dimanche 21 juillet 2013

Catastrophe pour l'élite qui nous cultive comme des tomates hors sol : l'exode rural est désormais l'exode urbain, et les français se déPIBifient massivement

Et soyez sûrs que chaque fois qu'une famille d'actifs fuit la ville pour la campagne, c'est pour vivre aussi bien, mais avec moins de revenus. C'est à dire du PIB ponctionnable en moins, de la décroissance...

Bref l'horreur pour notre élite qui nous cultive comme des tomates hors sol...

Exode rural en France
Wikipedia, 21/07/2013 (en Français texte en anglais )
→ lien
Les habitants des villages ne représentent que 20 % de la population française, mais leur nombre est en constante augmentation depuis les années 2000. Ce phénomène devrait s'amplifier dans les quinze prochaines années. L'arrivée de citadins modifie la physionomie des villages depuis les années 2000. La population y est désormais presque aussi jeune, riche et éduquée que dans le reste du pays. Elle exerce dans les mêmes catégories socioprofessionnelles.



La population rurale française en hausse, par rapport au reste de l’UE
euractiv.fr, 21/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La France fait figure d’exception par rapport à la moyenne européenne. En 2010, la population a augmenté dans ses zones rurales. L’Hexagone affiche une hausse de 5,1 habitants sur 1000 dans ses campagnes, selon des chiffres révélés par l’office européen des statistiques (Eurostat), vendredi 30 mars.

+0,5% d'habitants à la campagne, en 2010. Et on y voit que la population de la campagne croit désormais aussi vite que les villes.


L'avenir des campagnes
Sénat, 21/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
De fait, depuis la fin des années soixante-dix, le solde migratoire est devenu positif dans les campagnes et, depuis 2000, il en va de même du solde naturel (naissances moins décès).

Et avec l'effondrement économique, le climat de plus en plus invivable des villes avec son immigration la chance déracinée, je vous parie ce que vous voulez que ce phénomène va exploser... Surtout que pour compenser, nos élites traitres ne manqueront pas de faire venir toujours plus de déracinés. Il y va de la survie de la République, "quand même" ! (comprendre la survie des giga bilans de nos groucho banques et le paiement des rentes à crédit de la bureaucratie ponctionnaire, cet ami qui nous veut du bien)...

Sauf que voila, à voir les chiffres de la croissance, les résultats Pisa, remplacer les fuyards urbains par des déracinés importés, ça fonctionne pas. Et ça coûte plus que ça ne rapporte... Mince alors. Moi qui croyais qu'un suédois, un vietnamien et un malien étaient parfaitement interchangeables ! Quelle déception...

D'ailleurs, on le comprend bien dans cette publication de l'INSEE, où comme par magie, après 2000, la population française s'est mise à augmenter de 412 000 par an alors qu'elle n'augmentait plus que de 211 000 entre 1990 et 1999. C'est de l'ordre de la magie quand même, pour un pays vieillissant comme le notre !

En gros, la population urbaine ne continue d'augmenter que grâce à l'immigration, tandis que le péri urbain explose, et que la campagne est repassée à +75 000 habitants par an. Et pour la campagne, ce n'est qu'une moyenne d'un chiffre en hausse entre 1999 et 2007. Autant dire qu'en prolongeant la tendance, aujourd'hui, en 2013, on doit être entre 120 000 et 170 000 par an de solde positif pour la campagne. Vues les tendances, ça va s'inverser dans pas longtemps... Et la population rurale va commencer à grossir plus vite que la population urbaine (ce qui signifie une augmentation de la part des ruraux dans la population totale).





Et rappelez vous que ces chiffres datent d'il y a 10 ans. De bien avant la crise et le grand effondrement... Et le développement d'Internet...

Merde alors ! C'est quoi cette France de fascos qui veut s'enraciner et surtout, qui refuse de cracher du PIB qu'on puisse traire ? Et puis on l'a dit et redit ! Le modèle, l'avenir, c'est le nomade métis hors sol blougui boulguifié ! Modernité et progrès !

Vite ! Il est plus que temps de sortir la carte des foireux faux écolos/authentiques trotskystes babeliens, pour nous pondre une loi expliquant qu'il est obligatoire de vivre en ville dans un T3 en béton plastique ! On expliquera que c'est pour sauvegarder la surface agricole (même si avec un simple potager dans son jardin, une famille produit bien plus à l'hectare en bio pour elle même, qu'un céréalier agrochimique, mais vu ça rentre pas dans le PIB ponctionnable, ça compte pour rien pour nos zélites)...

En même temps, je les sens le cul entre deux chaises... Parce que si effectivement, ils commencent à utiliser les idiots utiles écolos pour expliquer qu'il ne faut surtout pas construire de maisons à la campagne (méchant étalement urbain, méchant !), notre père Hollande, il vient de Tulle... Amusez vous à aller voir dans google maps à quoi ça ressemble... Hollande, il vient plus de l'enracinement que de l'oligarchie festiviste mondialisée à la DSK...

D'ailleurs, ils ont voté un plan de 20 milliards d'euros pour amener Internet à haut débit dans toute la campagne... Et donc la rendre toujours plus attractive... Mais à mon avis, ils n'ont pas conscience qu'en faisant ça, ils se tirent une balle dans le pied de la croâssance...

