samedi 27 juillet 2013

La common decency contre les élites lucifériennes

Alors que nos élites rallient désormais derrière leur bannière putride tout ce qui peut chier à la gueule du peuple honnête et moral, je me dis que derrière la quenelle de Dieudonné, dans laquelle se reconnaissent toutes sortes de gens, il y a comme une révolte du petit peuple enraciné (ou qui aimerait l'être), du peuple imprégné de de common decency...

Je ne suis pas sûr que tout ce petit monde soit emballé par les projets national/socialistes de ces messieurs, et leur idée d'un Chavez français...

J'y vois vraiment le signe de ralliement d'une colère qui monte. De la colère du petit peuple sain contre ses élites foireuses, anti France, et de la dictature de toutes les minorités décadentes et de décivilisation qu'elle fédère derrière elle...

A sa manière, Soral/Dieudonné ont redonné des raisons d'être fiers à la France de souche, de racine catholique et paysanne, à la gueule de qui le système chie depuis 30 ans, et dans le même temps, ils montrent une porte de sortie digne à la France de l'immigration à qui le système ne propose sciemment que comme seule alternative la babouche ou la racaillitude...















Sur un blog d'antifa, en mode "no pasaran, les fascitses ne passeront pas, l'avenir-de-l'homme-c'est-les-Femen", la tronche des sus-dits fascitses :


etc etc...

Petit courrier des lecteurs sur le site de Soral, qui explique tout ça bien mieux que moi (surtout quand on voit d'où vient son auteur) :
Courrier des lecteurs
Egalité & réconciliation, 26/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Monsieur,

Mon mari vous a "découvert" il y a près d’un an maintenant, au hasard d’une recherche Internet sur Richard Millet (un écrivain que j’apprécie particulièrement).

Je me présente brièvement : je suis normalienne, agrégée et docteure en histoire contemporaine. J’ai enseigné l’histoire à l’université pendant 5 ans, et j’ai arrêté quand j’ai compris l’inanité d’un métier consistant à enseigner l’"Histoire du fait associatif, XIXe-XXe siècles" à des jeunes dont la moitié n’est pas francophone et dont l’autre ne maîtrise ni l’orthographe, ni la grammaire.

Puis, pendant dix ans, j’ai été "plume" (chargée des discours) pour des hommes politiques du centre-droit.

Politiquement, j’ai toujours été plutôt proche du centre-droit : favorable à une économie libérale mais attachée à une politique sociale, refusant l’assistanat et le laisser-faire de la gauche, attachée à la valeur travail, défendant la nation mais convaincue que dans une économie mondialisée, la France doit unir son destin aux autres pays européens pour rivaliser avec la puissance américaine ; bref, cherchant une difficile réconciliation de la droite et de la gauche.

Au bout de dix ans, le dégoût de la classe politique en tant que telle, le constat de l’impuissance de notre système, le fait également de ne me reconnaître dans aucune force politique, m’ont amenée à arrêter tout cela. Autant dire que j’ai été involontairement complice de tout ce système politique de manipulation que j’exècre aujourd’hui, mais dont je n’avais pas conscience avant que vous ne m’ouvriez les yeux. Mieux vaut tard que jamais...

Je suis aujourd’hui écrivain (romans et essais) et j’écris quelques livres comme plume pour des maisons d’édition (des documents, des témoignages, des biographies).

Depuis, nous avons rattrapé notre retard en « soralisme » à marche forcée, en regardant vos vidéos et en lisant vos livres. Vous ne pouvez pas imaginer le plaisir intellectuel que cela représente d’avoir trouvé grâce à vous à la fois une clef de compréhension du monde, des textes et des raisonnements à la fois complexes et pertinents, et quasiment un mentor. En particulier, j’adhère totalement à cette idée de réconciliation des valeurs de la droite, la nation, du catholicisme, et de la valeur travail.

Un mot sur l’Église : nous avons, mon mari et moi, été élevés dans la religion catholique, mais la société et le système médiatique nous ont tous appris à mépriser le catholicisme et à trouver l’Église ringarde.

C’est donc une grande joie de voir revalorisée la religion catholique, et de nous rendre compte que ces valeurs qu’on nous présente comme "de gauche" sont en fait le vrai message du Christ.

En tant qu’historienne, j’apprécie particulièrement aussi votre réhabilitation de l’Ancien régime et de la royauté, tellement éloignée de la vision fausse que nous en a donné l’école.

