mardi 14 mai 2013

Paris : avant-goût de l'effondrement à la San Giorgio

Les événements d'hier à Paris résonnent avec une certaine acuité pour qui se souvient de San Giorgio et de la manière dont il décrit Paris, comme une fosse à riches entourée de miséreux et de lumpens prolétariat, avec juste la police pour empêcher que les tribunes viennent déchiqueter les richards qui mangent au centre de l'arène leur carpaccio de thon rouge au safran de Patagonie sous son coulis de caviar du Kirghizstan...

Je pense qu'hier, il y en a quelques uns qui se sont mangés l'éternel retour du concret et ont été sortis de leur petit boboland Amélie Poulinesque... Et ça va en faire réfléchir quelques uns sur la capacité réelle de l'Etat à protéger qui que ce soit...

Incidents du Trocadéro :"c'était la jungle"
Europe 1, Gaétan Supertino Avec Julien Pearce et Walid Berrissoul, 14/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Car un impressionnant bilan matériel s'ajoute au score final de cette triste soirée. Sur l'esplanade mardi matin, les touristes peuvent croiser des voitures calcinés un peu partout, marcher sur un sol jonché de débris et observer la dizaine de balayeurs s'employant à leur besogneuse mission : en deux heures, il n'ont pu avancer que de 50 mètres tant les débris sont nombreux.

"C'est incroyable. Les voitures sont cassées, les vitres sont complètement brisées, les gens montaient dessus. C'était la jungle", raconte pour Europe1 Stéphane, un riverain, attendant son bus sous un abri qui n'existe presque plus. "On a l'impression qu'un tank est passé dessus. Et ce n'est pas tout. Au McDo, les gens rentraient et ils piquaient les frites des clients. Ils se précipitaient derrière la caisse, ils prenaient les hamburgers", détaille-t-il.

"On est en état de guerre civile. Ça ne peut pas durer comme ça", renchérit Didier, le concierge d'un immeuble du quartier. "On les a vu passer, on a été obligé de fermer les volets et les fenêtres. Les gaz lacrymogènes étaient dans l'appartement, ça nous piquait les yeux et la gorge. On se demandait où on était, il était 19h", poursuit sa femme, "outrée" et "sous le choc" comme son conjoint.

Il n'y avait pas besoin d'avoir une oreille aguerrie pour entendre environ un fumigène exploser toutes les 15 secondes sur l'esplanade du Trocadéro. Face à des CRS souvent débordés, les casseurs ont investi le quartier par dizaines. Avenue Kleber, les jets de bouteilles de verre ont même fait reculer un fourgon de CRS. Et presque aucune vitrine n'a été épargnée par ce déchaînement de violence.

"J'ai honte, vraiment honte. Ce sont des jeunes de banlieue, tout comme moi, mais moi je ne suis pas comme ça… ", lâche au micro d'Europe1 Abel, le client d'une brasserie.

33 commentaires:

  1. c'était tellement prévisible que ça sent le truc voulu,monté de toutes pieces....et si les quataris avaient joué a un drole de jeu?n'oublions pas qu'ils sont en affaires avec sarko et sa clique.d'après un reporter sur france info,les bus de crs présents ont été invités a partir juste avant le début de l'émeute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ahahah les gauchos, les complots existent lorsque cela les arranges.

      Supprimer
    2. C'est la faute à Sarko ! :))

      Supprimer
    3. Que vient foutre Sarko là dedans ? C'est vraiment un délire de boboïde complotiste...

      Supprimer
    4. Ah les gauchiasses, toujours de la faute aux autres : leur prédécesseurs, les blancs ou les ultra-neo-libéraux.

      Mais leur maladie mentale n'est jamais responsable de rien.

      Supprimer
  2. Pour moi, il me semble que Le Pen ne serait même plus la solution. C'est malheureux à dire, mais il faudra regarder un peu plus à droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus une question gauche/droite à ce stade, c'est une question d'autorité de l'état et de sortie du laxisme, du relativisme et du laissez-faire. Effectivement, Marine semble l'avoir compris.

