jeudi 11 juillet 2013

Dé-civilisation occidentale

A relier aux documentaires de Niall Ferguson sur les killer apps qui ont fait la réussite de l'occident...

Dé-civilisation occidentale
Contrepoints, François René Rideau, 11/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le problème de l'Occident n'est ni un manque de naissance ni un trop plein d'immigration — mais sa propre dé-civilisation.

Dans un pays où règne la civilisation, chaque habitant au cours de son existence en moyenne produit davantage qu'il ne consomme, et ainsi contribue positivement à la société. Aussi, davantage de population, par naissance ou immigration, chaque fois enrichit le pays. Et ni le renouvellement générationnel ni les migrations démographiques ne sont des problèmes, car les vivants se suffisent économiquement à eux-mêmes, ils gagnent leur vie, et n'ont pas besoin de vivre au crochet d'un autrui qu'il faudrait faire venir ou empêcher de partir.

À l'opposé, dans un pays en processus de dé-civilisation, où chaque nouveau citoyen contribue en moyenne négativement à la société, consommant plus qu'il ne produit, davantage de population, que ce soit par naissance ou immigration, ne fait qu'empirer les choses. Et en même temps, moins de population, que ce soit par moins de naissances et d'immigration ou par davantage de morts et d'émigration, ne peut pas sauver le pays; au mieux cela ne peut que retarder un peu l'inévitable chute: le pays mange son capital, et retournera à la barbarie une fois ce capital épuisé.

C'est pourquoi le problème de l'Occident n'est ni un manque de naissance ni un trop plein d'immigration — mais sa propre dé-civilisation. Cette dé-civilisation, rapide pendant les guerres, et lente en période de paix, est aujourd'hui bien avancée ; elle est le résultat de deux siècles de ruine par la social-démocratie, cette guerre permanente de tous contre tous pour le contrôle de tout. Mais comme la source de cette ruine est cette religion totalitaire qui occupe tous les esprits, tous les postes de pouvoir, tous les médias, et tout le système éducatif, il n'y a aucune issue positive possible à l'évolution interne de l'Occident.

L'Occident mourra, c'est une certitude. La pourriture est au cœur même de l'arbre. Les morceaux putréfiés seront dévorés par des masses de petits et grands charognards venus du tiers-monde, et qui déjà sont accourus à l'odeur du mourant. Peut-être un sursaut sauvera-t-il quelques pays atypiques, qui après avoir observé le triste sort de leurs voisins, non seulement se couperont de l'infestation, mais surtout identifieront et aboliront la source de ce mal. Dans l'ensemble, il est fort peu probable qu'ils identifient le mal, si profondément ancré dans leur identité collective. Peut-être, après l'écroulement de l'hégémonie américaine, une invasion russe ou chinoise viendra-t-elle renouveler la civilisation ; mais cela suppose que ces pays eux-mêmes arrivent à cultiver cette civilisation. Là encore, rien n'est sûr, et le pire est plus probable que le meilleur.

Dans tous les cas, c'en sera fini de l'Occident (post)chrétien qui conquit un jour le monde. Il ne restera que des débris, de quoi reconstituer un musée d'une civilisation disparue, d'un peuple qui s'est suicidé au nom d'une religion auto-destructrice, pour laisser place à de nouveaux occupants certes barbares par de nombreux aspects, mais du moins pas suicidaires. L'un dans l'autre, le plus barbare des deux n'est pas celui qu'on croit.


En même temps, tant que les vieux goinfres bafrent bien, c'est l'essentiel. Après eux le déluge...

22 commentaires:

  1. Je suppose que l'auteur de ce texte n'aura même pas l'honnêteté intellectuelle de se classer dans les "charognards", alors qu'il "produit moins qu'il ne consomme".
    Parce que se contenter d'émettre des critiques négatives, et ne rien proposer et faire de constructif, c'est juste bon à accélérer la "dé-civilisation".
    Allez, encore un tordu de la logique, dont les raisonnements sont justes bons à mettre à la poubelle...
    Vivement que ce blog retrouve un peu de cohérence dans le raisonnement.

