samedi 15 juin 2013

Modernité et progrès !

Grâce à l'Europe, et bientôt, l'accord de libre échange transatlantique, découvrez en avant première l'allure des futures campagnes françaises (l'essentiel étant que le PS sauve les rentes de ses intermitents du spectacle babeliens) :





Pesticides. L'Inserm appuie là où ça fait mal
Le Telegramme, 14/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Cancers du cerveau ou de la peau, maladie de Parkinson chez les adultes, mais aussi malformations congénitales chez les enfants : les pesticides sont bel et bien dangereux pour l'homme, selon une étude de l'Inserm publiée jeudi et rassemblant les données de nombreuses recherches entreprises depuis les années 80.

Le risque pour les agriculteurs et les personnes confrontées aux pesticides (ouvriers de production, chargés de l'épandage, etc.) était connu. Mais c'est l'importante prévalence de ces maladies dans des populations non agricoles mais vivant à proximité des zones d'utilisation de ces produits qui est cette fois mise en évidence par une étude collective de l'Inserm.

16 commentaires:

  1. Excellent montage.
    Encore un article de salubrité publique.

    RépondreSupprimer
  2. Tu ne dénonces pas assez la pathétique opération de com', organisée par les socialos AVEC LA COMPLICITE des Européens.

    On défend quelque chose, et les autres font mine de nous le reprocher, de totalement accessoire... pour mieux faire passer tout le reste avec force vaseline.

    Les Français veaux en 20 ans de propagande ont parfaitement intégré le marqueur "exception culturelle".

    C'est un mot magique, repère, un mot-commande.

    Il suffit donc de le prononcer, et mieux encore d'affirmer sa "défense", pour que les quelques neurones du veau se mettent en branle et fassent une fixation dessus.

    Dès lors, il ne verra rien d'autre.

    D'autres veaux, moins crétins quand même, attaqueront le principe même de la "défense". On aboutit ainsi à un faux débat sur un faux-nez.

    Et pendant ce temps, derrière la scène pleine d'intermittents bobos gochos qui bougent les bras, le train lourd du vrai contenu passe. Dans un silence étonnant.

    Comme un passager clandestin.

    Agriculture, concurrence, normes, la "nécessité" même de ce traité (que les crapules présentent avec les mêmes arguments que l'Euro : "prospérité", "emplois")... personne n'en parle.

    Mais Neuneu mène sa guerre héroique en "défendant l'exception culturelle".

    Ce pays est vraiment foutu, dans le sens où il ne mérite même pas de se relever.

    TOUS DES CONS !

    RépondreSupprimer
  3. au contraire, le PS soutient davantage d'agriculteurs et non des multinationales de la terre qui échappent à l'impôt, en s'appropriant le domaine du vivant ! à force de raconter des conneries et d'inventer des raccourcis débilitants, ce blog est devenu un véritable ramassis d'aigris contemplatifs et bornés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mouais...

      Rapport au semis direct sous couvert, ou au brf, par exemple, j'avais reconnu moi même m'être emballé une fois, et que Le Foll à l'agriculture n'est pas un mauvais et un vendu aux lobbyes de l'agro chimie. Cf ici.

      Sauf que voila, faut être cohérent. Derrière cet accord de libre échange, les barrières qui vont sauter, sont celles non tarifaires, c'est à dire OGM, agriculture ultra intensive, toussa toussa...

      Y a un moment, faut être cohérent. Sauf à admettre qu'on subit un agenda qui n'est pas le sien...

      Supprimer
    2. Mais que fais-tu ici alors ?

      Oser dire que le "Parti socialiste" (déjà tu es disqualifié) soutient quoi que ce soit à part lui-même et les membres de la mafia, ses nervis et ses affidés... c'est du délire pur et simple !

      Idiot utile au Système c'est une profession. Un boulot. Une profession de foi... C'est vertigineux.

      Tu as voté Hollande il y a un an, et tu en es -toujours- fier ?

