vendredi 21 juin 2013

Le Brésil continue de s'embraser contre la logique de la fausse économie inflationniste du surendettement de tous (URSS privatisée/Goldman Babel Sachs compatible)

Toujours cette même politique impériale consistant à distribuer du tittytainment en surendettant tout et tous, et organisant un gigantesque transfert des classes moyennes vers la kleptocratie habituée à l'enrichissement sans cause... Tout en s'assurant (merci les socialistes qui cautionnent et organisent tout ça) que les plus pauvres (qu'on importe massivement si possible, c'est encore mieux) touchent leur obole du pillage des classes ouvrieuses, pour acheter la paix sociale.

Sauf que voila... L'inflation, le déclassement et les inégalités odieuses commencent sérieusement à se voir...

Toute ressemblance avec la France serait purement fortuite :



Brazil Protests Return With A Vengeance: Up To A Million Take To The Streets
ZeroHedge, 21/06/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Currently going on in Rio: three hundred thousand (expected to rise to a million) have taken to the streets in Rio in the biggest protests so far sweeping Brazil:


The demonstrations have been largely non-violent and comprised mostly middle-class, well-educated voters who do not form the bulk of Rousseff's electoral base.



800,000 Protest in Brazil Over a 10-Cent Hike in Fares and the High Cost of Staging the World Cup; Police Join Protestors; Inflation, Corruption, as Boom Comes to an End
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 21/06/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
It's always impossible to know what the trigger for a mass reaction will be in advance. In Brazil, hundreds of thousands of people have been in protest over corruption, bad services, and even the cost of hosting the World Cup.

The trigger was a mere 10-20 cent hike in transportation fares. Cities have rolled back the price hikes but the protests continue.

Leaderless Movement

Interestingly, the protests were not organized by any person or leader the government can deal with or arrest.

Et là... la kleptocratie soviétoïde qui organise ce pillage est vraiment mal :
Military Police Officers Join Protesters In Brazil

15 commentaires:

  1. Évidement personne ne leur a expliqué ce qu'impliquait les limites à la croissance due au pic pétrolier ... Le plus grand crash de civilisation qu'ait jamais connu cette planète ... Et que cela rendrait encore plus fou cet homme déjà fou que nous sommes devenus dans notre histoire récente ...

    Eg.O

    RépondreSupprimer
  2. Pas d'accord.

    Cette foule n'a rien de vertueuse.

    Elle a croqué pendant les années de "boom".

    Et maintenant elle ne peut supporter d'être renvoyée au niveau qu'elle n'aurait jamais dû quitter (dans le grand ordre des choses).

    Le problème il est là.

    Tous ces veaux ont voté Lula, et ensuite pour sa petite copine... Ils ont crié de joie à la hausse des prix de l'immobilier, le consummérisme, la monnaie forte (vous avez remarqué le nombre de touristes brésiliens à Paris, c'est stupéfiant), les belles bagnoles, et les téléphones mobiles.

    Mais ils n'ont pas voulu voir que le pays profond, le pays réel, lui, ne changeait pas d'un iota : politiciens aussi corrompus qu'avant (sinon plus, car à une échelle plus importante), corruption des juges, des flics, niveau de gouvernance très bas, système fiscal absolument fou (il faut le voir pour le croire), niveau d'éducation dans les chaussettes, etc.

    Bref AUCUN progrès réels.

    Que de l'esbrouffe, que de la chirurgie esthétique (des faux seins), du football, la fiesta...

    De la merde dans un bas de soie.

    Et maintenant, c'est trop bête, la machine est cassée.. Le real se casse la gueule, les prix augmentent fortement, les salaires ne suivent plus, les sociétés vont commencer à licencier, étranglées par le système fiscal et une administration kafkaïenne (soviet + afrique vous imaginez la synthèse...) etc.

    Retour au réel. Pas au Real.

    Et ca fait très mal. Car cette foule a pu "goûter" au luxe...

    Retour au riz et aux haricots secs.

