jeudi 16 mai 2013

De l'accélération de l'agenda et des masques qui tombent

Je m'étais amusé il y a quelque temps à faire une carte du monde, telle que perçue selon la logique babelienne...

Je l'ai un peu modifiée au vu des dernières nouvelles (notamment l'Argentine que j'ai passée à rouge).



Dans le post précédent de la conférence d'Asselineau, je m'étonnais de ce que le système babelien fasse tomber les masques, soit désormais all in, et fasse flèche de tout bois.

Encore aujourd'hui, François XVI a demandé à Merkel un gouvernement économique européen... Jusqu'au bout !

La vérité, c'est que quand on regarde la carte, l'empire c'est personne. C'est en gros un noyau dur de pays représentant un milliard d'habitants, essentiellement l'OCDE.

Un milliard sur huit milliards.

De pays vieillissants, fainéants, décadents, qui se tiers mondisent à vue d’œil...

Le dernier rapport de l'AIE note que l'année prochaine verra la bascule qui fait que les autres pays que ceux de l'OCDE vont consommer plus de pétrole que l'OCDE.

Tous nos pays sont en récession, ou en croissance bidonnée. Pendant ce temps, même en partant de bas, le reste du monde nous rattrape et il ne s'arrête même pas pour pisser.

Pire que ça, on est en faillite totale. Officieuse pour l'instant. Mais le temps approche où l'officialisation se fera, nécessairement. D'avoir trop fait diverger le symbolique du réel, ça va craquer.

Et ça sera pas dans 20 ans.

L'élite mondialiste sait qu'elle n'a plus beaucoup de temps pour instaurer l'Empire. Ils ont trop trainé ces dernières années. Cette fois, ils sont pressés par les événements, et la faillite imminente.

C'est leur dernière chance d'instaurer Le Meilleur des Mondes une bonne fois pour toutes.

Mais même comme ça, en se dévoilant, en prenant des risques, ça va bien trop lentement... Perso, je pense qu'ils n'y arriveront pas...

L'Empire s'effondrera avant même que d'avoir vécu de manière assumée...

14 commentaires:

  1. Sans doute est-il temps d'acheter de nouvelles piécettes d'or, avant la chute finale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et des terres cultivables...

      Supprimer
  2. Si tu aimes les cartes du monde, celle la devrait te plaire : http://blog.citoyenmouton.com/wp-content/uploads/2013/05/415079Monde.jpg

    RépondreSupprimer
  3. Tu peux compléter l'Amérique Latine:
    - Pérou: bleu foncé
    - Uruguay: rouge, leur président est un vrai pauvre (kiffe sa caisse: http://3.bp.blogspot.com/-YCMELGDPyZY/T87I4_DO__I/AAAAAAAAGF8/_sccftuEtHU/s1600/Mujica+1.jpg ), avec la tranquilité du petit pays mais bien gauchiste quand même, un des premiers à recevoir Maduro.
    - Paraguay: bleu ciel
    - Amérique Centrale: Tout le monde en bleu foncé sauf le Nicaragua en rouge (ALBA).

    RépondreSupprimer
  4. Ce qui était ni plus ni moins que l'analyse de Todd en 2002. Alors ok il a l'air bien con maintenant avec son "hollandisme révolutionnaire", il est totalement aveugle sur les questions migratoires, mais à côté de cela, il continue d'envoyer du steak.

    RépondreSupprimer
  5. L’élite occidentale sait contrôler les organes officiels de pouvoir, manipuler l’information et les mécanismes de gestion de l’argent. Mais elle est loin de la rue, ne la contrôle pas et en a peur. Donc comment expliquer son succès ?
    Car son plus grand allié est l’incroyable capacité de presque tous les humains à bosser, s’endetter, se faire exploiter, pour acheter n’importe quoi.
    Car son plus grand allié est le manque d’amour propre des humains, complexés par un manque d’avoir.
    Aucune culture n’a vraiment réussi à s’opposer d’une manière majoritaire à ce moteur du capitalisme (même à Cuba on rêve d’argent).
    Le moteur du capitalisme vient du plus profond de chacun, cette élite ne fait que l’orchestrer.

    Pour s’imposer l’élite a besoin :
    1. Que le monde entier soit connecté à son système de propagande. Aujourd’hui, même la partie de ces 7 milliards qui en est exclue rêve de l’american way of life. L’emprise est totale.
    2. De l’appui sans faille des forces de contrôle de la population (armée, police) : l’histoire montre que les dictatures bureaucratiques gardent la fidélité de la force publique sur la durée.
    3. D’être organisée au niveau mondial : clairement, le parti communiste chinois fonctionne sur d’autres logiques (voir plans quinquennaux, mécanismes de décision propres), méprise le court-termisme d’un occident repus, et exécute patiemment son plan de basculement du centre de pouvoir et de richesse de la planète.
    L’élite occidentale devra donc céder de l’espace à une élite orientale, qui utilise les mêmes ficelles. Le moteur de la consommation carbure à fond.

