mardi 9 juillet 2013

Bruno Bertez : Moscovici invente le mouvement perpétuel

L’Edito du Mardi 9 Avril 2013 : Moscovici invente le mouvement perpétuel Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 09/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Nous avons très souvent exposé le génie inventif des socialistes. Parmi leurs inventions, il y a bien entendu le « free lunch », le repas gratuit, il faut y ajouter ce jour l’invention du mouvement perpétuel. Elle nous vient de Moscovici cette fois.







Selon lui, les hausses d’impôts futures dépendront de l’état de l’économie. Il a précisé « les impôts devront augmenter si la croissance économique ne s’accélère pas, ils pourront baisser si elle repart ». Qu’est-ce que cela veut dire, exprimé non pas en langage de préau d’école ou de journée socialiste d’été ? Cela veut dire que, plus l’économie va aller mal, plus les impôts vont augmenter. Plus la croissance va ralentir, plus on va faire de déflation. Moins la machine économique va tourner, plus on va ponctionner le pouvoir d’achat. Nous supposons donc, comme on ne peut pas contourner les lois de l’économie, que Pierre Moscovici considère qu’il a inventé le mouvement perpétuel dont rêvent les socialistes, la machine à augmenter perpétuellement les impôts. On retire du pouvoir d’achat par l’impôt, ce qui réduit le chiffre d’affaires de l’entreprise France, comme les ratios de dettes augmentent mathématiquement, on augmente les impôts, comme on augmente les impôts, l’entreprise France tourne encore moins vite, etc.

Caresser un cercle et il devient vicieux. On est entré dans le cercle de l’austérité et on pédale dur, le nez dans le guidon, pour ne pas en sortir. Si le projet est, non pas la prospérité du pays, mais la possibilité et l’alibi de changer de système en augmentant le poids des impôts et de l’Etat, alors, là, les socialistes ont effectivement trouvé la solution. Il est loin le temps où ils considéraient que la priorité était la croissance. Maintenant, la priorité, c’est de s’enfoncer dans l’austérité et de se donner de bonnes raisons de le faire.







Pourtant, au plan international, une prise de conscience s’est quand même effectuée. Aussi bien selon le FMI que l’OCDE, on sait maintenant que l’austérité, comme remède à des crises de surendettement, ne conduit qu’à l’échec. Ce qui est normal pour tout économiste débutant, lequel économiste débutant sait que le remède classique de l’austérité ne fonctionne que s’il produit baisse des taux et élargissement de la demande extérieure pour compenser la chute de la demande interne. Tout le monde sait que, dans la situation présente, les taux ne peuvent plus baisser et que la demande externe, l’exportation, ne va pas progresser en raison de l’atonie synchronisée de l’économie mondiale. Les institutions internationales sont en train de réviser à la baisse leurs prévisions de croissance.



On a peine à croire à la fois que Pierre Moscovici puisse être économiste et que ses collègues socialistes de la première gauche acceptent cette imbécillité d’un tour de vis fiscal inversement indexé sur la croissance. Nous sommes au cœur de la faillite du gouvernement, mais nous sommes aussi au cœur de ce que nous avons décrit comme le pouvoir de mentir. Pouvoir de faire prendre des vessies pour des lanternes. L’objectif d’une accélération de la croissance de la machine économique est radicalement incompatible avec les tours de vis fiscaux. L’expérience et la théorie montrent que les ponctions fiscales, non seulement agissent mécaniquement sur le pouvoir d’achat, mais qu’en outre, elles agissent sur le sentiment des agents économiques à la fois par le découragement et l’incertitude. C’est à la fois une désincitation à l’effort et une opacification de l’horizon économique.