Ce qui a le plus changé désormais pour nous, c’est que nous ne supportons plus de regarder les journaux d’information : le matraquage de la pensée unique, la bien-pensance des médias et l’abêtissement par la télévision nous sont devenus insupportables.

On comprend mieux l'urgence pour le système à faire taire les Soljenytszine anti babel...

Maintenant, je termine en rappelant la limite du dicton "les ennemis de mes ennemis sont mes amis"...

11 commentaires:

  1. J aime bien Soral. Il est intellectuellement stimulant. Et le fait qu il emmerde un grand nombre de personnes le rend,, bien entendu, plutot sympathique.

    pour autant... attention aux emballements...

    ER n est pas un parti politique. le fait de voir des flics faire la quenelle... change t il concretement quelque chose ?

    voit on de grands changements electoraux ? ou chez les juges ? ou dans les medias ?

    la reponse, vous la connaissez pourtant : RIEN.

    RIEN NE CHANGE FONDAMENTALEMENT

    La seule revolution est que Marine fait passer le score national du FN... de 16.86 % en 2002... a 17,90 en 2012...

    Superbe et incroyable progression...

    A ce rythme, le FN aura la majorite dans 350 ans.

    Pourtant, il y a bel et bien des changements dramatiques, en terme d echelles et d effets... je veux parler bien entendu de l immigration massive, hors de tout controle, en l espace justement de 10 ans.

    L analyse est donc limpide :
    -les milliers ou quelques dizaines de milliers de francais qui ouvrent les yeux (avce soral, en lisant, etc)

    -sont TOTALEMENT depasses par les millions d etrangers ou de francais de papiers... qui poussent dans l autre sens (et qui assurent la promotion des forces anti nationales comme le PS, la "goche" en general)

    Voila. Donc j aime bcp les quenelles, les mili, les flics qui envoient des t shirt a soral, le fn qui grapille des voix, les blogs... tout cela est formidable.

    mais ca ne pese RIEN face au bouleversements demographiques, sociaux ethniques et politiques qui sont a l oeuvre en france depuis 20 ans..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ça part de l'hypothèse que l'immigration sera toujours inintégrable, jamais française (auhtentiquement, pas "de papier") et votera PS ad vitam aeternam.

      Franchement, je n'en suis pas persuadé. On verra aux prochaines élections, mais ça m'étonnerait que le PS fasse encore des scores de dictateur africain chez les immigrés.

      Et je comprends la position de Soral qui a essayé de sortir le FN de sa position anti islam.

      Regarde bien les photos de quenelles. D'une certaine façons, je vois dans ces noirs propres sur eux et assimilés, des gens plus français que notre génération de parents, traitres jouisseurs décadents du papy boom, et qui se sont torchés avec tout ce que 2000 ans d'histoire populaire française leur ont laissé en héritage.

      Supprimer
  2. Tonio... essaye de garder ton esprit critique bon sang.

    je ne nie pas qu il y ait d authentiques patriotes black, arabes qui en ont authentiquement marre du bordelo ambiant.

    mais encore une fois, il convient de les mettre en perspective avec les grandes masses illetrees qui arrivent chaque jour.

    regarde ce qui se passe a tunis... ou au caire !

    il est ou voltaire ? elle est ou la "reconciliation" ?

    avec des guerres civiles plus ou moins ouvertes dans tout le MO... ou vont aller les refugies, hein ?

    avec la crise economique perpetuelle (regarde l egypte !) ils iront ou ?

    quels sont les elements factuels qui t autorisent a dire que l immigration vers l europe VA CHANGER de nature, de qualite ?

    aucun. absolument aucun.

    et au contraire tout indique que cela va durer tres longtemps, et que ca va meme empirer.

    quid de ceux qui sont deja la ? la aussi, ca fait 30 ans que l on me sert le mythe de l "integration". mais quelle integration ?

    les jeunes "francais" donnent des prenoms ethniques a leurs enfants, leurs enfants foutent la merde, les jeunes generations etant pire etc.

    la encore, comment croire a un brutal changement, a revirement soudain ?

    quant aux gauchistes, la par contre il y a une certitude : ils ont bel et bien troque le populo pour l immigre. pourquoi ne pas croire ce qu ils disent ? terra nova ne se cache pas !

    quant a la fausse drouate, elle se diluera encore un peu plus pour esperer garder du pouvoir local... regarde le pathetique parrain mafieux gaudin a marseille !

    le pauvre cheri veut se representer ! il va falloir qu il en donne des "gages", et des gros, pour avoir un espoir de l emporter....

