mardi 14 mai 2013

La retraite va devenir un privilège réservé aux clientèles de fonctionnaires du PS et de professions libérales de l'UMP

Passage de 41,5 années de cotisation à 44. Pour mon cas, ça veut dire partir à la retraite à 69 ans... Qui peut sérieusement croire qu'une entreprise privée voudra de nous jusqu'à 69 ans alors qu'aujourd'hui, dès 45 ans, on nous indique la sortie...

Ce que cette réforme signifie très clairement, c'est que désormais, seules les clientèles électorales de l'UMPS (fonctionnaires et professions libérales) auront droit à une retraite...

A noter aussi qu'ils veulent encore augmenter les cotisations et aussi pour contrebalancer, supprimer l'exonération de CSG pour les retraités, et désindexer les retraites de l'inflation (ce qui signifie les rogner année après année).

Quand je pense à toute cette génération d'escrocs qui est partie en préretraite à 55 ans, et que nous, on n'aura jamais de retraite, et qu'on va cotiser toute notre vie à vide pour goinfrer les vieux alors qu'on crèvera dans la misère, l'UMPS se fout vraiment de notre gueule.

Ce que ça dit également, c'est que plutôt que de réformer l'État et sa gabegie publique, les escrocs au pouvoir préfèrent appauvrir tout le monde, pour préserver une fois encore leurs clientèles.

Mais là, ça devient vraiment mauvais. L'enjeu pour eux est désormais de nous faire crever de misère quand on aura 70 ans... Ils en sont là désormais...

Sinon, hier soir chez Edwige Chevrillon sur BFM Business, il y avait Raymond Soubie qui avait organisé la réforme précédente des retraites de Sarkozy. Il expliquait dans le jargon maçonnique inimitable des experts autorisés, qu'ils avaient pourtant fait tout ce qu'il faut pour garder équilibré le ratio actifs/retraités... Comprendre que dans cette France où les jeunes ne font plus d'enfants, pris qu'ils sont entre la traite intégrale réalisée par le papy boom et une propagande qui prône sans cesse la destruction de la famille, ils ne savent plus qu'importer des pauvres du tiers monde pour espérer faire de la croâssance, en multipliant les bouches à consommer, en bons keynésiens qu'ils sont... Sauf que voila, de son aveu même, la croâssance ne revient pas (quoi, ça ne marcherait pas de juste importer du miséreux ?   ), et que la réforme en cours, est bâtie sur des prévisions de croissance du COR à 2%... Bref, c'est que le début...

Et naturellement, pour parachever le tableau, de leur côté, les syndicats type FO et CGT sont vent debout contre toute réforme du système de retraite pour aller vers un système à points à la suédoise... Vous pensez bien... Ce sont les rentes de toutes leurs clientèles sur protégées aux régimes spéciaux qui sont en jeu... Typiquement, en parfait exercice du pouvoir par le mensonge total que pratique nos élites depuis 30 ans, j'entendais Mailly hier de FO expliquer qu'il ne voulait pas de l'"usine à gaz" d'un système par points... Comme si l'usine à gaz, ce n'était pas la situation actuelle. Mais on comprend qu'un système simple, unique, à l'équilibre par construction, et où à cotisation égale on touche une retraite égale, ça terrifie nos syndicats de gôche et leurs clientèles de rentiers... Et puis dans lma gauchissae 2.0, l'immigrationnisme c'est génial, du moment que les femmes de ménage noires qui nettoient le caca de leurs clientèles sur protégées crèvent de misère à 60 ans, et se font traire toute leur vie à perte pour payer les sur salaires, les rentes et gros patrimoines de cette caste de grands zumanistes qui lit l'Huma...

CSG, cotisation : ce que prépare le gouvernement pour réformer les retraites
Challenges, 13/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien



Retraites : les Français pourraient cotiser 44 annuités
Le Figaro, 13/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien

31 commentaires:

  1. N'oublie pas de préciser que c'est voulu par Bruxelle, le vrai gouvernement non élu de la France ...

    De toute manière, on sait tous qu'on n'aura pas de retraites depuis au moins 10 ans, non ?

