dimanche 23 juin 2013

Bruno Bertez : En guise d’éditorial, réponse à un lecteur infidèle / Au service des Maitres

L’Edito du Dimanche 23 Juin 2013: En guise d’éditorial, réponse à un lecteur infidèle Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 23/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Un lecteur, que nous ne qualifierons pas de fidèle puisqu’il ne connaît ni les tenants et aboutissants de nos analyses, ni notre cadre de pensée, prétend résumer nos propos de la façon suivante:

« Pour résumer vos propos, la faillite de la France est due aux fonctionnaires et les personnes qui fraudent le fisc agissent en légitime défense ».

Voici les réflexions que nous inspire ce courrier. Nous les rendons publiques, car elles ont une portée générale. La phrase mise en exergue exprime totalement la pensée du lecteur, même si son courrier est plus long. Nous retiendrons donc l’idée générale plutôt que les détails de son envoi. En même temps, nous dépasserons le cadre de la seule France car le problème est maintenant mondial, pour les peuples pris sous le rouleau compresseur de la loi des Maîtres.







1 On ne doit jamais se permettre de résumer la pensée de quelqu’un à partir d’un texte, surtout quand ce texte s’inscrit dans le continuum d’une analyse plus que quotidienne. Si on veut le faire, alors il faut avoir le courage et l’honnêteté de relire les textes précédents, de les assimiler, afin de mesurer leur cohérence et voir de quelle façon les textes nouveaux s’insèrent dans le flux des écrits anciens.



2 Nous refusons la désignation de boucs émissaires, fonctionnaires ou autres, tout comme nous prenons nos distances avec les thèses conspirationnistes. En revanche, pour des raisons de simplification, nous prenons souvent les entités sociales par « classe ». Nous le faisons parce que, pour comprendre, il faut pratiquer une certaine abstraction unificatrice donc simplificatrice. Un exemple: il nous est arrivé de parler de l’ENA et des Enanistes, ce ne sont pas les personnes qui sont visées, mais la classe de personnes, Haute Administration, que l’on a voulu interposer entre le politique et le peuple souverain pour limiter la démocratie.



Ainsi, nous parlons de la classe des épargnants, des classes moyennes, des classes kleptocratiques, des ultra-riches, de la classe politique, de ses alliés la classe des fonctionnaires gros ou petits, de la classe des bénéficiaires de la répartition et même de la classe des marginaux. Notre concept de classe n’est pas celui de Marx qui y voyait les opérateurs de l’ordre de production capitaliste et les opposait; notre concept et son usage sont plutôt proches de celui de Vilefredo Pareto.

Parler de classes sociales est une réification et un passage à la limite, tout comme on parle de la société en général, alors qu’elle n’existe pas. Il n’existe que des hommes, des individus.On ne peut toucher que des hommes, la « société », on ne peut la construire par une opération intellectuelle, forcément idéologique.

Nous sommes dans les concepts. Toute personne qui a l’habitude de la réflexion et de la pensée abstraite le sait et en tient compte. Il ne faut pas confondre le concept avec la réalité, le concept est un outil de raisonnement, un scalpel que l’on passe dans le réel pour le comprendre avant de tenter de le transformer. L’utilité d’un concept, d’un scalpel, se mesure à son efficacité pour rendre le monde intelligible.

3 Notre cadre analytique ne désigne personne pour la bonne raison que nous sommes de ceux qui pensent que, dans l’histoire, ce sont les Systèmes, avec leurs lois de fonctionnement cachées, leur logique interne, qui président aux évolutions, bonnes ou mauvaises. Les personnes ne sont que les apparents gestionnaires du système, mais ils ne font et disent que ce que le système leur commande, en fonction de leur place dans le système. Ils sont, disons-nous souvent, les prêtres d’une religion qui les dépasse mais dont ils font semblant d’être les chefs pour s’octroyer le surplus, la part maudite, dirait Bataille. Il n’existe pas, dans notre conception, de magiciens, de gens qui ont la science et les pouvoirs infus, il n’y a que des illusionnistes..



Ainsi, en France, Hollande a endossé le paletot de gestionnaire d’un Système qui, manifestement, le dépasse et il se retrouve en contradiction avec, non seulement lui-même, mais aussi ses électeurs. Il les trahit. L’habit que l’on revêt dans le système fait le moine, comme le prouve aussi la volte-face indigne de Montebourg. Là, Mélenchon a raison. La loi du Système, les lois du Système, ils appellent cela « le réalisme », le « pragmatisme » avec un rien de mépris pour ceux qui ne comprennent pas les trahisons.

