord de libre-échange transatlantique il faut sauver Mimie Mathy ! »
Le Contrairne matin via Olivier Demeulenaere, Charles Sannat, 22/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
"Mes chères contrariées, mes chers contrariens !

Voici certainement l’un des sujets les plus importants des années à venir. Les négociations ont déjà commencé entre l’Europe et les États-Unis et ce dans la plus grande des opacités !

C’est le journal L’Humanité, le quotidien communiste, qui revient sur ce sujet avec un article qui lui est consacré et surtout, surtout l’un des premiers documents de travail consacré à ce sujet, confidentiel, mais que le journal a réussi à se procurer.

Que nous raconte L’Humanité !

« La base de travail pour l’accord de libre-échange transatlantique que l’Humanité.fr s’est procuré et que nous publions est claire : José Manuel Barroso, le Président de la Commission européenne, est prêt à satisfaire les envies des États-Unis de renforcer leur présence économique et commerciale sur le continent européen. »

Vous devez comprendre que les États, et donc la France, ont en réalité missionné l’Union Européenne pour négocier à notre place et au nom de l’ensemble des États membres de l’Europe.

Notre gouvernement « socialiste » (le mot socialiste est très important dans ma phrase mais surtout les guillemets !) va donc, juste pour la forme, défendre l’exception culturelle cinématographique française. On est tous pour le cinéma français ! C’est vrai quand même, pouvoir regarder Jo à la télé ou encore Joséphine Ange Gardien ça c’est un combat que nous devons tous mener. Nous devons être unis mes chers camarades pour soutenir notre gouvernement et l’aider à sauver le cinéma français et le régime spécial des intermittents du spectacle que vous payez avec vos impôts !

Je peux même vous dire le résultat. Comme le cinéma français n’est pas une menace pour Hollywood, dans sa grande mansuétude le Roi de l’Oncle Sam Barack Obama laissera tomber sans difficulté ce sujet totalement anecdotique et dont tout le monde se fout royalement.

François Hollande Normal 1er passera au JT et pourra annoncer fier comme Artaban que grâce à la mobilisation de tous, et dans le cadre d’une négociation exemplaire, lui qui a su faire preuve d’autorité et de leadership a tenu tête courageusement à la plus grande nation du monde.

Oui mes braves citoyens français, grâce à la loi Fioraso, vos enfants parleront anglais en cours, boufferont des Big Mac jusqu’à en crever de cholestérol, fumeront des « Malbo », partiront en vacances en Boeing, rouleront en Chevrolet, utiliseront Windows, Google et Facebook, … MAIS… nous aurons sauvé Joséphine Ange Gardien, et là, franchement, je suis rassuré car je commençais à avoir drôlement peur pour ma soirée TV du mercredi soir.

Ouf…

Le story telling, comme disent nos grands « zamis » américains, est donc déjà écrit. Personne ne vous le dit d’ailleurs car toutes nos « zélites » sont globalement pour un tel accord… Après tout, que voulez-vous qu’un tout petit pays comme la France fasse tout seul dans un si vaste monde… Allez, fermez le ban et circulez, enfin circulez c’est vite dit… parce que les nouveaux passeports biométriques américains, ce n’est pas de la tarte. D’ailleurs, j’espère que nous n’avez pas fait trop de mauvaises blagues sur Barack Obama dans votre « compte Facebook » parce que la NSA vous surveille hahahahahaha… Vous serez inscrit sur la liste des dangereux terroristes internationaux. Ne rigolez pas, ça arrive vraiment et presque tous les jours. C’est beau les partenariats transatlantiques !

Oui donc le story telling, c’est l’histoire que les communicants pondent pour vous vendre un machin que normalement vous refuseriez tellement c’est pourri. Disons que l’on a besoin d’eux pour vous enfumer. Si le projet était dans votre intérêt, vous seriez assez grand pour le comprendre et donc vous diriez oui sans hésiter. Mais comme vous allez hésiter (ce qui est normal vu qu’on va se faire enfler), il faudra nous raconter une belle histoire et nous donner un verre d’eau pour que l‘on puisse avaler la couleuvre.

