mercredi 26 juin 2013

[autarcie] Mes premières expériences potagères

Alors que ces derniers temps, je découvre les joies du potager, je vais me fendre d’un post des fois que certains d’entre vous aient envie de se lancer, histoire de vous indiquer une liste de courses de ce qui me semble indispensable…

J'aurais aimé avoir ce genre d'infos pratiques avant de me lancer. Ça m'aurait évité des conneries. Alors tant qu'à faire, je vous partage ma petite expérience...

Et avant de me lancer, je tiens à préciser que ce sont là les maigres connaissances d’un débutant, et qu’un potagiste confirmé pourra certainement y trouver des aberrations… N'hésitez pas à commenter.

Ensuite, je parle là de ma petite expérience. Et mon potager se trouve sur un sol plutôt lourd (ou « argileux »). La terre est plutôt collante, et se transforme facilement en glaise quand il pleut. Le sol est donc très peu meuble, les graines y ont du mal à trouver la sortie, et les racines sont vite asphyxiées… J’abandonne donc d’emblée l’idée des oignons ou de l’ail. Et j’ai fait une tentative de fraisier, mais autant dire qu’il pousse plus dans le terreau que dans la terre…

L’idée est ici de faire du potager, en mode faignant, en laissant au maximum le sol travailler pour moi. A savoir donc, essentiellement, en utilisant :
   la couverture végétale d’automne (étalage des feuilles mortes sur les potagers),
   enrichissement au Bois Raméal Fragmenté en hiver,
   paillages en été avec les herbes de tonte,
   plus compostage de tout ce qui reste et qui se composte…


cf le documentaire une saison de jardinage...

Pour ce qui est des courses et du prix, globalement, il faut privilégier les courses dans cet ordre :
   Le moins cher, ce sont les grandes surfaces. Mais on ne trouve vraiment pas tout.
   Ensuite viennent les Castorama et Leroy Merlin, chez qui on trouve désormais quasiment tout ce qu’il faut pour le potager. Et ils sont quasiment deux fois moins chers que les spécialistes (style Jardiland).
   Enfin, en dernier recours, Jardiland, VillaVerde, Truffaut et cie… Réservez ça pour les plants et les choses que vous ne trouvez vraiment pas ailleurs.

Les semis
En pratique, je suis en appartement et je vais au potager le week-end, chez les beaux-parents (qui arrosent au quotidien). J’ai opté pour la technique des semis en godet plastique à l’appartement (sauf pour les carottes ou les radis qui ne se « repiquent » pas, c’est-à-dire qui ne peuvent pas être déplacés).

Cette méthode me semble vraiment efficace, et offre de multiples avantages :
   Pour ceux qui sont limités en place dans le potager, ça permet de ne vraiment pas perdre d’espace avec des semis ratés.
   Vous pouvez faire vos semis ailleurs que là où vous cultivez, ce qui est très utile dans mon cas, quand le potager n’est pas accessible tous les jours.
   Vos semis sont à l’abri des oiseaux, des animaux, des insectes…
   Vous pouvez faire des semis précoces en intérieur dès février pour avoir des légumes primeur.
   Vous apportez à vos semis un terreau parfait pour pousser (surtout si vous avez une terre lourde, ou au début de votre potager, quand celle-ci n’est pas du tout enrichie avec le temps).

Et plutôt que la terrine, je préfère le semis en godet. Ça évite de devoir repiquer les pousses. Les plants ne sont du coup repiqués qu’une fois, et vous démoulez votre godet avec toute la terre, de sorte que le plant n’y voie quasiment que du feu…

En revanche, cette méthode est très consommatrice en pots. Et ces derniers sont vendus assez chers. Vous pouvez donc récupérer par exemple des pots de yahourt que vous nettoyez et auxquels vous faites quelques trous dans le fond (autant commencer de suite !). Ou tout autre contenant qui fasse l’affaire.

Ensuite, je conseille fortement d’utiliser du terreau spécial semis. Pour avoir testé en pleine terre, avec du terreau standard, et du terreau à semis, ça vaut vraiment la dépense (5 centimes par pot). Notamment, la terre, enrichie en perlite, est très souple, ne croute pas et reste très souple, ce qui assure aux graines qu’elles arrivent à percer.

Les semis n’ont pas besoin d’être au soleil tant qu’ils n’ont pas percé. Ils ont surtout besoin de chaleur et d’humidité (mais pas trop !). Par la suite, il leur faudra du soleil. Et pendant un moment. Car une fois les graines levées, il faut les laisser pousser un moment dans le pot avant que le plant soit assez gros pour être repiqué.

