jeudi 9 mai 2013

Résultats de trading des groucho banques en régime groucho capitaliste : 100% de jours de profits

Bank Of America Q1 Profitable Trading Days: 100%
ZeroHedge, 08/05/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
After the "humiliating" performance in Q4 2012, when Bank of America had a whopping 2 trading loss days out of 61, in has managed to redeem itself in the first quarter of 2012, when not only did it record seven trading days when it generated revenue of over $100 million daily, but more importantly it had zero days (of 60 total) with any net trading losses: a track record that can only be matched by any daytrader on Twitter. After all, what is better than trading when there is no risk of loss.




JP Morgan Has Zero Trading Losses In The First Quarter
ZeroHedge, 08/05/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Earlier it was Bank of America reporting a perfect trading quarter, with profitability on 60 out of 60 trading days, and now it is JPMorgan's turn. Moments ago, Jamie Dimon's firm filed a 10-Q in which, among other things, it announced than in the quarter ended March 31, it was profitable on 63 out of 63 trading days and had one day in which it gained more than $200 million, or said simply another case of trading perfection unmatched anywhere in the known universe except perhaps by sellers of newsletters on Twitter.



Going further back in time, we find that JPM had a winning trading accuracy of:
  • 84.3% in 2012
  • 89.6% in 2011
  • 95.0% in 2010
  • 83.9% in 2009


This compares to Bank of America's:
  • 97.6% in 2012
  • 85.6% in 2011
  • 90.0% in 2010
  • 88.0% in 2009

2 commentaires:

  1. Les banques de l'Union Européenne ont dans leurs livres 1500 milliards d'euros d'actifs pourris.

    Par exemple, en Italie, les banques ont 131 milliards d'euros d'actifs pourris.

    Lisez cet article :

    Italie / Banques : les créances douteuses en forte hausse en mars.

    Les créances douteuses détenues par les banques italiennes ont connu en mars leur plus forte hausse sur un an depuis décembre 2011, selon des données publiées jeudi par la Banque d'Italie.

    Leur montant a atteint 131 milliards d'euros, une hausse de 21,7% par rapport au même mois de 2012, qui se compare à une augmentation de 18,6% en février.

    Cette accélération, reflet des difficultés des banques alors que le pays connaît sa pire récession depuis 20 ans, fait craindre que la situation n'atteigne pas un pic au premier semestre comme ce qui était prévu jusqu'ici.

    L'Istat, l'office italien de la statistique, a réduit cette semaine ses prévisions de croissance et anticipe désormais une contraction de 1,4% de l'économie cette année, soit trois fois plus que sa prévision précédente (-0,5%).

    Selon les données de la Banque d'Italie, les prêts aux entreprises non financières ont baissé de 2,8% en mars après déjà un recul de 2,7% en février.

    Toujours selon la banque centrale, les banques du pays ont renforcé leurs avoirs en obligations souveraines italiennes, à 363 milliards d'euros au total, contre 351,6 milliards en février. Ce montant est le plus élevé depuis 15 ans que la Banque d'Italie en compile la statistique et il représente une augmentation de près de 25% depuis mars 2012.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00520264-italie-banques-les-creances-douteuses-en-forte-hausse-en-mars-565185.php

    RépondreSupprimer
  2. Oui enfin au dela des nom des grosses boites, c'est surtout la victoire du HFT a mon avis sur le reste qu'il faut voir la ...

    Victoire du HFT sur les humains, et victoire de la puissance et la rapidité de calcul sur les autres plus lents ...

    Après, il doit sûrement y avoir aussi un rapport avec l'argent déversé par la FED qui tourne en rond dans les hautes sphères sans atteindre l'économie et qui finalement, est accaparé par ces quelques grappes d'ordinateurs et ceux qui sont derrière.

    Je prends ça comme une double victoire des machines sur l'homme. Non seulement ils remplacent l'humain dans les usines, mais en plus, quand on essaye de sauver ce qui reste de l'économie, ils s'interposent et absorbent a leur profit ces perfusions. Ce qui devrait accélérer le processus de remplacement (de l'homme par la machine).

    D'ou la grande question existentielle. Quand, d'ici une poignée d'année les élites vont se rendre compte qu'avec les imprimantes 3D et les robots intelligents elles n'ont plus besoin de la "plebe impériale sous tittytainment" (y compris en tant que chair a canon) ... elles vont faire quoi ?

    A mon avis ... déclencher la guerre des machines contre l'homme de la rue ... ce ne sera même pas les machines qui se révoltent, ce sera une nouvelle guerre des classes.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.