mardi 30 juillet 2013

La France achète la paix sociale avec des étudiants factices 'payés pour ne rien faire'

La France achète la paix sociale avec des étudiants factices 'payés pour ne rien faire'
Express.be, Mylène Vandecasteele, 30/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Dans le journal français Le Monde, Pascale Kremer Pascale explique que le problème des étudiants fictifs devient de plus en plus inquiétant. «Ces faux étudiants existent depuis toujours mais nous notons une accélération depuis deux-trois ans, en lien avec le chômage des jeunes et l'absence de dispositif de soutien financier pour cette période de transition entre lycée et activité », indique Fabrice Lorente, le président de l'Université de Perpignan, dans le département des Pyrennées Orientales.

Ces étudiants bénéficient d’une bourse de 470 euros mensuels pendant 10 mois, qui les autorise à travailler, et leur permet de bénéficier de nombreuses exonérations (dont celle des frais d’inscription à l’université), de l'inscription à la Sécurité Sociale, et de réductions. Mais pour la percevoir, les élèves doivent se présenter aux examens et à certains cours (« travaux dirigés », ou TD).

Du coup, les élèves qui ne le sont que pour percevoir ce viatique ne viennent aux examens que pour émarger, mais comme ils doivent rester au minimum un tiers de la durée totale de l’épreuve, ils piaffent d’impatience et dérangent les autres élèves. Et dans les TD, ce n’est pas mieux : les étudiants factices perturbent le cours, ils sont agités, jouent avec leur téléphone portable, quand ils ne dorment pas ouvertement sur leur bureau.

ces étudiants qui ne font rien augmentent le taux d’échec aux examens. Les taux de réussite en première année pour les filières Administration Economique et Sociale et Sociologie, deux filières prisées par ces faux-étudiants, ne sont respectivement que de 15 % et 29%. Mais lorsque l’on retire les élèves factices des calculs, ils grimpent à 44% toutes les filières confondues.
Ce qui sibnifie donc si je calcule bien, des proportions respectives de deux tiers et d'un tiers d'étudiants fictifs.

Ces deux doyens souhaiteraient que l'on impose des résultats minimaux aux examens pour le maintien de la bourse, mais d'autres s'interrogent sur ​​cette proposition. Les professeurs de sociologie redoutent que les étudiants boursiers qui étudient réellement, ou leur matière, ne soient stigmatisés. Ils soulignent qu’un grand nombre de ces faux étudiants sont d'origine maghrébine, ce qui ajoute une dimension raciale à ce problème.
fopastigamitiser l'immigration la chance.

22 commentaires:

  1. c'est surtout l'argent des autres (le contribuable) qui est brulé en pur perte, si c'est argent restait dans les mains du contribuable (qui est bien souvent quelqu'un qui bosse) il pourrait en faire quelquechose d'utile (amélioration de logement, meilleurs soins de santé, loisir, culture etc)
    plus l'état brule l'argent des gens dans des trucs qui ne servent à rien et plus on s'appauvrit.

    RépondreSupprimer
  2. Ayant quitté le monde étudiant depuis longtemps, j'avais connaissance de cela, mais pas dans ces proportions...

    En plus des jeunes sous employés par rapport à leurs diplômes qui ne rentrent pas dans les très mauvais chiffres du chômage en France, on peut aussi rajouter ceux la...

    RépondreSupprimer
  3. Sans compter que l'absence de tri à l'entrée en L1 fait de certaines filières une belle voie d'immigration illégale, et ce pour toute l’Europe.

    RépondreSupprimer
  4. "ne soient stigmatisés"...
    J'en peux plus de voir cette expression à longueur d'article et de reportage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pour éviter les "amalgames"... lol

      Supprimer
  5. Une bourse de 470 Euros par mois ? En fait, avec cette bourse, le RSA existe déjà bel et bien pour les moins de 25 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui,mais si on leur donnait sous forme de rsa direct ,ils n'iraient plus a la fac,et les facs n'auraient plus assez de boulot,ils seraient obligés de lincencier du personnel.en plus ,ils ont droit de bosser a coté ,ce qui est une concurrence déloyale de plus pour les artisans et autres qui ne bénéficient pas du rsa.le système est de plus en plus stupide!

      Supprimer
  6. Chaque jour une nouvelle encore plus invraisemblable que celles de la veille...
    C'est de pire en pire.
    Vivement demain !

    RépondreSupprimer
  7. Jusqu'à la lie !