Enfin, étant en appartement, je fais les semis dans des jardinières. Je mets 12 pots par jardinière. Ils y sont à l’abri du vent, au plein air, et au soleil…

Ensuite, vous marquez chaque pot avec une étiquette qui le suivra tout du long. Prenez des petites étiquettes plastifiées telles qu'ici chez Leroy Merlin. Ce sont les moins chères, elles sont très pratiques, réutilisables (écrivez avec un crayon !) et elles vont très bien.







Enfin, pour arroser, pour avoir essayé à peu près tout, je vous conseille très vivement d’utiliser un pulvérisateur à pression préalable. C’est idéal. Ça n’abime pas la terre dans les pots ni les semis, et ça fait comme une douchette continue… Le tout sans se fatiguer. Et ça coûte 3€50 (à Leroy Merlin, mais ça se trouve aussi ailleurs)…



Les graines

Pour débuter, voici grosso modo les cultures qui me semblent intéressantes et simples (vous trouverez aussi un calendrier des semis/récoltes ici ou ici, en sachant que les dates doivent être décalées selon la zone où vous vous trouvez, et les méthodes pour récupérer les graines )...

Les légumes fruit
   tomates
   tomates cerise
   concombre
   poivrons
   courgette

Ce sont les légumes d’été, que l’on plante une fois dans l’année. Chaque graine donne un plant qui va vous donner de nombreux légumes, tout au long de la saison chaude…

On peut faire des semis dès février/mars à l’abri du froid, derrière une vitre. Pour économiser la place et préserver les fruits, prévoyez de grands tuteurs, pour les courgettes et les tomates.

Les graines sont faciles à récupérer mais elles sont aussi peu coûteuses. Du coup, l’utilité de les récupérer, pour commencer, se discute. Au début, vous aurez d’autres chats à fouetter…

Les légumes feuille
   choux
   salades

Ça ça pousse quasiment toute l’année. Toute l’année, semez chaque semaine quelques pots de salade et de choux (en fonction de ce que vous consommez chaque semaine, sachant qu’une graine donne une salade ou un chou), et gérez le flux en continu. Repiquez et récoltez également au fur et à mesure.

Il existe de nombreuses variétés, aux mois de semis plus ou moins étendus… Variez les plaisirs.

Pour ce qui est des graines, elles ne coûtent quasi rien, et ne sont pas évidentes à obtenir dans un premier temps (il faut laisser pousser la salade jusqu’à ce qu’elle donne des graines).

Les légumes graines
   haricot à rames d'été
   haricot à rames tardifs
   petits pois à rames d'été
   petits pois à rames tardifs

Il existe (selon moi) deux types de légumes graines… Non pas les pois et les haricots. Mais les « à rames » et les « nains ». En gros, les « nains » se sèment en sillon, ne poussent pas très haut, et donnent assez peu par pied. Les « à rames », se sèment en poquet, grimpent ensuite sur des rames et donnent beaucoup plus au mètre carré utilisé.



La culture en godet de semis du haricot n’est visiblement pas la norme. Mais de ce que j’ai pu lire, ça fonctionne quand même. Le haricot aime vraiment avoir un sol léger. Or moi, j’ai un sol lourd qui débute tout juste. Plantés directement en terre, ils ne sortent pas. Je tente donc le semis en godet.

Les graines de haricots et de pois sont en revanche très chères. Si vous ne devez récupérer qu’une espèce pour commencer, récupérez les semences de haricots…

Les légumes racine
   radis
   carottes

Ils ne se sèment pas en godet, mais directement en terre. La culture du radis se fait toute l’année et est très rapide (1 mois entre le semis et la récolte) mais est à peine rentable (à 1€ la botte de 40 radis).

Pour la carotte, c’est en cours…

Les poireaux
Légume feuille un peu spécial, vu qu’il s’agit sur celui-ci de faire grimper la tige au maximum… Il a une période de culture limitée… Jusqu’ici, je n’ai pas trop creusé et mes semis poussent… J’attends qu’ils aient la taille d’un crayon pour les repiquer après les avoir « rhabillé »…

Les aromatiques
Les aromatiques (persil, basilic, menthe…) poussent très bien en jardinière, avec des graines... Une grande jardinière et vous y semez persil, et basilic par exemple… Vous pouvez aussi planter un plant de lavande et de thym dans le potager…

