jeudi 9 mai 2013

Les anglais ne veulent pas du multi culturalisme que leurs élites babeliennes veulent leur imposer

"White Flight" ou la fuite des Blancs : la population britannique est-elle en train de s'imposer une ségrégation ethnique géographique ?
atlantico, 07/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
600 000, c'est le nombre de Londoniens blancs qui ont quitté leur ville entre 2001 et 2011. Ce que les Britanniques appellent le "White Flight" est d'autant plus inquiétant qu'il est le signe d'une séparation ethnique profonde. Plus de la moitié des minorités ethniques vivent dans des quartiers comptant moins de 50% de Blancs, selon une étude pour Demos.

Entre 2001 et 2011, la population née à l’étranger en Angleterre-Galles a gagné près de trois millions de personnes, soit un accroissement de 63 %. Jamais le Royaume-Uni n’avait connu une immigration de cette ampleur.

le visage de la population britannique a d’ores et déjà changé et cette situation est appelée à durer, notamment en raison de la plus grande jeunesse des minorités et de leur fécondité souvent supérieure à celles des Britanniques blancs.

On parle à nouveau du White Flight pour désigner ces Londoniens qui quittent la capitale. Entre 2001 et 2011 le nombre de Britanniques blancs y a baissé de plus de 600 000, alors même que le nombre de Londoniens s’est accru d’un million. Le nombre des premiers a baissé de 14 % quand le nombre des autres Londoniens augmentait de 56 %. La proportion de Britanniques blancs a ainsi perdu 13 points en dix ans (45 % en 2011 contre 58 % en 2001). La part des minorités s’est donc fortement accrue et pas seulement à Londres.

6 commentaires:

  1. A mon avis c'est pareil en France dans les grandes villes, ca devient juste invivable.

    Déjà tout cadre qui se respecte essaye de se barrer de Paris, mais je soupçonne qu'il y ait une composante ethnique cachée la dedans.

    En gros, les gaulois laissent la ville qui devient un enfer aux autres et se réfugie en campagne.

    Mais bon, a nuancer parce que pour l'instant les jobs restent encore dans les villes ... sauf pour la minorité qui peut faire du télétravail.

    RépondreSupprimer
  2. racistes les blancs!!!

    RépondreSupprimer
  3. hachis parmentier9 mai 2013 à 22:15

    Londres est incroyablement chère.

    Le coût de la vie augmente. Les gens doivent vivre plus nombreux dans un logement plus petit. Les immigrés sont prêt à ce sacrifice, ils sont habitués, mais pas la classe moyenne occidentale.
    C'est aussi du seuil de tolérance dont il est question.

    RépondreSupprimer
  4. Et maintenant... le "défi des migrants mineurs".
    250 euros par jour.

    http://tinyurl.com/cc842ru

    N'oubliez pas de bien payer votre second tiers. Rendez-vous en septembre ensuite...

    RépondreSupprimer
  5. Le rapport n'est pas complètement direct mais j'ai vu "la journée de la jupe" hier sur Arte+7. Ca doit encore être disponible quelques jours.
    Une vision du multi-culturalisme probablement plus proche de ce que pensent les anglais qui fuient la ville que des discours officiels.

    RépondreSupprimer
  6. Par contre, rien pour les SDF français (et bien français ceux là !). Et pas mal d'entre eux ont juste 18 ans...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.