vendredi 5 juillet 2013

Le potager du nain

Comme vous le savez, depuis fin mars, je me suis lancé dans un potager dans le jardin des beaux parents. Pour des raisons multiples, dont de dissidence. Je vous saoûle assez avec ça...

Alors je me suis dit qu'il était temps de montrer un peu où j'en étais.

Je suis parti d'un jardin véritablement en friche.

En gros, le schéma du potager, c'est ça (F, c'est pour fleur, principalemtn des oeillets d'Inde, et H pour des haricots à rames, que je vais repiquer ce dimanche) :

Le gros rond bleu, c'est la piscine autoportante, et à droite, la table de jardin.

Les rectanges verts avec des pourcentages, ce sont les deux composteurs (le pourcentage correspondant au remplissage)



Je suis plutôt content, parce que parti de rien, plutôt tard (fin mars), j'ai un potager qui visiblement tient la route, là où tous les potagistes confirmés de ma famille (les grands parents) n'ont rien eu cette année au vu des conditions météo.

J'ai misé dès le départ sur un sol meuble avec pas mal de terreau, afin de relancer la vie de ce sol en friche depuis longtemps, envahi par les chardons et le chiendent, très argileux, et très tassé...

Au départ, c'était ça. Où on me voit planter les bordures du premier potager, sous la pluie (celui des courgettes) :


Puis le reste a suivi :

Un carré potager, très utile pour les semis. Je vais me faire couper 4 planches de plexiglas à la taille de chaque bande, afin de faire des semis précoces l'an prochain.

- Dans le devant du carré, des cosmos, des tournesols (issus des restes de graines d'un pot d'initiation pour la petite) et des fleurs annuelles. Le tout pour faire plaisir à la belle mère   
- Derrière des tomates cerise maison (2 par carré)
- Encore derrière, deux carrés de persil (sur les côtés), et au centre, des semis de poireaux et de choux brocoli
- Et au fond, des haricots nains

Puis revient le premier potager, enrichi, avec du thym, de la lavande, un pied de tomates, un haricot (qui a survécu), des fleurs...


Le potager suivant avec les salades, une patate (issue d'une patate germée qu'on a mis dans un pot pour essayer), et depuis, j'ai repiqué les semis de choux brocoli et de poireaux. On voit au fond le grillage où j'ai planté les tomates, et où je vais repiquer dimanche les haricots à rames (bien qu'il paraisse que les tomates n'aiment pas les haricots, mais je n'ai pas trop le choix) :


Ensuite, celui avec les tomates cerise, paillées, et à côté radis, haricots nains et carottes...


Et pour finir, le potager de ma crapotte, avec 4 fleurs, et un plant de fraisier au milieu :


Et pour finir de finir, nos semis au balcon de notre appartement, avec ici un haricot sur la ballustrade en jardinière, qu'on a laissé pousser, et que je pense amener jusqu'à graine (au pris des graines de haricot...) :

27 commentaires:

  1. a oui effectivement le haricots du balcon a bien poussé, par contre les haricots nain (oupss) sont tres productif comme tu le doute lautre fois sur 4m² l'annee derniers jai eu 10 kilos (je pense) par contre c'est chiant a ramasser j'ai hate de voir mais rame pousser sur le maïs sinon mais rame sur grillage fait maison sont bien couvrant mais attaqué de temps en temps par les pucerons je prends un pinceau pour les faire tomber et pulverise ma confection de clous de girofle il y en a presque plus cette 3eme fois deja je vois le gain de temps pour les soigner 6 pieds au lieu de 30, 40 de nain (oupsss) .

    RépondreSupprimer
  2. Super. çà pousse. Pas mal le plan du jardin.
    Le temps venu y aura plus qu'à augmenter les surfaces, les bases seront acquises.

    RépondreSupprimer
  3. Excellent :) Une surface bien suffisante pour s'entrainer en famille :)

    RépondreSupprimer
  4. " Et au fond, des haricots nains"
    ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Un bon début ! Courage.

    RépondreSupprimer
  6. Mais où est l'orge ?
    Et le houblon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas un plant de cannabis sur la 2ème photo?