      La prise de conscience commence enfin. Rétrospectivement, on pourra sans doute dire que l'enchaînement Moulinets 1er/Neuneuland a été le meilleur scénario pour nous ouvrir les yeux. Il n'est pas question de fuir à l'autre bout du monde la rancoeur au ventre. Il faut se battre ICI et lorsque l'on aura mis à terre la caste prédatrice qui nous sert "d'élite", j'espère qu'on se souviendra des mots que nos ancêtres ont prononcé : Vae victis.

      Hollande, Sarko, Parisot, la CGT, les éditocrates, les Bouygues et tous les Messier qui ont détruit le tissu économique français : la classe jacassante toute entière est coupable. Et nous le sommes tout autant de part plus de 40 années d'aveuglement.

      Supprimer
  3. Merci aux dirigeants occidentaux de droite comme de gauche, qui pour faire de la croissance au forceps, ont importé en masse des gens à la culture à 1000 bornes de la notre, et qui nous haïssent en raison de contentieux historiques instrumentalisés.

    Merci aux soit disant antiracistes d'avoir semer la haine du blanc sous couvert de soit disant repentance. Ce dernier répond par la haine du bronzé et le "white flying".

    Merci aux bobos de favoriser un état "providence" qui récompense les rusés et les escrocs au détriment des faibles et des vieillards.

    Encore merci aux bobos pour leur culture de l'excuse. C'est bizarre, mais les pauvres des campagnes ne vont pas au pillage... car ce qui s'est passé à Paris est bien un pillage. Avec les attaques de RER sauce western, à quand le retour des pillards barbaresques ?

    Merci aux babyboomers d'avoir détruit la morale et l'autorité, ce qui fait qu'il est impossible de se faire respecter par des caids de 10 ans sans se faire virer de l'éducation, parce qu'il ne faut pas "perturber ces pauvres chéris".

    Merci encore de racketter les jeunes avec des loyers et des prix immobiliers démentiels par rapport à leurs salaires de m*rde.

    Merci d'avoir fait venir ces immigrés pour peser à la baisse sur nos salaires.

    L'avenir de la France ? du sang, et des larmes.
    Ceux qui pourront partir le feront, les autres souffriront.

    RépondreSupprimer
  4. En effet, après avoir vu quelques vidéos, c'est un parfait avant-gout de ce qui va se passer à Paris et dans les grandes villes.

    RépondreSupprimer
  5. J'en suis venu aux même conclusion devant les images. D'autant plus qu'à vue de nez le lupemprolétariat tout entier était représenté : white trashs crâne rasé, noirs et arabes.

    RépondreSupprimer
  6. "Je pense qu'hier, il y en a quelques uns qui se sont mangés l'éternel retour du concret et ont été sortis de leur petit boboland Amélie Poulinesque..."

    Exactement. A la différence près que la police est intervenue alors qu'un blanc prolo perdu au quotidien dans un quartier qui s'allogénise toujours un peu plus est livré à lui-même sans aucun droit à l'auto-défense. Remember papi Galinier...

    Quid des témoignages des blancs qui restent à côté des portes dans le RER D pour pouvoir sauver vite fait leurs peaux et qui évitent comme la peste le centre des wagons ? On croirait presque qu'une ségrégation inversée de type américaine se met lentement en place... Ce n'est pourtant pas une tradition française contrairement à ce que les assoc' revendicatives essayent de nous faire croire.

    Y'a pas à dire, on va vers des jours heureux. Merci à ceux qui nous offrent cette diversitude, sans eux on s'ennuierait et on serait obligé de vieillir tranquillement en élevant correctement nos enfants en leur apprenant à travailler dur pour obtenir quelque chose.

    RépondreSupprimer
  7. Nous avons eu la preuve hier qu'en cas de soulèvement majeur, l'état ne sera pas en mesure d'assurer la sécurité des Français.

    RépondreSupprimer
  8. On nous expliquait y'a quelques semaines que la criminalité est en baisse.
    Merde alors, on nous aurait menti ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut mettre plus de radars !!! MDR

      Supprimer
  9. C'est un avant gout de ce qui attend la France.
    Il y'a eu des débordements dans d'autres villes a ce que j'ai pu lire.
    La meme merde partout.