    RépondreSupprimer
  2. On en revient au bon vieux système :
    Ferme + femme + gosses + thune planquée

    Tout ceux qui ont ou eu de la malchance dans la vie (mon cas) vont souffrir.


    Peste et coryza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu est jeune. Tu est diplomé à ce que j'ai crû comprendre.

      Rien ne t'empêche d'aller faire ta vie ailleurs. Ou au moins aller voir ailleurs ! Pourquoi tu resterais pour payer les dettes que ces trous du cul t'on mis sur le dos ?

      La France n'est pas le meilleur pays du monde. N'écoute pas la propagande, en restant tu t'enterres.

      Supprimer
    2. J'ai encore 6 mois à tenir en France, le temps de finir ma thèse (fichu traitement de données !).
      Dès que je le peux, je me casse. Je recherche déjà.

      Peste et coryza

      Supprimer
    3. La France emprunte mais ne rembourse pas, ni le principal, ni les intérêts.

      Que les jeunes payent les rentes immo ou actionnariale , oui et c'est comme ça partout dans le monde, mais les dettes, NON.

      Supprimer
    4. Bon, j'écris ça un peu pour rigoler, mais j'aime bien les prophéties :

      " Le grand réveil de l’époque assoupie ne va pas tarder à lancer son premier éclat, le commencement d’une marche victorieuse qui mettra à mort le peuple de celle qui n’a plus d’espoir de se relever, sinon le jour où celui qui est appelé son Sauveur, mettra le pied sur le Trône assigné par le Ciel. La grande révolution universelle, le commencement en sortira d’abord en France : c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et aussi à la résurrection. "

      marie-julie jahenny


      On serait donc les premiers à tomber mais aussi les premiers à se relever. Bizarrement, ça me parle.

      Supprimer
    5. Ne serai-tu pas un ancien de Liesi, toi aussi ?
      Because, moi aussi "ça me parle".

      Supprimer
  3. Je me considère comme un esclave devant des clients trop nombreux pour mes épaules et des vendeurs qui font de l'avariée pour diluer la marchandise de mauvaise qualité. Bien heureusement le totalitarisme démocratique soignant sa population de toute trace de nazisme et bien ne me fait croire en plus rien et c'est ça qui va me sauver.
    Ne me faite pas pleurer j'en et plus rien à cirer.

    RépondreSupprimer
  4. Ayant commencer a travailler a 14 ans, après plus de 42 ans de travail pénible et ininterrompus à remplir des caisses de ceci cela retraites et compagnies et un refus de prise de préretraite, aujourd'hui chômeur, une piètre santé non reconnue des douleurs et un moral au plus bas en vu d'un futur qui ce dégrade va t'il falloir attendre l'extermination, l'euthanasie, et même la folie, merci a ce monde de voleurs de profiteurs et de banksters
    Aux générations futur esclave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi,
      malheureusement pour toi, tu n'es pas fonctionnaire ...de toute évidence!

      Supprimer
  5. Bonjour Tonio,

    En effet il y a encore gros plumage, tout comme l'agirc et arrco qui se font plumer pour financer l'ircantec... Du grand n'importe quoi et personne dans la rue... z'ont bouffé quoi pour ne rien voir ou dire??

    Heureusement certains trouvent de bonnes solutions notamment via le MLPS...

    http://jequittelasecu.blogspot.fr/

    M'enfin si en plus le temps nous retarde les légumes... Manque de moraline là aussi...

    Belle journée

    MF

    RépondreSupprimer
  6. Bruxelles a beaucoup de défauts, mais en l'espèce elle permet de se désaffilier de la sécu et du système de retraites, e.g.
    http://jequittelasecu.blogspot.fr/

    C'est évidemment plus dur pour les salariés qui doivent convaincre leur patron/service comptable de changer leurs manières de faire.