Ces pseudo-chefs, tout en faisant semblant de conduire, sont des illusionnistes méprisables. Ils conquièrent le Pouvoir, pour assouvir leur médiocre petite volonté de puissance, en se servant de certaines classes sociales comme marchepied. Parmi ces classes, il y a celle des fonctionnaires qui vit de répartition et non de production et qui, par définition, souhaite, ce que l’on appelle le socialisme fabien. Le socialisme où on tente de laisser intact l’effort des producteurs, mais où en confisque les produits.

Ces gens souhaitent, consciemment ou inconsciemment, l’extension perpétuelle et sans limite des pouvoirs et des ressources de l’Etat. Le triste débat en cours, toujours en France, sur les retraites et la volonté scandaleuse de préserver les avantages de la fonction publique sont une illustration de notre propos. Sans parler de la fameuse affaire des jours de carence. Ah, ces régimes spéciaux! « Qu’on les aime », dirait Eddy Mitchell dans le lèche-bottes blues.



C’est la logique interne de la classe des fonctionnaires de l’Etat -voir Hegel et Marx- de croire détenir la Vérité, de s’en prétendre l’incarnation et de prétendre l’imposer aux citoyens, de peu à peu, les asservir, de toujours les contrôler plus, etc. Ce sont eux les nouveaux exploiteurs. Les planqués de l’arrière pendant que les autres sont au front de la concurrence internationale. Au Casse-pipe, si vous voyez l’allusion sulfureuse.

Ils ont même réussi à déposséder le prolétariat de sa mission historique; la preuve, il l’a compris et vote pour Le Pen. Les fonctionnaires, les salariés du public, ne sont jamais assez nombreux, ils ne font jamais de faute, ils sont toujours productifs. Ce sont les autres, vous, moi, qui ne produisons pas assez. Renversement de l’Histoire, qui doit faire rugir Marx dans sa tombe, ce sont ces exploiteurs qui sont le fer de lance de la société. Ils sont efficaces car… ils vivent dans un monde sans sanction, à l’inverse du secteur privé. Le monde infantile du Tiers Payant. Le privé proportionne ses dépenses à ses ressources, le public proportionne ses prélèvements à ses dépenses.

Pour bien comprendre la nature profonde de la fonction publique, son essence et son existence, il faut observer et lire: Hegel, Marx, les dissidents soviétiques, Kafka, Courteline, Orwell, Arendt, Nock, etc. Ceci n’est qu’un petit échantillon. De la même manière qu’il n’y a pas de socialisme autre que le socialisme réel, celui des crimes de l’Union Soviétique, il n’y a pas de bureaucrate autre que le bureaucrate réel, sûr de détenir la Vérité, d’être une partie de l’Etat, de le représenter, d’avoir en face de lui des assujettis, d’avoir le droit de foutre en l’air la vie des gens.

Le fonctionnaire incarne et vit dans sa tête la transcendance de l’Autorité.



Nous conseillons de lire, pour une analyse de la quintessence du fonctionnaire ordinaire, le travail d’Anna Arendt sur le procès Eichman. Plus près de nous, on se reportera aux affaires Papon, et à celle de l’ami de Mitterrand, René Bousquet… Ce sont des cas extrêmes, mais il en va ainsi de toutes les pathologies, on ne les comprend bien que dans leurs versions extrêmes, caricaturales. Nous sommes désolés de rappeler que dans « nazi », il y a national, mais aussi socialiste, et que le socialisme, le dirigisme, reposent sur la dictature, le rôle central des fonctionnaires. Les fonctionnaires vont bientôt avoir le droit d’écouter les conversations téléphoniques sur de simples présomptions fiscales, et on vient de prendre des mesures qui favorisent et encouragent la délation. Qui écoute les journalistes engagés afin de découvrir leurs sources et les museler? Aux États-Unis, les drones épient les citoyens. Au passage, notons que Bin Laden a plus que réussi son pari de pourrir la vie des Occidentaux. Il a obligé les Américains au surendettement pour financer le beurre et les canons/drones, il a forcé à détruire le bilan de la Fed. Il a fait des USA et de leurs alliés des États policiers où les fonctionnaires ont tous les droits sous prétexte de sécurité. Il a réussi à enrayer la mondialisation, plus rien n’est fluide, tout se re-domestique.