    Ca me met en joie toutes ces petites infos qui remontent à la surface... et qui forment une peinture pointilliste... stupéfiante quand on prend un peu de recul.

    Stupéfiante par son ampleur, par la dégénérescence qu'elle montre.

    Mais pourtant... nous sommes ultra minoritaires à être, à devenir "stupéfaits".

    Etonnant non ? comme disait Desproge.

    Que faudrait-il pour que la masse des gens comprennent ? s'étonnent ? s'offusquent ? et finissent par vraiment être en colère ?

    Ou bien est-ce mission impossible, 80 % de la population étant irrémédiablement dégénérés ?

    RépondreSupprimer
  8. Sauf que ces étudiants étrangers qui un jour rentreront chez eux (expulsés ou non) auront pris des habitudes de consommation française.
    Et donc ils consommeront des produits français même à l'étranger...

    Sinon pourquoi l’État les accueillerait bande de petits malins?
    Ah c'est dur de réfléchir à long terme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des kebabs, peut-être petit malins !

      Supprimer
    2. ils n'achètent meme plus de rafale ou de tgv!les salauds!et puis ils ont pris l'habitude d'acheter chinois en france,ils feront pareil chez eux.oui,j'ai du mal a réfléchir a long terme

      Supprimer
    3. Je comprends votre aigreur et votre manque d'informations: vous n'avez jamais été à l'Université...

      Donc vous ne savez pas de quoi vous parlez les zozos...

      Supprimer
    4. Parcontre,
      Y a pas besoin de fréquenter l'université pour reconnaitre un prétentieux, mon cher petit malin!

      Supprimer
    5. complètement idiot comme réflexion "Et donc ils consommeront des produits français même à l'étranger". Non ils ne consommeront pas ce qui coutera trois à dix fois plus cher que les produits locaux. D'où il sort cet argument sans déconner...

      Supprimer
    6. Je parle d'expérience ayant côtoyé des étrangers espèce de corniaud.
      Décidément le niveau baisse par ici.
      Et si je te dis qu il n'y a pas de produits locaux???
      Réfléchis 10secondes.

      Supprimer
  9. Tiens mon com a été censuré hahahahaha.

    Bon de toute façon plus grand chose d'intéressant ici. C'est juste devenu un bistrot de droitards. Le tôlier ayant sûrement sa carte de membre.

    Au revoir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouai c'est super, tu dois être bien content de supériorité morale, mais en dehors du procès d'intention habituel et de faire la police de la pensée pour le système, tu as des vrais arguments ?

      Supprimer
    2. @Ced : Adieu ! Et n'oubliez pas de vous métisser, c'est l'avenir et le summum de la bien-pensance ;o)

      Supprimer
  10. je sais pas si le lien suggestion marche

    http://www.lemonde.fr/international/visuel_interactif/2013/07/30/la-chute-de-motor-city_3455312_3210.html

    http://img15.hostingpics.net/pics/711734Clipboard02.jpg
    http://img15.hostingpics.net/pics/183853Clipboard04.jpg
    http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=142153Clipboard06.jpg
    http://img15.hostingpics.net/pics/686664Clipboard08.jpg
    http://img15.hostingpics.net/pics/511335Clipboard10.jpg
    http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=307766Clipboard12.jpg
    http://img15.hostingpics.net/pics/718646Clipboard14.jpg
    http://img15.hostingpics.net/pics/531715Clipboard16.jpg
    http://img15.hostingpics.net/pics/207080Clipboard18.jpg

    RépondreSupprimer
  11. faux étudiants, clémence des juges, CAF, commerce de la Beuh, APL, HLM, AME ...

    barf

    et depuis peu on leur fournit des policiers pour se défouler.

    RépondreSupprimer
  12. tu n'as pas mentionné la conclusion de l'article, pourtant elle vaut son pesant de cacahuète,

    "Jean Jacob, professeur de sciences politiques, propose quant à lui de supprimer la limite d’âge du Revenu de Solidarité Active (RSA). (...) Si les plus jeunes pouvaient également en bénéficier, ils n’auraient plus besoin de faire acte de présence à l’université, et de ce fait, ils ne dérangeraient plus les étudiants studieux."

    bâ oui Jean, bien sur, qu'ils prennent l'oseille et fassent pas chiés ... le problème c'est pas qu'ils biaisent le dispositif de bourse, le problème c'est qu'ils font chiés pendant les examens,

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.