jeudi 20 juin 2013

Le four d'Obama à Berlin

6000 personnes se sont déplacées pour l'écouter. Et en service commandé en plus... Bientôt, on les obligera à pleurer comme en Corée du Nord...

Du G8 à Berlin : dissolution accélérée de leurs psychologies
De Defensa, 20/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Sans doute un brillant “dircom”, suivant en cela une tradition bien établie du système de la communication, avait-il songé qu’un discours à Berlin, 50 ans exactement après le fameux Ich bin ein Berliner, ce serait un fameux coup de pub. En juin 1963, ils étaient autour d’un million à se presser pour écouter et entendre le président Kennedy. Cette fois, pour BHO ils étaient 6.000, et encore s’agissait-il d’invités du gouvernement allemand et de l’annexe impérative du gouvernement allemand (l’ambassade US à Berlin).

... En juillet 2008 aussi, ils étaient venus en foule de centaines de milliers, à-la-JFK, pour saluer à Berlin le candidat Obama, l’homme du “Yes We Can”, – et pourtant, cela se confirme : hier, ils n’étaient que 6.000, en service commandé. Le discours fut morne, proclamant l’importance de la lutte contre le réchauffement climatique, de la lutte pour la protection des libertés civiles (toujours cette subtile ironie d’Obama, l’homme de PRISM) et proposant à la Russie une réduction d’un tiers de l’arsenal nucléaire, ce qui semble avoir fait sourire du côté de Moscou tant la chose ressemble à ce qu’elle est : un “coup” usé et épuisé de communication.



13 commentaires:

  1. Il aura fallu un 2eme mandat pour que la planète comprenne que Dronebama n'était pas un gentil monsieur qui allait apporter le bonheur et la paix.
    Ceci dit, un sondage est apparu il y a quelques jours ou la moitié des américains estimaient que Snowden devrait être extradé et jugé. Une moitié qui croit encore au technof ascisme "pour votre sécurité" contre le terrorisme.

    RépondreSupprimer
  2. Oblabla, le prix nobel de la paix qui assassine à distance des "terroristes" (parfois un peu au hasard, oops), l'homme des "green shoots" qui détient le record des coupons alimentaires, l'homme intègre qui laisse faire la NSA et ses programmes d'écoute généralisés, l'homme gentil qui utilise le fisc local pour emmerder ses opposants, ô Oblabla... tu es l'alpha et l'omega de l'Etat profond US, un coup de génie marketing.

    Et ce qui est fascinant c'est qu'après presque 5 ans d'entourloupes, avec des preuves... les gogos gochos bobos français (pour ne parler que d'eux) le regardent toujours avec une larme d'émotion à l'oeil.

    YES THEY CAN !

    RépondreSupprimer
  3. Je parlais dernièrement d'Obama avec un Ghanéenne. J'ai osé émettre une légère critique... et je me suis évidemment fait traité de raciste. Je me demande si "le peuple" accepterait le tiers du quart de la politique d'Obama si elle était menée par un républicain blanc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui...
      Pauvre troll...

      Supprimer
    2. A troll, troll et demi.

      C'est pourtant une évidence.

      L'aspect racial a été déterminant dans le coup (de génie) Obama. Et ça a fonctionné à plein. Souvenez vous des délires en france : "enfin un président noir", "tout va changer" etc.

      Et ça continue de fonctionner.

      Le nier est faire preuve d'une vraie bêtise.

      Supprimer
    3. -5
      Le premier post parle du Ghana.
      Et toi tu me parles de la France...
      Tu es incohérent...
      Je continue , troll 1/2?

      Supprimer
  4. Perso, je pense qu'ils ont tellement peur du peuple, qu'ils préfèrent 6000 figurants payés pour applaudir que 1.000.000 de gens dont certains viendraient manifester leur mécontentement.

    RépondreSupprimer
  5. A noter également la vitre pare balle pendant le discours, on sent la confiance aux allemands.
    D'aillleurs Kim Jong Un n'a jamais utilisé de dispositif aussi sécurisé...

    Le contraste avec le discours de JFK est impressionnant et révélateur. Obama est un fake absolu, l'anti homme d'état par excellence. Le manque de sincérité d'Obama est de plus en plus flagrant. Au moins Bush savait se montrer plus convaincu et au moins il était drôle.

    A sa décharge, avec Hollande, on reste quand même 2 ou 3 crans en dessous !

    RépondreSupprimer
  6. PRISM: Yes, we scan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent :D
      Il faudrait passer les affiches d'Obama au microscope, pour essayer de trouver le "s" manquant.

      Supprimer
  7. J 'habite Berlin à deux pas des lieux stratégiques où Obama et Merkel se rencontraient, vous n'avez pas idée du côté absolument dissuasif du service d'ordre mis en place dans la ville lors de cette visite, c'était à décourager n'importe quel volontaire. De plus il faisait 37 degrés hier et TOUT le monde était au bord des lacs, car c'était simplement IMPOSSIBLE de circuler en ville.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.