La patate
Pour la patate, l’idéal, visiblement, c’est la culture sous compost… Vous posez votre patate germée par terre (le germe en haut) et vous recouvrez généreusement de compost (mais alors généreusement… généreusement)… Vous laissez le plant sortir de terre, vous attendez que les feuilles jaunissent, et vous allez récupérer vos patates…

Naturellement, pour ça, il faut du compost en quantité… La première année, il vaut donc mieux oublier la patate… Sauf à faire ça à l’ancienne, en terre, en déplaçant des mètres cube de terre et en double bêchant sur 40 cm… En même temps, ça fait du sport…

La fraise
Pour la fraise, c’est aussi un cas à part. C’est plus un l’arbuste. Un fraisier dure 4 ans, et poussera dans un sol plutôt léger. Pour commencer, j’ai pris directement un plant, pour tester, sans passer par l’étape semis, et je l’ai planté samedi dernier…

Les fleurs
Les œillets d’Inde, tel qu’expliqué ici… Quelques plants, et des graines semées… Pour attirer les insectes auxiliaires, et faire beau.

Dans un premier temps, hormis les haricots ou les œillets, il me semble qu'on peut acheter les graines. Surtout qu'un paquet peut se garder 4 ou 5 ans, et que pour certaines graines, on en utilise très peu chaque année... Ensuite, la pratique venant, il faut clairement viser de faire ses graines soi même...



L’équipement du potager

Maintenant, on passe au sol en lui-même. Si vous avez déjà un jardin, j’imagine que vous avez déjà la tondeuse, l’arrosage, le sécateur, les gants, l’arrosoir, et quelques outils.

Du coup, les frais d’équipement seront réduits. Qui plus est, j’ai indiqué dans la liste de courses beaucoup d’objets qui peuvent être bricolés maison, pour quelqu’un qui aurait un atelier et/ou serait à la campagne.

Vu que l’idée, c’est de faire un potager durable, une des choses essentielles, c’est l’accès aux déchets verts. Avoir une pelouse à tondre, des haies à tailler et un arbre (un noisetier dans mon cas) pour les feuilles et les rameaux est essentiel. L’idée est de ne sortir aucun déchet vert du jardin et de tout recycler sur place, afin d’enrichir et de rendre vivant son sol année après année.

Si vous commencez à cette période de l’année, c’est un peu tard désormais pour espérer récolter. Autant investir son temps à se préparer pour l’année prochaine. Le premier équipement à installer, est donc un composteur. Vous pouvez composter en tas à l’air libre (si vous avez un très grand jardin), vous pouvez fabriquer un composteur très correct avec des palettes de récupération, mais à 30€ l’unité, les composteurs en plastique de 500L qu’on trouve chez casto sont increvables et me semblent un bon investissement. Inutile en revanche de mettre un sol (alors que le compost sera ensemencé par contact avec la terre avec les bestioles et les vers de terre), et de ce que j’ai lu partout, l’activateur de compost est lui aussi inutile. Pour ma part, j’ai mis 2 de ces composteurs en plastique. Gardez à l’esprit qu’à 20 centimes le litre, 1000L de compost, c’est 200€…

Mais le compost met de 6 mois à un an à se fabriquer. Donc la première chose à faire, c’est de nettoyer votre jardin pour remplir vos composteurs. Et ne faites pas comme moi au début, et mettez-y du déchet brun (carton, branches et feuilles) et pas que du déchet vert, et surtout faites des morceaux les plus petits possibles.

Ensuite il vous faudra des outils.

Au quotidien, vous aurez besoin d’une fourche-bêche pour aérer régulièrement le sol des potagers.

Pour préparer le sol, vous devez aussi arracher le couvert végétal. Moi qui ai préparé les potagers en mars pour cette année, à l’arrache, j’ai dû y aller à la houe et à la bêche. Mais pour des semis en mars prochain, vous pouvez éviter de vous y prendre ainsi et vous pouvez d’ores et déjà tuer le couvert végétal (sans l’enlever) en recouvrant le sol à potagifier d’une épaisse couche de déchets verts. En plus, votre sol n’en sera que plus enrichi.

Pour les cultures elles-mêmes, vous aurez besoin de tuteurer les plantes, afin de les cultiver verticalement. Ça évite que les fruits touchent le sol et pourrissent, et ça économise la place. Comme pour les composteurs, vous pouvez vous faire des tuteurs avec de la récup, et je vous le conseille. Parce qu’à l’achat, c’est vraiment pas donné.





