lundi 15 juillet 2013

Au PS, certains s'insurgent contre cette réforme des retraites qui s'efforce de préserver le status quo et les privilèges de cette partie de rentiers du papy boom

Retraites : Caresche (PS) juge le texte de son parti "mauvais" et "sans ambition"
Le Monde, 15/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Comment jugez-vous le texte d'orientation sur les retraites adopté mardi 9 juillet par le Parti socialiste ?

C'est un mauvais compromis entre la majorité du parti et l'aile gauche qui est sur-représentée au sein des instances. Il n'ouvre aucune perspective de modification systémique des retraites. Le système actuel est illisible pour les Français et profondément inégalitaire. J'attendais que mon parti ouvre ses perspectives, mais son projet ne propose que de s'attaquer au problème de financement immédiat des régimes de retraites. Il écarte toute mesure autre que l'augmentation des hausses de cotisations. L'effort serait donc porté exclusivement sur les actifs et sur les entreprises, ce qui n'est pas raisonnable et qui est injuste. En faisant cela, on taxe le pouvoir d'achat des actifs et le travail. Ce n'est pas parce que le Medef le dit que c'est forcément faux.

Depuis des années, on fait reposer l'effort sur les jeunes actifs qui vont payer pour les générations du baby boom qui arrivent à la retraite et qui en plus ont une perspective de dégradation de leurs pensions. Il faut arrêter de ponctionner les actifs et aller au contraire vers l'alignement.

Par exemple, il n'y a aucune raison à continuer de faire profiter les retraités d'avantages fiscaux alors que leur niveau de vie est supérieur à celui des actifs. Il faut oser poser la question intergénérationnelle dans la réforme des retraites et ne pas se contenter seulement de se tourner vers les entreprises.


Oui sauf que voilà... La génération de goinfres soixante-huitards, il ne leur reste plus que ça comme socle électoral à la dictature maçonnique... Ils ne vont quand même pas risquer de se couper du dernier réel soutien qui leur reste... Regardez le dernier baromètre politique TNS Sofres sur l'analyse de la popularité de Hollande pour vous en convaincre... Pages 7 et 8, où on voit bien une popularité à 15% chez les 18-24 ans (15% !) et à 35% chez les papy boomers. Ou à 35% chez les fonctionnaires, 38% chez les riches, 31% chez les retraités, contre 23% chez les salariés du privé...

Baromètre politique - Juillet 2013

5 commentaires:

  1. Encore un peu plus bas, et il va finir par trouver du gaz de schiste notre cher président ;-)

    C'est incroyable comme ce pays est irréformable. Il va falloir ressortir les fourches si on veut voir bouger quelque chose, c'est pas possible autrement. Même Hollande dans son intervention d'hier semblait abattu, tellement il devait être désespéré par l'immobilisme des structures du pays. Pauvre France.

    RépondreSupprimer
  2. Un peu fatiguant de voir toujours noter dans vos articles "maçonnique" par ci "maçonnique" par là.
    JE comprends très bien votre vision que je partage totalement. Toutefois chez les Francs maçons 90% ne font pas partie de cette élite dont vous parlez.
    Seul une minorité pourissent ce système. Ils sont condamnables bien entendu mais les amalgames n'ont jamais menés à rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Minorité agissante, majorité silencieuse...

      Supprimer
    2. Les amalgames et donc la stigmatisation ne font pas peur sur ce blog.

      Cependant, si on peut difficilement reprocher à un noir d'être noir, le francs maçon, c'est un choix. Et c'est tout de même un choix bizarre fait de costume, de symbole et de rite plutôt étrange.

      On imagine mal quelqu'un de sain adhérer à ces pratiques. Par contre, on voit très bien le magouilleur, le combinard accepter ces contraintes pour bénéficier des faveurs d'une communauté réduite qui rentre en concurrence avec la communauté nationale.

      Si on ajoute que ce club cherche à attirer les personnes de pouvoir et rejette les autres, on a un mélange détonnant.

      Supprimer
    3. La maçonnerie est à la base de l'idéologie babelienne d'homme nouveau hors sol. Et on vit effectivement sous la dictature réelle de cette dernière depuis au moins l'affaire Dreyfus.

      Je constate. C'est tout.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.