lundi 20 mai 2013

Comment préparer le peuple à la disparition des pièces de 1 et 2 centimes d'euros et au remplacement du billet de 5€ par une pièce sans jamais prononcer le mot inflation

Dans la plus pure continuité de la gouvernance généralisée par le mensonge...

Les centimes d'euros pourraient être supprimés
Le Figaro, 15/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les pièces de 1 et de 2 centimes d'euros pourraient bien disparaître. La Commission évalue à 1,4 milliard d'euros le coût de la frappe des pièces de 1 et 2 centimes, depuis 2002. Trop cher, surtout que les Européens ne les utiliseraient presque pas. Bruxelles envisage donc de supprimer les piécettes d'acier plaqué cuivre.

Et vous pouvez chercher, il n'est référence nulle part dans l'article de l'inflation qui a rendu ces pièces sans utilité pratique, en moins de 12 ans d'euro. A la rigueur, on parle juste des craintes d'inflation que généreraient les arrondis au 0,05€ supérieur.


Et celui là, plus subtil, où on commence à préparer l'opinion à l'abandon du billet de 5 euros pour une pièce...
La monnaie de Paris crée une nouvelle pièce de 5 euros !
Planet.fr, 22/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La Monnaie de Paris va encore faire le plus grand bonheur des collectionneurs.
Elle a prévu de sortir bientôt une nouvelle édition originale de la pièce de 5 euros.

10 commentaires:

  1. Je ne regretterai pas ces pièces toujours difficile à trouver dans son porte monnaie...

    RépondreSupprimer
  2. Le truc de la monnaie de Paris, c'est surtout du pur attrape-gogo. Ce qu'ils appellent "pièce en argent", c'est une pièce avec 33,3% d'argent. Or, normalement, pour pouvoir mériter ce terme de pièce en argent, il faut que la pièce ait au minimum 50% d'argent.
    Produit à éviter, contrairement aux euros des régions qui avaient un intérêt réel bien que très limité.
    Je note que dans la série "valeur de la république", on trouve un pièce de 25 euro (je crois) qui s'intitule "Respect". Le respect n'a jamais fait partie des valeurs de la République, par contre de la racaille, oui, dans le sens qu'il a dans le Parrain de Coppola. Ca, ça m'a frappé. Les pièces de 25 euro sont à la limite conservables par contre (argent cher, mais à 50%)
    Petrus

    RépondreSupprimer
  3. c'est énorme 0.05€, surtout qui nous ont fait le coup avec la monnaie €urss

    10 articles 0.50€ d'inflation soit une mine d'or pour les produits de grande consommation alimentaire, entretien, bricolage, même à la pompe, tout ce qui chiffre en multiple article unique.



    RépondreSupprimer
  4. On aura des prix à 9.95 et non plus à 9.99.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ou 10.05 au lieux de 9.95

      et 9.95 les 90grs au lieux de 100grs

      Supprimer
    2. Faut arrêter de voir le mal partout.

      Les finlandais l'ont fait depuis le début de l'euro et ça aurait du être fait partout pour éviter de se retrouver avec des s... de pièces de 1 et 2 euros coincés au fond du porte-monnaie; qui plus est, ont un ratio valeur/cout de fabrication élevée.

      En Finlande, il y a des prix à x.99, mais l'arrondi se fait à 0 ou 5 le plus proche (et ce dans les 2 sens) suivant la somme totale.

      Pour la pièce de 5 euros, c'est une juste une pièce de collectionneurs. Du bidon. Le billet va rester, surtout qu'il n'y a pas longtemps, ils ont émis des nouveaux billets de 5 euros plus difficilement falsifiables. Ce sera bientôt le tour des autres billets.

      Dans un post, j'avais déjà dit mon regret de ne pas avoir des billets de 1 et 2 euros, plus léger à transporter que les pièces, plus facilement échangeables en voyage. Et aussi un billet est moins couteux à fabriquer qu'une pièce.

      Supprimer
    3. hachis parmentier21 mai 2013 à 22:17

      du 9.95 a 100 mais aussi de 0.25 a 0.3> ca va faire beaucoup d'inflation sur les malabars

      Supprimer
  5. D'abord, il y a la cause.

    La cause, c'est ça : les banques européennes ont dans leurs livres 1500 milliards d'euros d'actifs pourris. En clair : en Europe, il va y avoir une cascade de faillites bancaires.

    La BCE s'inquiète du poids des créances douteuses en zone euro.

    La Banque centrale européenne (BCE) s'inquiète de plus en plus de voir le poids des créances douteuses dans les portefeuilles de prêts des banques européennes entraver le redémarrage du crédit dans un contexte de priorité donnée au renforcement des fonds propres, selon plusieurs responsables de l'institution.

    Selon KPMG, les créances douteuses des banques européennes atteindraient près de 1.500 milliards d'euros, dont 600 milliards pour les seuls établissements britanniques, espagnols et irlandais.

    Ensuite, il y a la conséquence de ces faillites bancaires en Europe.

    La conséquence, c'est ça :

    Un projet européen prévoit de moins protéger les gros déposants.

    Un projet de législation européenne approuvé lundi par une commission du Parlement européen prévoit que l'épargne des petits déposants sera protégée à concurrence de 100.000 euros, tandis que les titulaires de comptes disposant de soldes supérieurs risqueront de devoir passer des pertes en cas de faillite bancaire.

    Ce projet fait écho à la solution retenue dans le dossier chypriote dans le cadre duquel les déposants les plus fortunés avaient été contraints d'accepter de passer des pertes pour éviter un naufrage du système bancaire local.

    Pour entrer en vigueur, ce projet doit encore être approuvé par les 27 ministres des Finances de l'Union européenne et par les Parlementaires européens.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20130520.REU4530/un-projet-europeen-prevoit-de-moins-proteger-les-gros-deposants.html

    Des Chypriotes.

    Nous allons devenir des Chypriotes.

    Ce qui s'est passé à Chypre va être étendu à toute l'Europe.

    RépondreSupprimer
  6. Mardi 21 mai 2013 :

    Les eurosceptiques britanniques sèment la panique chez les conservateurs.

    Un récent sondage donne l'UKIP de Nigel Farage à deux points des Tories. L'irrésistible ascension des eurosceptiques change le jeu politique britannique.

    Jusqu’où iront les eurosceptiques britanniques ? Après leur raz-de-marée aux élections locales du 2 mai où le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP) de Nigel Farage avait obtenu jusqu’à un quart des voix dans certaines régions, un sondage de l’institut Survation révèle que l'UKIP talonnerait, en cas d’élections générales, les conservateurs avec 22 % des voix, contre 24 % au parti du premier ministre David Cameron.

    Alors que les Tories perdent 5 points depuis le dernier sondage du 1er mai, l’UKIP progresse de 6 points.

    Le Labour glanerait 35 % des voix, les libéraux-démocrates, actuellement partenaires de coalition des conservateurs, 11 %.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130521trib000765627/les-eurosceptiques-britanniques-sement-la-panique-chez-les-conservateurs.html

    RépondreSupprimer
  7. J'adore vraiment ce Blog :-)

    Non seulement parce-que son auteur permet d'attirer mon attention sur des informations importantes, parfois noyées dans toute la masse médiatique qui inonde le réseau chaque jour.

    Mais aussi par la qualité et le niveau des commentaires : stupéfiant !
    Dans le bon sens du terme et sans aucune ironie.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.