Si vous voulez apprendre à nager, il faut accepter de vous jeter à l’eau avant même que de savoir. Si vous voulez apprendre à marcher, il faut accepter d’être déséquilibré et faire le premier pas pour enclencher le mouvement et ensuite faire le second. Il en va de même en matière économique, si vous voulez, dans une situation de déficit de la demande telle que celle que nous connaissons, retrouver le chemin de la marche en avant, il faut injecter de la demande et accepter temporairement, le temps que la machine se relance, un accroissement du déficit. Ce qui relance une machine économique, c’est un peu plus de déficit et non pas un peu moins. Nous n’y pouvons rien, c’est la loi de l’économie. Se serrer la ceinture fait maigrir même si cela, à long terme, est bon pour la santé et le fonctionnement du cœur.



La question que les socialistes ne posent pas, ou plus exactement n’osent pas poser à leurs maîtres allemands, c’est : quand donc et comment arrêterons nous le cercle vicieux. Comment stopperons-nous la spirale de la régression. Personne ne le sait et évidemment pas les Allemands qui se moquent bien de la situation de la France du moment qu’elle courbe la tête, qu’elle baisse l’échine, et surtout qu’elle ne lui coute pas plus cher en donnant le mauvais exemple aux périphériques. Car la fonction de l’austérité française dans le système européen est une fonction d’exemple.



Les pays du nord considèrent que la France est ce que l’on appelle « on the edge », sur le bord, et qu’à ce titre, elle doit donner l’exemple aux périphériques. Schäuble l’a répété clairement à maintes reprises dans son cynisme. La fonction d’exemple dans un système est terrible. Quand un individu se rend coupable d’une petite faute, l’esprit de justice implique que la punition soit proportionnée à la faute. Lorsqu’il s’agit en revanche de faire peur, de donner en exemple, alors les soi-disant juges font exprès de disproportionner la peine à la faute. Il ne s’agit plus de réparation et d’équivalence, il s’agit de terroriser. De gouverner par la peur. La France est la cible de cette terreur, les socialistes soucieux de garder le pouvoir, de ne pas être balayés, sont les intermédiaires, ils appliquent les peines décidées par les Allemands dans le cadre de leur gestion du système européen. La leur, celle des Allemands.



Autre remarque, il est absolument sidérant de la voir la docilité des troupes socialistes et de la presse face à pareilles affirmations. Il ne se trouve personne dans le cloaque majoritaire, à part Mélenchon heureusement, pour relever l’imbécillité révélée et la désespérance induite par ce mouvement perpétuel vers le bas.

Nous insistons : tout ce qui est erreur économique, idiotie et injustice sociales, constituent un pas de plus vers le changement de système. L’agenda des hommes au pouvoir n’est plus économique du tout. C’est un agenda personnel, à savoir comment survivre, et un agenda politique, comment ancrer plus profondément le socialisme. Le socialisme ne sait produire qu’une chose…du socialisme. Produire des richesses, il ne sait pas. Et l’emploi dans tout cela ? Eh bien, on va produire de l’emploi socialiste, de l’emploi aidé, subventionné, qui va augmenter le déficit ; on va payer des gens à ne rien faire (ou presque), et on va ponctionner ceux qui, eux, produisent. On va produire de l’emploi socialiste, c’est le joker secret de Hollande et de Ayrault pour infléchir la courbe du chômage, conformément à leurs incantations.

Pendant ce temps, du côté de la pseudo-droite on fait joujou à cache-cache, à Sarkozy, pas vu pas pris, à Sarkozy, un coup, je te vois, un coup, je te vois pas.



Les Français sont orphelins de leur représentation. Faut-t-il s’en plaindre ? Vous connaissez notre philosophie. Bien sûr que non. Laissés à eux-mêmes, les enfants finissent toujours pas grandir et devenir adultes, nous sommes persuadés que les Français, au fil des jours, au fil des mauvais coups reçus, se fortifient et s’adaptent. Et finalement, c’est l’essentiel.


Il va y arriver un moment où comme en Grèce, l'adaptation va consister pour la partie la plus productive/travailleuse de la population, à sortir du système, par tous les moyens... On y est.

D'ailleurs, un petit commentaire reçu :
Encore un gros caillou dans la chaussure de tous les imbéciles heureux et les gauchistes : la loi des conséquences inattendues et la courbe de Laffer.

Eh oui... tu augmentes les impôts et les taxes comme un hystérique, je m'adapte.

