lundi 22 juillet 2013

Charles Sannat : Des pillages de Brétigny à la faillite de la France !

Des pillages de Brétigny à la faillite de la France !
Le contrarien matin, Charles Sannat, 15/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Mes chères contrariées, mes chers contrariens !

Avertissement politiquement incorrect et contrarien : je me fiche de savoir quelle est la composition socio-ethnico-culturelo-CSP-religieuso-originelle de ce que l’on nomme pudiquement dans notre pays en novlangue « les bandes de jeunes ». Je n’ai qu’un seul point de vue sur la question. Un voyou est un voyou. Un brigand est un brigand. Ils doivent être traités comme tels. Rien de plus et rien de moins.

Étant tombé vendredi sur un excellent article consacré à la future crise de la dette de la France, notre pays ayant perdu son dernier triple A je voulais revenir sur ce sujet qui nous intéresse forcément et à plusieurs titres. Comme parents pour le futur de nos enfants ou petits-enfants, comme contribuables, comme retraités, ou encore comme épargnants.

Avant de revenir sur ce thème, et actualité oblige, je souhaitais faire un petit arrêt sur l’histoire de Brétigny et du déraillement du train Paris-Limoges. Quel est le rapport avec l’économie ? Vous allez très vite le voir et il est très important d’en parler, d’en être conscient, et de s’y préparer…

Scène de pillage à Brétigny
Je vais vous citer les passages les plus importants d’un article de dimanche 14 juillet 2013 dont vous trouverez le lien ci-joint.

« Le récit fait par Nathalie Michel, déléguée du syndicat de police Alliance, sur Europe 1, est particulièrement glaçant : « A 17h30, alors que nos collègues interviennent, ils voient un groupe de jeunes qui approchent et qui semblent porter secours aux victimes. Très rapidement, ils se rendent compte que ces individus sont présents pour dépouiller les victimes et notamment les premiers cadavres. »

« Mais samedi matin, Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, et plusieurs autre voix officielles réfutent une partie de ces informations. »

« Le ministre fait état d’ »actes isolés », d’ »une personne interpellée », et d’ »une tentative de vol de portable » au préjudice d’un secouriste. Mais des « véritables actes [de pillage] commis en bande, non », affirme Frédéric Cuvillier.

Il explique n’avoir pas connaissance « de victimes dépouillées ». Il confirme cependant que des pompiers « par petits groupes, ont été accueillis de façon un peu rude. »

Le contrôle de l’information
Vous avez actuellement en cours dans notre pays un véritable scandale en train sous vos yeux d’être étouffé par les plus hautes instances gouvernementales.

C’est une opération de contrôle de l’information fort intéressante à suivre, soit dit en passant. Comment faire pour que quelque chose qui a eu lieu… n’ait jamais existé ?

Lorsque vous avez à faire face à des scènes de pillages sur des cadavres, ce qui a de quoi choquer l’ensemble de notre pays et de nos concitoyens, cela se transforme en novlangue « Hollandaise » en « les pompiers ont été accueillis de façon un peu rude »…

Il est très important de bien réaliser la portée de cette manipulation politique, sociale et linguistique car cela montre parfaitement les limites de l’exercice démocratique dans notre pays et notre unique défaut, la cause de tous les maux qui touchent notre pays.

Elle est pétrie de bonnes intentions du genre, « il ne faut pas mettre le feu aux poudres », il ne faut pas « donner de mauvaises idées aux autres », « quelque chose dont on ne parle pas n’a jamais existé », etc.

Hélas, l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions, et cet autisme qui nous empêche de voir les réalités économiques et sociales que sont les nôtres nous mènera directement à l’enfer. Et nous nous en approchons de plus en plus vite.

Notre incapacité à poser les problèmes et faire les constats
C’était exactement ce que j’expliquais dans mon édito du 11 juillet. Nous nous refusons à poser les vrais constats. Or, lorsque l’on s’interdit de penser, de réfléchir, et de constater, on s’interdit de facto de trouver et mettre en place les solutions appropriées. Nous nous condamnons à une décadence plus ou moins rapide et à une chienlit de plus en plus prononcée.