Bientôt, les fonctionnaires vont distribuer les étoiles jaunes de la non-conformité. On en est à deux poids deux mesures en matière de justice, selon que l’on est pour ou contre le mariage homo!



La fiscalité n’est qu’un des aspects de ces contrôles, mais il est essentiel. Voir le scandale Obama/IRS. Nous pouvons personnellement attester de l’existence, puissance 10, des mêmes dérives en France.

Les fonctionnaires sont les gardiens de la cabine de péage sur l’autoroute de la servitude, voir Hayek.



4 Le système actuel, celui qui est en crise, repose sur l’alliance entre les politiciens de fausse droite et de gauche sociale-démo, l’alliance de la klepto-ploutocratie, l’alliance des fonctionnaires, l’alliance avec la classe médiatique, etc. On devrait ajouter l’alliance avec le système de la surconsommation, mais nous ne voulons pas alourdir notre texte. Il y en a d’autres, mais voilà l’essentiel. Ces alliances interviennent, non pas dans un cadre capitaliste de marché, mais dans un faux capitalisme dévoyé, en réalité système dirigiste, constructiviste, dont la logique est financière, productrice de fausse valeur, de vrais privilèges et non de richesses et utilités réelles.





Pour s’instaurer au fil du temps, pour sceller son pouvoir, ce conglomérat a confisqué la monnaie, bien public, payé ses victoires électorales, avec de la répartition financée par le déficit et donc par la dette. Ce faisant, il est devenu dépendant de ses usuriers, il est devenu dépendant de ses bailleurs de fonds, les banquiers et les marchés. Comme il est en faillite, il ne peut honorer ses dettes et l’usurier lui serre la gorge et lui enjoint de tailler encore plus et de plus corvéer les sujets. C’est, sans exagérer, juste un peu en avance, la nouvelle servitude.

5 Une personne qui fraude le fisc n’agit pas toujours en légitime défense de la même manière que l’Etat qui taxe et surtaxe n’agit pas toujours de façon légitime. Il y a une limite, des limites dans les deux cas.





Personne ne conteste le bien-fondé d’une contribution aux dépenses de la collectivité. Mais, quand, dans un pays, les classes dominantes réunies au sein de l’Etat s’octroient le pouvoir de contrôler 58%, c’est le dernier chiffre ajusté, de la dépense nationale, alors nous sommes dans l’illégitime. L’illégitime qui rend compréhensibles, sinon acceptables, les comportements de résistance. La résistance à l’impôt n’est pas résistance financière mesquine, non c’est la résistance à la mise en place d’un système qui dépossède le citoyen, pas seulement de son argent, mais de sa vie et de ses choix. Derrière l’argent que l’on prend, il y a le travail, le temps passé et la vie qui s’écoule. Si on fout en l’air sa vie à travailler et qu’en plus « On » vous prend le produit de ce gâchis de votre vie, alors, on est vraiment esclave.

La vie change de nature avec un État qui contrôle 58% de la dépense nationale. Il est du devoir de tout citoyen, de tout être libre, de refuser, pour lui et surtout pour les générations futures, les lois lorsqu’elles sont scélérates, liberticides.

C’est pour défendre cette idée, ce droit à lutter contre les lois liberticides, que Gracchus Baboeuf est mort.

Il faut lutter contre l’excès de l’impôt, non pour les chiffres, ou les montants en cause.

Il faut lutter contre les excès de l’impôt, parce que l’excès d’impôt change la vie, change la société dans laquelle on vit. Il fait basculer les sociétés vers le collectivisme. Dans le collectivisme, vous ne menez plus votre vie mais celle de l’Autre. Pendant ce temps les autres, les Maîtres, eux mènent la belle vie, la leur.

Vous, vous devenez étranger à vous-même. Lutter contre l’excès d’impôt est une nécessité historique.

L’impôt donne le pouvoir sur votre vie aux autres, au grand Autre. Celui qui se garde bien d’avoir un nom, un visage. On l’appelle l’Etat, la bureaucratie, le Pouvoir. Car celui qui a le pouvoir, c’est celui qui a l’argent, votre argent.