      Supprimer
  7. Si je comprends bien, il n'y a rien de bon à attendre d'un sol argileux tassé ; rien ne semble possible sans un solide apport de terreau.
    Mais quid de la durabilité ?
    J'imagine que le compost apportera les nutriments nécessaires.
    Mais cela signifie que ce petit modèle n'est pas viable sans apport extérieur régulier, n'est-il ?
    Ou alors, vises-tu d'arriver à régénérer le sol ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben de ce que j'en comprends, il faut faire revivre le sol. Vu que j'ai commencé fin mars et que j'avais aucun compost, j'ai acheté du terreau. Mais en tartinant de compost, ça doit le faire.

      J'ai du vieux bois qui pourrit aussi. Quand les cultures seront terminées, j'essaierai de l'incorporer dans le sol (cf vidéo de Ferrer).

      Sinon, j'évite les semis en pleine terre. Elle est pas encore assez riche. Ça lève pas ou mal. Je sème en godet ou dans le carré potager, et je repique, en mettant à chaque fois une sous couche de terreau dans le trou où je repique, afin que les racines puissent se développer.

      A l'automne, paillage avec les feuilles du noisetier. Tartinage de compost.

      Et là pour l'été, je mets les tontes de pelouse (ou en tous cas ce qui fait office de pelouse).

      Et je compte bien tartiner en permanence. Nourrir le sol avec les déchets du jardin... L'idée c'est qu'à force de tartiner, le potager monte et devienne petit à petit une butte.

      Sinon, j'ai prévu des potagers petits pour pouvoir tourner autour facilement et ne JAMAIS marcher dessus. J'ai fait de la fourche bêche au début, mais depuis, plus rien. J'en referai peut-être un peu, mais sans marcher sur le potager.

      Sinon, j'ai tout une tripotée de vieilles souches qui m'emmerdent. Et le bois est dur comme du béton. J'essaierai de les attaquer à l'acide quand les cultures seront terminées...

      Supprimer
    2. Pour tes souches renseigne-toi. Je crois qu'il y a un produit génial : tu fais un trou, tu fais pénétrer, tu allumes, et ça lance une combustion lente qui va aller jusqu'au bout des racines. Et pfffft la souche !

      Donc toi, tu tartines.
      J'avais imaginé un autre système : retourner toute cette argile au motoculteur(j'ai la même chose chez moi, tu as compris) en la mélangeant en même temps avec compost/terreau/lombrics, laisser reposer quelques temps pour régénérer les bactéries, et replanter. Mais je ne sais pas si c'est viable. Faudrait que je tente à petite échelle (mais bon c'est chaud, je suis en résidence en copro...).
      En tout cas je vois que les zones de passage sont un problème car ça tasse. Mais dans ce cas, pourquoi pas des allées en paillant avec tes rameaux morts ou des déchets de bois ? (voir carrément des allées sur pilotis) tu marcherais dessus sans tasser le sol, et ça laisse la faune souterraine circuler.

      Tiens, on me pousse aussi cette info :

      Voici un lien avant de répondre à ton message et de te raconter ma toute nouvelle expérience en jardinage avec un sol argileux en Bretagne: galère !
      Mais quel défi !
      A +, Annie, ancienne habitante de Vélizy

      http://www.jardiner-autrement.fr/partageons-nos-bonnes-pratiques/le-concours-jardiner-autrement/les-laureats-du-concours-2012/413-le-jardin-de-denis-pepin-a-cesson-sevigne

      Supprimer
    3. Pour tes souches, il paraît qu'il existe un produit super : tu fais un trou, tu laisses imprégner, tu allumes et ça produit une combustion lente jusqu'au bout des racines. Et pffffttt la souche !

      Pour les sols j'avais envisagé chez moi une solution plus radicale que le tartinage de surface, dont je ne sais pas s'il peut pénétrer dans cette argile. C'était de tout retourner au motoculteur en mélangeant directement le terreau, le compost et des lombrics. Laisser reposer pour que la faune bactérienne se reconstitue, et replanter. Mais bon, chez moi c'est chaud à faire (résidence en copro) et puis je ne sais pas si c'est viable comme solution.

