mardi 11 juin 2013

Grèce: Athènes annonce la fermeture immédiate de sa télévision publique

Grèce: Athènes annonce la fermeture immédiate de sa télévision publique
Romandie News, 11/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le gouvernement grec a annoncé mardi soir la fermeture à la clôture des programmes de la télévision publique ERT, en raison de sa mauvaise gestion.

La diffusion de ERT s'arrêtera après la fin des programmes ce soir, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Simos Kedikoglou, à la presse, en soulignant que ERT, qui est composée de trois chaînes, constitue un cas exceptionnel d'absence de transparence et de dépenses incroyables. Et tout ceci prend fin maintenant a-t-il dit.

M. Kedikoglou a précisé que l'organisme public rouvrirait sous une autre forme, avec un nombre de salariés considérablement réduit.

Tous les salariés actuels, au nombre de 2.656, recevront une compensation et seront autorisés à postuler à un emploi dans la nouvelle structure, a-t-il dit.

Cette nouvelle a été annoncée sans préavis alors que les chefs de file de la troika des créanciers de la Grèce (UE-BCE-FMI) sont à Athènes. ERT appartient aux multiples organismes d'État qui devaient être restructurés ou fusionnés, selon le memorandum signé entre la Grèce et ses bailleurs de fonds.

Le gouvernement, sans consultation ni discussion, a choqué tout le monde en annonçant la suspension à minuit de la télévision. Tous les écrans vont être noirs et personne ne sait quand elle rouvrira, a-t-il dit.

Un nid à rente de démantelé on dirait... Si en plus, comme son statut public le suggère, c'était un repaire de curetons sur payés du sans papiérisme et du mondialisme enchanteresque et heureux, je vais pas les pleurer...

En tous cas, drôle de manière pour l'€URSS de récompenser ceux qui ont endormi le peuple, lui ont permis de tuer les nations, et de réaliser son putsch... Ils sont surement plus assez conciliants avec le groucho kleptocratisme... Alors l'€URSS coupe les têtes des anciens alliés devenus dérangeants...

14 commentaires:

  1. Grève massive jeudi à la SNCF (y compris donc RER en Ile de France).

    Les enfoirés vous saluent bien.

    http://tinyurl.com/kaexy3g

    Merci de ne pas partir en vacances cet été, afin de garder la thune... qui servira à nous payer, pardon à payer votre dernier tiers en septembre.

    Merci.

    Mais pas trop de compassion, nous sommes obligés en plus de vous emmerder un maximum, afin de bien vous faire sentir qui est le maître, et qui est l'esclave.

    Et avec le sourire encore....

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien ri moi aussi à la nouvelle. Va voir sur le monde sur le sujet... Il y a les commentaires de l'inénarrable Marie Cloclo Buffet qui valent leur pesant de cacahuettes.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/06/11/le-gouvernement-grec-annonce-la-fermeture-immediate-de-sa-television-publique_3428296_3214.html

    RépondreSupprimer
  3. Enorme.

    je croyais qu'elle était morte (buffet).

    Quant au reste, quelle poilade.

    La télé "publique" grecque devait vraiment, vraiment être un repaire de crapules absolues pour que les crapules grecques décident de retirer la prise.

    RépondreSupprimer
  4. Moi ce qui me gêne dans cette affaire, c'est le côté censure extrême.
    Si cela ne fait réagir aucun de vous, c'est que vous être bien mûrs pour une dictature, et alors il ne faudra pas vous plaindre le jour où vous en subirez les conséquences négatives...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Censure de quoi ? Censure d'un panier de crabes syndicalistes, cocos, gauchos, qui vivaient grand train aux crochets de la société grecque ?

      C'est comme si tu disais : "on supprime l'émission Taratata sur France 2, quelle horreur c'est une atteinte au pluralisme".
      Ou encore : "tout le monde doit se serrer la ceinture, mais pas le budget du ministère de la culture". Ou encore "pas touche au régime des intermittents du spectacle, garant de l'exception culturelle françaiiiiiiiiiiise".

      C'est grotesque.

      La Grèce n'a pas besoin d'un service d'audiovisuel "public".

      "Public" est devenu synonyme de mafia privée, en Grèce, et dans la plupart des états européens.

      Ca suffit.

      Il suffit pour s'en convaincre de le relier à notre actualité hexagonale... Grève des contrôleurs aériens (service "public") alors que le mecs sont hyper privilégiée, et demain grève SNCF etc.