L’impôt vous dépossède, non pas seulement de votre argent, mais du sens de votre activité, du sens que vous mettez à votre travail, à votre épargne. Qu’est-ce que votre vie, si ce n’est en grande partie votre activité et que vaut votre activité si on vous en confisque l’essentiel? Nous n’y pouvons rien si le monde a évolué vers « l’économisme », si notre vie, à notre époque, est dominée par le travail. Nous ne l’avons pas voulu, nous l’avons hérité, mais au moins, défendons le produit de notre activité, le produit de notre vie. En vous surtaxant, ils vous volent votre temps de vie.

6 Nous défendons l’idée que l’homme est un individu social. Point d’intersection de son individualité et de la société. La société que nous reconnaissons est la société civile, au sens d’Edmund Burke, pas celle que prétendent imposer les politiciens dirigistes, les socialistes, les bureaucrates ou la finance socialo-mondialiste. Pas cette société sortie de leurs fantasmes idéologiques intéressés.



Nous prétendons que le sens d’une vie, c’est la conquête de l’individualité dans le cadre de la société. Mais encore faut-il placer le curseur entre liberté individuelle et contraintes sociales à un niveau acceptable, supportable, vivable. Vivable au sens fort, digne d’une vie.

Nous refusons à certains chefaillons autoproclamés le droit de vouloir changer la société et l’imposer aux individus. La société civile doit produire elle-même ses changements, les véritables pouvoirs démocratiques ne sont là que pour ratifier, mettre en forme, les changements produits par la société civile.

Le mensonge, l’usage de la force, la propagande, tout cela doit être banni. Sinon ils justifient l’usage de la violence, voir les affrontements de la manif pour tous, face à une loi tellement refusée par la majorité que l’on n’a pas eu le courage de recourir au référendum.

7 Sur les voies pour sortir de la crise, nous avons tellement écrit que nous avons l’impression de radoter.

Ce que l’on voit comme remèdes à la crise ne sont pas des remèdes, mais des tentatives de prolonger les dysfonctionnements anciens, de maintenir un (dés)ordre social injuste, des tentatives de "kick the can". L’Etat, face à la crise, c’est ce « O temps suspend ton vol » généralisé.



Il faut sortir de la financiarisation, de la mainmise de la banque et du shadow banking, des Banques Centrales, de la finance sur les sociétés, sur les économies, sur la politique. Pour cela, il faut remettre la finance à sa place, sa vraie place, noble, indispensable: le service des hommes, de l’économie, de l’investissement, du progrès humain.

Il faut accepter les moratoires, les restructurations, l’euthanasie des dettes, casser la chaîne du boulet de la dette. Il faut oser effacer la trace des erreurs passées. Même et surtout si cela doit détruire des couches sociales de profiteurs.

La dette non productive, c’est le boulet du passé qui empêche d’aller de l’avant et de construire le futur.

Il faut casser les structures issues de la financiarisation, briser les superstructures, réformer le système bancaire, sortir du fractionnal banking, mettre à la poubelle les théories qui ont failli, et nous dirions également, il faut mettre les idéologues qui les ont popularisées, au rencart. Ils ont confondu les signes avec le réel, ils ont joué les apprentis sorciers sur notre dos. Démiurges, ils ont séparé les ombres des corps. Maintenant, à cause d’eux, nous sommes maudits.

Il faut juger les hommes qui sont responsables des dérives, changer les lois. Il faut interdire que cela puisse recommencer. Il faut réintroduire les sanctions, les incitations, il faut remettre à l’honneur la responsabilité, l’identité, les valeurs sociales positives et non celles des déviants. Il faut réformer les protections sociales, les proportionner aux vrais et tristes besoins. Et Dieu sait s’il y en a. Réintroduire l’esprit de charité, tuer le clientélisme cynique.

Il y a tellement à faire que rien que par cet énoncé succinct, on voit que cela n’est pas à la portée d’une intelligence, d’un gouvernement, d’un cartel de fonctionnaires. D’où tireraient-ils leur science, eux qui sont déconnectés de la vie et de l’expérience, d’où viendrait leur savoir pour guider? D’où viendrait leur sagesse? Sans parler du courage! Les profiteurs du court terme ne peuvent avoir la charge du long terme. C’est le bon sens.

Dans son aveuglement, la société civile des hommes est plus clairvoyante que les prophètes, prophètes toujours faux, toujours exploiteurs de naïveté et d’espérance. C’est pour cela que la seule solution, c’est au niveau de la société civile, au niveau des individus, ici et maintenant, qu’il faut la laisser s’élaborer.