    RépondreSupprimer
  2. Même si je dois reconnaitre que le boulot accompli sur la récolte d'information sur le jardin est assez impressionnante, et doit mobiliser toute l'énergie du nain...
    Ce qui se fait au détriment de la profondeur de réflexion sur les sujets de société.
    Après, je n'émets pas de jugement, car la centralisation d'infos sur le jardinage est à mon avis sûrement bien plus importante que beaucoup d'autres sujets.

    RépondreSupprimer
  3. Comment donner du crédit à un article qui parle de l'"Occident" ? A ce niveau de généralité, ce "billet d'humeur" a autant de sérieux qu'un horoscope...

    "L'Occident mourra, c'est une certitude."

    Bravo pour cette splendide prédiction, mais est-ce pour demain matin ou pour dans 3000 ans ? Moi je dis que de toute façon, rien ne sert de bouger, car de toute façon le soleil aussi finira par mourir.

    Bon bref, que pouvons-nous objectivement tirer de ce genre d'article ? Réponse: rien, tellement il est creux, vide et aigri.

    Très cher Nain, mieux vaut ne rien poster plutôt que nous faire perdre notre temps avec ce genre de billet...

    RépondreSupprimer
  4. J ai du mal à faire le lien entre le titre , le texte et la video.
    Pour la vidéo c'est clair, hou les vilains fonctionnaires !!!
    pourtant c'est bien expliqué : les commerçants parient sur une capitalisation autre que la retraite. Et pour le coup aucun chiffre de ce qu'ils ont mis à gauche, de ce qu'il n'ont pas déclaré etc etc.
    (pour rappel on a la même chose pour les artisants et tous ceux qui peuvent "palper en fraîche".
    à l'autre extrémité, les fonctionnaires et on note tout de suite que l'écart à la moyenne des cadres du privé est bie là mais mais pas démesurée (# 20% qd même). Et là aussi c'est très bien expliqué il y a beaucoup plus de cadres dans la FP qu'ailleurs.
    rien que dans l'enseignement c'est bac + 5 mini. faites le compte.
    reste les agriculteurs et employés. le présentateur parle d'agriculteur et d'ouvrier agricole et je suis surpris du mélange de genre. Le premier est patron et propriétaire de l'exploitation pas le deuxième. le premier peut amortir son habitation principale dans l'exploitation, pas le deuxième. J'aimerais pouvoir vérifier si les premiers ne serainet pas dans un profil du type "commerçant".
    Quant au comparatif ouvrier agricole Vs ouvriers_employés, cela confirme ce que tout le monde savait depuis longtemps, vaut mieux aller à l'usine que rester à la ferme.
    En conclusion, beaucoup de bruit pour pas grand chose.

    RépondreSupprimer
  5. Les pays ne mangent pas leur capital!! Le capital mange les nations et les peuples !!!
    Le capital réel, les moyens de production sont délocalisés, on ne meurt parce que l'on ne produit plus ce que l’on consomme, pas parce que l'on consomme plus que ce qu'on produit!!!
    Trouvez-moi des produits manufacturés de grande consommation (un jean ou un meuble d'entrée de gamme) produit en France, en Belgique ou en Angleterre!!!
    Il ne faut pas confondre, les peuples occidentaux se sont suicidés en laissant la classe dominante les dépouiller du capital réel à leur seul profit!!
    Écoutez la chronique de Nicolas Doze sur « les riches » en France de ce matin ou regardez l'évolution des inégalités dans les pays occidentaux depuis le virage Néoconservateur (le terme néolibéral n’est qu’un simulacre, où est le libéralisme dans ce paradigme : les profits pour eux et les pertes pour nous) Tatchero-Regeanien: le temps n'est pas si mauvais pour la ploutocratie!!! Le monde ouvert, le libre-échangisme (bien, service, capitaux, personnes), les délocalisations, les optimisations fiscales, la grande théorie du « travailleurs de tout le pays concurrençaient vous », la financiarisation, l’asservissement par la dette (toujours plus pour les marchés, toujours moins pour les peuples: les augmentations d'impôts qui font grincer les dents, c'est pour les banques, les marchés et les gros épargnants, c'est pas pour l'état mais pour ses créanciers) et le chômage de masse, c’est TINA pas la social-démocratie !!!
    Je sais il ne faut pas parler de classe ou de lutte des classes, dormez bon peuple tout va bien!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici le sannat du jour redondant avec mon commentaire:
      http://www.lecontrarien.com/