    Et bien entendu, tout cela ne protège pas de la CSG/CRDS

    kelnoz

    RépondreSupprimer
  7. Une majorité de Français n'ont désormais plus confiance dans le projet européen qui reste largement soutenu par les Allemands, souligne l'étude annuelle de l'institut Pew Research Center sur les opinions publiques de huit Etats membres de l'UE. "Aucun pays européen ne s'est aussi vite découragé et désillusionné que la France (en un an)", relève le centre indépendant américain, qui a sondé 7 600 ressortissants européens.

    Alors qu'en 2012, 60 % des Français interrogés par l'institut se disaient favorables à l'UE, ils ne sont plus que 41 % en 2013. Les Allemands, eux, sont encore à 60 % europhiles, contre 68 % il y a un an. La situation économique est jugée "mauvaise" par 91 % des Français contre 81 % l'an dernier alors qu'outre-Rhin, cette opinion n'est partagée par seulement 25 % des Allemands (27 en 2012). Quant à l'action du président François Hollande face à la crise, elle n'est jugée positivement que par 33 % des sondés.

    "Les Français ont désormais moins confiance dans l'Union européenne en tant qu'institution que les Italiens ou les Espagnols. Et les Français, comme leurs compatriotes d'Europe du Sud, ont perdu confiance dans leur dirigeant élu", disent-ils. Tirant seule son épingle du lot, la chancelière Angela Merkel est toujours fortement appréciée en Allemagne (74 % contre 80 % en 2012). Les dirigeants des autres pays ont une cote évoluant entre 20 % (République tchèque) et 37 % (Royaume-Uni).
    FISSURES....

    RépondreSupprimer
  8. Les gars... ne faites pas semblant de vous "réveiller" maintenant, de "comprendre" maintenant, et de vous "indigner" maintenant.

    Un collégien, même débile, était capable de COMPRENDRE depuis au moins 20 ans... que le système allait dans le mur, avec un peu d'arithmétique.

    Allo ? !

    Vous êtes pathétiques. Et les Français en général sont pathétiques. Une pensée émue à tous les veaux qui ont cru Hollande il y a A PEINE UN AN que l'âge de la retraite reviendrait à 60 ans, ou même resterait à 62.

    C'est stupéfiant d'être aussi bête.

    Mais bon passons. Que faire ?

    Nous avons la certitude (ceux qui ont de 20 à 40 ans aujourd'hui) que nous serons sacrifiés, que nous n'aurons rien à la retraite.

    Dès lors, il y 2 solutions :

    -soit vous acceptez d'être un esclave et vous fermez votre gueule, et vous payez. Vous casquez. Mais surtout vous la fermez.

    -soit vous êtes un homme libre, et vous choisissez la seule porte de sortie : vous vous barrez de France afin d'arrêter de payer cette scandaleuse rente à la gabegie, et vous dites merde aux veaux.
    L'argent économisé vous permettra d'organiser votre retraite vous mêmes, comme un homme libre et responsable.

    Il n'y a pas de solutions intermédiaires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà, de nombreux retraités aujourd'hui ne roulent pas sur l'or. Déjà, de nombreux retraités plus aisés partent 6 mois de l'année dépenser leur retraite au soleil (Maroc, Thaïlande, etc..)

      Supprimer
    2. >> Dès lors, il y 2 solutions :
      >> (...)
      >> Il n'y a pas de solutions intermédiaires !

      Si ! au moins une : celle que j'applique.

      --neuneu.

      Supprimer
    3. Bon moi je suis en Belgique, donc petit problème je ne peux pas quitter la France. Passons. Mais j'aimerais qu'on me dise (parce que je suis néanmoins curieux et que je peux par contre quitter la Belgique) vers quel pays il faut se tourner? Qui soignera encore ses retraités? Qui dispose d'une jeunesse bien formée, employée et bouillonante d'énergie prête à relever tous les défis du XXI siècle? Et surtout, vont-ils accueillir ces futurs immigrés les bras ouverts? Quitter la France (et la Belgique) c'est facile à 25 ans. Mais à 35 avec une femme et 2 gosses?

