lundi 3 juin 2013

Revue de presse Babel Express

   Turquie :
J'ai encore du mal à bien comprendre ce qui se joue en Turquie, et à quel point ça a été spontané, ni qui va tirer les marrons du feu, mais le côté cul entre deux chaises d'Erdogan ne pouvait pas durer encore bien longtemps...
Tout est encore bien confus, et personne n'arrive à avoir les idées claires. Faut laisser décanter, ne serait-ce que pour voir ce que sont réellement ces manifestants, alors que pour l'instant, c'est un mélange de tout et n'importe quoi, alors que tous les mécontentements, mis trop longtemps sous cloche, ont surgi en même temps...

Et pour conclure, on a deux morts à Istanbul selon Amnesty International (romandie), alors que la répression n'y est pas allée de main morte... J'attends donc les déclarations de Fabius expliquant qu'Erdogan massacre son peuple et qu'il ne mérite pas d'être sur cette terre   

   Syrie :

   Babel contre le reste du monde :

   Babel SA, division France :

4 commentaires:

  1. ça va mal ils utilisent leurs VIP grand public nouvelle homme moderne comme substitut des très sérieux minc, attali, BHV ^^

    Et pourtant le CV est très surprenant

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Stéphane_Bern

    RépondreSupprimer
  2. Pourtant ton bon sens devrait prendre le dessus en Turquie.

    -il n'y a pas de conspiration... car la Turquie est l'alliée de l'Empire (regarde son rôle en Syrie).

    -donc, la contestation interne est réelle, pas "téléguidée".

    -ce sont simplement des turcs qui ont en marre du Grand Mensonge, c'est à dire des islamistes "modéré" (le story telling vendu en Europe depuis 10 ans).

    -Erdogan et sa bande avancent masqué, à pas de loups... Ils gagnent en confiance (l'armée a été neurtralisée). Donc instinctivement leurs obsessions islamistes prennent le pas.

    -Le père Erdogan se prend pour le nouveau grand vizir de la Sublime Porte. Et commence à emmerder le peuple : charia, voile, interdiction alcool, etc.

    En tout cas il y a un point positif : tout ce souk mettra (peut-être) un point final aux délires (poussés par les USA) d'intégration de la Turquie dans l'UE !

    RépondreSupprimer
  3. http://actu.voila.fr/actualites/politique/2013/06/03/film-ultraviolent-only-god-forgives-polemique-royal-filippetti_13155504.html

    RépondreSupprimer
  4. Pourtant Erdogan avait tout du dirigeant "modèle". Un soupçon de wahabbisme, une touche de néo-libéralisme, fan de l'UE et de l'OTAN. Le premier à avoir demandé le départ de Moubarak suite aux premières manifs... Place Tarhir !

    Ce retournement de situation, consécutif à la défaite en cours des rebelles en Syrie, va amener le camp de l'OTAN à revoir ses ambitions. On se dirige droit vers un Statu quo, à moins qu'on monte d'un cran dans la nature des interventions. L'option déstabilisation par bandes armées en prend un sacré coup, le retour à un format de guerre plus traditionnel est désormais ouvert.

    Personnellement, je pensais que le camp occidental contrôlait la situation. J'ai désormais des doutes et le point de vue de De Defensa s'avère de plus pertinent.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.