vendredi 5 juillet 2013

Bilan d'une année de Hollande

   Part de la dépense publique dans le PIB toujours plus importante,
   Toujours plus d'impôts,
   Toujours plus de dette publique (et même de déficit public),
   Toujours plus de chômage,
   Toujours moins de pouvoir d'achat,
   Toujours plus de distribution de rentes,
   Toujours plus de soumission et de perte de souveraineté,
   Immobilier toujours plus cher,
   Toujours plus d'immigration,
   Toujours plus de festivisme et de dictature maçonnique...

Bref, la routine...

24 commentaires:

  1. Oui mais on ne voit (presque) plus la tronche du nabot. C'est très appréciable je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les votants d'hollande savent ce qu'ils ont perdu mais viennent juste de comprendre ce qu'ils ont gagnés. La pire catastrophe française depuis le Mitterrand. Je préférerais revoir la tronche à sarko que le bisounours idiot qui est à l'Elysée

      Supprimer
    2. Hollande = vaseline
      Sarko = gravier
      Marine = fil barbelé

      Après, cela dépend de tes goûts et de la sensibilité de ton fondement.

      Supprimer
    3. Pas mal même si je trouve que la vaseline de Hollande, ça pique un peu tout de même.

      Supprimer
  2. Zéro pointé à la fois pour le Nain hongrois et la pâte molle hollandaise.

    RépondreSupprimer
  3. Hollande, hologramme de Nabot, pour les technocrates bruxellois...
    En attendant le peuple tient le choc dans son petit potager ;-)
    Xion

    RépondreSupprimer
  4. En résumé : continuation du travail destructeur du sarkouille au nez crochu. Sans doute sont-ils cousins ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas cousins, mais sûrement des frères la truelle.

      Supprimer
  5. Bilan d'une année de Hollande :
    -> Toujours plus de lecteurs du blog "aux Infos Du Nain".
    :)

    RépondreSupprimer
  6. Tu as oublié les crimes d'opinion et le premier prisonnier politique français (depuis longtemps), à moins que cela n'entre dans la rubrique dictature maçonnique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/05/01016-20130705ARTFIG00755-manif-pour-tous-des-magistrats-denoncent-la-legalite-de-l-arrestation-de-nicolas.php

      Supprimer
  7. => Toujours plus d'exode des entrepreneurs,
    => Toujours plus de "progrès sociétaux",
    ...
    Et on n'a pas encore eu le droit de vote des étrangers. On va bien se marrer dans quelques années.

    Bref, bilan tout à fait conforme à ce qui était prévu.
    Et bilan tout à fait conforme au choix démocratique des électeurs.

    Philippe Tesson écrivait, à la veille du 2nd tour :

    "Il faudra à François Hollande des voix du centre et de la droite pour être élu. Inconscience, frivolité ou masochisme ? (...)
    Bayrou, durant toute sa campagne, démolit très judicieusement le programme de Hollande, il démontre avec talent que ce programme met la France en danger et il conclut jeudi : "Je pense que ce programme est inadapté à la situation du pays." Et que fait-il ? Il vote à gauche.
    Il reste quelques heures aux électeurs de droite tentés par le vote Hollande pour réfléchir à la cohérence intellectuelle de ce raisonnement limpide. Masochisme, frivolité, imbécillité, imposture ? En tout cas suicide."

    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/philippe-tesson/philippe-tesson-etre-de-droite-et-voter-a-gauche-un-suicide-05-05-2012-1458434_543.php

    RépondreSupprimer
  8. Dettes souveraines, bulle obligataire, opacité des marchés... Le gendarme de la Bourse est très inquiet.

    La zone euro n'a pas fini de donner des sueurs froides aux marchés financiers. Malgré les mesures exceptionnelles prises par la Banque centrale européenne (BCE) après l'été 2012, afin de tenter d'endiguer la crise de la dette, « l'évolution des risques souverains continue de mériter une grande attention », a estimé mercredi l'Autorité des marchés financiers (AMF). « Certes, la situation s'est améliorée, en l'espace d'un an, mais les événements de ces derniers jours montrent que ce sujet demeure important », a insisté Benoît de Juvigny, secrétaire général de l'AMF, qui présentait mercredi 3 juillet sa cartographie des principaux risques pesant sur les marchés financiers, au cours des prochains mois.