      Supprimer
    4. Ca serait plus facile pour toi, si tu prostituais ta femme et que tu envoyais tes gosses mendier, ou mieux, voler!

      "toute ressemblance avec certaines ethnies serait purement fortuite".

      Supprimer
    5. Ben oui, tu as le choix de te barrer et de te faire tondre violament ailleurs, ou rester et te faire tondre gentiment et en famille.

      Supprimer
  9. Escalader une pyramide de ponzi par la gauche ou par la droite ca ne fait aucune différence. Une fois que la base s'effrite par la baisse du nombre d'actifs, c'est toute la pyramide qui s'écroule. Pour colmater, on est obligé de ponctionner ailleurs.
    Mais le système est par essence instable et lorsqu'il commence à tomber tout le monde fait semblant de s'en apercevoir et crie à l'étonnement.

    RépondreSupprimer
  10. "Un collégien, même débile, était capable de COMPRENDRE depuis au moins 20 ans... que le système allait dans le mur, avec un peu d'arithmétique."
    Dès le début De gaulle avait dit que ce système de retraite n'était pas viable. Mais les communistes ont été les plus fort et ont réussi malgrè tout à l'imposer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui!

      Parceque moi, l'avant dernier de la classe ,j'ai compris dés 1981!!!

      alors, si moi l'avant dernier des cons j'avais déja compris, alors les autres normalement....!!!

      Ps: Ceci n'est pas une connerie, quoique?....venant d'un vieux con!

      Supprimer
    2. Pas viable, un truc qui dure depuis 70 ans ?

      Dans ce cas, rien n'est viable, autant allez se coucher tout de suite.

      Supprimer
    3. Toi je t'es reconnu,
      ...Oh oui, tu étais juste derrière moi au collège!!!

      Supprimer
    4. "Pas viable, un truc qui dure depuis 70 ans ?" (Anonyme 14 mai 2013 15:25)

      Beaucoup de choses sont apparemment "viables" quand on s'endette à plus de 90% du PIB.

      Supprimer
  11. Entièrement d'accord avec kelnoz et "Anonyme 14 mai 2013 09:49".

    Par ailleurs :

    "l'UMPS se fout vraiment de notre gueule" (DT)

    En l'occurrence c'est le PS tout court.

    Rappelons aussi qu'en 1995, Juppé, alors membre du RPR et non de l'UMP il est vrai, a (je cite wikipédia) tenté sans succès de généraliser aux fonctionnaires et aux entreprises publiques (RATP, SNCF et EDF) les mesures imposées aux salariés du secteur privé par la réforme Balladur des retraites de 1993, avec notamment l'allongement de la durée de cotisation de 37,5 à 40 annuités pour les salariés de la fonction publique. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Jupp%C3%A9_de_1995)

    Les électeurs ont rejeté ce plan aux législatives de 1997 ; il ont préféré passer aux 35h. C'est facile d'accuser l'euro après ça...
    Y'a quand même des élections dans ce pays, faudrait pas l'oublier !

    Extrait du discours de Juppé, 1er ministre, 5/12/1995 :

    "(...) Autre exemple, les régimes spéciaux de retraite dont on parle beaucoup ces temps ci, c'est-à-dire les retraites des fonctionnaires, des agents de la RATP ou de la SNCF. Là encore, il y a un problème. Pas tout de suite, pas demain, pas après demain, mais dans dix ou quinze ans. Et gouverner, c'est prévoir ce qui va se passer dans dix ou quinze ans."

    Des opposants au plan Juppé, vous en connaissez tous. Ils ont manifesté *par millions*. Aujourd'hui on ne les entend plus trop.