En revanche, je vous conseille d’acheter des clips de tuteurage. Ça coûte pas cher, c’est réutilisable à l’infini et c’est vraiment pratique à utiliser.









Enfin, pour les semis en pleine terre, j’ai acheté un filet de protection et des sardines, afin de les protéger des oiseaux.



Acccessoirement, j’ai aussi acheté des petites bordures en bois pour donner une allure plus propre aux planches (surtout si je fais du paillage dessus).









Enfin, une piscine autoportante à 30€ pour que la petite s’éclate pendant que je potage… Et puis entre deux tâches, aller patauger un coup au soleil avec la puce, la tête dans les tomates cerise, c’est une véritable tranche de bonheur…







Et histoire de faire des expérimentations, j’ai aussi mis un carré potager à 20€ trouvé chez Casto (avec pour plus cher de terreau dedans)… Il m’a servi cette année aux semis de persil, de choux, de poireaux, à mettre quelques fleurs pour faire plaisir à ma belle-mère.







Enfin, pour les terreurs du potager (surtout si vous paillez), j'ai nommé les limaces, j'ai opté pour le ferramol. Mais il existe d'autres méthodes...









Normalement, avec cette liste de courses là (que vous réduisez selon ce que vous avez déjà et ce que vous pouvez vous bricoler vous mêmes), vous avez ce qu'il faut pour vous lancer efficacement, sans vous disperser...

11 commentaires:

  1. Pour la germination indoor, les semis et les boutures, je te conseille de visiter un grow shop quelconque et de te faire un petit espace de travail avec ce genre de lampe que tu peux laisser 24/24 si c'est possible.

    http://www.hydrodiscount.com/catalog/culture-interieure-indoor-growshop-garden-hydroponique/eclairage/ampoules/economie-cfl/index.php/cPath/24_34_115

    100% succès garanti. Il faut traiter dès que possible tes semis avec un fortifiant pour racines et ajouter un petit ventilo pour que les plantes soient plus solides. Il existe 2 types de couleur (de la lumière): croissance et floraison. dans ton cas croissance uniquement puisque tu repiques.

    Avec cette méthode tu évites plein de problèmes en particulier les maladies de jeunesse, les insectes qui adorent les pousses tendres, etc... Perso je fais partir mes graines sur des bouchons de coco après 24 heures de trempage. Méthode universelle. A bientôt et bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. toi, j'ai comme dans l'idée que tu ne fais pas pousser des tomates :D

      Supprimer
  2. J'ai comme toi un sol argileux, collant, long à ressuyer après une pluie et lent à se réchauffer au printemps. S'agissant de brf je te dirais: fais gaffe. Au début j'en faisais comme le dit Dupéty, étalage en hiver puis léger enfouissement ensuite. Sauf que cette couche de brf d'une part ne se faisait coloniser par aucun mycélium (à la place il y avait un gel bactérien qui sentait la vase), et d'autre part contribuait à engorger le sol en eau (car freinage de l'évaporation) et en matière organique.
    Avant d'apporter de la matière organique à un sol lourd, surtout pour l'hiver, c'est important de voir si sa microfaune et sa vie microbienne sont en état de tout digérer, pour que le remède ne soit pas pire que le mal http://senshumus.wordpress.com/2008/11/15/matiere-organique/

    En grandes surfaces tu peux tomber sur des graines de qualité médiocre, et ça vaut le coup de miser plutôt sur des marques reconnues (genre Caillard, Vilmorin) bien que plus chères. Personnellement je me fournis chez Biaugerme (www.biaugerme.com) un petit groupe semencier familial du Lot et Garonne qui a un bon rapport qualité/prix. Et pour les plants de légumes, le meilleurs rapport qualité/prix se trouve sur les marchés.

    Je fais également la plupart de mes semis en godets, pour les mêmes raisons. Sauf les poireaux que je fais en caisses par gain de place et parce-qu'ils supportent d'être racines nues le temps de la plantation.
    Alternative aux godets: le carton central des rouleaux de pq (à poser sur un bac à rebords pour éviter les débordements lors d'arrosages), qui a l'avantage de pouvoir être repiqué dans le sol sans dépotage (gain de temps et aucun stress pour le plant), le carton s'y dégrade facilement.

    Un composteur avec sol peut être bien utile, s'il s'agit d'un sol percé à partir duquel tu récupères les jus. Le jus de compost est excellent pour fortifier des jeunes plants.