      Supprimer
    2. Il est grand temps que les "libéraux" autoproclamés acceptent enfin cette critique au lieu de pousser des cris d'orfraie "ho mon dieu un gaucho-bobo" dès qu'ils voient une personne qui ne pense pas exactement comme eux (tiens c'est marrant les gauchistes et les médias font exactement pareil).
      La lime l'a admis, s'en est justifié, et a qualifié ce système de communisme de marché (ou communisme privatisé), le même système que nous qualifions à tort ou à raison de néolibéralisme. Deux mots pour une même réalité. Bertez a suivi le même cheminement de pensée (en prenant plus de hauteur et en allant bien plus loin), Charles Gave en est capable, à quand les gugusses sectaires de H16 ou contrepoint ?

      Supprimer
  6. Désaccord total.

    Quel est votre problème ? Un type vous dit "on est dans la merde", et vous niez ?

    Reprenons :
    -faire semblant de ne pas comprendre ce qu'est l'Occident relève du trollisme éhonté.

    -se moquer de "prédiction demain ou dans 3000 ans" ? Ce n'est absolument pas le sujet du papier.

    Bref, vous déconnez à plein tube.

    Cet article parle :
    -du suicide collectif qui est le nôtre

    -fait un parallèle historique avec Rome avec la mention des "barbares".
    Là aussi comme les mômes il faut vous faire un dessin : "c'est quoi un barbare aujourd'hui" ?

    -l'auteur n'est pourtant pas bêtement xénophobe, puisqu'il retourne contre nous le qualificatif : nous sommes finalement les barbares, davantage que les hordes malfamées qui viennent d'Afrique, avec leur misère, leur culture qui n'a rien à voir avec la nôtre (les barbares "objectifs") etc

    -l'auteur tacle le christianisme. Il n'a pas tord quand on voit le pape François aller à Lampedusa verser une larme sur les pauvres hères qui veulent débarquer...

    -enfin l'auteur prend une position (et là on peut être en désaccord avec lui, le reste de son propos étant objectif et non sujet à réfutation) : il dit "c'est foutu".

    Bref, un peu de respect, et essayez de réfléchir et de sortir de vos réflexes conditionnés.

    C'est stupéfiant : à chaque fois qu'on parle de culture, de décadence , de peuple, de civilisation, bref de vraies et grandes questions, la clique bobo gaucho réagit au 1/4 de tour comme des diables sortant de leur boîte.

    Cette obsession à nier le réel, à nier les enseignements de l'histoire relève de la psychiatrie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben c'est clair que le gars y va un peu fort. Parler de charognard pour des miséreux qu'on amène pour nettoyer nos chiottes (et qui sont miséreux parce qu'on les maintient la tête sous l'eau, cf vidéo sur Khadafi), ça pique un peu.

      Pour reprendre des catégories soraliennes, on a la du libéral identitaire, style Finklekraut, atlantico Goldnadel ou Enquêtes & Débats. D'ailleurs ce terme de décivilisation vient de Finklekraut. Non pas que c'est à jeter, mais c'est pour les mettre dans une case.

      Mais il y a des réalités derrière. Faudrait retrouver cette vidéo d'un gars qui remonte la file d'attente d'une CAF... C'est effrayant.

      Et fondamentalement, la comparaison colle. Notamment sur la décadence de Rome. Et l'explication comme quoi on mange notre capital. On a trop promis de free lunch.

      Sinon, sur ce qui est de la "religion auto-destructrice", je ne suis pas sûr que ce soit le catholicisme qui est en cause. Le catholicisme n'est plus rien et c'est clairement pas lui qui a le pouvoir. Encore récemment, ils refusaient l'asile à Snowden pour l'accorder à une hystérique ukrainienne tronçonneuse de croix. Ou encore, faut voir les vidéos du juif Peillon nous expliquer qu'il veut la mort du catholicisme. La religion en question, j'irais plutôt chercher du côté de la maçonnerie rousseauiste...

