mercredi 26 juin 2013

Mario Draghi aurait "arrangé" les comptes de l'Italie pour entrer dans la zone euro

Sinon, bien entendu, quand il dirigeait GS Europe, il n'était pas du tout au courant des bidouilles qu'ils ont fait pour la Grèce, et qui ressemblent à s'y méprendre aux même bidouilles réalisées pour l'Italie...

Sinon, dans notre monde de menteurs et d'escrocs professionnels, on comprend mieux que ce soit celui-ci qui aie été promu...

Mario Draghi aurait "arrangé" les comptes de l'Italie pour entrer dans la zone euro
La Tribune, 26/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Des informations de presse indiquent que le Trésor italien, à l'époque dirigé par Mario Draghi, aurait contracté des produits financiers risqués dans les années 1990 pour faciliter l'entrée de l'Italie dans la zone euro. Le pays pourrait y perdre 8 milliards d'euros.

L'Italie a-t-elle précédé la Grèce dans le maquillage de ses comptes pour entrer dans la zone euro ? C'est ce que laisse entendre un rapport du Trésor italien que se sont procurés le Financial Times et la Repubblica. Selon ce rapport, l'Italie a restructuré au premier semestre 2012 huit contrats dérivés passés avec des banques étrangères pour un montant total notionnel de 31,7 milliards d'euros. Selon des experts interrogés par le FT, les pertes potentielles que le pays devrait assumer sur ces contrats seraient, au 20 juin, de 8,1 milliards d'euros. Mais le rapport ne donne aucun détail précis sur ces contrats.

Et on va pouvoir constater que le système est complètement à l'agonie, au fait que le père Draghi, bien entendu, ne sera en aucun cas inquiété...

8 commentaires:

  1. C'est bon ça ! La vérité va finir par percer la surface !

    RépondreSupprimer
  2. Pere Collateur26 juin 2013 à 14:55

    Accessoirement, le même genre de tambouille a été fait en France, avec le passage de la dette de la SNCF sur une nouvelle structure privée, RFF.

    Même gag avec EDF et ERDF il me semble.

    Cela a permis de sortir 60 Milliards d'euros de dettes dans des structures privées, et donc de faire passer le déficit de l'état en dessous de 3%, donc dans les clous de Maastricht.

    De plus, cela a été fait aux vues et sues de tout le monde, sans que cela ne semble offusquer personne.

    Il est très probable que pour chaque pays qui est entré dans l’Europe, un toilettage plus ou moins discret des comptes publiques aient été fait.
    Même pour la très vertueuse Allemagne, qui à l'époque était exsangue à cause du coût de la réunification.

    Tous le monde le savait, tout le monde était complice. Donc oui, Draghi ne risque rien de la part de ses pairs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au vu et au su de tous. Non, là faut pas déconner.
      Pourquoi les partis politiques aiment parler d'immigration et d'insécurité ?
      Parce que pendant ce temps les vraies mesures sont prises en toute discrétion...

      Supprimer
  3. Les escrocs du Parlement européen:

    http://www.wikistrike.com/article-des-deputes-europeens-payes-306-euros-pour-5-minutes-de-presence-au-parlement-video-118720564-comments.html#anchorComment

    Traduction de la vidéo en français:

    http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=6048#NAVIGATION

    RépondreSupprimer
  4. En paraphrasant M. Gabin dans le film de 1961 "Le Président" : "le langage des chiffres à ceci de commun avec le langage des fleurs...on lui fait dire ce que l'on veut...les chiffres parlent, mais ne crient jamais".

    En outre, en référence à ce qui a été mentionné ci-dessus par "Pere Collateur", ces vulgaires tripotages ressemblent à s'y méprendre au jeu du bonneteau qui est illégal dans beaucoup de pays (l'Italie fait peut-être exception, je ne sais pas, mais si c'est le cas, permettez-moi de ne pas être surpris).

    Riche idée que d'avoir nommé M. Draghi à la tête de la BCE...

    RépondreSupprimer
  5. Muahahaha, de mieux en mieux cette ue et cette monnaie idiote...
    Combien de scandales et d'arnaques révélées faudra-t-il pour qu'on arrête cette "expérience" ?

    RépondreSupprimer
  6. Vous vous méprenez. Draghi c'est Trichet sur stéroïdes.

    C'est pour cela qu'il a été nommé (par Merckel et Sarkozy, rappelons) à la tête de la BCE.

    Et il a parfaitement rempli son rôle : Trichet était gâteux. Draghi c'est l'arme lourde.

    Il a sans aucun scrupule triché, menti, violé les règles, pour aider, soutenir tout l'édifice pourri de l'Euro, les banques, les partis politiques, et tous les membres du gang bruxellois et les mafias politiques locales dans chaque pays.

    Draghi est un orfèvre. Un homme de l'art. Le parfait homme de main.

    Il ne sera absolument pas inquiété.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis innocent!
    signé Mario D.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.