    Rendez nous notre pays bordel !
    A coté de ca les vieux bobos qui vivent dans leur quartiers ou villa et qui ne subissent pas toute cette merde au quotidien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est plus "notre" pays, vous ne l'avez pas encore compris, bordel ?

      Supprimer
  10. C'est fou tout ces gens qui croit qu'ils pourront se mettre en mode Ascète Bouddhiste Zen avant leur dernier sou.

    RépondreSupprimer
  11. Tu rajoutes là dessus:

    - Que le Quatar a demandé, que les forces de l’ordre ne soient pas « visibles » lors de la manifestation.
    Chose très difficile pour un CRS en habit d’apparat!

    - Que les CRS ont reçu l’ordre de se retirer 10mn avant les exactions violentes !

    Bon d’accord, tout ça c’est du aux vilains français. Ils ont construit de grosses tours en périphèrie parisienne.
    Vilain, va!

    Et puis, depuis quand leur jeunesse ne pourrait pas s'amuser un peu, non mais!

    Et tout ça, de tout façon, c'est la faute à la crise...

    RépondreSupprimer
  12. Le changement de civilisation, ce n'est pas dans la loi Taubira qu'il s'exprime, mais dans la célébration de la victoire du PSG !!!

    RépondreSupprimer
  13. Ça va mal pour expliquer que tout va bien, Malek Boutih est de sortie.

    RépondreSupprimer
  14. Alors les gars ? on défend les bourges du 16 eme arrondissement de Paris ???? J'ai vu certaines images, "y a rien de grave" quelques motos renversées, des commerces pillés ok et un peu de lacrymo.
    Je rappelle juste que dans certaines villes de province c'est assez régulier...(ex Mulhouse recemment).
    Ok on voit des colorés, normal ils ont pas un rond alors ils s'éclatent chez les bourges qui ont tout...

    RépondreSupprimer
  15. C'est beaucoup moins "Lumpen" qu'ethnique. Ne fais pas comme les gauchos dans l'explication par le misérabilisme social, Tonio !

    RépondreSupprimer
  16. Et c'est dans ce contexte que...

    "Un projet de loi sur l'immigration sera présenté au Conseil des ministres "avant l'été", a annoncé ce soir Matignon dans un communiqué. Le député PS Matthias Fekl a remis mardi à Jean-Marc Ayrault un rapport sur l'immigration, qui préconise notamment de généraliser les titres de séjour de quatre ans pour faciliter la vie des étrangers et désengorger les préfectures."
    (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/14/97001-20130514FILWWW00642-un-projet-sur-l-immigration-avant-l-ete.php)

    RépondreSupprimer
  17. Allez ... quelques images de la BAC en action histoire de "se remonter le moral" ;-)
    http://www.liveleak.com/view?i=1cc_1368451313
    (saletés de "skinheads" ils n respectent rien !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait ça puissance 10 pour passer l'envie aux racailles allogènes de foutre le bordel chez nous.

      Supprimer
    2. Très bonne idée, comme ça on passera plus vite à l'étape supérieure et c'est avec des kalash qu'ils iront faire la fête.
      Comme si la situation foireuse dans laquelle on est pouvait se résoudre avec un raisonnement binaire: plus d'autorité de l'état ou plus d'aide d'état.

      Pour résumer en des termes simples que même la plupart des commentateurs ici pourront comprendre: Les droitistes sont aussi pathétiques que les gauchistes...

      Supprimer
  18. Un de mes amis étudiants voulait qu'on aille au Trocadéro mais j'ai senti le truc. Qui ne l'aurait pas vu venir ?

    L'image d'un Paris de rentiers, du tertiaire et de propriétaires russes/UK/US entouré par 10 millions de pauvres qui iront se servir (sans parler du relief en cuvette) c'est exactement ça...

    La suite logique de tout ça, c'est le contrôle des déplacements banlieue-centre. Ni plus ni moins. Voir le film d'anticipation Code 46.