Or la chienlit est économique et sociale, ce sont deux aspects intimement liés.

Nous ne pouvons que contempler la violence la plus extrême, l’absence totale de morale ou de valeur de la part de ce que l’on appelle pudiquement des groupes de jeunes, et qui ne sont en réalité que des bandes de brigands modernes. Des brigands, des voyous psychologiquement totalement déstructurés ayant l’impression de l’impunité permanente ou presque. Or ils viennent de nous démontrer que dans la chienlit, ils ont dépassé un nouveau stade. Ils pillent les morts et les blessés. N’oubliez pas cela pour le reste des événements.

Revenons donc à la faillite de la France maintenant
C’est un article de Challenges intitulé « La France va connaître une crise de la dette » qui a interrogé Charles Wyplosz, professeur à l’Institut des Hautes Études Internationales de Genève.

Pour lui, les politiques d’austérité européennes vont entraîner une nouvelle crise financière.

Le risque majeur d’un krach obligataire dévastateur pour les banques européennes.

« La crise de la zone euro n’est pas terminée. Le plus grave n’a pas encore eu lieu. D’abord, les dettes publiques ne sont pas soutenables : celles de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne et sans doute de la France. Ensuite, les banques n’ont pas été nettoyées. Pire, depuis 2008, les dettes publiques ont migré dans les bilans des grandes banques européennes, qui ont signé un véritable pacte du diable avec les États. Ces derniers les ont incitées à acheter leurs dettes publiques en leur promettant de les sauver en cas de crise. Aujourd’hui, les établissements bancaires sont donc beaucoup plus sensibles à une remontée des taux d’intérêt, venue des États Unis, qui risque de provoquer de lourdes pertes en capital. »

C’est exactement ce que j’explique depuis plusieurs semaines, notamment dans mon article consacré à l’étude du bilan de BNP Paribas (qui était un exemple). Les banques sont pleines d’obligations. Elles y sont particulièrement exposées, tous leurs fonds propres sont investis exclusivement en obligations d’États plus ou moins pourries… On sait où tout cela va nous mener. On ne veut juste pas le voir.

Il exprime également très bien ce que l’on peut penser de la politique que la Commission européenne demande aux États de mener. Cette politique est désastreuse. Nous le savons.

Cette politique ne fonctionne pas. Nous le savons.

Cette politique nous mène à l’abîme. Nous le savons.

Cette politique nous mène à l’insolvabilité et à la faillite par la déflation et la récession. Nous le savons.

Nous le savons car nous avons le cas grec. Le cas portugais. Le cas espagnol. Le cas italien. Et désormais, en cours… le cas français.

Mais nous continuons quelque chose qui est condamné à échouer. Alors comme il le dit :

« Je suis en colère. La Commission européenne reconnaît son plantage, qui sera enseigné dans les livres d’histoire. Elle a imposé des coupes budgétaires au plus mauvais moment, alors que l’économie européenne n’était pas sortie de la récession. Le résultat, c’est plus de récession, plus de chômage et plus de dette. Mais la Commission persiste dans l’erreur : elle maintient des objectifs de réduction de déficit, alors que nous sommes en récession. »

Il conclut son interview en expliquant que « le succès de François Hollande est d’avoir tenu un an sans que la France ne rejoigne l’Italie et l’Espagne dans la catégorie des pays officiellement en crise de la dette publique. Mais la dette de l’État continue de prospérer et ce n’est plus qu’une question de temps avant que la grande catastrophe arrive. Dans un proche avenir, l’Italie et l’Espagne vont plonger et l’attention se portera alors sur le domino suivant, la France. »

Il a parfaitement raison. Les jours de la France sont comptés financièrement parlant. Lorsqu’arrivera la grande catastrophe financière et que notre pays devra faire face à son insolvabilité, que croyez-vous que cela aura comme conséquences concrètes ?