    Bref pour synthetiser : au sujet des musulmans, Soral dans est le micro (il connait des musulmans francais patriotes)... alors que le probleme est macro.

    En clair, et d un point de vue pratique : soral a tord.

    Le macro l emportera toujours sur le micro.

    RépondreSupprimer
  3. "la limite du dicton "les ennemis de mes ennemis sont mes amis"..."
    Effectivement.
    Je sens chez E&R une capacité de détourner un appel (profond et légitime mais encore confus) à plus d'enracinement, et de l'orienter dans un sens machiste, autoritariste/étatiste et centraliste. Très peu pour moi (étant issu d'un peuple encore enraciné, de tradition non-patriarcale et sans état, peut-être que cela me saute aux yeux plus facilement). Je trouve également triste et regrettable que ce club fasse partie de ceux qui citent le plus (et détournent dans le sens qui les arrangent) Simone Weil et Jean Claude Michéa, philosophes autrement plus fins que ce que certains veulent leur faire dire.
    Au crédit d'E&R, en survolant un peu leur site on trouve malgré tout de vrais débats et un nombre significatif de commentaires intelligents, cela me semble un bon signe s'opposant un peu à l'ambiance de culte de la personnalité qui émane de ce site.

    "notre génération de parents, traitres jouisseurs décadents du papy boom, et qui se sont torchés avec tout ce que 2000 ans d'histoire populaire française leur ont laissé en héritage."
    Je crois qu'il faut regarder plus en amont que cette génération-là, et regarder ces siècles d'histoire dans leur complexité. Ce n'est pas une période homogène, et s'y mêlent des questions de religion, de conquêtes territoriales, d'éducation, de place de l'état, entre autres.
    Si les papy-boomers ont eu la possibilité matérielle et technique de se comporter collectivement comme ils l'ont fait, c'est parce-que leur mentalité les y prédisposait, parce-qu'ils avaient perdu suffisamment de décence pour cela.
    Ici au Pays Basque (et c'est probablement tout autant le cas le cas dans d'autres pays à la culture rurale encore bon-an mal-an vivante) ces comportements me semblent moins pregnants parmi la génération née à la campagne dans les années 1940-1950. Ceux de cette génération, tout en appréciant les réels progrès qu'ont été le chauffage et l'isolement des maisons, l'eau courante, le lave-linge etc. ont gardé un attachement à leur tradition paysanne, ne sont pas autant tombés dans le consumérisme et le gaspillage (s'équiper en gadgets à la con, aller tous les ans en vacances de masse à Benidorm, etc.), qu'ils jugent puéril et sans intérêt, et préfèrent thésauriser. Ils ont également gardé un respect de leurs parents, dont ils s'occupent autant que possible dans leurs vieux jours au lieu de les larguer à l'hospice dès qu'ils le pourraient. De même la maison des parents, notamment dans le cas d'une ferme, est envisagée dans ce qu'elle représente familialement et humainement, là ou d'autres voient juste l'équivalent pognon dans un contexte bullesque. Ce qui a fait que certains de cette même génération, dans des contextes culturels moins structurés, n'ont rien eu d'autre comme valeur que la consommation, c'est je crois la perte préalable (donc à chercher bien avant les 30 glorieuses) de certaines traditions humaines, et c'est simplement la possibilité technique qui a concrétisé ces comportements.
    Là où je te rejoins c'est dans le fait que des immigrés ayant conservé des traditions de respect et de modération sont bien plus à même de faire société que des français les ayant perdues de longue date.

    RépondreSupprimer
  4. Pour ce qui est du vote FN, de ce que j'en vois ici il est surtout le fait de papyboomers franciliens déracinés. A l'échelle de la France, le vote PS (vécu comme un vote centriste) aux dernières présidentielles a beaucoup été porté par les régions les plus traditionnalistes (à l'exception de l'Alsace) comme l'ont montré Todd et Le Bras http://www.rue89.com/2013/04/28/mariage-tous-ps-a-fait-erreur-electorale-enorme-241844. J'apporte cette précision pour nuancer la question de l'immigration, du vote FN et du vote PS.