Allez, poursuivons avec notre article de L’Humanité. C’est rare que je cite L’Humanité dans mes colonnes mais là je dois dire que je me sens une âme de révolutionnaire qui voit rouge…

« La Commission annonce des gains économiques significatifs : de 119,2 milliards de dollars pour l’UE et de 94,2 milliards de dollars pour les États-Unis… à condition d’éliminer toutes les « entraves » au libre-échange, barrières non tarifaires pour commencer (voir notamment page 7, point 9). »

Oh là là, ils sont forts quand même à la Commission. Vous vous rendez compte ? Tout le monde va gagner des sommes folles, et par les temps qui courent, on a tous besoin de sous (hein ma pauv’ dame…) mais nous, en Europe, on va gagner plus qu’eux aux USA. Ce qui est drôle c’est qu’aux USA ils font le calcul inverse… J’en rigole (jaune) encore.

Donc évidemment l’important c’est ce petit alinéa : « éliminer toutes les « entraves » au libre-échange, les barrières non tarifaires pour commencer »…

Et à votre avis, c’est quoi une barrière non tarifaire hein ?

Eh bien en gros c’est une norme, comme par exemple l’interdiction du bœuf aux hormones. C’est bon le bœuf aux hormones, c’est plein d’hormones et ça « bouille » dans la poêle, beurk…

C’est par exemple notre législation sur les OGM… Hum, c’est bon les OGM, surtout pour la santé des rats…

C’est encore notre idée stupide de « principe de précaution », un truc de bon sens du style « si tu sais pas tu fais pas, surtout si tu risques d’empoisonner toute ta population ». Le problème d’une telle législation c’est que vous n’avez pas idée de l’argent que ça fait perdre à nos entreprises et aux industriels qui doivent en plus faire des produits pas trop immondes pour la santé de leurs clients. Un client peut mourir du produit acheté à condition que ce soit dans longtemps, histoire qu’il puisse quand même consommer quelques années.

C’est nos fromages au lait cru que l’on veut nous faire cuire… Qui l’eût cru ? Franchement!! Mais l’industrie du fromage en pâte vendu dans des tubes de dentifrice, c’est la norme aux USA et c’est un très grand marché !

Ha oui, tiens, j’allais oublier, c’est aussi les gaz de schiste, vous savez cette technologie excellente pour l’environnement nécessitant de faire un forage tous les 500 mètres et dans lesquels il faut injecter tellement d’eau qu’en France (pourtant pays pluvieux surtout depuis qu’Hollande est président) nous n’en aurions pas assez pour forer, boire et cultiver. Comme après tout cette eau est bourrée de produits chimiques ultratoxiques et bien… et bien pas grand-chose, on la déverse discrètement dans la rivière du coin en diluant la soupe chimique et en espérant que les poissons ne meurent pas tous d’un coup.

Or il y aurait beaucoup de gaz de schiste en Europe et en France… Voilà un bon marché pour les sociétés américaines.

Voici comment L’Humanité conclut son article consacré à ce sujet :

« Ce projet comporte donc aussi, et surtout, de nombreux risques. Tout d’abord, pour qu’il y ait accord, les Européens devront renoncer à un grand nombre de leurs normes (juridiques, environnementales, sanitaires, culturelles…). Ensuite, les standards invoqués sont ceux de l’Organisation mondiale du commerce. En réalité, une bataille se joue actuellement à ce niveau. Les États-Unis sont, dans le même temps, engagés dans des négociations de partenariat transpacifique en vue de conclure un accord de libre-échange. Quel est l’objectif ? « S’assurer que le capitalisme version occidentale reste la norme mondiale et pas le capitalisme d’État chinois », comme l’a indiqué Bruce Stokes, du German Marshall Fund of the United States. Autrement dit : imposer leurs normes aux dépens des règles européennes jugées trop contraignantes (voir notamment pages 10-11, point 18). »

« Des cadres juridiques, sanitaires, environnementaux… jusqu’au droit du travail, par "ricochet", c’est tous les pans de la société européenne qui sont visés. »

L’Humanité a raison même si ce n’est pas pour de bonnes raisons

Ce projet d’accord est extrêmement dangereux pour nous autres Européens et Français. Tout d’abord, il ne servira à rien pour créer des emplois. Cela fait 20 ans que l’on nous vend la mondialisation heureuse et qu’elle est de plus en plus malheureuse. Plus le chômage augmente, plus on nous explique qu’il faut encore plus de mondialisation. J’ai rarement vu mensonge aussi énorme avalé par le plus grand nombre avec autant de facilité.

