mercredi 15 mai 2013

Marie-France Garaud: Jean Monnet, un agent américain, payé pour détruire les états européens

Marie-France Garaud: Jean Monnet, un agent américain, payé pour détruire les états européens
Ce soir ou jamais, 10/05/2013 (en Français texte en français )


J'ai toujours en poche une longue conférence d'Asselineau à Toulouse. Je vous la mettrai quand je l'aurai visionnée...

4 commentaires:

  1. Les attaques répétées contre l'Euro sont une illustration de cette ingérence US dans les affaires européennes. Un Europe qui doit rester gentiment divisée, et surtout pas s'unir derrière quoi que ce soit, à commencer par une monnaie (et à continuer par une politique étrangère unie).

    Et plus ils auront de problèmes, plus ils paieront des Gave et autres BHL/Fabius pour nous démontrer qu'on en a plus qu'eux.

    Vivement un monde multipolaire. Big Brother est soulant.

    RépondreSupprimer
  2. C'est quoi ce délire ?: l'Union Européenne fédérale actuelle EST déjà cette dictature qui va s'intégrer avec les USA et faire une monnaie commune, c'est prévu et annoncé en clair par les traités Européens (le futur patron de toute la zone USA+Canada+UE est en Anglais).
    L'€ en tant que monnaie UNIQUE est une débilité sans nom qui va ruiner tout le monde, c'était une Europe confédérale avec une monnaie COMMUNE qu'il fallait.

    RépondreSupprimer
  3. Enorme vidéo !
    Une leçon d'histoire par MFG. En quelques minutes on comprend bien plus de choses que des heures passées devant les médias actuels.
    Intéressante défense de Jean "Monnet2"Quatremer, obiligé de dégainer le chantage au complot trilatéral-Bilderberg.
    "Les Etats-Unis n'étaient pas là par plaisir [...] ils n'ont pas eu le choix. "
    Juste une question : qui a financé A.H. et la montée de l'industrie de guerre allemande ? Seulement les riches familles allemandes ? Pas sûr...
    Il me semble que le Guradian avait parlé d'un certain Prescott B. par exemple...

    RépondreSupprimer
  4. Napoléon avait sa vision d'une Europe sous direction parisienne. il y eut Aboukir, Trafalgar, Vitoria, la Bérézina et Waterloo. Fin d'une domination culturelle et militaire française en Europe avec des meubles sauvés in extremis sur le plan territorial par Talleyrand.
    Hitler, recrue de l'Abwer lors de la pré-révolution post-1919, a contribué à définitivement enterrer toute idée d'une Europe....européenne.
    Les USA ayant participé à l'ascension de Lénine en Russie, avaient dès avant 1914 entrepris l'oeuvre de la division en Europe. Rien de nouveau donc dans la révélation des fils de marionnettes ayant animé les pères fondateurs de l'Europe post 45.
    L'élément principal source de motivation dans cet ouvrage reste celui d'aliéner le grand territoire russe aux intérêts de Washington afin de contenir l'expansion économique, voire militaire, des chinois. Prendre en tenaille entre pacifique-mer du Japon + contrôle occulté du revolver sur la tempe de Pékin que représente le régime de la Corée du nord semble être la seule et unique stratégie de l'oncle Sam. Fausse route à mon sens car il s'agirait plutôt d'imaginer un contre système à celui qui a été inventé par le club de Chicago et qui se retourne contre les occidentaux sous la houlette des asiatiques. Tout comme la France qui connut près de 130 années de retard dans le cadre d'un schémas parlementariste du régime en comparaison d'avec les anglais-- ce qui leur permirent de nous foutre la branlée avec seulement 9 millions d'habitants quand à la veille de la chute de l'ancien régime la France en comptait 27 millions-- retard encore avéré quand on analyse froidement leur méthode fédératrice au travers des statuts d'autonomie des pays de galles et de l'Ecosse en sus d'un (soit-disant) ex Commonwealth et nos trébuchements avec l'Algérie et une Françafrique lourde à gérer selon les recettes de Focard ... les USA tardent à réaliser que seul un bond qualitatif en direction d'un nouveau modèle à la fois économique et sociétal pourrait leur permettre de perpétuer leur rêve. Ce dernier, symbole de toujours plus de libertés, mériterait certainement une autre issue que celle de la seule politique de la canonnière, à mon goût.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.