lundi 17 juin 2013

Après le scandale sur le Libor, une entente illégale des banques sur le marché des changes

Après le scandale sur le Libor, une entente illégale des banques sur le marché des changes
Atlantico, 14/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le site Bloomberg révèle cette information qui devrait faire du bruit...

Après le scandale du Libor, le site d'information Bloomberg révèle que le marché des changes aurait constitué la cible des spéculations bancaires. Depuis maintenant près de douze mois, des gestionnaires de porte-feuille européens n'ont cessé d'alerter l'Autorité régulatrice des marchés britannique, la FCA, sur la possible manipulation de l'indicateur de référence de la valeur des devises, le taux WM/Reuters.

Calculée de façon automatique en fonction du volume moyen des échanges impliquant chacune des monnaies, cette valeur de référence est renouvelée toutes les soixante secondes. Lorsque les échanges sont insuffisants, le taux WM/Reuters est déterminé à partir de la moyenne des offres de ventes et d'achats de devises. Ce court intervalle de temps serait alors consacré à un intense jeu de spéculation auquel se livrent les traders. Objectif : augmenter ou de baisser le taux en fonction des ordres qu'ils reçoivent, tout en tenant compte de leurs propres intérêts lorsqu'ils agissent en tant que dealer.

"Ce marché est un véritable Far West", avoue James McGeehan, cofondateur de FX Transparency LLC. Considéré comme le moins régulé, il constitue également le plus important où près de 4,7 trillions de dollars sont brassés chaque jour. Quatre banques dominent le marché des changes : DBK, Citigroup Fnc, Barclays Plc et UBS AG. Ayant refusé tout commentaire, leur implication n'est pas encore totalement prouvée. Pourtant certains traders, sous couvert de l'anonymat, ont commencé à confirmer l'existence de ces pratiques qui seraient en place depuis une dizaine d'années et qui "sont préjudiciables pour la société" selon Tom Kirchmaier de la London School of Economics.

La FCA envisage d'ouvrir une enquête pour manipulation potentielle du taux directeur sur le marché des changes. Les suspicions sont telles que les autorités britanniques ont également décidé de passer au crible d'autres indicateurs de valeur, notamment ceux relatifs aux produits financiers dérivés, mais également ceux des marchés du pétrole brut et des marchandises. Il semblerait qu'une fois de plus, les traders aient décidé de ne pas faire les choses à moitié.

2 commentaires:

  1. "Le site Bloomberg révèle cette information qui devrait faire du bruit...“

    Le Libor est toujours au point mort.

    La Fraude est reine, la finance son trône.

    Et avec tout cela, les banques sont encore en faillite ! Faut vraiment qu'elles y mettent de la mauvaise volonté.

    Les tapis se rallongent, mais rien n’y fait.

    Les multiples fractures sonnent le glas, les trappes à dette sont en places, les compteurs seront remis à zéro, et tout recommencera de plus belle.

    À moins de croire aux miracles et à la croissance éternelle.

    Pauvre de nous.

    Eux, ils sont presque prêts, ils attendent le feu vert mondial.

    Misère.

    RépondreSupprimer
  2. Preuve supplémentaire de :
    -la trahison de l'Allemagne
    -la trahison des partis soit disant de gauche

    http://tinyurl.com/n964r9z

    ... Die Linke, les mélanchonistes allemands... renoncent à demander la sortie de l'Euro !

    La boucle est bouclée.

    La fausse "gauche radicale" apparaît pour ce qu'elle est : un levier de plus dans le sketch "droite/gauche" et les débats européens.

    Leur patronne secrète, Merckel, doit rugir de plaisir en voyant cela. Le génie de l'entrisme a achevé son travail : tout le spectre politique allemand, 180 degrés, est acquis à la cause bruxelloise.

    A part quelques illuminés (les purs et durs de l'ex Bundesbank, quelques profs de droits et quelques nazis nostalgiques)...

    Exactement comme chez nous.

    Ce faux consensus insupportable, qui étouffe littéralement les peuples et les asservit.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.