samedi 6 juillet 2013

de 0% en 2010, 12% du commerce international avec la Chine se règle désormais en yuan

Bundesbank Warns China's Currency "On Its Way To Becoming Global Reserve Currency"
ZeroHedge, 06/07/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Following the most recent shift 'away' from a USD-centric world (with the China-Australia direct currency convertibility), it seems the possibility of China's Yuan as the next global reserve currency is getting closer. The Brits, Germans, and now the Swiss (who just signed a free-trade-agreement with China) are all actively vying to become Europe's Yuan trading hub as it seems the long line of developments to internationalize the currency over the past two years. As Bundesbank board member Joachim Nagel noted in a speech entitled "Reniminbi as a potential reserve currency" this week, "the Chinese currency is well on its way to becoming one of the future global reserve currencies." He noted that, although the USD is still the most commonly-used currency for settling trade with China; from virtually zero in 2010, the Yuan is used to settle over 12% of trading transactions now - and is likley to increase further.

Remember, nothing lasts forever:

2 commentaires:

  1. Beaucoup de confusions dans cet article...

    -d'abord, l'argument historique : oui ok, la monnaie, toutes les monnaies "fiduciaires" ne sont pas éternelles. La belle affaire. Ca ne signifie pas pour autant que le dollar n'a pas encore de très nombreuses années devant lui... et qu'il serait remplacé au pied levé par le RMB.

    -le hub : il ne faut pas confondre "trading" (spéculation) avec vraie monnaie de réserve (celle qu'on planque dans un coffre au frais, si j'ose dire). Donc ça ne prouve rien. Les financiers veulent étendre la spéculation au RMB, et seraient ravis d'avoir des instruments en RMB pour jouer.
    Signe de confiance ? Non. Appat du gain c'est tout;

    -les accords de libre échange. Aucun rapport avec la choucroute. Ce n'est pas parce que la Suisse (les fous !) ont signé un tel accord avec la Chine, que le commerce entre les deux pays sera réglé en RMB.

    -les 12 %... Génial... Mais c'est quoi ? Si par exemple cela concerne quelques gros contrats... ça ne prouve rien.

    -le fond du problème est simple : monnaie de réserve = confiance.
    Pour illustrer cette règle : seriez-vous prêt à avoir, et conserver, des liquidités en RMB ?

    -la réponse est bien entendu "non". Pourquoi ?

    -parce que le RMB est la devise de la Chine, qui est un pays opaque, dirigé par une clique (le PCC), un pays dans lequel the rule of law est une vaste blague, où chacun est à la merci de fonctionnaires corrompus, de petits chefs locaux, où on enferme des dissidents, où on réprime des manifs, où on exproprie etc.

    -j'ajoute : il y a trois choses que font immédiatement les nouveaux riches chinois : ils achètent des propriétés EN DEHORS DE CHINE, et ils foutent leur pognon off shore (Singapour, USA, paradis fiscaux) et ils envoient leurs enfants faire des études à l'étranger.

    Car ILS SAVENT, dans leur chaire, dans leur histoire, en tant que chinois, que ce qu'ils ont aujourd'hui peut leur être enlevé du jour au lendemain.

    -la Chine est un pays où règne l'ARBITRAIRE.

    -Dès lors, retour au problème de fond : la confiance.

    -Peut on faire confiance au RMB ? La réponse est claire, rationnelle, adamantine : NON. Car on ne peut pas faire confiance aux dirigeants chinois, et plus largement au système chinois (pour le moment et pour de nombreuses années encore).

    RépondreSupprimer
  2. Peut on faire confiance au RMB ? La réponse est claire, rationnelle, adamantine : NON

    Entièrement d'accord. Mais alors pourquoi avoir confiance dans le dollar ?

    Et bien parce que personne n'a vraiment le choix
    Les USA sont la 1ère puissance militaire (et de loin)
    Les USA contrôle l'accès aux réserves pétrolières du moyen orient (exceptée l'Iran)
    Les USA contrôle l'essentiel du système de transfert inter bancaire avec SWIFT

    Pour finir, la Chine ne parviendra à imposer sa monnaie qu'à 2 conditions :
    développer un marché intérieur comparable à ceux de l'Europe et des USA réunis et construire un marché obligataire qui à l'heure actuelle reste embryonnaire.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.