      Pour les allées, je vois que c'est un problème car ça tasse. Mais une idée : pourquoi ne pas faire un paillage avec tes rameaux et ton bois mort, ce qui te permettrait de circuler tout en laissant respirer la terre et la faune sous-terraine ? (voire carrément des allées sur pilotis ?)

      Sinon, on me pousse un nouveau message :

      Voici un lien avant de répondre à ton message et de te raconter ma toute nouvelle expérience en jardinage avec un sol argileux en Bretagne: galère !
      Mais quel défi !
      A +, Annie, ancienne habitante de Vélizy

      http://www.jardiner-autrement.fr/partageons-nos-bonnes-pratiques/le-concours-jardiner-autrement/les-laureats-du-concours-2012/413-le-jardin-de-denis-pepin-a-cesson-sevigne

      Supprimer
    4. le produits génial, c'est le chlorate de soude (NaCl03, utilisé comme desherbant. mais on ne peut plus en acheter en cristaux car c'est facile d'en faire des explosifs, meme en solution on en trouve plus, ils essayent de nous refiler le glyphosate a la place (merci à Monsanto qui ne doit pas être etranger à cette pénurie)

      Supprimer
    5. Le chlorate de soude n'était pas fabriqué sous licence, ça lui fut fatal.

      Bientôt, ils interdiront l'eau (cf Idiocracy)

      http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=109539.html

      Supprimer
  8. J'aime bien ta brouette.

    RépondreSupprimer
  9. Pour le sol du paillage suffit ! Ton sol tassé redeviendra meuble, vivant et riche en 6 mois...

    RépondreSupprimer
  10. pour les souches ils faut faire des trous à différents endroit sur le dessus et mettre de la soude, et attendre un mois ou 2, remettre de la soude si nécessaire, ensuite tu peux y mettre le feu dans les trous (c'est la méthode j'ai jamais essayé)

    y en cas qui disent de mettent du sel, ou de l'ail, ça c'est pour tuer la souche je pense, attention le sel c'est pas bon pour les plantes j'éviterai.

    sinon une technique qui à l'air sympa c'est de faire des trous et mettre du sucre ou de la confiture pour y attirer des fourmis, ensuite elle détruiront la souche
    ça me parait utopique comme méthode mais c'est la plus bucolique...

    sinon barre a mine et huile de coude, c'est le plus sur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un traction, 5 minutes et c'est plié.

      On imagine pas la puissance de ces engins.

      Supprimer
    2. Opus, correction automatique ... un tracto, pas une traction :-)

      Supprimer
  11. Ca fait rêver une nature aussi verte au mois de juillet, ici (sud est) tout est déja grillé par le soleil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour bien connaitre le Sud-Est et le Sud-Ouest, y'a pas photo, la végétation méditerranéenne est nettement plus belle ! Qu'ils soient arides ou verdoyants, les paysages méditerranéens sont les plus beaux.

      Par contre les gens sont beaucoup plus sympas, simples et civilisés dans le Sud-Ouest.

      Pour la bouffe égalité, cuisine provençale et gasconne sont excellentes.

      Supprimer
    2. Dun point de vue jardinage c'est frustrant, mis à part les figuiers (et encore c'est assez capricieux comme arbre), les grenadiers et les vignes impossible de faire pousser un quelconque fruit ou légume (ou d'avoir une récolte significative) sans passer des hectolitres de flotte de juin à fin août

      Supprimer
    3. " figuiers (et encore c'est assez capricieux comme arbre) ? "

      Capricieux le figuier ???
      C'est l'arbre fruitier qui demande le moins d'entretien !
      Même les spécimens sauvages sont souvent très productifs.

      Concernant l'arrosage pour le reste, je veux bien vous croire.

      Supprimer
    4. J'ai des tas d'exemples en tête de figuiers qui poussent spontanément dans des tas de cailloux, dans des murs et d'autres qui en pleine terre végètent et ne donnent que des fruits rabougris

      Supprimer
  12. La dissidence dans le jardinage ????
    Quel courage !

    RépondreSupprimer
  13. hachis parmentier5 juillet 2013 à 18:50

    nice work
    chapeau bas
    profite bien

    RépondreSupprimer
  14. bravo mec c'est bien!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.