Mais ça, l'esprit malade de tous les socialos démiurges sont incapables de le comprendre.
L'emploi à domicile dévisse après les hausses de charges
Le Figaro, 09/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Au premier trimestre, le volume d'heures déclarées en emploi à domicile a baissé de 3,8 % comparé au dernier trimestre 2012 et de près de 8 % en un an, d'après les dernières statistiques de l'Acoss. «Cette évolution s'explique par une baisse simultanée du nombre d'employeurs et du volume horaire moyen par employeur», écrit la banque des Urssaf.

Bref tous les voyants sont au rouge dans ce secteur clé qui emploie 2,2 millions de personnes. Pis, jamais le recul des heures déclarées, amorcé depuis deux ans, n'avait été aussi prononcé.

10 commentaires:

  1. Les Français vont très mal, selon le New York Times :

    http://www.lefigaro.fr/international/2013/07/08/01003-20130708ARTFIG00578-les-francais-vont-tres-mal-selon-le-new-york-times.php

    RépondreSupprimer
  2. Mosco-Vichy au ras des paquerettes, le degré 0 de l'économie, et c'est parce-qu'il est nul qu'il est là, pour ne pas faire d'ombre à notre Neu-neu Ier. Et pdt ce temps, Sarko. LOL. Qd on lit ce qu'il dit, franchement c'est tragique, on est dans une sacré m... là, il n'a tjs rien compris, tjs plus d'Euro(pe), car l'Europe c'est la paix ? L'imbécile devrait savoir que c'est la paix qui a fait l'Europe. Le mec touche ses chèques de Goldman & Co avec ses conférences, il est totalement déconnecté, nul doute qu'il leur a demandé de mettre la main à la pate, pour le renflouement de l'UMP, alors forcément à un moment il faudra renvoyer l'ascenseur. Et l'ascenseur ce sera la poursuite de l'agenda Euro(péiste) contre le peuple. Et Mélanchon avec son agenda populiste et un programme éco qui va droit à la cata, Marine et son programme national-extrême-socialiste, nouvelle purge en matière économique. 'Tain, 0 espoir, c'est gris partout, il faut vraiment dégager tous ces guignols. Cela devient m^ urgent, si ce n'est déjà trop tard. Car si en Automne, la réduction du QE se confirme, alors on va perdre le contrôle des taux. Tragique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelqu'un doute encore que des types comme Moscou-Vichy (lol) ne soient là que pour tondre encore plus les français ? Pensez-vous encore vraiment que ce n'est que de l'incompétence et pas l'application sans pitié d'un plan de destruction massive ?

      Pendant ce temps huit millions de français crèvent lentement dans la précarité.

      http://www.dailymotion.com/video/xxycd3_illusions-sociales-realite-mondialiste_news

      Jusqu'à quand ?

      Supprimer
  3. Un article (de plus) sur l'informatisation de la bourse
    Citadel securities, je crois qu'il y a déjà eu un reportage sur cette boite

    http://money.cnn.com/2013/07/08/investing/stock-market-citadel/index.html?iid=HP_LN

    - Citadel executes one out of every eight stock trades in the United States

    - About 40 people "run" the trading floor, but they are simply overseeing computers that use algorithms to fill and route stock orders.

    - About 20 programmers create the computer algorithms that decide how to execute each order, and what to send to public exchanges or so-called dark pools.

    - Dark pools may sound like the favorite haunts of Star Wars villains, but they are simply venues where buyers and sellers can submit bids without disclosing them to the public markets

    - "All the decisions are made by the computers," Jamil Nazarali, Citadel's head of electronic execution


    RépondreSupprimer
  4. Concernant "L'emploi à domicile dévisse après les hausses de charges", voilà encore une belle hypocrisie des pseudo-libéraux. Ces pignoufs font des bonds sur place en s'époumonant "Hausse d'impôts! Courbe de Laffer!" pour s'attirer la sympathie des pigeons. Or ici, c'est toujours la même hypocrisie. On demande moins de charges mais on oublie de dire comment on va compenser le manque à financer pour les prestations chômage et des pensions de retraites.

