jeudi 27 juin 2013

Jean-Claude Michéa : le nomade attalien

9 commentaires:

  1. rassurant ... ce type est rassurant ...enfin quelqu'un avec de valeurs.. et pas la détention de la Rolex comme aboutissement

    RépondreSupprimer
  2. A mettre parfaitement après l'intervention de Dominique Strauss Kahn au Sénat :
    http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/audition-dominique-stauss-kahn-senat-26-juin-2013

    Là où un DSK ne comprend pas la notion même d'interdiction et notamment qu'un superviseur puisse simplement défendre l'intérêt général par principe, Michéa nous rappelle salutairement qu'il y a d'autres valeurs dans ce bas monde que la simple valeur monétaire pour régler les problèmes.
    Édifiant !

    RépondreSupprimer
  3. un grand moment de PIPOSOPHIE
    un libérale c'est justement par exemple agriculteur ou comme il dit un berger, c'est quelqu'un d'indépendant qui ne veut pas vivre dans un système collectiviste (comme le modèle ouvrier communiste ou socialiste par exemple qui veut qu'on partage tout),un libéral veut un état réduit au minimum et le maximum de liberté et de responsabilité individuelle.
    Attali n'est absolument pas un libéral, il est pour un système collectiviste (le socialisme), d'ailleur un système qui a trop de pouvoir se corrompt toujours et on est passé de la démocratie à l’oligarchie.
    Quand à notre droite actuelle elle n'est absolument pas libérale (tout comme les républicains aux USA ne sont pas des libéraux, les libéraux sont Ron Paul ou bien la Tea Party) elle cherche tout autant que les socialistes à renforcer le pouvoir de l'état et limiter la liberté et la responsabilisation des individus.
    Un système trop collectiviste revient à transférer la responsabilité individuelle dans une irresponsabilité collective (être responsable c'est assumer, qui a assumé pour le sang contaminé?, le rainbow warrior? les 100 millions de vaccins H1N1 achetés pour rien? etc...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton objection. En fait ce sont tous les concepts politiques économiques et philosophiques qui sont déformés ou plutôt auxquels on ne donne pas une définition claire et distincte.
      J'ai eu le même sentiment en écoutant Delamarche à qui on parlait d'échec du libéralisme/capitalisme (sauver des banques avec de la dette publique, ce n'est pas libéral mais communiste :) ) ; lorsque Marion Sigaut a fait sa conférence sur le libéralisme des grains avant 1789... Le LIBERALISME est le concept clef, le plus important pour comprendre le monde. On arrive à se demander, alors le libéralisme c'est bon ou c'est pas bon ?

      Excellente vidéo néanmoins, on sera pour la plupart d'accord sur l'homo Kerosinus, ou comment les citoyens du monde "écologistes", détruisent ce monde avec leur comportement et leur bilan carbone désastreux.

      Supprimer
    2. Michéa confond LIBERALISME et OLIGARCHIE
      Attali est un oligarque pas un libéral

      Supprimer
    3. oui tu as parfaitement raison les medias au lieu de dire étatisme ils disent libéralisme pour discréditer les idées libérales alors qu'elles sont justement à l'opposés

      Supprimer
  4. Ce n'est pas un sujet moral, comme toujours, tout n'est que rapport de forces: les plus efficaces pour capturer et garder le pouvoir aujourd'hui sont ces nomades attaliens. Ceux qui par nature et culture sont attachés à leurs voisins et leur terre sont moins mobiles donc moins compétitifs. Ceux-là soit succombent à la force qui détient le pouvoir en sombrant dans une crise d'identité (la masse de paumés gavés de babelisme), soit de rares dissidents isolés, conscients mais impuissants. Tu es sans doute ici, lecteur de ce blog. Les dissidents pourront-ils créer une dynamique de basculement du système? C'est très peu probable, l'inertie règne et comme la chute sera progressive, les veaux accepteront de se faire rogner petit à petit, sans mot dire, par peur de perdre ce qui leur reste, et enfin parce qu'aucune alternative réjouissante et viable n'apparait.

    C'est le même débat pour les expatriés. Ceux qui ont peur du changement ou souhaitent rester dans leur terroir quoiqu'il arrive devront lutter, et leur niveau de vie souffrira. Ceux qui peuvent s'adapter s'en iront, et s'ils sont doués pour cela ils vivront très bien. Ce n'est pas une posture morale ou politique (qui ne sont que des mots pour enfumer le badaud en manque d'espoir), c'est bêtement darwinien.

    RépondreSupprimer
  5. La citation de Jean-Jacques Rousseau

    Méfiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher loin de leur pays des devoirs qu'ils dédaignent accomplir chez eux. Tel philosophe aime les Tartares pour être dispensé d'aimer ses voisins.

    RépondreSupprimer
  6. Incroyable le nombre de gens qui utilisent le mot libéral sans avoir aucune idée de ce qu'il veut dire.

    Et ça se veut philosophe ...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.