jeudi 11 juillet 2013

Et si en coulisse, on nous préparait la fin de l'euro ?

Simple questionnement...

Car on a quand même plusieurs signes qui me titillent...

   Les banques qui renationalisent massivement leur bilan...
   Les balances target 2 qui se résorbent...
   Les taux sur la dette souveraine qui semblent déjà intégrer cette sortie de l'euro...

Mais surtout, ce qui me fait le plus tiquer, ce sont les discours des politiques. Jamais ils ne se lancent dans des diatribes de défense farouche de l'euro...

Regardez Fillon... Qui est le poulain de l'oligarchie pour remplacer François XVI en 2017 (cf son invitation avec Pécresse au Bilderberg)...

Par exemple, lors de son discours "fondateur" à la mutualité en février dernier, il n'a qu'un mot sur l'euro : "Nous avons préservé les chances de l’Euro". Et dans le discours parlé, contrairement au script de ce dernier, euro a d'ailleurs été remplacé par "monnaie commune", comme quoi il ne voulait pas prononcer ce mot... Et il ne s'engage pas pour l'avenir. Il dit juste "nous l'avons préservé"...

Simple questionnement...

24 commentaires:

  1. Simple questionnement...

    Simple confirmation.

    Misère.

    RépondreSupprimer
  2. Mouais ... en même temps on a les propos "éclairés" de Sarko sur l'euro, et puis surtout on a tjs Draghi aux manettes ("tout ce qui est possible pour conserver l'euro ... et ce sera suffisant").
    N'oublie pas non plus que le danger sur la monnaie unique a été écarté, et que l'Euro n'est plus sur la sellette.
    On en saura plus en Septembre, avec les élections allemandes et le verdict de la court de Kalrsrhue. De toute façon cela ne peut plus durer, et à un moment il va falloir envisager une sortie. Personnellement, je pense que l'Euro est une ignominie et qu'il est condamné. Le garder coûte que coûte entraînera la balkanisation de l'Europe et la guerre civile, en sortir ne pourra pas être pire, mais il y aura qd même de très gros dégâts, avec des pays qui vont s'effondrer, le processus de putréfaction (dettes, bilans bancaires,... ) étant bien trop entamé, il est maintenant trop tard pour envisager un sauvetage total, on aura juste éviter la contagion.
    Il ne fallait pas y aller, et 2008, fut la dernière chance, en sortant les "pestiférés" ... on a manqué de courage et on va le payer très cher.

    RépondreSupprimer
  3. Tiens ToNio...
    Quand même une bonne nouvelle !!!!!

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/11/20002-20130711ARTFIG00356-la-justice-risque-d-annuler-le-tarif-de-l-eolien.php

    RépondreSupprimer
  4. " Regardez Fillon... Qui est le poulain de l'oligarchie pour remplacer François XVI en 2017 (cf son invitation avec Pécresse au Bilderberg) "

    Bien vu en effet. Même si je n'éliminerais pas NS qui après un bilan apocalyptique et une batterie de casseroles aux fesses est toujours aussi populaire.

    " On en saura plus en Septembre, avec les élections allemandes et le verdict de la court de Kalrsrhue. "
    Bien vu aussi. Sapir a dit exactement la même chose.

    Mais pour revenir à ce sujet, marché transatlantique, ca peut aussi signifier monnaie transatlantique. On dirait que le système a mal calculé et que l'effondrement est un peu rapide.

    RépondreSupprimer
  5. Sur l'oligarchie mondiale avec un grand plan pour l'humanité où les élites françaises s'y intégre onctueusement, je pense que tu te trompes : c'est le bordel, G0 dans le monde et jus de banane dans la tête de nos élites...

    L'euro n'est pas viable et s'ils arrivent à cette conclusion c'est basique mais plus dur : par quoi on la remplace ? Dure question qui demande de l'initiative...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...par l'amero?

      Supprimer
    2. Etant donné le calibre de nos élites, je ne vois qu'une seule alternative à l'€uro, on pourrait appeler notre devise le "zozo" ou le "zéro"...

      Supprimer
  6. Jeudi 11 juillet 2013 :

    Grèce : le chômage à 26,9% en avril.