      Supprimer
    3. "le PS soutient davantage d'agriculteurs et non des multinationales"

      Mahaha ?! Mais ou donc ? Ils se sont opposés aux OGM de Monsanto ? A la loi interdisant l'utilisation de semences non brevetés ?
      T'es paysan, t"as pas tes semences, non mais allo quoi ?

      Hmm je sens qu'Hollande va devenir un farouche opposant à la future loi européenne interdisant aux citoyens de cultiver leur jardin, comme en NZ...

      Supprimer
    4. Cette affirmation péremptoire mériterait un minimum d'argumentation, car aucun indice ne laisse présager d'une telle vertu de notre ministre de l'agriculture... à tout le moins !
      Ils n'y ont pas mis un écolo ou un Bové (parce que ne pas confondre) : pas fous...

      Non; les lobbies restent les lobbies.

      Supprimer
  4. Les paysans ? Combien de divisions ? Je crois que ça fait longtemps que la classe politique n'en a rien à battre du monde paysan. Les seuls lobbys à avoir l'oreille des politiques sont les grands céréaliers qui profitent à fond de la PAC. Le petit agriculteur qui se pend dans sa grange (j'aimerais bien connaître le taux de suicide chez les agriculteurs, souvent maquillés en accident du travail d'ailleurs) le Jt de 20 heures s'en cogne. Et pendant ce temps-là, des gens de bonne volonté comme les Bourguignon hurlent dans le désert.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'en suicide 2 par jour, voir la conf de press d'Asselineau plus bas sur ce blog qui rappelle le chiffre , mais ne paniquons pas, les socialistes qui soutienne les paysans vont les sauver...

      Supprimer
    2. Pour abonder dans votre sens, personnellement, à 4 reprises j'ai suggéré l'idée d'une expertise du système d'ordonnancement des produits phytos tel qu'il est pratiqué au Canada et dans certains Etats de l'ouest des USA au CA du CTIFL. Bilan, que dale ! Et pour cause, par cette procédure, les politiques endossent une co-responsabilité environnementale. Ce dont, visiblement, ils n'en veulent pas notamment depuis la crise de la vache folle. L'ordonnancement y est effectué sous conditions que le praticien-paysan ait bien mis en place toutes les techniques alternatives aux pesticides officiellement validées. Chaque exploitation agricole ou horticole doit pouvoir mettre à disposition des autorités sanitaires concernées une parfaite traçabilité des cultures et des justificatifs desdites techniques mises en place. Ce faisant, quand une forte pression parasitaire menace en un ou plusieurs foyers de franchir la digue préventive des dites techniques alternatives, le recours à des molécules est soumis à l'expertise du représentant technique de l'autorité sanitaire locale. En France on prétend fixer un objectif de réduction du nombre des molécules de près de 50% pour le seuil de 2018, c'est le trop célèbre Grenelle 2 de l'environnement que des équipes de bras cassés ont entériné sous la houlette de Borloo.
      Bilan des courses au pays du "Discours sur la Méthode" : Certains parasites ne disposent plus du tout de molécules autorisées sur certaines cultures (les AMM ne sont pas délivrées en bloc pour toutes les cultures, on fait même la distinction des différents modes de cultures pour la même espèce..), ce sont les usages dits "Orphelins". et puis il y a les usages dits "Mineurs" qui ne comptabilisent qu'une, voire, maxi deux molécules. Ce faisant, les praticiens ne disposant que d'une molécule par exemple sont contraints de procéder à plus d'interventions-applications -traitements phytos qu'antérieurement car les phénomènes de résistances sont amplifiés. Bilan : plus encore que jamais de quantités de phytos sont donc tripatouillées par les praticiens au risque de leur santé et conséquemment déversées dans mère nature. En sus de ce scénarios d'abrutis finis, les paysans de la CR notamment, bien encouragés par ceux de la Fédé (FNSEA), réclament à corps et à cris des dérogations pour autoriser la dernière molécule retirée du marché dans la cas des usages orphelins. Pour ce faire, il faut que les instituts techniques dédiés aux cultures concernées puissent apporter la preuve que de façon tangible aucune technique alternative prise séparément (ce qui est un non sens patent) ne soit à hauteur de 50% de l'efficacité de ladite molécule. Or, les ingénieurs que l'on charge de ce travail sont exactement ceux-là mêmes qui ont à charge d'oeuvrer dans la recherche appliquée des techniques alternatives. Bref, du travail de Pénélope, on met en conditions de travail ubuesques en faisant défaire le travail qu'ils sont sensé entreprendre avec la foi du...druide très souvent. Un détail assez piquant de l'état d'esprit au sein de ces techniciens, ce n'est qu'à l'approche de la retraite que certains d'entre eux OSENT s'affranchir de tutelles assez rigides pour poursuivre la voie du bio.Ceci, pour continuer post-retraite à se réconcilier avec leur propre conscience, éloquent non ?