      Et on en revient toujours aux fondamentaux.

      Universalistes/tribalistes.
      Rousseauistes/voltairiens.
      Grâce pour tous ou grâce pour les élus.
      Intolérance à la richesse ou richesse signe de grâce...

      Il n'y a pas de réponse claire.

      La première nie le réel et la nature humaine, l'autre colle trop au darwinisme naturel.

      Une chose est sûre. Les universalistes rousseauistes sont au pouvoir depuis un moment déjà. Et ils ont trop poussé d'un côté, promis trop de free lunch, surtout quand en plus ça se mâtine de clientélisme, et d'abus généralisé au tiers payant.

      Supprimer
    2. Et traiter de "clique bobo gaucho" toute personne qui émet la moindre critique qui ne correspond pas à tes critères, montre simplement que tu n'as aucune culture politique ni ouverture d'esprit...

      Supprimer
    3. Il y a tout de même un gros, GROS, problème à cette notion d'Occident que tout le monde veut voir calqué sur un ensemble allant de l'Europe de l'est à l'Amérique du nord (en passant par l'Australie et la Nouvelle Zélande ?). Ce n'est absolument pas un bloc culturel homogène et encore moins un bloc uni ou même seulement allié par des intérêts communs. Nous avons bien plus à voir avec l'Europe orthodoxe qu'avec le monde anglo-saxon protestant.

      Non l'Occident n'est pas un bloc. Il y a l'Europe, la vraie et l'Amérique. Et l'Amérique nous a déclaré une guerre économique sans merci depuis 1970 (une G4G).

      PS : C'est précisément en chouinant à longueur de journée que "tout est foutu", que c'est rien que la faute à telle ou telle catégorie de population (les riches, les immigrés, les fonctionnaires, les gauchos-bobos ultraminoritaires mais c'est pas grave, il faut en voir partout dans une forme contraposée de reductio ad hitlerium), qu'il faut fuir le pays, que l'on commet le fameux suicide collectif. C'est baisser les bras, refuser de prendre ses responsabilité et enfin d'agir.

      Supprimer
    4. Remontée d'une file d'attente de la CAF, cette vidéo là ?: https://www.youtube.com/watch?v=ai7UYjH8haI

      Supprimer
    5. "des miséreux qu'on amène" (D. Tonio)

      Non non, on ne les amène pas du tout. ILS VEULENT venir, et on ne les autorise pas à venir en nombre suffisant à leur goût.
      Ca peut paraître bizarre mais c'est ainsi.

      Supprimer
    6. Si si on les a amené, l'armé de réserve du capitalisme.

      Aujourd’hui et depuis longtemps, ils ne peuvent plus venir mais on subit toujours l’inertie :
      - naissance, ben oui, on ne va pas buter les nouveaux nés,
      - regroupement familiale, c'est très limité, mais difficile de reprocher à un français de vouloir s'occupé de ses parents et de ses enfants,
      - mariage : idem, on suppose d'un époux français veut vivre avec sa femme en France.
      - clandestin : enfin ceux qui ont survécu au voyage et qui ont réussi à passer au dessus de la barrière. Ben, personne n'en veut donc on les butte ou on les garde. Les butter, on y a bien pensé mais il paraît que ça ne se fait pas ... donc on les garde pour le meilleur et surtout pour le pire.

      Supprimer
  7. Jeudi 11 juillet 2013 :

    On nous expliquera qu’il n’y a pas d’alternative.
    On nous expliquera qu’il est interdit de remettre les dogmes en question.
    On nous expliquera que nous ne comprenons rien, que eux savent ce qui est bon pour nous, et ce qui est bon pour nous, c’est que nous travaillions plus, pour de moins en moins cher, jusqu’à ce que nous soyons tous à la soupe populaire.

    Alors ce jour-là, lorsque nous serons suffisamment nombreux à la soupe populaire, le système se rendra compte que les capitalistes se seront eux-mêmes suicidés en ayant tué tous les consommateurs solvables…

    Le système ne voit désormais l’individu, le salarié, le travailleur – peu importe – uniquement comme un coût (ce qui est souvent vrai), le petit problème c’est que le système a autant besoin de clients solvables que les salariés de patrons, et comme en économie tout est une question de respect des grands équilibres, le moment du grand rééquilibrage approche.

