mercredi 5 juin 2013

La grande escroquerie des retraites qui va entériner la nouvelle classe aristocratique grâce à laquelle le pouvoir babelien assied son pouvoir "démocratique"

L'inégalité des retraites en faveur du public et des régimes spéciaux
23 - Hondelatte dimanche, 05/06/2013 (en Français texte en français )


"Les 12% de retraités fonctionnaires reçoivent 31% des pensions versées"...


→ lien :
La stratégie de Hollande pour sa soi disante réforme des retraites est cousue de fil blanc.

La "boîte à outils" a été dévoilée.

http://tinyurl.com/ktsg45q

1- saupoudrage maxi : on va "taper" sur a priori tout le monde (cotisations patronales, salariales, retraités, fonctionnaires)

2-ca permet de dissimuler le fait qu'on ne fera RIEN sur les régimes spéciaux

3-pour les fonctionnaires, on passe de 6 mois... a 10 ans. Ça sera présenté comme une une avancée majeure... alors que cela maintiendra une profonde injustice comparé avec le privé !

4-pour respecter l'hypocrisie suintante de hollande et sa réthorique à 2 francs, sur les salariés on va réduire les "droits" (100 euros de cotisations ne donneront que 95 euros de droits à la retraite).. Un truc invisible, qui renvoie les problèmes à demain

5-on maintient là encore la fiction hollandesque et socialo : on ne touche pas à l'âge légal.. mais on allonge la durée de cotisation

6-côté cotisations, par contre on augmente celles payées (tout de suite) par les salauds de patrons

7-on tond un peu les retraités (là c'est normal). Mais pas sur le montant de la retraite (trop visible), non là encore on passe par la bande en augmentant... la fiscalité (exemple : supression abattement 10 %, et hausse de la CSG)

Bref.... un cocktail à gerber dont la seule finalité est (comme les plans précédents) de pouvoir dire "moi Neuneu président j'ai sauvé le système de retraite"), en faisant payer toujours les mêmes, en soignant ses clientèles électorales, et en s'attirant les bonnes graces de l'Europe.

Un concentré de hollandisme (mais pas révolutionnaire, alors Emmanuel Todt ?).

Le détail ici :
Réforme des retraites : les pistes explosives du rapport Moreau
Le Figaro, 05/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien



Et on termine avec Charles Gave :
Quand les rentiers capturent L’Etat
Institut des libertés, Charles Gave, 03/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Extraits des Mémoires de Guerre de Charles de Gaulle :

« Enfin M. Albert Lebrun vint joindre à l’approbation générale celle du fantôme mélancolique de la IIIe République. Je le reçus le 13 octobre. « J’ai toujours été, je suis, me déclara le président, en plein accord avec ce que vous faites. Sans vous, tout était perdu. Grâce à vous, tout peut être sauvé. Personnellement, je ne saurais me manifester d’aucune manière, sauf toutefois par cette visite que je vous prie de faire publier. Il est vrai que, formellement, je n’ai jamais donné ma démission. A qui, d’ailleurs, l’aurais-je remise, puisqu’il n’existait plus d’Assemblée Nationale qualifiée pour me remplacer ? Mais je tiens à vous attester que je vous suis tout acquis » [...]. Le président Lebrun prit congé. Je lui serrai la main avec compassion et cordialité. Au fond, comme chef de l’Etat, deux choses lui avaient manqué : qu’il fût un chef ; qu’il y eût un État »

Quelle phase terrifiante: Qu’il fut un chef, qu’il y eût un Etat…

Et pourtant le Président Lebrun était sorti premier de Polytechnique, tandis que le Général Gamelin, ex Chef d’Etat Major du vainqueur de 1918 le Marechal Foch, , était, lui, sorti premier de Saint Cyr. Donc la France en 1940 était « dirigée » par celui qui était sorti premier de Polytechnique tandis que son armée l’était par celui qui était sorti premier de Saint Cyr.

Le résultat ne se fit pas attendre: Un effondrement comme nous en avons peu connu dans notre Histoire.

Je soutiens que cela est normal, et je vais m’en expliquer en commençant par une petite anecdote.