    Le Brésil est un pays du tiers monde, ni plus ni moins.

    Mais pas de fausse jalousie : la France rejoint le Brésil à vitesse grand V !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente analyse (peut-être un peu raide quand même car il y a sans doute eu quelques progrès).
      Par ailleurs vous avez remarqué que personne ne conteste le nombre de manifestants ? Au Brésil 1 million c'est 1 million. En France on compte 4 fois, on retouche les photos et pour finir toutes la presse donne une fourchette entre 300k et 1 million.

      Supprimer
    2. société ultra clientéliste comme la notre.trop de gens contribuent au confort de la petite nomenklatura comme chez nous.en france la concertation sur les retraites s'effectue entre gens non représentatifs de la société:syndicats a 7 % de salariés et medef qui bénéficie des cotisations obligatoires aux cci et chambres des métiers.ce qui se passe au brésil et en turquie se passera en europe.

      Supprimer
  3. Décidément tu n'aimes pas le Brésil!
    Tu sembles oublier d'où ils viennent.
    Ils ont sûrement fait plus d'efforts que nous.
    Tu peux ne pas partager les opinions de Lula et de Dilma Roussef mais tu oublies qu'ils ont du faire face à une dictature sponsorisée par les USA a l'époque de la fin de la guerre froide. Bref leurs politiciens affrontent des défis sans commune mesure avec nos tocards en France...
    Et ton mépris pour eux ne changera rien.
    D'ailleurs leur révolte dit une chose: les infrastructures avant le foot.
    Je te rappelle que nous allons organiser l'euro en 2016 et que Sarko pour faire plaisir à son pote à décidé de braquer l'Etat de 400 millions d'euros. Tu étais où ce jour-là??

    RépondreSupprimer
  4. Juste un petit aparté, Disco quand tu dis:
    "...Tout en s'assurant (merci les socialistes qui cautionnent et organisent tout ça) que les plus pauvres (qu'on importe massivement si possible, c'est encore mieux) touchent leur obole du pillage des classes ouvrieuses, pour acheter la paix sociale..."


    Associé le gouvernement actuel à un réel parti socialiste est, AMA, une erreur intellectuelle. Parti solférinien ou SPD french touch serait un peu plus audible à mes oreilles.

    -> Le peuple brésilien et son gvt est donc en train de prendre en pleine tronche le peak NRJ fossile. Nous allons observer cela dans de nombreux zones kleptocratiques.
    Xion

    RépondreSupprimer
  5. Oui c'est du mépris, mais c'est du mépris "égal" et "juste" (pour reprendre la lithurgie de notre Neuneu national), puisque je l'applique à la France, de la même manière.

    Et plus largement, il est quand même stupéfiant de devoir faire face systématiquement au principe du "miroir" (figure réthorique tellement cheap, tellement usée) lorsqu'on émet une critique.

    Exemple : je tape sur Hollande (le pauvre... une ambulance)... crac le bobo gocho sort de sa boîte les yeux injectés de sang : "oui mais Sarko !"

    On chie sur Cahuzac : "oui mais Woerth !"

    Comprenez bien une chose les gars : on tape sur les mecs qui sont au pouvoir maintenant. Et deuxièmement, il n'y a que les idiots utiles (ceux qui votent UMPS), et les enfants, pour estimer qu'il y a une différence entre "gauche" et "droite".

    Cette remarque liminaire étant faite, avançons sur le fond.

    On se fout des "opinions" de Lula et sa copine Dilma (désignée par sa majesté Lula).

    Ils n'en ont pas.

    Ils ont eu simplement de la chance d'être là au bon moment, celui du décollage des exports (vers la Chine), des torrents de pognon, de la fête du string.

    Mais ils sont ontologiquement corrompus, davantage même que les politiciens précédents (si tu connais le brésil, tu sauras de quoi je parle).

    Leur politique c'est quoi ? Distribuer du pognon aux favelas, pour acheter des merdes chinoises à crédit. En attendant les prix de l'immo à Saint Paul sont plus élevés qu'à Paris, les soit disant "riches" ou classes "aisées" remplissent leur valises de produits de beauté, de parfum quand ils voyagent à l'étranger (car... c'est moins taxés qu'au Brésil)...

