jeudi 16 mai 2013

Toujours Pierre-Yves Rougeyron sur la construction européenne

Entretien : Pierre-Yves Rougeyron
Kontre Kulture, 15/05/2013 (en Français texte en français )



Ce qui est prégnant dans ce qu'il décrit, c'est le mépris et la haine de la France et des français de toute cette petite élite qui nous dirige depuis 30 ans.

Et il y a quelque chose de pathétique aujourd'hui, à voir Hollande, disciple assumé de Jacques Delors, hériter du merdier que ces enfoirés ont laissé, et se retrouver à la tête d'un État dont la faillite a été fabriquée, dont les manettes ne répondent plus, en perdition, avec des airs d'années 30 dans la montée des tensions, alors que la police est obligée d'abandonner la rue aux hordes des cités pour protéger l'Elysée, à devoir aller faire ses génuflexions à Bruxelles devant Barroso et Von Rampouille...

Eux qui n'ont eu de cesse toute leur vie que de vomir la France, les français enracinés, vomir De Gaulle et son nationalisme... Qui rêvent d'ailleurs de remplacer les avenues Charles De Gaulle par des avenues des petits banquiers et agents de la CIA Jean Monet et Robert Schumann...

Ils sont désormais aux commandes d'un cockpit qui a été débranché... Et débranché par eux mêmes...

Le 8 mai, Hollande a été poser une gerbe devant la statue de De Gaulle... Pour une fois, la clique de frères la truelle libertaires internationalistes a su se comporter... Ça change de la statue de Jules Ferry du lendemain de l'élection...

Il a longuement regardé la statue de De Gaulle. Je ne sais pas à quoi il a songé à ce moment là. Mais au vu de sa situation misérable de capitaine de pédalo, j'ai comme une petite idée...

L'histoire sera sans pitié avec toute cette bande de traitres.

7 commentaires:

  1. Oué oué, la rengaine de la victime on connait.

    Qu'a fait le peuple français pour se faire aimer au juste ?
    Pourquoi l'élite n'aurait pas le droit de ne pas aimer ses veaux ?

    Je dis pas qu'ils sont tout roses la haut, mais on peu quand même se regarder dans une glace aussi, non ?

    Après, va falloir définir ce qu'est un peuple ... lol
    mais quand je vois les armées de gauchistes qui composent ce peuple ... je peux comprendre certaines "déceptions" et les élites n'y sont pour rien.

    RépondreSupprimer
  2. Pere Collateur16 mai 2013 à 14:28

    Oui d'ailleurs à propos du 8 mai, un truc rigolo peu relayé, c'est la "foule immense" venue pour acclamer le bonhomme derriere les rambardes posées tout au long du parcours.

    C'était pitoyable. Pas un chat :)

    RépondreSupprimer
  3. "Ce qui est prégnant dans ce qu'il décrit, c'est le mépris et la haine de la France et des français de toute cette petite élite qui nous dirige depuis 30 ans."
    Il doit y avoir qqch qui m'échappe. Pourquoi les français votent-ils pour eux depuis 40 ans, s'ils les détestent tant que ca...
    Il faut se rendre à l'évidence, nous ne sommes qu'une minorité à les détester. La majorité se complait dans le petit nid douillet de l'état maman qui les abreuve de l'argent des autres.
    C'est pour ça qu'on ne peut sortir du système que par l'exil. On ne peut pas gagner, il faut arrêter de jouer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me parait plus plausible déjà oui.

      Supprimer
    2. On gagnera quand tout ce système qui tourne à vide se sera effondré.

      Supprimer
    3. L'argent des autres ?

      Tu veux dire l'argent que le capital a gagné sur le dos du travail des autres ?

      C'est bizarre tout de même ces magasins remplis de marchandises et ceux qui les ont fabriqué, transporté, géré ne peuvent pas les acheter.

      Supprimer
  4. Attention à l'exil, car vous deviendrez des immigrés, et il vous faudra donc adopter les coutumes locales, ou alors vous maintenez vos traditions et devenez donc des... immigrés comme en France! Et comme je sens que les Français ne vont pas renoncer facilement à leurs habitudes, je vous conseille de déjà bien choisir votre terre d'accueil... Bon je force le trait, mais les immigrés espagnols et italiens venus travailler dans nos mines ne devaient en principe rester que quelques années... Et au fil du temps il faut bien reconnaitre qu'ils se sont déconnectés de leur patrie d'origine. Mais bon internet n'existait pas encore...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.