Vous ne ferez pas face qu’à des difficultés pour trouver des produits de première nécessité, ou encore aux difficultés financières quotidiennes liées à la précarité généralisée occasionnée par le défaut de paiement de la France.

Vous ferez aussi face à des hordes de nouveaux barbares appelés « jeunes de banlieue » et qui rendront, dans la majorité de nos grandes villes, une vie déjà économiquement difficile tout simplement épouvantable.

C’est l’une des raisons essentielles pour laquelle je vous conseille à nouveau le tryptique suivant :
- Maison à la campagne loin des grands centres urbains à l’ambiance qui deviendra délétère et intenable (et qui vous permettra d’avoir un potager, un poulailler et d’améliorer le quotidien de vos gamelles).

- Pièces d’or et d’argent pour protéger votre épargne de la grande banqueroute à venir.

- Plan épargne personnel boîtes de conserve (le confit de canard ou le foie gras existent en boîte de conserve), ainsi qu’une bonne cave bien garnie dans la mesure où la misère est plus supportable avec du bon vin et que ce placement restera également toujours liquide…

Mais tout ce que je viens de vous dire n’existe pas en France
La France ne fera pas faillite puisque, comme vous l’a dit votre Président Hollandouille 1er, la crise est finie.

Les pillards n’existent pas dans notre pays puisque, d’après le sinistre des Transports, il s’agit juste de pompiers accueillis un peu rudement.

Tout va donc très bien, vous pouvez aller vous recoucher tranquillement, en attendant votre prochaine pension de retraite trimestrielle.

Sinon, vous pouvez aussi vous poser la question suivante : s’il se passe lorsque tout est à peu près normal ce qui s’est passé à Brétigny, alors imaginez ce qui se passera lorsque ces bandes de gentils jeunes auront un peu faim ?

Le gouvernement n’y résistera pas. La démocratie non plus.

8 commentaires:

  1. malheureusement , les campagnes sont également touchées par la délinquance ;on y vole , tue et dépèce des animaux , les cambriolages ne sont pas inexistants , la racaille est partout en douce france et ailleurs ; il n'y a qu'un seul moyen de se défendre éfficacement , ce sont les armes ;

    RépondreSupprimer
  2. En socialie :
    -on nie la délinquance importée ou de 3ème génération, barbue et seins nus (qui n'est pas forcément les 3 à la fois),
    -on invente la violence de mères de familles avec poussettes et on place en garde à vue des centaines de veilleurs immobiles.
    Ca ne commence pas à ressembler à une dictature ?

    RépondreSupprimer
  3. c'est pas les politiques d'austérité qui mènent a la crise c'est les tricheries de la finance,je suppose que le nombre de produits dérivés continue a augmenter et qu'on cherche toujours a les faire garantir par le contribuable pour que ce monsieur puisse continuer a spéculer.et puis il y a plusieurs sortes de délinquants:les crapules des cités et les crapules de la finance qui mentent volent et trichent en toute impunité,pas sur que sannat parlera de composition ethno culturelle a propos de ceux cis,personnellement je trouve qu'ils sont très nombreux

    RépondreSupprimer
  4. Lundi 22 juillet 2013 : Eurostat publie les chiffres de la dette publique du premier trimestre 2013.

    La Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, la Belgique, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni, Chypre sont en faillite.

    La dette publique de ces Etats atteint des sommes inimaginables.

    La dette publique de ces Etats est hors de contrôle.

    Les soi-disant « plans de sauvetage » de l’Union Européenne, de la BCE et du FMI sont un échec total.

    En Europe, plus personne ne contrôle quoi que ce soit.

    La question est donc :

    « QUAND vont avoir lieu ces défauts de paiement ? »

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 305,291 milliards d’euros, soit 160,5 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2034,763 milliards d’euros, soit 130,3 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 208,284 milliards d’euros, soit 127,2 % du PIB.

    4- Irlande : dette publique de 204,054 milliards d’euros, soit 125,1 % du PIB.