      Ca suffit. Nous sommes à bout.

      Supprimer
    2. la télé publique informe ou desinforme?
      Je vis tres bien sans télé,je trouve l'information sur le net et me considere mieux informé que beaucoup de telespectateurs.
      Pourquoi la tele serait synonyme de démocratie?

      Supprimer
    3. Vous vous relisez, des fois ?
      Franchement ?
      "un panier de crabes syndicalistes, cocos, gauchos"
      "Pourquoi la tele serait synonyme de démocratie?"
      Vous n'avez pas l'impression de tout mélanger ?

      Ici, on parle d'un gouvernement qui décide, sans prévenir et sans concertation (le fait du prince), de fermer un média (sa qualité n'entre pas en compte, seule sa légalité importe dans ce débat), et ceci en envoyant la troupe.
      Et il n'y a aucune alarme qui se met en route chez vous, hormis l'envie de taper sur la télé, la gauche et de ne considérer que votre petit confort personnel ?

      Hé bé...

      Supprimer
  5. ça pose le probleme interessant du fric a la télé:s'il vient de la pub,d'ou vient tout ce fric de la pub.comment ne pas etre étonné de ce que touche bachelot pour chroniquer sur d8 devant 500000 spectateurs(soit disant)pourquoi une telle inflation de chaines stupides animées par des tocards surpayés?niche fiscale cachée?

    RépondreSupprimer
  6. Vous ne devriez pas vous réjouir trop vite de ce genre de mesures. Comme dit plus haut ça rappelle les années 30. La télé publique disparait pour être remplacée, sans aucun doute, par un autre outil d'état au discours...au hasard, favorable au pouvoir?
    Par contre la télé poubelle continue... Le point positif est que les Grecs auront une bonne raison de se passer de télé!

    RépondreSupprimer
  7. Très drôle ! C'est un gouvernement socialope qui dissout l'audiovisuel public pour le vendre au privé de la "troïka" - quelle galipette ;o)

    RépondreSupprimer
  8. Mais qui regarde une télé publique ? Franchement...Reveillez-vous un peu !

    RépondreSupprimer
  9. Myriam L’Aouffir

    Née au Maroc où elle a passé toute son enfance et son adolescence jusqu’en 1985, l’année de son baccalauréat, Myriam L’Aouffir a grandi à Rabat. Diplômée de lettres modernes, d’Audiovisuel et de Sciences de l’information et de la communication, elle est arrivée en France où elle a étudié à l’Université Paul Valéry de Montpellier avant de passer par l’Université Paris VIII. Après, un premier passage chez France télévisions, elle quitte l’organisme public pour prendre en charge les Relations extérieures à l’Ambassade du Maroc et s’occupe à cette occasion de la candidature de la ville de Tanger à l’exposition internationale de 2012. Elle passera ensuite une année chez Aides, l’association de lutte contre le sida, avant de retourner chez France Télévisions. Cette businesswoman de 45 ans est depuis janvier 2010 responsable communication online & social media marketing, manager à France Télévisions, comme elle l’a « simplement » écrit dans sa courte bio Twitter. En clair, elle est chargée de la communication de l’ensemble des chaînes du groupe sur le net et les réseaux sociaux.

    RépondreSupprimer
  10. je ne crois pas que la fermeture d'un service public (ou sa privatisation) puisse être objet de réjouissance. certes les gens qui avaient la charge de cette télé publique avaient sûrement perdu un bon paquet d'honnêteté et de sens du bien public en route, mais ce genre de problème ne se règle pas par des mesures brutales.
    comme le dit Juvin dans la conf que Tonio a postée récemment, s'attaquer à un bien collectif auquel la majorité reste attachée (malgré ses défauts), et dans le cas présent ne rien mettre comme substitut, c'est taper dans du non chiffrable qui est également considérable et précieux en terme de socle commun.
    ça n'aurait probablement pas coûté si cher de transformer cette télé en une chaîne de qualité du style arte, et les bénéfices en auraient été réels. le choix de fermeture pure et simple traduit l'idéologie à l'oeuvre depuis le début de la crise grecque. tiers-mondisation généralisée plutôt que sobriété juste.

    RépondreSupprimer
  11. J'imagine que si ça arrivait en France, pour une génération de babyboomers biberonné à la télévision, ça serait un sacré choc !
    La fin de la télévision publique, c'est la fin de "l'ORTF", la mort de maman l'Etat.
    Bref, comme une réalité soudaine qui vous arrive en pleine figure.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.