C’est dans la vie, sur le terrain, que peut se faire le vrai changement, qui n’est autre que l’adaptation à un monde qui a changé, qui a dérapé, pris la mauvaise route et qui, au lieu de libérer, a asservi. Il ne s’agit pas de libérer le capital, comme le disent les ennemis de la liberté, il s’agit de le remettre à sa place, de faire en sorte que la rivière de la finance qui a quitté son lit et tout inondé, le rejoigne et s’y tienne. La liberté, c’est l’opposé de la licence. Elle seule permet l’adaptation.

Le grand mot est lâché, c’est le mot « adaptation ». Elle ne peut se faire que dans la liberté. Pas besoin de grandes envolées style béni-oui-oui , tout le monde est gentil, tout le monde il est beau. Non tout le monde lutte pour une vie meilleure pour soi-même et ses enfants et c’est bien ainsi, c’est de cela que sort le progrès. Pas des pleurnicheries hypocrites, pas des niaiseries des gérants de la victimisation professionnelle.

Seuls ceux qui s’adaptent survivent. L’adaptation, c’est la richesse de la vie, de l’imagination, de la spontanéité créatrice. L’adaptation, c’est la vraie vie, c’est le variable. L’Etat, c’est le rigide, c’est la mort.

Avec son armée de zombies, l’Etat, ses fonctionnaires, sa bureaucratie, sa dette, sa finance, l’Etat assassine la vie. Et ce sera pire pour nos enfants.

Tout cela, c’est la mort qui saisit le vif. Tout cela, comme disait Zazie, c’est du bidon.

Le serpent ne survit que de sa mue. La sienne. Pas celle du gardien de sa cage dans le zoo.








Les Clefs pour comprendre du Vendredi 21 Juin 2013: Au service des Maitres par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 21/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien






Dans un article précédent, nous avons analysé et expliqué les tenants et aboutissants de la grande campagne contre l’évasion fiscale. Vous savez que nous préférons le terme "arbitrage fiscal". Les immigrés arbitrent, ils quittent leur pays d’accueil où les temps sont durs pour aller dans les pays plus accueillants où les temps sont moins difficiles. Eh bien, c’est exactement la même chose pour la fiscalité. On arbitre la fiscalité d’un pays prédateur qui vous confisque le produit de votre travail pour aller dans un pays moins dispendieux, moins avide, qui vous laisse la récompense de vos efforts et vos activités.

Nous avons expliqué que dans le cadre de la lutte contre l’arbitrage fiscal, le Pouvoir procédait comme s’il salissait les Français, comme s’il les noircissait et les abaissait. Nous avons proclamé: ce n’est pas un mode de gouvernement que de salir son peuple.

Ce que nous avons décrit peut être caricaturé. Nous allons tenter de le faire.

En gros, les gouvernements déclarent la guerre à leur peuple pour servir les maitres de l’étranger. Evidemment, cela n’est pas net dans les pays comme la France puisque le processus n’en est qu’à ses débuts, d’une part, et que l’on couvre l’opération du voile de la morale et de l’intérêt général. Mais c’est net en Grèce et en Espagne. C’est moins net en Italie car là-bas, on parle beaucoup, mais on agit peu. Il y a en Italie une sorte d’alliance entre les gouvernants et le peuple, surtout depuis le départ de Monti, une alliance pour faire semblant de se conformer, tout en ne le faisant pas. En Italie, on refuse de tailler et corvéer son peuple au profit de l’étranger, on fait semblant.

Tout cela a été parfaitement exposé, s’agissant de la Grèce par la planquée fiscale Christine Lagarde. Elle a bien insisté sur le fait qu’il fallait faire rendre gorge aux Grecs pour payer les banques; elle n’a pas encore osé le dire s’agissant de la France, mais elle le suggère en termes généraux.







Nouvel ultimatum pour Athènes. Le Fonds monétaire international, inquiet à propos d’un trou de 3 à 4 milliard d’euros dans le plan sauvetage de 172 milliards prévu par les créanciers du pays, menacerait de suspendre son aide d’ici la fin du mois. C’est du moins ce qu’affirme, ce vendredi, le Financial Times qui cite des sources proches du dossier. En cause : le fait que des banques centrales – notamment en France – auraient rechigné à mettre totalement en œuvre le plan de restructuration de la dette tel qu’il était prévu. Les craintes du FMI sont en outre alimentées par les retards pris par les privatisations en Grèce.

