vendredi 28 juin 2013

Le mur ! Le mur ! Le mur ! Le mur !

La France s'endette de 12 milliards d'euros supplémentaires par mois
Challenges, 28/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La dette publique française progresse de 1,5 point en seulement trois mois pour atteindre 1.870 milliards d'euros, soit 91,7% du PIB.

La dette publique de la France a augmenté de 36,5 milliards d'euros entre le 4e trimestre 2012 et le 1er trimestre 2013, s'établissant à 1.870,3 milliards fin mars, soit 91,7% du produit intérieur brut, a annoncé vendredi 28 juin l'Insee dans un communiqué.

C'est 36,5 milliards de plus que fin 2012, soit une hausse de près de 12,17 milliards d'euros par mois au cours du premier trimestre.

La dette française est donc en hausse de 1,5 point par rapport au quatrième trimestre 2012, a précisé l'Institut des statistiques et des études économiques.

Et hop, une escroquerie de plus !

Le déficit loin de baisser, explose ! On est parti sur une tendance à 6% du PIB. Autrement dit un État qui dépense deux fois plus que ses rentrées fiscales   

Et allez, pendant que Peillon annonce 10000 postes en plus, que Hollande se prépare à acheter sa promesse d'arrêt de la hausse du chômage à coups d'emplois fictifs, on fait un gros lol collectif quant à la prévision présentée il y a peu, et le "rabais" accordé par l'union européenne... Je rappelle qu'on tourne désormais à -6% du PIB  


Le mur du réel dans la tronche ! Et vite !

13 commentaires:

  1. Oui, c'est en effet réjouissant.

    A double titre : je sens que les gens commencent à comprendre que pour réellement changer les choses, il faut d'abord asphyxier -financièrement- le système actuel.

    En d'autres termes, et crûment : si aucun événement puissant n'intervient, pourquoi voulez-vous que notre mafia change ses manières de faire, ses politiques de rapine, son clientélisme outrancier ?

    Pourquoi voulez vous que Hollande (ou Sarkozy) change le train-train si confortable ?

    Donc oui il va falloir accepter l'implosion économique de la France qui est la condition NECESSAIRE à une implosion sociale, et ensuite politique.

    La politique suit l'économie, et absolument pas l'inverse.

    Mais attention, pas d'emballement.

    Le Système est excessivement résilient... Nos déficits dérapent, pourtant les taux sont au plus bas.

    Tant que la mafia peut prétendre se "financer" à 2 % sur 10 ans, tout en faisant semblant de faire 2 ou 3 "réformes"... la pression sera très, très graduelle.

    Et je vous rappelle que la mafia... contrôle (pour une partie) ces fameux taux, via la BCE (qui un élément clé, dans la hierarchie mafieuse).

    Bref, la partie n'est pas gagnée.

    C'est une lutte à mort qui prendra du temps.

    2013 est quasiment plié. Le Potemkine tient encore. La fiction comptable aussi. No problemo.

    2014 : je pense que Hollande, et les autres, peuvent tenir leur "ni-ni", le status quo, avec quelques bumps ici où là, et la poursuite du langage orwélien ("retour croissance", "stabilisation chômage", "maîtrise des dépenses").
    Oui ça peut tenir.

    2015 : voilà sans doute l'année charnière, où ca va craquer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, il y a un horizon (théorique) assez indépassable en 2015. Le mur de la dette.
      Je ne sais plus comment j'étais arrivé sur ce graphique à l'époque (qui concerne les Etats Unis, mais on doit avoir le même phénomène pour la France) :
      http://economicedge.blogspot.fr/2010/03/most-important-chart-of-century.html

      Mais on voit bien que toute injection de dette supplémentaire dans le système détruira (à l'inverse des précédentes décennies) la croissance à partir de 2015 (en théorie). Mais tout aussi bien, ça a déjà commencé.
      C'est pourquoi je ne trouve pas absurde que Bernanke aux USA décide de mettre fin au QE... contre l'avis généralisé des libéraux et des gaucho-keynésiens réunis qui demanderont de toute façon toujours plus de dettes et de QE pour continuer à soutenir le système tel qu'il est.
      On arrive au bout de la route Keynésienne, il va falloir faire un choix : soit on sacrifie le passé, soit on sacrifie l'avenir...

      Supprimer
  2. Oui, mais on va faire 1,5 milliard d'économies l'année prochaine.