    Il faut bien comprendre que la course à la richesse matérielle facile est en plein boom presque partout sur Terre. Le peak everything ne fera qu’accentuer les inégalités et les luttes, mais l’envie de posséder est telle que les gens sont prêts à se battre entre eux, route idéale pour réussir sa vie en possédant plus que le voisin. Les idéaliste partisans d’un monde solidaire resteront minoritaires.

    Et dans la France épuisée, on rêve d’un autre monde parce qu’on veut siffler un temps-mort dans cette course, parce que l’on refuse de constater la chute d’un système né sur l’idée d’un Etat fort qui répartit les richesses mais aujourd’hui corrompu et en faillite, parce qu’on a peur de la concurrence et des notes. Pour sauver sa face, l’orgueil français continuera à défendre son exception française, dans laquelle la baisse du niveau de vie sera vendue comme un retour aux vraies valeurs.
    En étant certain que le reste du monde quand il ouvrira les yeux arrivera à cette même conclusion.

    Grossière erreur. Le monde est jeune, vigoureux, intrépide et joueur, la lutte ne fait que commencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfaitement, nous allons vers plus d'inégalités Macro et Micro, à l'échelle des plaques, des vieilles nations mais aussi des villes, des quartiers et des hommes.
      Et , le pire est que c'est "humain" !
      Les Soviets ont tenté d'imposer par la force leur "homo-soviéticus", on sait ce qu'il en est advenu....
      On ne peut pas luter longtemps contre la nature humaine.
      L'état Français et son système de répartition n'a aucun avenir.
      C'est le règne du chacun pour soit sur terre.
      La limitation en ressources (le numérateur) va imposer les inégalités de plus en plus criantes entre ceux qui ont et ceux qui n'ont pas.
      En tout cas tant que la population mondiale (le dénominateur) ne sera pas réduite de façon drastique de façon à augmenter la fraction de ressources moyenne disponible par humain.

      Supprimer
  6. quand le meilleur des mondes est décrété par des énarques de €urss on sait d'avance comment ça va se finir on a un recule de 30 ans cerise sur le gâteau le notre il s'appel hollande.

    RépondreSupprimer
  7. Vendredi 17 mai 2013 :

    Le blog "Finance" du journal Le Monde est tenu par un banquier, Georges Ugeux.

    En conclusion de sa chronique, Georges Ugeux écrit :

    Nous savons tous que la prochaine crise bancaire est en train de se préparer et que la question n’est pas « si » mais « où » et « quand ». Plus que jamais la vigilance reste de rigueur, tant il est vrai que les mauvaises habitudes ne changent pas facilement.

    http://finance.blog.lemonde.fr/2013/05/16/3614/

    RépondreSupprimer
  8. C'est la vision de Chauprade, selon laquelle il y a un Empire occidental et un contre-Empire à l'Est. Et que les deux se battent pour la prise de contrôle des ressources naturelles en Oural, en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique Latine.
    Mais la vision de Hillard c'est que tout monde fait parti de la même pièce de théâtre, y compris la Russie, la Chine, le Vénézuela et lran.

    RépondreSupprimer
  9. L'Afrique du sud ne mérite pas la couleur bleue foncée... Ils soutiennent la position Russe sur la Syrie ! Et ils font partie des "BRICS", contre-pouvoir face à l'empire.
    J'hésite entre bleu clair, gris, vert voir carrément rouge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends note de tous vos commentaires. Je mettrai la carte à jour en conséquence ce soir.

      Supprimer
  10. Bernard Maris est un économiste. Il est actuellement professeur des universités à l'Institut d'études européennes de l'université Paris-VIII.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Maris

    En septembre 1992, Bernard Maris avait voté "oui" au référendum sur le traité de Maastricht, "oui" à la création de l'euro.

    Mercredi 15 mai 2013, en conclusion de son article dans "Charlie Hebdo", page 6, Bernard Maris parle de la zone euro.

    La conclusion de Bernard Maris est ultra-pessimiste concernant la zone euro :

    "Le redressement passe par :
    1) une annulation pure et simple d'une partie de la dette, collective [souligné trois fois : si un seul pays annule, il est cuit] ;

    2) une fiscalité commune à la zone euro ;

    3) un pouvoir bancaire soumis à un pouvoir politique supranational.

    C'est possible ? Non. Ni 1, ni 2, ni 3 ne sont possibles. Donc ? Donc mégacrise en perspective. A demain, Marine Le Pen."

    RépondreSupprimer
  11. Ça fait du bien ; mon dieu que ça fait du bien même si c'est plutôt amer ; il y a des cocteleros qui sont tout simplement inimitables ; chapeau bas monsieur.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.