lundi 6 mai 2013

Le front de gauche allemand (Die Linke) appelle à la dissolution de l'euro

German Finance Minister Who Launched Euro, Calls For Euro's Breakup
ZeroHedge, 05/05/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
From The Telegraph
Oskar Lafontaine, the German finance minister who launched the euro, has called for a break-up of the single currency to let southern Europe recover, warning that the current course is "leading to disaster".

"The economic situation is worsening from month to month, and unemployment has reached a level that puts democratic structures ever more in doubt," he said.

"The Germans have not yet realised that southern Europe, including France, will be forced by their current misery to fight back against German hegemony sooner or later," he said, blaming much of the crisis on Germany's wage squeeze to gain export share.

3 commentaires:

  1. Je crois que c'est un peu tard. Les anti-euro seront divisés pour l'élection de septembre, Angela va l'emporter et elle a prévenue : les Etats doivent se tenir prêts à abandonner leur souveraineté . Ensuite, les grandes manoeuvres vers l'Etat fédéral européen et le marché transatlantique vont commencer. Sans doute que la crise se déclenchera à ce moment là, pour faciliter la soumission des peuples vers cette "solution".

    RépondreSupprimer
  2. Ah Oskar... On le connait bien, il était le maire de la ville en face... L'affaire des lumières rouges et ses relations tumulteuses avec la mafia... Et quand on parlait pas de cela, on parlait du calcul de ses indemnités (il a quand même dû rendre 230 000 DM).

    Un genre de DSK à la teutonne (sans viols mais avec soupçon de meutre), ses histoires de cul lui ont quand même fait renoncer à son status de "chancelier-isable" dans les années 90.

    RépondreSupprimer
  3. Un exemple de pipeau :

    Italie / PIB : recul de 1,4% prévu en 2013, croissance de 0,7% en 2014.

    L'institut italien de statistiques Istat a annoncé lundi tabler sur une contraction du Produit intérieur brut (PIB) de 1,4% cette année en Italie et sur une croissance de 0,7% l'an prochain grâce à une reprise de la demande interne.

    La prévision 2013 d'Istat est nettement plus faible que celle publiée en novembre dernier (baisse de 0,5% du PIB). Cette différence est due à des révisions des statistiques nationales et à une contraction plus forte que prévu de la consommation privée, explique Istat.

    Le recul du PIB initié au 3e trimestre 2011 "devrait se poursuivre, avec une moindre intensité, au moins jusqu'au troisième trimestre 2013", note Istat.

    L'institut déclare par ailleurs tabler sur un taux de chômage à 11,9% en 2013, et à 12,3% en 2014, selon le communiqué.

    http://www.romandie.com/news/n/ItaliePIB_recul_de_14_prevu_en_2013_croissance_de_07_en_2014_Istat17060520131043.asp

    Pipeau !

    En Italie, en 2013, le chômage sera de 11,9%.

    En 2014, le chômage augmentera encore : il atteindra 12,3%. Et malgré cette augmentation du chômage, l’Italie connaîtra « une croissance de 0,7% l'an prochain grâce à une reprise de la demande interne » ! ! !

    L’Italie, c’est magique !

    Quand il y a une augmentation du chômage, il y a « une reprise de la demande interne » ! ! !

    On connaissait les statisticiens grecs : ils sont balèzes.

    On connaissait les statisticiens espagnols : ils sont balèzes.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/27/espagne-les-chiffres-officiels-mis-en-doute_3167715_3234.html

    On vient de rencontrer des statisticiens encore plus balèzes : les statisticiens italiens !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.