mercredi 26 juin 2013

Comment le PDG d'Anglo Irish Bank a délibérément menti sur l'état de son bilan pour que l'Etat le bailoute

via le blog de BA chez les autres :

Les enregistrements des deux dirigeants de la banque Anglo Irish Bank sont ici :

Inside Anglo: the secret recordings
Independant.ie, Paul Williams, 24/06/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien

Les enregistrements audio de Anglo Irish Bank révèlent pour la première fois comment les dirigeants de la banque ont menti au gouvernement au sujet de la véritable ampleur des pertes de l'établissement.

Ces incroyables enregistrements montrent le dirigeant John Bowe, qui avait été impliqué dans les négociations avec la Banque centrale irlandaise, riant et plaisantant avec un autre dirigeant, Peter Fitzgerald, et racontant comment Anglo Irish Bank avait trompé l'État pour qu'il lui donne des milliards d'euros.

M. Fitzgerald n'avait pas été impliqué dans les négociations avec la Banque centrale irlandaise, et il a confirmé qu'il n'était pas au courant de toute cette stratégie, ni de l'intention de tromper les autorités.

M. Bowe, dans un communiqué hier soir, a catégoriquement nié avoir trompé la Banque centrale.

Les enregistrements audio proviennent de son propre système téléphonique interne, et ils datent du cœur de la crise financière qui a amené l'État irlandais à genoux en Septembre 2008.

Anglo Irish Bank était à quelques jours de l'effondrement complet - et dans les années suivantes, les contribuables allaient lui donner 30 milliards d'euros. M. Bowe parle de la façon dont il avait demandé à l'État 7 milliards d'euros pour renflouer Anglo - mais les négociateurs d'Anglo savait depuis le début que ce n'était pas assez pour sauver la banque.

Le plan était le suivant : une fois que l'État aurait commencé à donner de l'argent à la banque, il serait incapable de s'arrêter.

M. Fitzgerald demande à M. Bowe comment ils étaient arrivés à ce chiffre de 7 milliards d'euros. M. Bowe éclate de rire en répondant : "Comme le batteur disait (le batteur est le surnom du PDG David Drumm) : "j'ai sorti ce chiffre de mon cul."

Il dit aussi : "S'ils avaient vu l'énormité du sauvetage avant, ils auraient pu décider qu'ils avaient le choix. Tu vois ce que je veux dire ?"

"Ils auraient pu dire que le coût pour le contribuable était trop élevé ... tandis que si la somme ne semblait pas trop grande au début ... si elle est assez grosse, mais pas trop grande pour que ça gâche tout, alors je pense que tu as une chance qu'ils acceptent de payer. Donc maintenant je pense que le montant du sauvetage va augmenter. "

M. Fitzgerald, le directeur des services bancaires de détail, dit : "Ouais, ils ont mis le doigt dans l'engrenage."

Les commentaires de M. Bowe dans l'enregistrement audio révèlent que la stratégie d'Anglo Irish Bank était d'attirer l'État, en ne laissant aux contribuables d'autre choix que de continuer à fournir des prêts à la banque et à "soutenir leur argent".

L'enregistrement montre également M. Bowe et M. Fitzgerald éclater de rire en déclarant qu'il n'y a aucune chance pour que la banque rembourse les prêts.

Pour la première fois, les contribuables obtiennent un aperçu exclusif des magouilles bancaires qui ont coûté à l'Irlande notre souveraineté.

3 commentaires:

  1. Donc ces crétins de la banque centrale se sont fait avoir par une technique de manipulation basique et très connue qui s'appelle "le pied dans la porte". N'importe quel manuel de commerce ou de psycho à 2 balles aurait pu leur apprendre ça. Ca laisse songeur quant à leur compétence...

    RépondreSupprimer
  2. même stratégie pour la Grèce, la Crête, le Portugal....l'Espagne....

    RépondreSupprimer
  3. Techniquement, BA a sûrement lu l'info sur le blog de Paul Jorion,
    publiée le mardi 25 juin 2013 à 6h42 , qui tire lui-même l'info de Zerohedge...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.