samedi 20 juillet 2013

[autarcie] Paillez ! Paillez ! Il en ressortira toujours quelque chose

Utiliser les tontes de gazon
plantes-et-jardin, Rodolphe Grosléziat Du Potager Anti Crise (en Français texte en français )
→ lien


L'idée principale étant toujours de ne sortir aucun déchet vert du jardin, voire d'en faire rentrer.

Mais j'ai quelques soucis pratiques au quotidien dans mon potager chez les autres.

Il est conseillé de faire sécher les tontes avant de les épandre. Or je n'ai pas ce temps-ci, vu que je dois tout faire dans la foulée. Du coup, je dois me restreindre à des paillages peu épais. Ce que je fais parfois, c'est que je mets au compost, et que je l'en ressors la fois suivante quand le haut du composteur a séché.

Mon autre souci, c'est que ce n'est pas vraiment du gazon qu'ils ont mes beaux parents. C'est un joyeux assemblage de mauvaises herbes diverses. Et systématiquement, ce que je tonds est monté à graines. Du coup, j'hésite toujours un peu à composter ou épandre des déchets bourrés de graines. Je l'ai fait plusieurs fois, et pour l'instant, ça ne m'a pas fait d'invasion. Donc je vais continuer... On verra à l'usage...

Pour les branchages, il y a aussi la question du broyeur à végétaux, mais ces appareils m'ont l'air assez peu fiables sur la durée. Et reste la question des très gros branchages. J'ai opté pour une autre technique pour le bois. Il y a un tas de bois empilé qui pourrit par la base. Régulièrement, je récupère le bois bourré d'humus de la base, qui s'effrite quasiment sous les doigts, et je le mets dans un trou creusé juste à côté pour qu'il finisse de composter en terre. A terme, je compte récupérer le terreau comme ça, et du bois extrêmement vermoulu à incorporer dans les potagers à l'automne.

2 commentaires:

  1. début 2006 j'ai acheté un broyeur de 2500 watts (dans les 500 euros à l'époque, il est à 560 aujourd'hui), il est toujours actif aujourd'hui et je m'en sers 6 mois de l'année, de fin août à fin février. le seul entretien c'est l'affutage des couteaux de temps à autre. c'est vraiment un bon inestissement, un exemple d'hététéronomie qui fertilise l'autonomie sans dépasser le seuil de contreproductivité.

    pour ce qui est du bois vermoulu à la limite tu n'as même pas besoin de l'enfouir, tu peux le garder pour l'incorporer en surface à l'automne en sarclant, il se décomposera extrêmement vite. autre avantage: quelque-temps après tu auras par endroits des poussées de pholiotes, en omelette c'est sympa.

    pour ce qui est des mauvaises herbes grainées leur prolifération ne dépend pas tant de leur quantité (il y a de toute façon des centaines de graines dormantes partout dans le sol) mais des conditions qui feront lever ou pas leur dormance, par exemple la renoncule rampante qui prolifèrera en sol humide et compact, l'oxalis qui prolifèrera en sol qui surchauffe en surface l'été, etc.
    cela dit, potagèrement parlant c'est mieux de faire comme une prairie de fauche (herbe que tu laisses monter puis coupes une fois fin juin et de nouveau en août). ça donne des tiges plus ligneuses donc meilleures à composter ou pailler, ça permet à leurs racines de pousser plus profond donc meilleur pour le sol alentour, ce qui aura à terme des effets bénéfiques pour le sol du potager. sans compter la biodiversité qui s'y installe, tant en plantes (lychnis, reine-marguerite...) qu'en petits insectes (coccinelles et autres petits coléoptères colorés) qui s'y promènent en juin.

    RépondreSupprimer
  2. effectivement un broyeur fiable c'est cher ( surtout au vu de la surface de terrain de tes beaux parents ), tu peut toujours broyer de la branchette avec ta tondeuse ( si ton beau pere a pas une tondeuse electrique a deux sous ) , pour le compost tu dit qu'il a secher ? ( tu peut l'arroser pour permettre un meilleur compostage , en effet si il est sec il ne compostera jamais )

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.