mercredi 29 mai 2013

Revue de presse européenne

Partout, les États qui s'acharnent à se maintenir dans l'€URSS rencontrent le sommet de la courbe de Laffer...

L'Espagne en perdition :
Rumeurs multiples de craquements...
La chute, Patrick Raymond, 29/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Pour le titre de prétendant au titre de champion du monde, et champion international, on a schauble : " «les chiffres et les résultats" de l'Espagne et ses réformes "sont impressionnants.""

Pour être impressionnants, ils le sont :

- recettes de l'impôt sur le revenu et autres impôts directs : - 35 %, (2011-2013),

- recettes fiscales : - 58 % (2011-2013),

- recettes globales - 5.3 %.

Le déficit, SUR UN SEUL MOIS, s'élève à 2.38 % du PIB, malgré des hausses considérables d'impôts, et des coupes toutes aussi considérables.

Je vous laisse recalculer le déficit en annuel, c'est de l'ordre de 25 % du PIB. Et l'objectif de 3.5, après un cumulé de 1.63 au premier trimestre.

La politique menée conduit donc à l'effondrement complet de l'état. C'est bien la configuration conjointe, et de 1788, et de 1916.


Et contrairement à ce que disait Brassens, Schauble ne le suit pas docilement, il le précéde, et veut sa couronne.

L'extraversion de l'économie s'accroît, et les exportations constituent 33 % du PIB... Il sera difficile de faire plus.



Spain Records Largest First Quarter Deficit in History; Tax Revenues Plunge 6.7% Year-Over-Year; Surprising Comments from German Finance Minister Wolfgang Shäuble
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 29/05/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Spain keeps digging a bigger and bigger hole as the latest economic reports show.
  • In spite of massive tax hikes, overall revenue is down 5.3% YoY
  • Tax collections are down 6.7% YoY
  • VAT collection is down 9.9% in spite of a September increase in the VAT rate
  • Non-interest expenses are up 1.1% from a year ago
  • As compared to the first quarter of 2011, tax revenues have plunged by 58%
  • As compared to first quarter of 2011, personal income tax and other direct taxes have fallen almost 35%.

Those numbers are courtesy of Libre Mercado which reports Spanish Government has Largest January to April Deficit in History.



Evolution of Spanish Public Debt and Pension Promises
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 27/05/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Evolution of Spanish Public Debt Over Time



En France :
La Cour des comptes appelle le gouvernement à tailler dans les dépenses
Le Figaro, 29/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Pour réduire durablement le déficit, la Cour des comptes invite le gouvernement à revoir les politiques publiques et faire vraiment des économies. Les magistrats soulignent «la nécessité de réformes structurelles».



Ces 3090 milliards de dette virtuelle
Le Figaro, 28/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les engagements hors bilan de la France, qui représentent la somme de ce que l'État devrait verser s'il s'acquittait en une seule fois de toutes les sommes qu'il s'est engagé à payer dans le futur, ont été multipliés par trois en huit ans.

La dette de la France est-elle de 1833 milliards d'euros, comme le calcule l'Insee ou de 4923 milliards (246 % du PIB) comme pourrait le laisser croire, entre les lignes, la lecture du rapport de la Cour des comptes? La question n'est pas anodine. La différence entre les deux chiffres - 3090 milliards d'euros!

En 2005, les engagements avaient été estimés aux alentours de 1000 milliards d'euros par le rapport Pébereau. Ils ont donc été multipliés par trois en huit ans.



La hausse du chômage n'est pas prête de s'arrêter en France, selon l'OCDE
Challenges, 29/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Selon l'OCDE, François Hollande ne parviendra pas à inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année 2013 comme il s'y est engagé mi-mai. Selon ses prévisions économiques annuelles, le chômage continuera à augmenter jusqu'à la fin de l'an prochain en France, où l'économie ne se redressera qu'avec lenteur en 2014.



Les emplois d'avenir peinent à démarrer, surtout dans les zones urbaines sensibles
Le Monde, Jérémie Baruch et Jean Baptiste Chastand, 29/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La principale mesure d'Hollande contre le chômage patine toujours autant, six mois après son lancement. Fin avril, selon les données obtenues par Le Monde, seuls 17 347 emplois d'avenir (hors éducation nationale) avaient été signés. Un retard que le gouvernement peine à résorber : en avril, par exemple, à peine 57 % des 9 091 emplois d'avenir prévus pour le mois dans toute la France ont effectivement été signés. Des chiffres qui viennent démentir le discours du gouvernement lorsqu'il assure que le déploiement se ferait à un rythme normal.
Et je vous invite à aller voir la carte dans l'article...

Avec le commentaire qui va bien que l'on m'a posté :
Et chez nous, le four est total.

Les crapules Sapin et Hollande se prennent une tôle magistrale avec... les fameux "emplois d'avenir". Ah ah ah.

http://tinyurl.com/oabydu7

Les stats sont édifiantes :
-ça ne fonctionne pas... en Seine St Denis
-aucune boîte privée ne les utilise

etc. etc.