    Quant au catholicisme, n'oublions pas que si jusqu'aux années 1960-1970 les gens allaient massivement à la messe c'était beaucoup par conformisme social et par une certaine "obligation", bien plus que par souhait de se réunir dans leur spiritualité commune comme le faisaient les premiers chrétiens. Dès que cette obligation est tombée, la pratique religieuse a chuté (voir le nombre d'enfants inscrits au catéchisme aujourd'hui par rapport à il y a 40 ans, voir également le nombre de baptêmes). Cette pratique n'était au fond qu'apparente, et la vraie question du déclin catholique au XXème siècle est celui du délabrement de la vie spirituelle qui était censée l'habiter. Ce déclin-là ne date pas non plus des 30 glorieuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a énormément d'hypocrisie chez les cathos. La plupart ne croit même pas au paradis et à l'enfer !
      Il n'y a que chez les traditionalistes que l'on trouve encore de vrais croyants.

      Enfin, la perte de la croyance en Dieu n'est pas nouvelle. Nietzsche nous l'avait annoncée il y a plus d'un siècle. Et il avait très bien compris que cette absence laisserait un vide immense, qui serait très très dur à combler...
      Il a été comblé par le consumérisme...

      Supprimer
  5. est ce que vous savez ce que signifie ce signe: bras tendu pointé vers le bas, et l autre main qui fait mine de la couper?
    merxci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il s'agit de ce qu'ils appellent dans leur langage imagé une quenelle épaulée, généralement associée à la mention d'un fort calibre. J'y vois pour ma part une imitation du célèbre fist-fuck popularisé dans les années 70 par les moustachus à casquette californiens. Ce qui, soit dit en passant, ne manque pas de sel pour des gens qui abhorrent les tafioles.

      Supprimer
  6. Je crois que ça y est, tu t'es fait baiser. Je m'explique: le petit peuple sain contre les élites foireuses, ça s'appelle du Poujadisme. Tu es trop jeune pour avoir connu. De fait, qualifier le petit peuple de "sain" (je déteste ce langage prophylactique) c'est tout aussi caricatural que de parler d'élites foireuses. Tout ce qui est excessif est dérisoire.

    En vérité, les français "moyens" sont pleinement responsables de la situation et leur comportement économique et sociétal n'a rien de sain et depuis bien longtemps. La société de l'avoir, c'est surtout les prolos qui la réclament. C'est les mêmes qui veulent payer toujours moins cher les merdes consommables que la pub lui a incrusté dans le cerveau. C'est le même qui gobe depuis des décennies les mensonges de son banquier (normal, il s'y retrouve) et qui "investit" dans l'assurance vie et autres clapiers/boites à sommeil qu'il reloue ensuite hors de prix.

    Il n'y a pas les rentiers profiteurs d'un coté et les gentils travailleurs opprimés de l'autre. Un jeune qui hérite (sans droits) de ses parents ou grand parents devient un exploiteur comme les autres...

    Soral, Dieudonné, tous ces gens là exploitent un fonds de commerce basé sur la peur. Leurs "victoires" sont dérisoires, leurs combats aussi vains et puérils que leur discours de soit-disant "réinformation". Et ces gens là nous font croire qu'ils prennent des risques.

    Tonio, la colère est mauvaise conseillère. Tu es un gentil garçon, qui croit encore (parce que tu es jeune) que le monde est moral et a un sens. Quand tu ne captes vraiment plus, tu invoques ta gamine, mais c'est une histoire éternelle: sa vie n'est pas la tienne de même que celle de tes parents n'était pas la tienne. On croit agir pour le futur alors qu'on agit pour le présent et soi-même.
    Laisse les autres se faire endoctriner et continue à faire ce que tu fais: écouter tout le monde, ne croire personne.

    RépondreSupprimer
  7. Bof, perso, pas besoin de ces trous de *** de dieudo ou de soral pour être fière de ma culture et mon pays (d'autant plus que Dieudo pue le retournement de veste à plein naseaux...) que des idiots aient besoin de ces pitres me fais pleurer de dépit, CPEF.

    RépondreSupprimer
  8. Les élites ont une trop grosse avance pour craindre quoi que ce soit de la base. Je ne pense pas que la réconciliation des différents groupes ethniques du peuple d'en bas les effraie vraiment. Au contraire, dans leur volonté de metissage et d'uniformisation de la population, ca leur convient très bien.

    Par contre la façon dont ils sont démasqués doit déjà moins leur plaire. Là effectivement, on peut s'attendre à des mesures de rétorsion si il y a un quelconque danger politique.

    Je vois bien les élites renouveler progressivement les classes dirigeantes pour les rendre compatible à la nouvelle société qu'il nous prépare. Ils ont l'habitude.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.