    De fait, en début de semaine, la tourmente politique au Portugal a fait resurgir le spectre d'un retour en force de la crise de la zone euro, le taux d'emprunt à 10 ans du Portugal dépassant les 8% mardi, et entraînant dans son sillage les taux grec, italien et espagnol. Invoquant le « manque de crédibilité » des stratégies de renforcement des finances publiques des Etats européens les plus fragiles, couplé à « des perspectives de croissance moroses », l'AMF estime que de nouvelles « dégradations de notations souveraines ne sont pas à exclure. » Avec, à la clé, « la réapparition de tensions sur les marchés financiers, qui renchériraient les coûts de financement des émetteurs.

    Le risque d'un krach obligataire.

    Autre élément menaçant la stabilité financière, selon l'AMF : les risques « excessifs » pris ces derniers mois par des investisseurs cherchant à tout prix du rendement dans un environnement de taux d'intérêt très bas. « Les investisseurs présentant un fort appétit pour le risque ont obtenu, à moindre coût, les moyens d'acquérir des actifs (risqués, comme les actions et les obligations high-yield) dont la qualité a pu être hâtivement évaluée, ce qui augmente le risque de bulles sur certains segments de marché, notamment obligataire », prévient l'AMF. Qui va jusqu'à évoquer « le risque d'un krach obligataire, plus élevé en 2013 qu'en 2012. »

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20130704trib000774044/dettes-souveraines-bulle-obligataire-opacite-des-marches-le-gendarme-de-la-bourse-est-tres-inquiet.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BA n'as tu pas appris la leçon ? Il n'y aura pas de krach obligataire :

      -d'ici septembre, c'est une certitude (élections générales en allemagne)

      Et ensuite, quasi une certitude d'ici décembre 2013.

      Tu as entendu la crapule Draghi hier ?

      Cet homme, qui a truqué les comptes de l'italie (en tant que patron de la banque centrale italienne) puis ceux de la grèce (en tant que gs), a une fonction bien précise dans le dispositif.

      cet homme a été nommé par merckel et sarkozy... oui oui merckel la soit disante kaiser qui fait les yeux noirs et qui mène une politique "rigoureuse" et qui en a marre de payer pour les pays du sud...

      La naïveté des gens (et la tienne) est confondante.

      Bref, contrairement à FED, BOJ, BOE... la BCE a encore un train de retard (pas de QE).... Il est donc BIEN EVIDENT que la BCE se lancera dans du QE à l'échelle de la zone euro.

      Il n'y aura donc AUCUNE TENSION sur les obligations souveraines.

      On peut leur donner minimum 2 ans.

      Supprimer
    2. Mais pourquoi n'essaies-tu pas de lire un livre d'histoire ?

      L'Histoire nous enseigne une chose : ce genre de constructions supranationales finit TOUJOURS par mourir après 50 ans, ou alors après 60 ans, ou alors après 70 ans.

      Et les patrons des banques centrales sont incapables de l'empêcher.

      Le patron de la banque centrale de l'Autriche-Hongrie a été incapable d'empêcher la mort de l'Autriche-Hongrie.

      Le patron de la banque centrale de la Tchécoslovaquie a été incapable d'empêcher la mort de la Tchécoslovaquie.

      Le patron de la banque centrale de la Yougoslavie a été incapable d'empêcher la mort de la Yougoslavie.

      Le patron de la banque centrale de l'URSS a été incapable d'empêcher la mort de l'URSS.

      Et ce sera exactement pareil pour la zone euro.

      Le patron de la BCE sera incapable d'empêcher la mort de la zone euro.

      Chaque nation européenne reprendra le contrôle de sa monnaie nationale.

      L'euro rejoindra dans les égouts de l'Histoire le florin d'Autriche-Hongrie, la couronne de Tchécoslovaquie, le dinar de Yougoslavie, le rouble de l'URSS, etc.

      Et ce pauvre Mario Draghi n'y pourra rien.

      Supprimer
    3. Vous êtes tous d'accord sur la fin de l'histoire : ça finira mal.
      L'inconnue sur laquelle PERSONNE n'est d'accord, c'est le timing.
      Et ça change tout. Si comme le veulent les USA ça prend toute une vie, c'est tout bénef.
      Comme le disait le GEAB dans un bulletin visionnaire (en 2010 je crois) tout dépendra d'un rêve chinois : sortir du système et lâcher le consommateur US qu'il biberonne à crédit.
      On craignait qu'ils le fassent et s'assument comme première puissance mondiale.

      Et finalement non.

      Ils ont l'air même de préférer ce statu quo. Leur élite, en fait, rêve d'imiter l'Occident. Le Brésil n'est pas content de brader ses ressources ? Paf le Brésil ! ça lui servira de leçon ! Les Russes sont des chieurs incontrôlables, mais ils n'ont plus la carrure pour servir de modèle alternatif au niveau mondial.