    C'est beaucoup, 1,5 milliard... C'est un effort tellement important qu'il faut remettre ça à l'année prochaine.

    Avec l'effondrement des recettes fiscales qui va suivre les fermetures d'entreprises, ça va pas être joli. There's no free lunch.

    RépondreSupprimer
  3. Je rappelle a titre indicatif que cette histoire de 3% provient de la règle de Maastricht et qu'elle n'est valable que pour :
    une dette à 60% du PIB
    ET une croissance de 5%

    Ce qui permet (faites le calcul) de maintenir un régime stationnaire de la dette/PIB.

    Donc faire du 3% sans croissance et aà plus de 90% du PIB c'est juste de la foutaise en barre pour gogo du peuple lobotomisé.

    C'est Mitterand qui avait demandé cette règle comme outil de COM. Étrangement on est passé de 3 critères a 1 ... qu'on ne respecte même pas. Et ça ne semble gêner personne apparemment.

    RépondreSupprimer
  4. Non, on n'est pas à - 6%...

    Le déficit est très variable suivant les trimestres, au rythme des rentrées fiscales (3 tiers pour 4 trimestres). Il y a des trimestres où la dette baisse.

    Il faut bien regarder sur un an glissant de date à date...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien regarder sur un an glissant de date à date...

      bonjour, ça s’était avant. Dans un monde keynésien d'importation de population annuelle intégrable fiscalement par l'endettement etc etc.

      Supprimer
  5. Et pendant ce temps, on continue de triturer les chiffres, avec des révisions SYSTEMATIQUEMENT négatives.

    ************
    La consommation des ménages français en biens a augmenté de 0,5% en mai par rapport au mois précédent du fait d'un rebond des achats alimentaires, selon les données publiées vendredi par l'Insee. La baisse du mois d'avril a été révisée à -0,5% contre -0,3% annoncé auparavant.
    ************

    Voilà. Et dans un mois, on révisera la conso de mai... vers le bas.

    Rincez, répétez.

    D'autant que l'argument "alimentaire" est totalement stupide... Les gens auraient davantage bouffé en mai ? Pfuuuuuit.

    RépondreSupprimer
  6. 12 x 12 x 5 = 720 Mds
    Un calcul simpliste pour comparer avec les 600 Mds de NS.
    La boule de neige de la dette dévale la pente et donc elle continuera de grossir, quelque soit la couleur du résident de l'Elysée.
    Il faudrait rompre avec ce système, c'est à dire ne pas dépenser plus qu'on ne gagne et si exceptionnellement on doit emprunter, ne pas emprunter à des investisseurs privés pour financer de la dette publique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas, si l'état doit emprunter c'est forcément pour une infrastructure et dans ce cas, pas de problème, un emprunt, un plan d'amortissement et le coût du crédit inclus dans les frais de fonctionnement.

      Si c'est pour du fonctionnement, trois possibilités :
      - augmenter les impôts,
      - diminuer les dépenses,
      - faire tourner la planche à billet -> inflation.

      Emprunter pour le fonctionnement n'a aucun sens, à un emprunt doit correspondre un investissement.

      Supprimer
  7. Le 12x12x5 correspond à 5 années, 12 mois et 12 milliards d'euro par jour, ce qui serait le rythme actuel d'endettement de la France.

    Quand à la distance du mur, elle doit visiblement être proche vu les choses étonnantes que je viens de lire sur votre blog, M.Berruyer : du cash pour tenir 2 semaines, 10-20% d'or et diversifier les comptes bancaires... donc pas un scénario survivaliste mais enfin un scénario de bank holiday tout de même.

    RépondreSupprimer
  8. A mort le gouvernement français !
    Institution de racketteurs, Honte a Vous ! :x

    RépondreSupprimer
  9. "Et hop, une escroquerie de plus !" (D.T.)

    Totalement faux et même mensonger de ta part ! Il n'y a AUCUNE escroquerie ! Aucune ! Tout se passe exactement comme prévu. Des électeurs (toi y compris) ont voté POUR cela.

    Il est normal que ça se réalise.

    L'escroquerie, ce sera quand Hollande, forcé par les événements, fera la politique prônée par son adversaire de 2012 : réduction du nombre de ponctionnaires, de la dépense publique, etc.
    Ce jour-là, la démocratie aura été bafouée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (J'y ai été un peu fort avec le mot mensonger. Tu peux censurer si tu veux. Je maintiens ce que j'ai écrit dans le reste du commentaire par contre.)

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.