Il y a bien des années, alors que j’avais vingt sept ans, j’étais étudiant dans une « Business School » aux États-Unis tout en étant professeur assistant dans le département d’économie, pour payer mes études.

Pendant un cours, l’un des professeurs les plus admirés nous posa cette question: « Pourquoi pensez vous que les sociétés qui vous interviewent en ce moment cherchent elles à vous embaucher? »Question idiote s’il en fut tant la réponse était évidente ! A l’évidence, pensions nous « in petto », parce que nous sommes les meilleurs? »La réponse du Professeur (à sa propre question) a changé ma vie.

Ces sociétés cherchent à vous embaucher parce qu’à vingt sept ou trente ans, vous êtes encore en train d’étudier et que donc vous montrez que vous n’avez aucun caractère et qu’elles cherchent de la chair à canon. Auriez vous le moindre caractère, vous auriez déjà créée votre propre entreprise il y a cinq ans au moins. Cette phrase me frappa comme si j’avais été touché par la foudre tant cette vérité me parut indiscutable.

Nous étions tous des bons garçons (pas de femmes à l’époque en Business School, en tout cas dans la mienne »), suivant de notre mieux un cursus universitaire solidement balisé et qui devait nous assurer à tous une vie à tout le moins confortable jusqu’a notre retraite. Dans le fonds, nous détestions le risque et nous étions à la recherche d’une « rente ». Nous voulions en fait profiter du Capitalisme sans en payer le prix, qui est la possibilité de connaitre l’échec.

C’est en grande partie grâce à ce professeur que toute ma vie , j’ai essayé de créer (ou d’aider à créer) des entreprises, avec plus ou moins de bonheur. Ces tentatives de création se sont soldées par beaucoup d’échecs, fort douloureux, quelques succès encore plus inquiétants tant je savais à quel point ils étaient éphémères…Le destin de l’Entrepreneur est de vivre dans l’angoisse ou dans les regrets…

Quel rapport avec la France me dira le lecteur.

Plus qu’il n’y parait

Notre système d’éducation a été créé par l’Etat et non par le secteur privé comme aux USA, pour sélectionner les bons serviteurs de ce même État. Et l’Etat, comme les grandes sociétés US a besoin de chair à canon, de bons exécutants entraînés à obéir. Le but essentiel du processus de sélection est donc de trier les gens en fonction de leur total manque d’originalité et de leur capacité à apprendre et à répéter des enseignements dont personne en dehors d’eux ne peut comprendre l’intérêt. Voila qui est absolument nécessaire quand l’on veut choisir des gens sans originalité qui devront suivre des règles établies en dehors d’eux, sans poser de questions.

Pour arriver à ce résultat, la France a donc toujours suivie deux principes de base dans la sélection de son élite ADMNISTRATIVE.

1. Premier principe : Ceux qui sont le plus à même d’apprendre « par cœur » des choses inintéressantes seront sélectionnés, ce qui est logique. En conclure que ce sont les plus intelligents ne l’est pas. Voila un « non sequitur » d’anthologie : Un non sequitur se produit lorsque la première parie d’une phrase se termine par « donc » et qu’l n’y a pas de lien logique avec la deuxième partie de la même phrase. Un bon exemple serait: « Il a plu hier donc il va faire beau aujourd’hui ». Le non sequitur de base en France est : Je suis sorti premier de l’ENA, donc je suis plus intelligent que vous qui n’avez pas fait d’études », ce qui est loin d’être certain. Pendant mon service militaire, je me faisais régulièrement plumer au poker par un garçon qui était « plombier-coiffeur » dans un petit village du pays basque, qui n’avait fait aucune étude, et je n’étais pas le seul, loin de la…. Les rapports entre l’intelligence et les études sont loin d’être simples…