      Alors bon an mal an, le QE US va gagner parce qu'au final, on n'a pas d'autre solution globale. Eh non...

      Pour l'Europe, s'arrimer au Grand Titanic est peut-être lamentable sur le plan de la souveraineté, nous ratons sûrement l'occasion de revenir dans l'Histoire, mais aucun de nos politiques n'en a la carrure et c'est confortable : nous coulerons moins vite.

      Je vais passer mes vacances en Thaïlande et profiter une année encore d'un niveau de vie artificiellement élevé, en savourant cette situation qui ne se représentera jamais plus...

      Supprimer
  9. c'était écrit :

    http://www.spox.fr/upload/picM1367781775pic5186b18f89faf.jpg


    RépondreSupprimer
  10. Quelle aurait été la différence si Sarko était resté ???

    Pas mieux voir certainement pire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Immagine, tu lui laisses les clés deux fois de suite, il se croit tout permis, il n'y a qu'à voir Obama, c'est pire la deuxième fois.

      Supprimer
  11. Dire que l'Allemagne paie pour les pays du Sud comme ont voudrait bien le faire entendre et comprendre fait partie d'une vaste imposture, comme si cet argent sortait des coffres de l'état allemand, ce qui est naturellement faux.

    En réalité il s'agit d'un circuit ou les grandes banques d'Europe, Deutch Bank, Société Générale etc... renflouent les petites banques du Sud avec l'argent de la planche à billet de la BCE, puis cet argent revient aux grandes banques pour qu'elles se renflouent elle-même.

    Les 78 milliards de sauvetage du Portugal, payés par tranches, arrivent directement dans les coffres des banques portugaises. Ensuite l'état doit se démerder pour dégager 5 milliards par ci, 5 milliard par là, à travers différentes coupures sociales et des privatisations, pour pouvoir ainsi avoir l'autorisation d'aller emprunter sur les marchés.

    Ce sont des méthodes particulièrement scabreuses, en tout point identiques à du blanchiment d'argent, celui de la planche à billet, afin de reconstituer des fonds propres engloutis par les bulles.

    Malgré la bonne santé économique de l'Allemagne que l'on nous vante, le Deutch Bank est en faillite dans des proportions considérables.

    RépondreSupprimer
  12. pour l'immo, c'est faux, ça baisse.

    RépondreSupprimer
  13. Oui de toute façon c'est le meilleur président depuis De Gaulle
    Oui je sais il en fait peu au niveau changement mais les autres les giscard mitouz chirac sarko on ils fait plus?
    Retournez vous, arrêtez de hurler avec la meute, c'est pas mieux certes mais c'est loin d'être pire. Et par expérience comment ce fait il que cette vindicte est prit son essor peu de temps après son élection, cela me rappelle le mouvement d'opinion qui planait à l'élection chirac/le pen.
    Oui je sais il fait des bourdes. Mais bon on en pourra vraiment juger qu'a la fin mandat, c'est le défaut dans cette "démocratie d'apparence"
    La solution facile:
    Les candidats devraient avoir des programmes détaillés avec des résultats claires.
    En cas de défaillance:
    Dissolution pur et simple du groupe politique porteur, bannissement du territoire a vie de tout ses membres, famille sur 3 générations, confiscation des biens.
    Règle devant s'étendre aussi à l'opposition majoritaire.
    Il sont troubles, menteurs, pour certains malhonnêtes, ayant pour la plupart des conflit d’intérêt contre l’état et les citoyens, pas de problème protégeons nous avec des lois/sanctions.
    Et par la même, montrons la direction aux autres peuples.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas faux ; il fait tellement de compromis que même si tout le monde y perd, personne n'y gagne franchement non plus. C'est la descente molle, et après tout elle fait moins mal que l'élitisme sarkozien assumé.
      Ce n'est pas juste, de dire qu'il favorise les rentes. Tous les ministères sont touchés, même les élus sont culpabilisés d'avoir du patrimoine. Certes l'Etat est le dernier à se couper les vivres, mais il faut voir le dernier collectif budgétaire pour s'apercevoir que les privilèges publics vont se faire rares.
      De toute manière, l'Etat titularise de moins en moins. Il a recours à des CDD à tour de bras, qu'il sabre dans l'ombre et sans bruit.
      On a l'impression qu'à la fin, quand la classe moyenne sera rincée, ne subsisteront que les sortis de grandes écoles : les hauts fonctionnaires et les banquiers.
      Là ça menacera peut-être de révolution, et là peut-être que quelque chose changera (un peu).

      Mais au final on fait comme les USA de l'article ci-dessus : on achète du temps pour le statu quo, et advienne que pourra.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.