    Le taux de chômage s'est élevé à 26,9% en avril en Grèce contre 26,8% de la population active en mars, et 23,1% en avril 2012, a annoncé jeudi l'autorité des statistiques grecques Elstat.

    Le nombre de personnes à la recherche d'un emploi s'élevait à 1,33 millions en avril contre 3,63 millions employés.

    Principales victimes du chômage de masse, les jeunes de moins de 26 ans, dont le taux explose à 57,5% en avril, contre 51,4% il y a un an, et 22,3% en avril 2008, il y a cinq ans.

    http://www.romandie.com/news/n/Grece_le_chomage_a_269_en_avril70110720131235.asp

    240 milliards d’euros.

    Les contribuables ont prêté 240 milliards d’euros à la Grèce.

    Et la Grèce ne remboursera jamais ces 240 milliards d’euros.

    Le prochain défaut de paiement de la Grèce va tout faire exploser en Europe.

    RépondreSupprimer
  7. Ce sont des signes qui plaident pour la fin de l'euro, par contre ça ne colle pas avec l'agenda marché transatlantique. Sauf, si on casse l'euro au profit d'une monnaie euro-atlantique, comme cela a déjà été évoqué...
    En d'autre terme, quelles seraient les avantages pour les usa d'une fin de l'euro, si ce n'est cannibaliser la BCE ?
    A moins d'être complètement schizophrène, comment les UMPS peuvent-ils plaider la renationalisation et en même temps le transatlantique ?
    Simple questionnement ... aussi

    RépondreSupprimer
  8. En effet, nous avons déjà vécu un moment similaire en terme médiatique... Lorsqu'on nous répétait que la Grèce ne ferait pas banqueroute... En fait, sa dette a été restructurée deux fois, et une troisième fois est inéluctable...

    Pour l'euro, ça me semble être la même ficelle ! On a nous juré que l'euro tiendrait coute que coute, cf Draghi... mais les faits sont têtus. L’hypothèse Sapir risque d'être la bonne !

    RépondreSupprimer
  9. Pas d'accord.

    -on parle moins de l'euro, car ça colle avec le story telling officiel : "la crise de l'euro est terminée".
    fermez le ban.
    En outre les politiciens savent que ce n'est pas un thème porteur (tu parles !)... donc il l'a ferme. Les déclarations des fanatiques comme Draghi sont à mon avis infiniment plus parlantes.

    -en outre les faits.... montrent que rien à n'a changé au délire de l'Euro coûte que coûte : bailout Chypre, on continue de filer du blé aux Grecs, on continue de manipuler les taux etc.

    -concernant la "nationalisation des bilans" : là c'est du cynisme. Les banques savent que :
    1-c'est le deal : si elles veulent du pognon gratuit de la BCE, il faut acheter des oblig de leur souverain
    2-too big to fail. Les banques ont compris qu'il fallait grossir, se gorger de papier merdique de leur souverain.... pour paradoxalement éviter la faillite, le dépecage.

    -les taux montrent l'inverse : ils sont manipulés vers le bas, par tout l'establishement (BCE, banques et états).

    Bref, le plan ne semble pas avoir changé d'un iota : on continue de foncer vers le mur, car l'"Euro est éternel", "il n'y a pas d'alternative"...

    RépondreSupprimer
  10. Le France devient un pays à mourir de rire...

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/11/20002-20130711ARTFIG00392-l-hotellerie-de-luxe-appele-a-la-rescousse-des-colonies-de-vacances.php?page=&pagination=2#nbcomments

    On est gouverné par des malades.

    RépondreSupprimer
  11. Toutes ces questions sont posées et reposées depuis plus de trois ans.

    Solutions politiques claironnées à tout vent: Plus de fédéralisme, mais ou, car dans les faits c'est la division croissante qui s'affiche au grand jour.

    Par Ailleur :

    La Gréce coulée.

    L'Irlande coulée.

    Chypre Coulé.

    Le Portugal coulé.

    L'Espagne coulée.

    L'Italie coulée.

    La France coulée. AH ! vous ne le saviez pas encore… Ben voilà, vous le savez maintenant.

    Et qui allonge la sauce € ? Ou sont les excédents EU ? Ou est la création de richesse EU ? Ou est l'industrie EU ? Ou en sont les Banques EU ?………………………

    Qui investie en EU ?