Par ailleurs Accord pour une recapitalisation directe des banques (par les contribuables européens). Les ministres des Finances de la zone euro se sont en effet mis d’accord jeudi soir sur le principe d’une recapitalisation directe des banques par leur fonds de secours européen MES.


Le drame vient du fait que le voile de la morale empêche les citoyens de se rendre compte qu’on les prend un par un comme dans le cas des Horaces et des Curiaces.

En prenant une catégorie sociale après l’autre, on empêche la vision d’ensemble, et on empêche les solidarités. C’est pour cela que c’est abject, on monte sans cesse une partie des Français les uns contre les autres, on prend les uns pour taper sur les autres.

On prend les pauvres pour taper sur les riches, on prend les vieux pour taper sur les jeunes et les jeunes pour taper sur les vieux, les propriétaires pour taper sur les locataires et, ainsi, on peut confisquer tranquillement le fruit du travail, les retraites, les prestations familiales, les remboursements de sécurité sociale, etc. Il n’y a qu’une catégorie que l’on laisse indemne à ce jour, ce sont les clients politiques, la clientèle des fonctionnaires, car c’est le noyau dur.

Les Maitres emploient la tactique mise au point par les États-Unis dans leur lutte contre leurs ennemis, on les divise, on les fait s’entretuer.

Il faut être dur avec la droite qui ne dénonce pas le procédé et s’en rend complice par son silence. La droite devrait se cliver au lieu de chercher son unité de profiteurs, elle devrait se cliver entre ceux qui défendent les Français et ceux qui sont à la solde de l’étranger.

La droite accepte cette destruction de la société française au profit de l’étranger et des banques, elle est trop contente de laisser faire ce sale boulot, infamant, par les mieux placés pour le faire, les socialistes socio-démos.

Réfléchissez, décodez ce que vous voyez passer avec cette grille d’interprétation, vous verrez qu’elle est efficace, elle permet de comprendre. Elle permet de comprendre pourquoi les citoyens ne réagissent pas, ne se révoltent pas, on les culpabilise, on les monte les uns contre les autres.

Le problème de la fraude fiscale est un excellent exemple; le thème a permis de passer un scalpel dans la société française, d’isoler les gens, de leur faire baisser la tête. Le comble est que ceci a été opéré à l’occasion de la turpitude du flic fiscal en chef, Cahuzac.

Attendez-vous à ce que dans les modalités de lutte contre l’évasion fiscale, il y ait des astuces, des dispositifs pour donner aux politiques et leurs amis le temps de se blanchir; si les Suisses avaient un tant soit peu de c……s au c.l, ils balanceraient tout ce beau monde au lieu de simplement menacer de le faire, comme le fait le banquier Reyl, lequel essaie d’échanger visiblement quelque chose.



7 commentaires:

  1. Wouf ! ca dépote ! il est en forme de Bertez.

    Partout, quelque soit le domaine, la raison, le sujet, on se heurte a cette idéologie du gauchisme qui consiste a punir le méritant pour subventionner le cancre (avec beaucoup moins de talent que Bertez) :
    http://yoananda.wordpress.com/2013/06/23/punir-le-meritant-et-favoriser-le-cassos/
    mais pour moi, c'est le même problème de fond.

    cette religion socialiste qui prétends nous imposer son bonheur progressiste et lutter contre notre nature mauvaise et darwinienne.

    La plus grande fierté des fonctionnaires c'est de ne justement pas être soumis a la concurrence, de ne pas être des bêtes de sommes comme les autres (dont ils refusent évidement de reconnaître qu'ils exploitent le travail).
    C'est bien la mentalité élitiste ! Mais sous couvert de protéger le faible du fort, de protéger le faible du marché.

    On reconnaît l'arbre a ses fruit quand on leur demande de partager leur propre acquis, de donner de leur temps, de leur richesse accumulée, pour aider les autres.

    Généreux avec l'argent des autres en somme.

    beurk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrêtez d'invoquer Darwin, les lois de l'évolution expliquent pourquoi les Massaïs sont grands et les Pigmés petits , pas que le chômeur ou handicapé doit crevé de faim puisqu'ils ne produisent rien...
      Juste une petite question qui me vient à l'esprit: Comment gagnez vous votre vie??

