jeudi 20 juin 2013

Panique sur le money market chinois

Le taux de la liquidité interbancaire à 1 jour (overnight) est monté à 25% !
China Interbank Market Freezes As Overnight Repo Explodes To 25%
ZeroHedge, 19/06/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


En clair, les money markets sont gelés. Plus personne n'a de liquidité, et le peu qu'il y a, personne n'a assez confiance dans les autres banques pour les leur prêter.


Idem sur le Shibor, qui représente les taux interbancaires, sur durée un peu plus longue :
SHIBOR Signaling Stress in the Financial System - Liquidity Crunch
Jesse's Café Américain, 18/06/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien





Fitch says China credit bubble unprecedented in modern world history
The Telegraph, Ambrose Evans Pritchard, 16/06/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
China's shadow banking system is out of control and under mounting stress as borrowers struggle to roll over short-term debts, Fitch Ratings has warned.

The agency said the scale of credit was so extreme that the country would find it very hard to grow its way out of the excesses as in past episodes, implying tougher times ahead.

"The credit-driven growth model is clearly falling apart. This could feed into a massive over-capacity problem, and potentially into a Japanese-style deflation," said Charlene Chu, the agency's senior director in Beijing.

"There is no transparency in the shadow banking system, and systemic risk is rising. We have no idea who the borrowers are, who the lenders are, and what the quality of assets is, and this undermines signalling," she told The Daily Telegraph.

The ratio of credit to GDP has jumped by 75 percentage points to 200pc of GDP, compared to roughly 40 points in the US over five years leading up to the subprime bubble, or in Japan before the Nikkei bubble burst in 1990. "This is beyond anything we have ever seen before in a large economy. We don't know how this will play out. The next six months will be crucial," she said.

"There is no way they can grow out of their asset problems as they did in the past. We think this will be very different from the banking crisis in the late 1990s. With credit at 200pc of GDP, the numerator is growing twice as fast as the denominator. You can't grow out of that."

La Chine n'arrive pas à rebalancer son modèle économique vers plus de consommation. C'est même l'inverse qui se produit. La part de la consommation dans le PIB est au plus bas (chiffres de 2010) :



China Joins The Broken "Keynesian Multiplier" Club
ZeroHedge, 18/06/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
as the chart below shows, China now has a Keynesian multiplier problem of its own. Even as the Chinese politburo and the PBOC have been injecting an ever increasing amount of credit into the private sector - the primary source of Chinese growth - the incremental GDP growth has been trending lower, and lower, and lower...

  • The good news: unlike in the US, the multiplier is not yet negative, as there still is some GDP reaction in response to every "credit impulse."
  • The bad news: each successive GDP response is weaker and weaker, even as the credit injection has no choice but to be larger and larger.

4 commentaires:

  1. Aucun problème.

    Petit rappel :
    -le pays est géré par un gang mafieux (le PCC), l'équivalent en plus dur de nos propres gangs mafieux (Bruxelles, BCE, FED etc.)

    -leur monnaie n'est pas convertible

    -ils sont intelligents (la Chine nous enfile depuis 2002, date de son entrée dans l'OMC).

    -La Chine excelle dans le mensonge, la dissimulation, la coercition. La Chine trafique ses chiffres. Le gang mafieux n'a aucun scrupule.

    -> Donc vous croyez réellement qu'ils vont accepter l'échec et mat technique... qui serait baptisé "crise de liquidité, REPO 1 jour en folie" ?

    Quelle naïveté !

    Ils vont bien entendu intervenir. Et noyer les banques dans un OCEAN de liquidités.

    Circulez, pour le coup il n'y pas grand chose de neuf à voir.

    RépondreSupprimer
  2. Même réflexion concernant le cirque de la FED (hier...) avec le "tapering".

    Ca devient grotesque...

    Maintenant, Bernanke ose nous parler de "milieu 2014"... C'est toujours "demain". ;-)

    Bernanke est usé jusqu'à la corde. Le décalage entre discours et faits va finir par être trop gros.

    C'est pour cela qu'ils ont prévu de le remplacer fin 2013, debut 2014 par une femme (qui est encore plus "dove" que Bernanke).

    Ils maîtrisent parfaitement la gestion des perceptions, c'est extraordinaire.

    Mais rien, bien entendu ne changera. La FED ne peut pas laisser les taux filer, ni ne peut arrêter les injections.

    Idem en France. Les mecs nous disent : les OAT françaises 10 ans grimpent en flèche...

    2 bémols :
    -il suffit de voir le chart long terme... En 2009 on était à 5 % ! Et là on est à... 2,24 %... Bref, on a de la marge.
    -et bien entendu, les crapules de bruxelles, la BCE et notre gang national ne peuvent laisser filer les taux français... Donc ils interviendront FED style. C'est tellement évident, et téléphoné...

    RépondreSupprimer
  3. Oui les chinois sont rusés, plan en trois temps:
    1) ils privent leurs banques de liquidité
    2) pour parrer leur illiquidités leurs banques vendent des actifs t-bonds pour avoir du liquide: Les taux US ce tendent et le dollar baisse!!!
    3) La FED achète les T-bonds pour maintenir les taux et le dollar en faisant grossir son bilan
    Conclusion: Les chinois emerdent l'occident et se débarasent de leur actifs pourris!!! La FED ne pourras jamais arrêter d'imprimer tant que les chinois ne leurs ont pas revendu tout leur T-Bonds!!!

    RépondreSupprimer
  4. Et voilà le travail, exactement comme je l'avais prévu... Ca n'aura pris que quelques heures.

    D'autres questions ?
    ;-)

    http://tinyurl.com/mrclk5l

    **************************
    Chinese Bank Bailed Out Through PBOC "Targeted Liquidity Operation" Amidst Liquidity Crunch

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.