    5- Belgique : dette publique de 394,220 milliards d’euros, soit 104,5 % du PIB.

    6- France : dette publique de 1870,294 milliards d’euros, soit 91,9 % du PIB.

    7- Espagne : dette publique de 922,828 milliards d’euros, soit 88,2 % du PIB.

    8- Royaume-Uni : dette publique de 1385,701 milliards de livres sterling, soit 88,2 % du PIB.

    9- Chypre : dette publique de 15,342 milliards d’euros, soit 86,9 % du PIB.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22072013-AP/FR/2-22072013-AP-FR.PDF

    RépondreSupprimer
  5. L'ensemble des écrits de C. Sanat: Ayez peur, protégez vous, achetez mes pièces d'or.
    C'est juste un vendeur de pièces et rien d'autre.
    Un peu la même méthode pour Jovanovic en qui j'ai cru mais plus maintenant, il trafique beaucoup trop l'information de manière à ce qu'elle aille dans son sens.

    RépondreSupprimer
  6. Lundi 22 juillet 2013 : Eurostat publie les chiffres de la dette publique du premier trimestre 2013.

    La Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, la Belgique, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni, Chypre sont en faillite.

    La dette publique de ces Etats atteint des sommes inimaginables.

    La dette publique de ces Etats est hors de contrôle.

    Les soi-disant « plans de sauvetage » de l’Union Européenne, de la BCE et du FMI sont un échec total.

    En Europe, plus personne ne contrôle quoi que ce soit.

    La question est donc :

    « QUAND vont avoir lieu ces défauts de paiement ? »

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 305,291 milliards d’euros, soit 160,5 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2034,763 milliards d’euros, soit 130,3 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 208,284 milliards d’euros, soit 127,2 % du PIB.

    4- Irlande : dette publique de 204,054 milliards d’euros, soit 125,1 % du PIB.

    5- Belgique : dette publique de 394,220 milliards d’euros, soit 104,5 % du PIB.

    6- France : dette publique de 1870,294 milliards d’euros, soit 91,9 % du PIB.

    7- Espagne : dette publique de 922,828 milliards d’euros, soit 88,2 % du PIB.

    8- Royaume-Uni : dette publique de 1385,701 milliards de livres sterling, soit 88,2 % du PIB.

    9- Chypre : dette publique de 15,342 milliards d’euros, soit 86,9 % du PIB.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22072013-AP/FR/2-22072013-AP-FR.PDF

    RépondreSupprimer
  7. Oui, dans le village de ma famille (20 km d'une petite ville...) on commence à voir des racailles qui passent dans les rues. Les mecs explorent... C'est en train de metastaser dans les campagnes ou les gens sont physiquement bien plus isolés, comme le couple qui se fait agresser chez lui à la campagne dans Orange Mécanique...

    Le replis à la campagne est une vision romantique dépassée, qui fait trop référence au passé, à la guerre, etc, ce n'est plus valide.

    Il faut regarder comment ça se passe dans les pays violent d'Amérique Latine. La bas les zones de sécurité sont des zones urbaines ou péri urbaines ou les gens se sont rassemblés.

    Il faut également constituer des grands centres carcéraux pouvant contenir du monde comme au Brésil, en appliquant des méthodes américaines, au dela de deux récidives on ne sort plus. Naturellement en expulsant massivement également ceux qui peuvent l'être.
    C'est une question de courage politique, qui sur ça comme sur le reste, n'existe absolument pas. La trahison est réelle, la défense des intérêts des citoyens français ayant été complètement abandonnées au bénéfice de populations exogènes.

    RépondreSupprimer
  8. Oui, déjà entendu 1000 fois comme si on allait passer de la surconsommation et l' obésité à la crise alimentaire ...

    Et bien sûr la France va couler car elle a perdu son triple A, comme si la France pouvait couler toute seule dans son coin.

    Un ramassis de n'importe quoi, on en reparle en 2017 et on dira, incroyable que Hollande ait tenu 5 ans.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.