Le point de non retour et de diminution irrémédiable de la population urbaine se produira quand les entreprises vont commencer à suivre. Et bien sûr que les entreprises vont suivre. Celles qui ne le feront pas mourront. A la campagne, vous avez les mêmes gens pour 20 à 30% moins cher. C'est l'équivalent d'une délocalisation en Espagne. Jusqu'ici les entreprises n'y allaient pas parce qu'il n'y avait pas de jeunes productifs à y embaucher. Mais si les familles de jeunes actifs productifs se mettent à s'y installer, les entreprises suivront. Et en plus ça, c'est sans compter cette révolution Internet.

Mince alors, les jeunes vont pouvoir se loger pour 3 fois rien. Toute cette belle rente foncière urbaine qui va faire pschiiit... J'en pleurerais presque...

8 commentaires:

  1. dans la même veine : autarcie en grèce : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=6hfS2VhRzqQ

    RépondreSupprimer
  2. Les cités sont des bombes à retardement, il faut s'en éloigner au maximum.
    Même les d'immigrés les fuient et s'installent dans des banlieues calmes.

    Espérons que les entreprises suivent. Il y a peu de travail à la campagne pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que les entreprises vont suivre.

      A la campagne, vous avez les mêmes gens pour 20 à 30% moins cher. C'est l'équivalent d'une délocalisation en Espagne.

      Jusqu'ici elles n'y allaient pas parce qu'il n'y avait pas de jeunes à y embaucher. Mais si les familles de jeunes actifs productifs se mettent à s'y installer, les entreprises suivront.

      Et en plus ça, c'est sans compter la révolution Internet.

      Supprimer
    2. ...et la ville s'installera à la campagne, on voit déjà ça pour les "banlieues ex-campagnardes éloignées" en ile de france. les entreprises se créeront d'elles même, habiter c'est entreprendre et c'est juste un moyen, pas une fin.
      On n'a pas besoin de ces usines à vent modernes qui produisent quasi-que de l'inutile et du nuisible...

      Supprimer
  3. ya qu' aller dans lec centre ville des agglo de + de 100000, ya que des magréb et des africs. Les white y vont plus, vivent en circuit fermé. Bientot les milices dans les villages et petites villes.

    RépondreSupprimer
  4. c'est drôle ils ont importés et arrosés les périphéries de zone devenu sensible grâce au faux argent des papyboomer et maintenant les petit enfants qui ne peuvent même pas habiter dans les T plastiques car eux doivent les payer et c'est trop chère et les locations privés c'est encore plus chère car ils ont baissé il ne faut pas l'oublié les salaires et le ponzi du crédit pour le bien d'une génération tourne au fiasco .
    Maintenant l'adaptation de ces souches est de partir et se proposer pour moins chère encore que les importés subventionnés regroupés dans des zones à fort médiocre travail du bien être des moisi-boomers .
    Dans c'est nouvelle france ou coût de la vie est modeste ou le modèle d'importation n'est pas reproductive car pas assez de rentré d'argent dans les collectivités ( et en plus avec la décentralisation ) ( et la déflation de l'argent disponible ) regardé un peut le devenir de l'ancienne france vue du haut de la tour de babel :

    mamie trop déconnecter du cout de la vie et sur la vidéo le traitement parfait réservé, un logement adapté HLM
    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/chassee-de-chez-elle-a-95-ans_1234058.html

    quand c'est pas le porte monnaie c'est des communautés de fabrication babelienne :

    http://www.atlantico.fr/decryptage/obliges-fuir-quartier-parce-que-blancs-gros-plan-famille-victime-racisme-qui-interesse-pas-medias-stephane-maitre-741275.html

    quand ce ne sont pas des causes communautaire mais des idéologues totalitariste gocho fonctionnaire babelien :

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/12/01016-20130712ARTFIG00391-bordeaux-elle-retrouve-son-appartement-occupe-par-des-bulgares.php

    RépondreSupprimer
  5. Rien de vraiment neuf, il y a 50 ans aussi la pression démographique a conduit à l'expansion urbaine des banlieues des grandes agglomérations, avec entre autres les fameuses "villes nouvelles". Quartier de bobos au début, de migrants aujourd'hui.

    Il ne faut pas croire qu'ils vont laisser les gens s'installer à la campagne comme il leur plait. D'ailleurs je ne pense pas que ces personnes bougent par amour de la campagne, ils vont eux même contribuer à dégrader l'environnement.

    Bouygues et consorts vont se mettre sur le coup et pondre de jolis programmes dès que l'Etat passera à la phase de libération du foncier.

    Et qui c'est qui va construire tout ça? Plus fort que l'exode rural, l'exode de subsitance, appelé aussi immigration, va continuer. D'Afrique, d'Europe de l'Est et du Sud, tant que la France restera attractive.

    RépondreSupprimer
  6. Je partage avec toi cette volonté de revenir au réel et le bien que le retour à la campagne peut apporter le nain.

    Mais je pense qu'encore la très grosse partie des aller vers la campagne est du au fait que les papy boomers partent soit dans le sud, soit dans les coins d'ou ils sont issus.

    Si on regarde les émissions de parpaing à vendre, ont voit pas mal de gens faire du home staging, afin de vendre leurs pavillons à prix d'or pour aller dans le sud, mais même en trouvant des gens pour acheter, arrivés à Nice, Cannes, ou autres villes du genre, même à 1km de la plage c'est hors de prix, alors on va plus loin, à Grace par exemple, et on y achète un maison dans un village, bourgade sympa, mais à 30 minutes de la plage tout de même.

    Plus le fait qu'avec la loi fiscale, il devient moins intéressant de revendre la réside secondaire, alors on vend la principale et on s'installe dans la secondaire.

    Bref, des jeunes y en a, mais pas autant que ça à mon avis.

    Vs

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.