    Tiens Tonio, ça date de 2010, mais quelques bonnes réflexions inside :
    http://fofoa.blogspot.ch/2010/05/open-letter-to-emu-heads-of-state.html

    Misère.

    RépondreSupprimer
  12. nos gouvernements n'ont pas d'imagination:alors on continue comme avant,leur esprit est totalement formaté par les grandes écoles,ils n'ont donc aucun esprit critique ou rebelle

    RépondreSupprimer
  13. L'Euro en tant qu'outil d'hégémonie de l'Europe semble avoir vécu, tout simplement parce que l'Europe s'est couchée devant les USA.
    Mais l'Euro sera certainement gardé comme "flotteur" du Dollar ; à moins qu'il soit décidé de le sacrifier pour que, justement, il ne soit plus jamais un concurrent potentiel du Dollar.
    Le FMI n'est plus un relai de la volonté chinoise d'une monnaie internationale...
    Il se passe encore trop de choses en coulisses pour dégager une ligne claire.

    Disons que pour l'instant, l'Euro ne coûte pas encore assez cher à l'Europe pour qu'elle le lâche. Mais bien malin qui peut dire ce qu'il adviendra.

    RépondreSupprimer
  14. Je le répète ce n'est pas l'€uro le problème... Le problème c'est tout le reste. Vous êtes les premiers à vous précipiter sur des conneries (l'or) pour vous protéger de la dilution de valeur par la monnaie papier chiotte... par contre ben pour les échanges : hop rien de mieux (selon vous) que de la monnaie de singe : le franc, la lire, la peset...

    Vous êtes schizophrène ou quoi ?
    Faut se soigner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une monnaie unique pour des pays différents ca ne peut pas marcher. Donc l'euro est un problème, il n y a même pas à se poser la question. Si l'or est une connerie, pourquoi les chinois s'en gavent ?
      Tu dis que le franc, la lire et la peset sont des monnaies de singes, mais pourquoi tu ne cites pas le mark, la couronne norvégienne ou le franc suisse ? Et le dollar, il vaut quoi ? Il faut que chaque pays retrouve sa monnaie et que ensuite l'économie soit bien gérée.

      Supprimer
    2. Comment faisaient-ils du temps de l'union latine ?
      Du temps de l'étalon or ?
      Ce n'est pas si vieux.

      Supprimer
    3. La monnaie papier si et seulement si elle est étalonnée par l'or.

      Supprimer
    4. L'abandon de l'étalon or, le pêché originel des USA, si à droite et donneur de leçon à tous le monde.

      Ils nous ont pourri la monnaie et accessoirement, c'est une gigantesque arnaque de classe mondiale et ils souhaiteraient qu'on les aiment et les admirent.

      Supprimer
  15. Les problèmes sont en nous, la solution est donc et seulement en nous, elle ne pourra que passer qu'à grands coups de pieds quelque part : Où sont Mendes France... de Gaulle... quand on a besoin d'eux ?

    RépondreSupprimer
  16. Hachis Parmentier11 juillet 2013 à 21:39

    bonne question sur l euro.

    mais sur fillon, j y crois pas. si tu regardes historiquement, les invite francais de bilderberg, n ont as ete president

    RépondreSupprimer
  17. Jeudi 11 juillet 2013 :

    Le Portugal demande le report du prochain examen de la troïka.

    Le gouvernement portugais a demandé jeudi le report fin août, début septembre de la prochaine évaluation des comptes du Portugal par la troïka (UE-FMI-BCE), représentant les créanciers du pays, en raison de la crise politique qu'il traverse.

    La troïka effectue tous les trimestres une évaluation des réformes et des mesures d'austérité mises en oeuvre par le Portugal en échange du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros accordé en mai 2011 par l'Union européenne et le Fonds monétaire international. Ce plan d'aide doit prendre fin en juin 2014.

    http://www.romandie.com/news/n/_Le_Portugal_demande_le_report_du_prochain_examen_de_la_troika72110720132242.asp

    Les contribuables ont prêté 78 milliards d’euros au Portugal.

    Et le Portugal ne remboursera jamais ces 78 milliards d’euros.

    Dette publique du Portugal : 204,485 milliards d'euros, soit 123,6 % du PIB.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.