    RépondreSupprimer
  3. perso cette année j'en suis à 0 euros les patates j'ai pris les trop germés pour la consommation une 20taines coupés en plusieurs morceaux sur deux parcelle je doit avoir 60-70 plantes en fleur,
    les haricots je n'achète plus que des secs au lieu de conserve et j'en ai planté du paquet que j'ai, les tomates j'ai récupéré mes graines ( 2è génération ) de plant de l'année dernière qui était déjà des carrefours de ma consommation pareil pour les poivrons + deux plants en pot qui ont passé l'hiver, courgette, le blé planté en octobre était de la récupération de champs alentour quand je vais me promener à vélo pareil pour le maïs planté directement dans le gazon il poussent correctement 20 cm.
    Le fumier je le récupère gratuitement dans une ferme équestre illimité et le composte aussi gratuitement dans une déchèterie le reste vient de graine ebay de chine de mon budget de l'année dernière mon défit faire germer des arbres type thé et des boutures d'arbre piqué à droit gauche et récupérer des graines de mes plantations qui ont passé l'hiver radis, choux, brocoli.

    Les semis j'ai pris des pots de yaourt des trous fait avec un clous ou découpe du fond pour les salades avant de les planter en terre, des pots de fleur récupérer sur le trottoir pour les tomates, persil en pot etc avec le composte de déchèterie. Les tuteurs je l'ai fait avec des branches de noisetier, de la ficelle tendu entre deux arbres, et le maïs pour certaine de mes haricots.

    RépondreSupprimer
  4. Génial! Tu m as inspiré aicnsi que tous les articles que j ai lu sur les pesticides et les multi nationales...
    J ai planté 3 plans de tomates et 3 de tomates cerises y a 2 semaines pour commencer dans mon nouveau jardin.
    Tu as des sites à conseiller pour le jardinage pour les nuls( de chez nuls)?
    J ai même déjà l outil le plus important, la piscine pour la petite! Beaucoup de similitudes!
    Bon courage! Continue les articles mais t as commencé vite pour moi je vais essayer de te rattraper petit à petit.
    Tu as pas essayé les oeillets d inde dans le potage pour éviter les dégâts des envahisseurs?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les œillets, j'en parle dans ce post ci :/

      Pour les infos, tu as youtube et goggle. Tu trouves des infos détaillées sur à peu près tout.

      Côté lecture, regarde dans [autarcie], j'avais mis un lien vers un pdf de grand débutant.

      Sinon, le documentaire "une saison de jardinage" et des vidéos de Claude Bourguignon, pour bien comprendre la logique de la vie des sols...

      "t as commencé vite pour moi je vais essayer de te rattraper petit à petit."
      Éteins la télé ;) Tu verras que du temps libre, tu en auras largement assez ;)

      Supprimer
  5. Si tu as un peu de place, pour les tuteurs tu peux planter quelques bambous et les couper au fur et à mesure de tes besoins. Avce de l'eau et du soleil ça pousse véritablement à vu d'oeil.
    Par contre, prévoir une tranchée (d'environ 25cm de profondeur)autour pour éviter qu'ils n'envahissent tout.

    RépondreSupprimer
  6. Pour acheter vos graines, allez sur le site de l'association KOKOPELLI

    https://kokopelli-semences.fr/boutique

    Vous ferez un geste pour la planète et engraisserez moins le système

    RépondreSupprimer
  7. Pour le matériel je conseil de ne pas acheter du bas de gamme; prenez des fers en acier trempé et forgé. Un bon matériel dure toute une vie, voir plus.
    Pour l'essentiel, une houe, une pelle bêche, un transplantoir, un plantoir, une pelle, un cordeau, un arrosoir, un tuyau d'arrosage et un panier.
    Voir "La panoplie du jardinier (presque) autosuffisant", ici : http://preppernco.blogspot.fr/2013/06/la-panoplie-du-jardinier.html

    En ce qui concerne les graines, pensez à en récolter sur vos plantes non hybrides pour ressemer l'année suivante. Ca fait rapidement baisser la note.
    Mettez à tremper vos graines, avant semis, 24 à 48 heures avant de les semer ; ainsi elles germeront plus surement et plus rapidement, vous faisant gagner quelques jours en terme de levée.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. bonjour,
    l'image des tuteurs en fibre de verre noire est prise dans mon propre jardin. Je ne vais pas râler car prendre une image comme ça sur internet, beaucoup le font, ça ne part pas d'un mauvais sentiment. Mais vous pouvez citer l'origine, qui est http://www.tenrev.com/tuteurs-tomates.php. Merci

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.