mardi 18 juin 2013

Taille des secteurs bancaires en zone euro

0170 Taille des secteurs bancaires en zone euro
Les-Crises.fr, Olivier Berruyer, 18/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien

(donc, par exemple, pour la France, si 5% des bilans bancaires tombent en défaut, c'est 20% de PIB à ponctionner pour recapitaliser, sans compter l'effet récessif)

Et l'évolution de la taille des bilans bancaires, en enlevant le Luxembourg :


Pour la France, on voit bien le passage de 250% à 400% en 14 ans d'euro qui guérit des écrouelles et fait faire caca des arcs en ciel...

Et en zoomant encore, on voit bien la dictature du sur endettement de tout et tous se mettre en place dans tous les pays importants d'Europe, Allemagne mise à part :


Naturellement, tout ça va s'effondrer. Au premier coup de tabac, la dynamique de fausse croissance générée par la montée de l'endettement va faire pschiiit et va rendre insolvable tout ça...

On comprend que devant la perspective de l'effondrement de cet immense château de cartes, les politiques qui ont été complices de tout ça, parlent désormais d'instaurer le bail in en lieu et place du bailout...

1 commentaire:

  1. Mardi 18 juin 2013 :

    Les banques italiennes ont dans leurs livres 131 milliards d'euros d'actifs pourris (chiffres de mars 2013).

    Les banques espagnoles ont dans leurs livres 167,087 milliards d'euros d'actifs pourris (chiffres d'avril 2013).

    Lisez cet article :

    Espagne/Banques : le taux de créances douteuses monte à 10,87% en avril.

    Les créances douteuses des banques espagnoles ont de nouveau augmenté en avril, à 10,87% du total des crédits, signe des difficultés persistantes du secteur après le transfert d'actifs toxiques à la structure de défaisance, selon les chiffres publiés mardi.

    Les créances douteuses, principalement des crédits immobiliers susceptibles de ne pas être remboursés, ont atteint 167,087 milliards d'euros en avril, contre 162,257 milliards en mars, à 10,47% du total, a annoncé la Banque d'Espagne.

    Indice de la vulnérabilité des banques, les créances douteuses ont commencé à grimper dans le bilan de tous les établissements financiers du pays après l'éclatement de la bulle immobilière en 2008. Elles avaient atteint en novembre le niveau record de 11,23% du total.

    Fortement fragilisé par son exposition à l'immobilier, le secteur bancaire espagnol bénéficie d'un plan d'aide européen accordé il y a un an, dont 41,3 milliards d'euros ont été versés. Dans le cadre de ce sauvetage, l'Espagne a créé une structure de défaisance, ou "bad bank", baptisée "Sareb".

    Les quatre banques espagnoles nationalisées, Bankia, CatalunyaCaixa, NovaCaixaGalicia et Banco de Valencia, avaient transféré leurs actifs toxiques à la Sareb, en décembre, entraînant une baisse du montant et du taux des créances douteuses pour la première fois depuis 17 mois, à 167,45 milliards et 10,44% du total.

    Les statistiques étaient toutefois reparties à la hausse en janvier, avant une nouvelle baisse en février, lorsque quatre banques espagnoles (Liberbank, Caja3, BancoMareNostrum et CEISS) avaient à leur tour transféré leurs actifs problématiques à la Sareb.

    http://www.romandie.com/news/n/EspagneBanques_le_taux_de_creances_douteuses_monte_a_1087_en_avril92180620131108.asp

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.