Même l'OCDE prévoit que le chômage va continuer d'augmenter en 2014.

Hollande est un neuneu absolu, une engeance. Quel plaisir ce sera de le voir manger son chapeau mou dans... exactement 6 mois.

Quand il devra reconnaître que "l'inversion de la courbe" était un mensonge de plus.

Un mensonge minable.

Du coup, c'est sûr que l'urgence pour nos extrêmistes babéliens, c'est d'aller faire la guerre en Syrie   


En Italie, Beppe Grillo s'effondre aux élections muncipales (le fait qu'il ne sache pas ce qu'il veuille et qu'il apparaisse de plus en plus comme un faux nez babelien de plus, noyauté par les internationalistes trotskystes, y est surement pour beaucoup) :
Les sondeurs de février finissent par avoir raison en mai
Le Monde, 28/05/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le résultat du premier tour des élections municipales, pour lesquelles 7 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes, est conforme, plus ou moins, à leurs prévisions d'il y a trois mois! Le PD tient le choc, le PDL et son allié de la Ligue du Nord, poursuivent leur érosion, et le Mouvement 5 Etoiles (M5S), dernier-né de la scène politique, reste un petit mouvement de protestation...



Aux Pays-Bas, les fonds de pension, sans rendement et faisant face au papy boom, réduisent les retraites :
Dutch Defined Benefit Pension Plans, Second Largest in Europe, Face Forced Cuts
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 27/05/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Things are getting rather interesting in the Netherlands as low interest rates have increased pension deficit liabilities. Unlike the US and other parts of Europe where deficits are ignored, Dutch law requires 105% funding and the plans fell from 152% funded in 2007 to 102% funded today.

This has forced pension plans to cut benefits by as much as 7% for some trades. As might be expected, this has given rise to a 50 Plus Party, which won election to the Dutch parliament for the first time last year on promises to defend the interests of pensioners.

Et vous lisez bien, aux Pays-Bas, ils ont clairement créé un parti des 50 ans et plus, pour que tous ces retraités partis avant 60 ans voient gravé dans le marbre le droit qu'ils se sont voté pour eux mêmes de dépouiller leurs enfants    Pour l'instant, ses scrores restent confidentiels, mais quand même...

6 commentaires:

  1. A propos de l'Italie :

    Mario Monti laisse derrière lui une dette publique de 1988,658 milliards d'euros, soit 127 % du PIB. Mario Monti a fait la preuve de sa nullité. Mario Monti a fait la preuve de son incompétence.

    Concernant le secteur privé en Italie, lisez cet article :

    Le Nord de l'Italie "au bord du précipice économique" (Confindustria).

    La crise qui frappe l'Italie touche aussi le Nord très industrialisé et traditionnellement prospère qui est "au bord du précipice économique", a affirmé jeudi le patron des patrons Giorgio Squinzi.

    Si le Nord s'effondrait, "il entraînerait à sa suite tout le pays qui retournerait en arrière de 50 ans et serait exclu de l'Europe qui compte", a déclaré M. Squinzi en ouverture de l'assemblée annuelle de la Confindustria, l'organisation patronale italienne, à Rome.

    Le patron des patrons italiens s'est dit très préoccupé aussi par la poussée du chômage (11,5% et 38,4% chez les actifs de 15-24 ans).

    "Le manque de travail est la mère de tous les maux sociaux", a souligné M. Squinzi en appelant à affronter ce problème "sur le plan structurel et de façon équilibrée en intervenant à la fois sur les coûts, la productivité et la réglementation". Selon lui, "les entreprises sont prêtes à soutenir l'action du gouvernement par des investissements et des embauches".

    Il a souhaité que le gouvernement dirigé par Enrico Letta qui est le premier de l'après-guerre à rassembler la gauche et la droite, ait "devant lui le temps de mettre en oeuvre les politiques nécessaires". Le patronat voudrait en particulier "une fiscalité qui soutienne qui crée de la richesse et la distribue, qui soit transparente et respectueuse des droits des citoyens et des entreprises".

    Selon lui, la relance de l'économie italienne doit "avoir comme pilier porteur la politique industrielle".

    Le président du Conseil Enrico Letta assistait à cette réunion et a estimé qu'il faut "redonner la priorité à l'industrie" dans les économies européennes.

    "On a pensé en Italie et en Europe pouvoir se passer de l'industrie, faisant de la croissance sans industrie ou en laissant la tête ici et en envoyant le reste ailleurs", a expliqué M. Letta. Mais cette phase s'est terminée "par des résultats non positifs: l'UE a perdu son leadership". Selon lui, l'Europe doit être la force de propulsion pour atteindre de "grands objectifs comme porter le PIB de l'industrie manufacturière à 20% du total en 2020".

