samedi 4 mai 2013

Modification du modèle bancaire français

Interview de Jean-Louis Mullenbach sur BFM Business, sur la réalité du système bancaire français, ultra leviérisé, en faillite permanente, qui ne rémunère pas les dépôts.

Ils vont obliger les banques françaises à titriser leur actif, et la BCE (notamment) rachètera les crédits que les banques françaises accorderont. Le ROE des banques va passer de plus de 20% à moins de 10%.

Le crédit à 110% sans apport, c'est fini (ce qu'il appelle le crédit en blanc).

"L'union bancaire, comprise comme la solidarité entre banques, c'est mort". "La crise chypriotte préfigure ce qu'il se passera à l'avenir en cas de problème".
Modification du modèle bancaire français: Jean-Louis Mullenbach
BFM Business, Good Morning Business, 30/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Cette histoire de fin du crédit en blanc, c'est majeur pour la bulle immobilière.



Ils ont surendetté tous les jeunes sur 30 ans, dès leur premier CDI, sans aucun apport. Ils ont complètement asséché le réservoir au taquet. Si ils resserrent les conditions, il faudra au moins 10 ans pour que des jeunes se constituent un apport ou héritent.

Ceux qui ont fait le choix d'attendre et de se constituer un apport, seront alors les seuls primo accédants restants sur le marché... Bref, ça va être l'heure des soldes...

Hélas, ça signifie également que ceux sans capacité d'épargne et perspectives d'héritage resteront locataires à vie. C'est le retour du "on ne prête qu'aux riches". Avec tout ce que ça implique en prolétariat qui ne peut pas s'élever et capitaliser, et de société de la naissance et non du mérite.

9 commentaires:

  1. "Le ROE des banques va passer de plus de 20% à moins de 10%."

    Cela fait longtemps qu'on est plus ni à 20%, ,à 10% mais en dessous de 5% en zone euro.

    ROE median 2011 en zone euro 2.2%
    France 13.1%
    Espagne 7.5%
    Italie 2.2%
    Portugal 2.3%
    Irelande -8.6% (welcome to Zombieland)
    Belgique 0.7%
    Hollande 5.4%
    Autriche 1.4%
    Suède 12.6%
    Danemark -0.2% ("Il y a quelque chose de pourri dans le Royaume du Danemark" - Hamlet de Shakespeare. La bulle immobilière peut-être?)
    Finlande 10.1%
    Royaume-Uni 1.7%
    Norvège 11.3%

    Et la cerise sur le gâteau:
    Grèce -34.2%

    Au vue de la dégradation TRES significative à venir de l'économie française et sachant que les deux seuls pays réticents à l'introduction des procédures de "bail-in" des détenteurs d'obligations seniors non sécurisées dès 2015, et non 2018, sont l'Espagne et la France, pourquoi détenir des actions bancaires françaises?
    Les banques sont pour moi la dérivé seconde d'une économie. Pas de croissance? Pas de prêts (50% des résultats des banques commerciales dépendent de l'activité de prêts)? Pas de croissance des résultats des banques.

    Cordialement,

    Martin

    RépondreSupprimer
  2. La seule alternative est que les particuliers se réunissent et créent leur propres banques, des gens qui n'ont aucune garantie sur les actions, oblig etc.. prêteront volontiers à un jeune couple d'ingénieur, et auront de toute façon l'hypothèque sur le bien

    Pareil pour le financement participatif sur internet ou vous miser 80, 1000 ou + sur une société toute jeune

    RépondreSupprimer
  3. Mouai
    C'est un peu du charabia ce que dit ce monsieur. En gros je retiens que le marché interbancaire étant mort, c'est la BCE qui fait le financeur en dernier ressort. La BCE accepte désormais la titrisation de dettes des PME en pension pour contenter tout le monde.
    Ma question : que se passe t'il en cas de défaut de paiement sur les dettes de PME ? Combien perd la banque et combien perd la BCE. A mon avis c'est 80% pour la BCE donc c'est elle qui prend la paume.
    C'est un moyen pratique de refourguer les dettes biens pourries des banques tout comme les banquiers l'ont fait pour les subprime et les dettes d'Etat...La BCE devient une gigantesque bad bank
    D'ailleurs, si vous avez un bon ami banquier, souscriver un crédit bidon que celui ci portera à la BCE pour vous filer le pognon et faite faillite : ça s'appelle de l'escroquerie ou système bancaire sans sanction. Quand la paume viendra tout le monde paiera (la BCE c'est nous tous) tandis que vous aurez mis le pognon au chaud hors BCE ou dans du concret (or)

    RépondreSupprimer
  4. "Avec tout ce que ça implique en prolétariat qui ne peut pas s'élever et capitaliser, et de société de la naissance et non du mérite."

    La seule solution pour stopper cela, qui va en faire hurler beaucoup, étant de supprimer l'héritage...

    RépondreSupprimer
  5. Il y a aussi les vieilles solutions :
    Prêts amicaux, prêts vendeurs, apports perso, prêts mafieux.

    Et puis quand le sang coulera, ce sera l'occasion en or pour s'emparer de biens à des prix défiant toute concurrence.

    Un pauvre sous allocs est un assisté, un pauvre sans allocs un danger.

    RépondreSupprimer
  6. "Ils ont surendetté tous les jeunes sur 30 ans".

    Parce que les personnes en question y ont été obligés ?

    RépondreSupprimer
  7. je me fait pas de souci pour l'héritage si ils sont capable de voler l'épargne ils le feront pour l'héritage, par contre je suis désolé mais vivre en location sans bordel autour qui font monter les prix je vois pas ou serait le problème ? par rapport au 30naire qui vie dans un studio avec un crédit sur 22 ans si ce dernier n'est pas un prolétaire ?

    de toute façon tout les jeunes sont des prolétaires quelque soit la formule, heureusement que mcdonald existe.

    vive l'hyper inflation

    RépondreSupprimer
  8. Loi de 73, complot bancaire et compagnie :

    http://www.dailymotion.com/video/xlgh20_etienne-chouard-le-complot-est-reel-le-racket-de-l-impot-sur-le-revenu_news#.UYVBqMh1jCM
    http://www.dailymotion.com/video/xxhua2_les-banques-une-mafia-qui-a-pris-le-pouvoir_news#.UYVEjch1jCM

    En plus de Dupont-Aignan, on a M.Rocard, ancien premier ministre, J.Sapir grand économiste, E.Chouard, professeur d'économie et à priori F.Lordon, grand économiste, donc des gens de gauche et de droite, pour dénoncer ce qui ressemble à la plus grande escroquerie de tous les temps.

    RépondreSupprimer
  9. @Tonio

    Il n'y a jamais eu de méritocratie, ni maintenant, ni jamais.
    Tout est une affaire de naissance, de réseau, de personnalité, d'études, et de chance. Cela fait toute la différence, et bien souvent on n'y peut rien.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.