      Supprimer
    2. Non bien au contraire, lisez "the origin of wealth" de Eric Beinhocker. Il DEMONTRE (j'insiste, c'est une démonstration) que l'évolution est au coeur de l'économie, depuis les massaï jusqu'au multinationales.

      Bien sûr, la science de l'évolution a "évoluée" depuis Darwin qui n'est plus qu'un cliché. Mais l'idée générale reste valable.

      http://yoananda.wordpress.com/2013/06/15/revue-the-origin-of-wealth/

      Supprimer
    3. @yoananda

      Tu délires un max. Tu ne te rends même pas compte que tu es un prophète, celui de la religion anti-étatiste. Et pour arriver à tes fins, tu déformes la parole de tes adversaires.

      Tu fais un gros amalgame et tu déformes le noble sentiment qui anime ceux, parmi les fonctionnaires, qui veulent réellement servir le pays. Ce n'est pas l'absence de concurrence qui est la raison de leur fierté, mais l'absence de la recherche du profit (on peut être efficace sans pour autant vouloir vider les clients de leur sang). Oui, il y a aussi des tire-au-flan chez les fonctionnaires mais il y en a aussi des sincères, efficaces et utiles.

      Et quand je regarde autour de moi, le privé non plus n'est pas épargné par les tire-au-flan, les parasites et les profiteurs. Il y a plein de monopôles, de rentes de situation, de métiers surpayés (en dehors du showbiz) et de services privés imposés de force par le système. J'ai rajouté ce dernier couplet pour ne pas recevoir de remarque sur la prétendue supériorité morale du travailleur privé qui se donne à fond et qui serait le seul à produire de la richesse. Vaste blague!

      John Smith

      Supprimer
    4. Je suis biochimiste de formation est je pense être très au courant de ce qu'est la théorie de l'évolution!!!
      Il n'y a pas de science de l'évolution, il y a la biologie!!!
      Le Darwinisme sociale et économique est une tentative pseudo scientifique de justifier la violence des rapports socio-économiques!!!
      Et puis pour avoir une vraie sélection naturelle il faudrait que comme dans la nature que notre patrimoine intrinsèque, nos capacités physiques et intellectuelles soient les seules conditions de notre réussite, hors je pense que si j'étais né en Mongolie dans une famille nomade je n'aurais certainement pas fais d'étude...
      J'aimerai maintenant savoir d'où vous vient cette autorité pour reconnaitre le méritant du parasite??
      Et comment vous gagnez votre vie?

      Supprimer
  2. Vendredi 21 juin 2013 :

    Plans de sauvetage de la Grèce : 77 % des fonds sont allés à la finance.

    Une étude d’Attac montre que les «plans de sauvetage» mis en oeuvre par les institutions de l'Union européenne et les gouvernements européens sauvent les banques, pas la population.

    Depuis mars 2010, l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) ont attribué 23 tranches de financement au prétendu « sauvetage de la Grèce », pour un total de 206,9 milliards d’Euros. Ils n’ont cependant fourni presque aucune précision sur l’utilisation exacte de ces énormes sommes, provenant de fonds publics.

    C’est pourquoi Attac Autriche a entrepris une étude sur cette question : au moins 77% de l’argent du plan de sauvetage ont bénéficié directement ou indirectement au secteur de la finance.

    http://www.france.attac.org/articles/plans-de-sauvetage-de-la-grece-77-des-fonds-sont-alles-la-finance

    En clair :

    Sur 206,9 milliards d'euros pour le soi-disant "sauvetage de la Grèce", 159,5 milliards d'euros sont allés directement ou indirectement au secteur de la finance.

    Quant au peuple grec, il a vu la destruction des services publics de la Grèce.

    La finance a reçu l'argent, et le peuple grec a reçu la misère.

    Le système actuel est complètement pourri.

    RépondreSupprimer
  3. ... Surtout quand Attac, une organisation gauchisante, fait de tel "rapports" !

    As tu entendu Attac exiger le démantelement de l'Euro ? Le sac de bruxelles ? Le licenciement de tous les fonctionnaires (les mafieux) européens ?

    As tu entendu Attac exiger le rétablissement des frontières ? La fin de l'obsession immigrationniste ?

    Bref, oui le système est pourri, justement quand on voit des organisations pro système... faire semblant de dénoncer le système.

    C'est grotesque.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.