2. Ces « élites » aussi soigneusement sélectionnées, seraient les plus à même de « prendre des décisions ». En terme simples, les personnes qui ont passé les meilleurs diplômes seraient les plus capables de prendre les meilleures décisions…euh… En fait, c’est exactement le contraire: Leur mode de sélection a été choisi justement pour favoriser l’émergence d’élites administratives (et non pas entrepreneuriales), à l’esprit complètement routinier et donc complètement incapables de prendre la moindre décision, en particulier si la solution se trouve en dehors de la boite à outils qu’on leur a demandé de mémoriser. Monsieur Giscard d’Estaing, le plus diplômé de nos Présidents a passé sa vie à acheter au plus haut et à vendre au plus bas, (voir l’Emprunt 7 % dit Giscard), à stimuler quand il fallait freiner, à freiner quand il fallait stimuler, à tout réglementer (contrôle des changes. contrôle des prix, contrôle du Crédit, politique industrielle etc.), et le Libéralisme en France ne s’est jamais remis de sa posture de « Liberal Avancé » tandis que monsieur Bérégovoy, petit syndicaliste de l’EDF a pris beaucoup de bonnes décisions, ce qui l’a amené à se suicider de deux balles dans la tète (!), qui lui ont été tirées à bout portant selon la formule du Canard Enchainé au moment de l’affaire Stavisky. Cette deuxième proposition est donc encore plus fausse que la précédente. Les gens soit disant intelligents parce qu’ils ont passé les bons diplômes sont plus que tout autre enclins à ne pas changer d’avis lorsqu’ils prennent une décision désastreuse et à s’y tenir coûte que coûte, le raisonnement de base étant toujours le même : Je ne peux pas avoir fait une erreur puisque j’étais le premier de la classe. En fait, le dirigeant de qualité se reconnait à un critère et à un seul : non pas sa capacité à prendre une décision mais son habilité à changer de cap quand il se rend compte qu’il s’est trompé...

Et donc, le problème en France est tout simple: Ceux qui cherchent avant tout à se bâtir des rentes ont pris le contrôle de l’Etat Français, cela date de 1974 et ce contrôle n’a cesse de se renforcer depuis. Pour la premier fois dans l’Histoire de France, pas un membre du gouvernement actuel n’a exercé la moindre activité dans le secteur privé et donc n’a JAMAIS pris le moindre risque . Les Rentiers sont au Pouvoir…On en voit le résultat tous les jours.

Et donc il n’y a plus d’Etat qui représenterait l’intérêt général, mais juste une instrument de contrainte pour dépouiller le secteur privé « légalement » au profit de petits intérêts sectoriels ou syndicaux représentés par nos « nouveaux » rentiers.

Le rôle du chef de l’Etat n’est plus d’être que le représentant de ces lobbys, son seul rôle, est en fait d’essayer d’équilibrer le poids des différentes factions qui l’ont amené au pouvoir pour repartir les prébendes au mieux de l’intérêt de ces supporters…

Quand le Président dit à l’un des ces sbires, Qui t’a fait Duc? », la réponse revient, à chaque fois la même « Qui t’a fait Roi ? »Dans le fonds, rien en change jamais. Monsieur Hollande est certes chef de l’Etat.

L’ennui, pour paraphraser de Gaulle est que ce n’est pas un chef et qu’il n’y a plus d’Etat.

Et que 1940 n’est pas derrière nous , mais devant nous.

2 commentaires:

  1. Les fonctionnaires en poste dans les administrations, les collectivités locales et les établissements de santé ont représenté 16 % des dépenses de retraites en 2008, et représentent 15 % des salariés:

    En fait sur 43,5 milliards de dépenses de pensions en 2008, les pensions des fonctionnaires civils
    autres que ceux de La Poste et France Telecom n'ont représentés que 27 milliards d'euros. L’ensemble des fonctionnaires, en poste dans les administrations, les collectivités locales et les établissements de santé, ont représenté 39,5 milliards de dépenses de retraites pour 244 milliards de dépenses totales pour tous les régimes de retraite en 2008. Hors La Poste et France Telecom, qui sont dorénavant des sociétés anonymes, les fonctionnaires titulaires sont 3,9 millions sur une
    population en emploi de 26 millions de personnes en 2008.

    RépondreSupprimer
  2. "Les 12% de retraités fonctionnaires reçoivent 31% des pensions versées"

    C'est une grosse connerie.

    Tonio, t'as même pas corrigé malgré le message précédent. Ta haine des fonctionnaires prend le pas sur ta rigueur.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.