      Supprimer
    3. Juste une précision, quand au Canada une combinaison de plusieurs molécules est indiquée sur l'ordonnance, c'est pour n'intervenir ponctuellement que sur les foyers susceptibles de faire franchir la digue préventive des techniques alternatives. Les quantités administrées sont donc calculées après vérification sur le terrain sur la base du nombre de foyers et des surfaces concernées. La panoplie permet des alternances destinées à garantir un maximum d'efficacité en moins de trois interventions. Ce système permet donc d'assurer un réel filet de sécurité face aux pressions parasitaires tout en oeuvrant à intégrer au fil des validations des techniques préventives qui mises bout à bout contribuent à en réduire l'intensité. Une expertise de cette forme de procédure devrait donc confirmer ou infirmer le fait que la réduction des volumes de pesticides est effective et que la productivité en termes d'alternatives y soit supérieure ou égale à un panel d'autres procédures.Ceci, dans un contexte de maintien d'efficacité économique des filières et des exploitations. Démarche logique et à caractère scientifique. Dans l'hypothèse d'une validation complète ou partielle de ce genre de procédure, cela ne veut pas pour autant dire qu'il faille la répéter à l'identique. Nous, les héritiers des Celtes, sommes assez créateurs pour imaginer une procédure encore plus aboutie." Eta, voilà!" comme on dit en franbasque !

      Supprimer
  5. Une voiture homologuee aux US pourra être vendue telle qu'elle ici. Et inversement.
    Un fromage autorisé ici pourra être commercialisé aux US.
    La viande US pourra venir ici.
    toutes les normes des uns seront acceptées par les autres.
    On voit déjà certains lobbies d'exciter et demander des exceptions .. culturelles.
    Arf...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait chercher mais il me semble que pour le traité transatlantique, il y aura primauté du droit américain.

      Supprimer
    2. ((Suite et fin))

      On marche sur la tête. L'objectif est de réduire les quantités employées. Ca ne se décrète pas avec un grenelle assorti de zéro méthode. Les réalités économiques font que le passage d'un système trop exclusivement construit sur des schémas technologiques ne cessant de participer à des pressions parasitaires sans cesse croissantes vers un système dit bio ou presque est avec ce genre d'approche une mission IM-PO-SSI-BLE !
      Le seul responsable environnemental reste donc le paysous et qu'il se démerde avec des schémas technologiques pensés pour tout sauf pour la prévention sanitaire, et aux politiques des effets d'annonce pour paraître environnementalement corrects. Voilà donc le summum de l'esprit des lumières !

      Supprimer
  6. ça choc personnes cette accord divin qui sort de nuls part.

    RépondreSupprimer
  7. En Franche, nous avoir l'exception Multi-Culturel.

    Ce pléonasme va nous sauver.

    Notre PIB est assuré, mais pas la retraite.


    Misère.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.