    M. Squinzi a aussi évoqué "le drame" du secteur de la construction "une crise si profonde que nous demandons à vous, Monsieur le président (du Conseil) une intervention spéciale pour sauver ce volant fondamental de l'économie".

    Le patron des patrons a aussi évoqué la nécessité de contrecarrer "la troisième vague de menace de credit crunch (réduction radicale des crédits alloués par les banques)", illustrée par le fait que le stock de crédits accordés a chuté de 50 milliards d'euros ces 18 derniers mois alors qu' "un tiers des entreprises ont des liquidités insuffisantes par rapport à leurs besoins d'activité".

    http://www.romandie.com/news/n/ItalieLe_Nord_de_l_Italie_au_bord_du_prpice_nomique_Confindustria_RP_230520131339-26-361755.asp

    RépondreSupprimer
  2. Mercredi 29 mai 2013 :

    Les dépôts bancaires privés sont en net recul dans les pays européens périphériques en avril 2013 :

    Irlande : les dépôts bancaires privés ont chuté de 0,1 % en avril 2013.

    Malte : - 0,3 %.

    Italie : - 0,3 %.

    Portugal : - 0,5 %.

    Espagne : - 1,5 %.

    Grèce : - 1,6 %.

    Slovénie : - 1,9 %.

    Chypre : - 7,3 %.

    Zone euro : recul des dépôts bancaires en avril dans les pays en difficulté.

    Les dépôts bancaires privés ont diminué en avril dans plusieurs pays de la zone euro, principalement ceux en difficultés, selon les chiffres publiés mercredi par la Banque centrale européenne (BCE), signe d'une possible méfiance des épargnants après la ponction réalisée sur des comptes bancaires à Chypre.

    Sans surprise, Chypre connaît la plus importante baisse des dépôts privés, qui sont descendus à 41,32 milliards d'euros, soit un recul de 7,3% par rapport au mois de mars, où ils avaient déjà diminués.

    Pour la première fois dans un plan de sauvetage européen, les détenteurs de comptes à Chypre ont été fortement mis à contribution avec une ponction sur ceux de plus de 100.000 euros. Une première version du plan, finalement rapidement abandonnée, prévoyait une ponction sur tous les comptes sans montant de dépôt plancher, faisant craindre un mouvement de panique des épargnants pour retirer leurs économies des banques.

    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_recul_des_depots_bancaires_en_avril_dans_les_pays_en_difficulte85290520131530.asp

    RépondreSupprimer
  3. La Cour des comptes est loin du compte :-)

    Avec 4923 milliards (246 % du PIB).

    Il ne faut pas oublier que la partie marchande du PIB représente seulement 43% du PIB Total.

    Ce qui nous donne si je ne me trompe pas un endettement de 572% du PIB marchand

    RépondreSupprimer
  4. Il continue ! Persiste et signe ! Comme un sale gosse qui trépigne.

    C'est stupéfiant.

    ********************************
    Le président François Hollande a affirmé aujourd'hui que l'objectif de son gouvernement "reste de faire l'inversion de la courbe du chômage" à la fin 2013, alors que l'OCDE prévoit une hausse du chômage en 2013 et 2014 en France.

    "Malgré toutes les difficultés, la récession qui nous a saisis depuis maintenant six mois, (l'objectif) reste de faire l'inversion de la courbe du chômage", a-t-il dit à Rodez, en ajoutant: "Moi, je ne suis pas dans un concours de pronostics, je ne fais pas un pari sur l'avenir (...) Je fais une politique qui doit à la fin de l'année 2013 inverser la courbe du chômage et après, en 2014 continuer à réduire le chômage."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est sidérant en effet ! Ça fait peur, parce qu'à force de le répéter, et de s'exprimer ainsi, on peut estimer qu'il le croit vraiment.

      vous vous rappelez des Shadoks ? les pauvres bêtes qui pompaient...avec des échelles pour monter et d'autres échelles différentes pour descendre ("pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué")

      une de leurs devises s'applique bien ici : "plus ça rate, et plus on a de chance que ça marche".

      l'Histoire de France montrera que le peuple français a décidé un suicide collectif en portant à la fonction suprême des Shadoks.

      yongtai

      Supprimer
  5. Laffer ? LOL fair !

    Le truc inventé par les lib-lib pour faire baisser les impôts. Perso, tu me file le boulot de président de la république, tu peux bien prendre 100% sans soucis.

    De toutes façons, tout est tellement pipoté qu'on ne pourrait tirer aucune conclusion de l'application d'une politique plutôt que d'une autre.

    En tous cas une chose de sûr, les revenus ne sont pas correctement répartis. Que ce soit entre le public et le privé mais on est sur des rapports de 1 à 1.2, 1.5 (et c'est déjà pas mal), rien à voir avec la richesse fabuleuse de la clique d'en haut.

    Mais surtout, faut pas toucher sinon, ils vont partir ... et hop bien venu dans le monde de la monarchie de droit monétaire.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.