    Mais avant le rééquilibrage, il y aura bien sûr le grand nettoyage.

    Charles SANNAT

    http://www.lecontrarien.com/

    RépondreSupprimer
  8. Jeudi 11 juillet 2013 :

    330 milliards d’euros. La fortune totale des 500 Français les plus riches a progressé de presque 25 % en un an. De quoi donner le tournis. Et fournir quelques arguments à une France qui a toujours détesté ses riches, surtout en période de crise.

    Jamais depuis 1996, année où Challenges a lancé son classement des "500", leur fortune globale n’avait atteint de tels sommets.

    En une décennie, ce chiffre a plus que quadruplé, alors que le produit intérieur brut (PIB), lui, n’a fait que doubler.

    http://www.challenges.fr/classement/20130709.CHA1933/classement-niel-free-rejoint-arnault-et-bettencourt-au-top-10-des-plus-grandes-fortunes-de-france.html

    Je relis cette phrase :

    "La fortune totale des 500 Français les plus riches a progressé de presque 25 % en un an."

    Et je relis ces chiffres :

    En 1985-1986, les Restos du Cœur ont distribué 8,5 millions de repas.
    En 1987-1988, les Restos du Cœur ont distribué 22 000 000 de repas.
    En 1991-1992, les Restos du Cœur ont distribué 29 000 000 de repas.
    En 1994-1995, les Restos du Cœur ont distribué 50 000 000 de repas.
    En 1996-1997, les Restos du Cœur ont distribué 61 000 000 de repas.
    En 2005-2006, les Restos du Cœur ont distribué 70 000 000 de repas.
    En 2006-2007, les Restos du Cœur ont distribué 81 700 000 repas.
    En 2007-2008, les Restos du Cœur ont distribué 91 000 000 de repas.
    En 2008-2009, les Restos du Cœur ont distribué 100 000 000 de repas.
    En 2009-2010, les Restos du Cœur ont distribué 103 000 000 de repas.
    En 2010-2011, les Restos du Cœur ont distribué 107 000 000 de repas.
    En 2011-2012, les Restos du Cœur ont distribué 115 000 000 de repas.
    En 2012-2013, les Restos du Cœur ont distribué 130 000 000 de repas.

    Nous n'en sommes pas encore au moment précis où l'élastique se brise.

    Mais ce moment approche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meuh non, faut pas taper sur les riches, c'est populiste et pis ils vont partir, on sera les esclaves de qui ?

      Bon sinon c'est quand que vous baissez votre salaire de 30%, parce que là ça urge Monaco est devenu hors de prix.

      Supprimer
    2. Fais gaffe, BA.
      Avec des comparaisons pareilles, on va te ranger dans la clique bobo gaucho...

      Supprimer
  9. Pas du tout d'accord sur la case immigration.
    L'immigration fait partie de cette religion totalitaire. Elle est utile pour achever de détruire l'occident, quelle que soit les valeurs ou phénomènes qu'on lui attribue, en en faisant autre chose que l'occident, en l’occurrence Babel.
    Mais l'occident a enclenché son mode auto-destruction tout seul, comme un grand.
    Et la religion totalitaire, c'est "l'ouverture au monde", avec le libre-échangisme total comme seul point de vue acceptable, la négation de tout ce qui a fait l'occident, son histoire, ses peuples, et ses religions parce qu'un abruti moustachu a foutu un bordèle mondial il y a 80 ans.
    TOUT doit être fait pour que ceci ne se reproduise plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "...abruti moustachu ..." : Vous parlez de Staline-Djugashvili, bien sûr ?

      Supprimer
    2. Non, là je parlai d'Adolf
      L'autre a fait du mal surtout parce que le procès du communisme n'a jamais vraiment eu lieu.

      Supprimer
    3. Staline a été une plaie pour son pays mais il y a tout juste 70 ans, il nous a retiré une sacré épine du pied ...

      Stalingrad, fosse commune.

      S'il avait fallu attendre les anglo-américain, on y serait encore.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.