    PS : Loin de moi l'idée que le plan Juppé aurait tout résolu. Ce n'était qu'une réformette, un premier pas dans la bonne direction. Il intervenait assez tôt pour être peu douloureux. Maintenant... CPEF.

    RépondreSupprimer
  12. Ah ben voilà, j’allais poster la même conclusion qu’anonyme de 9h49.
    Il y a bien une solution : l’exil.
    Je sais que ce n’est pas facile, c’est toujours un déracinement, mais la situation l’exige désormais.
    Si on reste en France, c’est quasiment un devoir de ne plus payer ses impôts quand on voit comment ils sont utilisés.
    Evidemment, ce n’est pas la panacée ailleurs en occident, mais c’est quand même moins pire.

    Tous ceux qui fréquentent ce blog ne pourront pas dire « on ne savait pas ».
    Le désastre qui va se produire est un événement certain. Seul le timing est incertain.
    Nos « élites » nous ont trahis, vendus, ruinés et bientôt détruits…
    Nous sommes les nouveaux huguenots à ceci près que nous pouvons encore nous échapper « proprement ». Cette chance pourrait ne pas durer.

    RépondreSupprimer
  13. Tonio, les professions liberales comme tu dis...
    Par exemple la retraite pour un dentiste c'est 69 ans depuis des lustres. Qui peut croire qu'un vieux gâteux de 69 ans peut avoir des gestes aussi precis et minutieux a cet age la ?

    La retraite est un problème pour de nombreuses professions.
    Il y'a le discours de "gauche" : Retraite pas vieux parce qu'a partir d'un certain age on peut plus, et puis ca donne des emplois aux jeunes.
    Et il y'a le discours de droite: La pyramide des ages et l'augmentation de la durée de vie nous impose l'allongement de la durée de travail.

    En fait les deux ont raison, ce qui veut dire qu'il n'y aura pas de solution souple, mais beaucoup d'arbitraire et de souffrance.

    Heureusement pour nos descendants, notre industrie alimentaire nous faisant manger de la merde, nous mourons bien plus jeunes....plus de problèmes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "ce qui veut dire qu'il n'y aura pas de solution souple"
      -> la seule solution souple, c'est que chacun puisse cotiser ce qu'il veux (chacun reçoit son salaire complet et met de coté pour sa retraite par le système qu'il veux, du montant qu'il veux chaque année) et prendre se retraite quand il veux (ou qu'il le doit parceque son état de santé ne lui permet plus de travailler) avec un montant lié aux points acquis par les cotisations versées durant toute sa vie et tenant compte de l'espérance de vie de sa profession. Un seul système de retraite resterait à la charge de la solidarité (donc des impôts), celui du versement d'une retraite de base (minimum vieillesse) pour tous, le reste serait donc de la complémentaire dépendant de ce que chacun a réellement fait pour préparer sa retraite durant toute sa vie, soit le seul système équitable (mot si cher aux socialistes, mais qu'ils n'appliquent finalement jamais).

      Supprimer
    2. Oui, il y a de l'idée, minimum vieillesse payé par l'impôt, mais ça va pas plaire aux riches qui vont (encore) partir.

      Ensuite passer d'un système de retraite par répartition à un système partiellement privé, ça paraît difficile, voir impossible.

      Et en supposant, le problème du privé dans ce genre d'activité, c'est qu'ils te font des promesses pendant 30 ans et se GAVENT de bonus et au bout de 30 ans, soit ils te disent : "ah ben fallait pas avoir confiance, trop con" ou au secours papa état.

      Supprimer
  14. Très cher Nain.

    Devenez profession libéral. Cela fonctionne bien dans le monde de l'informatique.

    Lorsqu'une caisse de retraite vous demandera des cotisations, ne payez tout simplement pas. Ils n'ont aucun moyen de pression ; ni huissier ni saisie sur compte bancaire. Mettez l'argent de coté pour vos vieux jours, sous la forme qu'il vus plait (actions, devises, métaux précieux...).

    Testé et approuvé.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.