    Ça passera comme une lettre à la poste en liant le titre de transport à l'exercice d'un emploi dans la capitale et des contraintes horaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce sera comme en Israël : barrages systématiques et contrôles d'identité pour le moindre déplacement.

      Supprimer
  19. De tous temps et en tout lieu, le football a toujours été un défouloir pour les jeunes des classes populaires. Sur ce coup là, l'impréparation des forces de l'ordre et des dirigeants sportifs est à un niveau assez remarquable. Je retiens surtout le décalage évident entre des élites déconnectées de la réalité et une base interconnectée et de plus en plus sure de sa force. On peut s'attendre effectivement à une poursuite du délitement de l'Etat de droit.

    Sinon, sur les dégâts occasionnés dans l'arrondissement le plus riche de la capitale, j'assimile ça à un retour de boomerang prévisible et je n'irais pas pleurer sur ce ghetto de riches. Ca a certainement beaucoup joué sur leur détermination.

    Au niveau du profil de ces jeunes, n'en déplaise à beaucoup qui fonctionnent encore avec la grille de lecture des années 80/90, la composition ethnique n'était pas totalement calée sur du noir et de l'arabe. Même si la majorité est effectivement issue de l'immigration, on avait également un nombre non négligeable de "souchiens". Il suffit de trainer un peu plus en banlieue, dans les transports, dans les établissements scolaires, dans les grands centres commerciaux pour constater qu'au sein des générations des moins de 20 ans, la mixité ethnique est beaucoup plus avancée qu'il y a 20 ans.

    Qu'une véritable culture commune se met en place chez une jeunesse beaucoup plus consciente et beaucoup moins crédule que celle des précédentes générations. Bref, nos élites pourront de moins en moins jouer sur les différences ethniques, religieuses ou culturelles pour essayer de monter des pauvres contre d'autres. Le Front National l'a d'ailleurs déjà anticipé en axant de plus en plus son discours sur du socio économique.

    RépondreSupprimer
  20. Cela pourrait ne pas trop y paraître mais, les exclus des stades, les ULTRAS, ont, semble-t'il, pu profiter de cette fête "pour tous" pour exprimer leur vision des choses. En clair, la chienlie et le désir de tout saccager.
    Certains marabouts d'Afrique lisent dans les déjections fécales (humaines) afin d'établir un diagnostic plus ou moins empirique sur l'état de santé et les soins à apporter. En s'en inspirant un peu, c'est dans les modes d'expression de notre chienlie collective qu'il tiendrait peut-être à savoir lire.Les jeux publics romains permettaient de canaliser les tensions issues de la plèbe. Il arriva un moment où ces artifices ne fonctionnèrent plus. il y eut, je crois, une révolte des gladiateurs. Bref, à trop pousser le bouchon de l'abrutissement des masses, à tout entreprendre pour en atomiser toutes formes d'organisations, à commencer par celle de la famille....,on en arrivera sous peu à la décomposition de nos sociétés. Sur une toile de fond d'une politique de la ville désastreuse depuis près de 50 ans, doublée d'une politique de l'immigration absolument irresponsable, "The bill", "La cuenta", va donc être très salée. Bon appétit à toutes et à tous !!!

    RépondreSupprimer
  21. Intéressant mais... Si la Province et les provinciaux avaient fait autre chose que bousiller la campagne française à grands renforts de lotissements, nourrir grassement des hordes de fonctionnaires territoriaux et d'intermittents spécialisés dans le festif de rue, si de ces régions si proches du réel avait émergé une vague pensée contestataire et non bêtement jouisseuse (aux dernières nouvelles ni Radio Courtoisie, ni Philippe Muray n'ont fait entendre leur voix depuis Amiens ou Toulouse à une époque où la résistance idéologique était bien plus ardue), bref s'il y avait eu LA MOINDRE trace de résistance à l'ordre établi venu des "régions" depuis Mitterrand 2, nous pourrions prendre ces reproches avec un peu de sérieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi depuis Mitterrand 2 ? Le festivisme c'est Jack Lang non ? Et avant c'était déjà pas mal gratiné sous VGE voir sous Pompidou le banquier.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.