Dans une époque où l’on vante le multiculturalisme et la défense des diversités de toute sorte, je suis assez surpris qu’il n’y ait plus personne pour défendre le mode de vie européen et son art de vivre, je suis surpris qu’il n’y ait plus personne fier du « french way of life » car oui, il y a aussi un mode de vie français qui mérite d’être défendu, de notre rapport à la protection de l’environnement à notre patrimoine qu’il soit linguistique, architectural, culinaire ou autre, il y a dans notre pays de très belles choses et de très belles idées à défendre.

Alors je préfère vous prévenir mes chers contrariens, vous allez m’entendre pester, tempêter et vociférer dans les mois qui viennent car oui, cet accord est dangereux pour nous, raison pour laquelle dans notre grande démocratie on ne nous demandera sans doute pas notre avis… Nous risquerions de dire NON !"


A mettre au même niveau que cette proposition de loi visant à instaurer les cours en anglais à l'université, afin de hâter la mise en place de l'Homme Nouveau hors sol et babelien...

6 commentaires:

  1. Une vision tout-à-fait (et malheureusement) lucide de Chares Dannat sur ce futur prochain marché transatlantique et une trahison de plus pour nos chers "socialistes" au pouvoir...

    Pauvre France ! Il va falloir un grand mouvement citoyen pour réagir ! Je crois les français capables de se mobiliser pour cela.

    A condition de connaître la réponse à plusieurs questions :

    1) Que feront les écolos qui ont clairement exprimé leur opposition au projet mais restent prisonniers de leurs alliances politiques ?

    2) Ce combat peut-il être un relai pour les conservateurs dans la lignée des manifs pour tous ???

    Une "jonction" de ces 2 courants semble difficile à envisager, même sur un tel sujet pourtant largement fédérateur...
    Attendons le vote de demain au Parlement Européen pour y voir plus clair.
    Pimo29

    RépondreSupprimer
  2. J'ai toujours eu l'impression que cet espèce de maxi-OTAN se ferait, dans notre dos, et il sera certainement vendu comme un accord anti-crise.

    L'union politique c'est déjà fait (ça fait déjà un bout de temps que la France est satellisée en orbite proche de Washington). Là ce sera une vraie union économique, pour que l'Occident acquière une cohérence.

    Ainsi, il sera too big to fail, et on pourra niquer les BRICS. D'ailleurs on n'a pas le choix, c'est ça où on plonge et on n'a plus qu'à réfléchir à la décroissance vite vite. Mais l'idée est de rendre crédible le pire. On menacera vraiment les BRICS d'un défaut généralisé.

    Cet ambitieux projet est irréaliste et se fracassera sur le plafond des ressources naturelles. Mais il peut permettre de gagner encore (à peu près) 10 ans de statu quo.

    Par contre, après...

    RépondreSupprimer
  3. Petite réflexion : personne ne semble faire le lien entre le marché transatlantique et la disparition progressive du français dont la loi Fioraso n'est qu'un exemple. La France est en train de devenir le 51eme Etat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le 51 est déjà pris par l'UK.

      Supprimer
  4. Il n'y a pas que l'Huma qui parle de cet accord, Libé aussi.
    Selon eux, les USA sont en train de "se payer les Européens" ; et de s'interroger si Barroso n'y trouve pas un intérêt perso...

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2013/05/libre-%C3%A9change-transatlantique-lue-%C3%A0-la-rame.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore Quatremer ! cet âne fédéraliste...

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.