    Messieurs les prétendus libéraux, avancez à découvert et assumez honnêtement les baisses de prestations chômage et les réduction de pension de retraite.

    ps: moi je suis pour les baisses de prestations chômage et les réduction de pension de retraite.

    RépondreSupprimer
  5. Zone euro : chômage pour le mois de mai 2013 :

    1- Médaille d'or : Espagne. 26,9 % de chômage.

    2- Médaille d'argent : Grèce. 26,8 % de chômage.

    3- Médaille de bronze : Portugal. 17,6 % de chômage.

    4- Chypre : 16,3 % de chômage.

    5- Irlande : 13,6 % de chômage.

    6- Italie : 12,2 % de chômage.

    Ces six Etats européens périphériques s’enfoncent dans la crise de plus en plus profondément. Leur situation devient désespérée.

    Et les pays qui ont le moins de chômage ?

    Pays-Bas : 6,6 % de chômage.

    Luxembourg : 5,7 % de chômage.

    Allemagne : 5,3 % de chômage.

    Autriche : 4,7 % de chômage.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-01072013-BP/FR/3-01072013-BP-FR.PDF

    Chômage des jeunes de moins de 25 ans :

    Grèce : 59,2 % de chômage des jeunes de moins de 25 ans.

    Espagne : 56,5 % de chômage des jeunes.

    Portugal : 42,1 % de chômage des jeunes.

    Italie : 38,5 %.

    Slovaquie : 34,6 %.

    Irlande : 26,3 %.

    RépondreSupprimer
  6. Il ne s'agit pas de demander moins de charges.... Il s'agit simplement de reconnaître (mais les gauchistes ont un problème ontologique avec l'acceptation du réel) une règle universelle : laffer.

    Cause / effet.

    J'appuie à gauche, ça pète à droite. C'est indépassable.

    Cela étant posé, ton inférence est en plus absurde. Baisses de charges, donc il faudrait compenser le "manque à financer".

    C'est un raisonnement typiquement shadock.

    Il n'y aurait pas de de "manque à financer" si en effet notre système n'était pas devenu fou avec une quantité stupéfiante de promesses intenables et de faux revenus.

    Pour synthétiser : je suis d'accord avec ta conclusion, mais en totale opposition avec le raisonnement.

    Bien entendu il faut baisser les "faux" revenus, dans lesquels nous baignons depuis 30 ans.

    Là aussi indépassable : nous ne couperons pas à un appauvrissement général.

    Mais qui nous renverra au niveau que nous n'aurions jamais dû quitter (c'est à dire un niveau de vie corrélé avec notre... production).

    Bref, finie la ptite auto, finies les vacances au Crotoy, fini l'Ipad, finis les délires socialistes.

    Franchement, c'est une perspective réjouissante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. excellente réponse, j 'appuie.

      Supprimer
    2. Super pipotage pour éviter de dire simplement que "charges=prestations".

      Augmentation de prestation = augmentation de charges.
      Diminution de prestation = diminution de charges.

      Laffer n'a pas sa place ici.

      Supprimer
  7. oh un décroissant de droite!!
    La croissance à crédit c'est plus d'argent pour le capital et moins pour le contribuable!!
    Il n'y a pas que l'état qui profite de la consommation, sur une petite auto il y a une marge pour le constructeur, une pour le concessionnaire et des taxes pour l’état…
    Avec la prime à la casse l’argent de l’état allait directement dans les poches des constructeurs !!!
    Avec le scellier l’argent du contribuable directement dans la poche des promoteurs et dans le gonflement de la bulle immo…
    C’est le principe du capitalisme fordien la consommation fait la croissance et la croissance fait la consommation !!!
    Hors pour rembourser la dette il faut de la croissance et depuis trente ans la croissance se fait à crédit donc par la dette !!
    Ce système est fou !!!
    Laffer non cul la récession mondial (1929 en 10 fois plus fort ), tu vas bientôt bientôt découvrir ce que cela veut dire!!!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.