    Et ils achètent des 4X4 (comme chez nous, je te rassure).

    Là aussi, ce sont des choses vécues, c'est du concret.

    Quant aux vrais riches, les très riches, eux ont toujours existé et existeront toujours... Et contrairement à ce qu'on peut penser, ils ne constituent pas le problème.

    Leur politique c'est il y a un an de nous chier une pendule en critiquant la hausse du Real... et aujourd'hui de pleurer que le Real.. baisse !

    Je n'invente rien.
    http://tinyurl.com/qzc7wcl

    Leur politique c'est surtout ne rien toucher aux folies du systèmes brésilien. Le système fiscal par exemple. Là aussi, le connais tu ? Si oui, alors tu ne peux qu'être d'accord avec moi.

    C'est France + Soviet + sauce à l'africaine. Un cocktail explosif, démentiel.
    Je n'invente rien, c'est du vécu.

    Et c'est un ENORME frein pour les sociétés....

    La corruption est généralisée. Comme avant. Comme du temps des "méchants militaires".

    L'éducation est une vaste blague.

    Bref... voilà la réalité du pays.

    Ca ne sert à rien de serrer très fort ses poings, et ça n'enlève rien au fait qu'en général les brésiliens sont des gens sympas.


    Le Brésil (comme la France, je prends les devants) est une pétaudière. Et ce n'est pas un hasard : ça pète maintenant, car la fête est finie, le pognon s'en va ou disparaît, la Chine ralentit...

    La mer se retire... Et ce qu'on va voir sur la plage va être très moche, très sale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La mer se retire... Et ce qu'on va voir sur la plage va être très moche, très sale."
      Tout à fait d'accord, d'autant que de nos jours ils vendent même le sable :o)

      Supprimer
    2. "Oui c'est du mépris, mais c'est du mépris "égal" et "juste" (pour reprendre la lithurgie de notre Neuneu national), puisque je l'applique à la France, de la même manière."
      ==> non, du mépris n'est pas "égal". Cela reste du mépris. C'est comme la connerie!
      En outre tu schématises: les brésiliens malgré tous les clichés, ils montrent à leurs dirigeants qu'ils sont là. Tout en sachant que ces gens ont connu la vraie dictature.
      Là où les français ne peuvent se bouger que contre le mariage homo.
      Bref on a plus a apprendre d'eux que les prendre de haut comme tu le fais Nietzsche à deux euros...

      Supprimer
  6. http://petrole.blog.lemonde.fr/2013/06/21/allies-medef-et-syndicats-ont-fait-voler-en-eclat-le-debat-sur-la-transition-energetique/

    RépondreSupprimer
  7. A quoi bon manifester et tout casser? Le système se contente de placer des fusibles qui n'ont aucun pouvoir réel. En parallèle, le système fiche et réprime les mouvements les plus contestataires.

    Il n'y qu'une seule solution valable : la désobéissance civile généralisée (plus de paiements de taxes, de loyer, grève générale illimitée) et une réorganisation de la société qui vienne du peuple. Quand les êtres humains seront capables de faire cela et de manière, le système s'écroulera. En attendant, là haut, au dessus de la pyramide, ils peuvent continuer à se marrer en nous voyant.

    RépondreSupprimer
  8. la 1er manif en lumière avec les boutiques ouvertes, la revoléchevitrine.

    RépondreSupprimer
  9. C'est aussi ma solution. elle est imparable:
    - indolore, elle demande peu de courage et de participation
    - elle évite les débordements de violence
    - elle est rapide, le système ne tiendrait pas 1 mois
    - impuissance des états à la freiner ou à la contrôler.
    patience, elle viendra INEVITABLEMENT avec l'avancée de la crise

    RépondreSupprimer
  10. J'espère qu'il vont faire cramer la Roussef posée là par les apatrides !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.