mercredi 31 juillet 2013

Les 35 propositions de Fillon

vu que c'est le candidat labelisé Bilderberg, il vaut mieux savoir ce qu'il a dans sa besace. Officiellement en tous cas...

Débattre, réfléchir et proposer en 35 projets
Force Républicaine, 31/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
35 PROPOSITIONS DE FRANÇOIS FILLON

Le redressement économique - La République unie - L’Europe forte

Le redressement économique

Plongé dans la récession, la priorité des priorités est de créer les conditions de la croissance. Notre pays peut se redresser en travaillant plus, en innovant plus, en se réformant.

Productivité

Nous sommes l’un des États européens où la durée légale du travail est l’une des plus faibles et des plus rigides. Pour libérer la croissance, pour sauver notre industrie et enclencher une dynamique sur le pouvoir d’achat, je propose la suppression de la durée légale du travail, fixée à 35h, et la capacité donnée aux entreprises et aux salariés de négocier sur le terrain le temps de travail et son organisation.

Notre coût du travail est supérieur à la moyenne européenne. Le poids des charges vampirise les marges d’investissement de nos entreprises. Je propose une baisse du cout du travail de 6% financée par une hausse de la TVA.

Notre code du travail est l’un des plus étouffants des pays industrialisés. Il dissuade les embauches et paralyse les entrepreneurs. Aujourd’hui le passage de 49 à 50 salariés entraine l’application de 34 législations et réglementations supplémentaires et son montant représente environ 4% de la masse salariale. Je propose que les seuils réglementaires qui régissent la vie des PME soient relevés de 50%.

Innovation

L’innovation est la clé la croissance et de notre compétitivité. Innover, c’est développer les nouvelles technologies et les nouveaux produits qui assurent des marchés pour nos entreprises; c’est retrouver notre capacité d’exporter. Je propose de renforcer les investissements d’avenir en concentrant nos efforts sur les secteurs stratégiques qui feront les ruptures de demain : transports du futur, biotechnologies, robots, économies d’énergie, réseaux d’information à très haut débit… Ces investissements d’avenir doivent être articulés avec ceux de nos partenaires européens afin de faire de l’Europe la première place de l’innovation dans le monde.

La peur du risque ne doit pas étouffer le progrès scientifique et industriel. Par précaution, nous avons, par exemple, interdit toute recherche concernant l’exploitation du gaz de schiste. Je propose de changer le principe de précaution en principe de responsabilité.

En France, l’uniformité bride la créativité. Je propose qu’une plus grande liberté soit donnée aux acteurs du progrès : aux universités, qui doivent pouvoir être plus libre pour organiser leur fonctionnement, leurs recrutements et leurs enseignements ;

Aux partenaires sociaux qui doivent pouvoir, dans l’entreprise, négocier le temps et les modalités du travail.

La fiscalité française est lourde et dissuasive. Elle favorise la rente plutôt que l’investissement, la fuite des talents plutôt que l’enrichissement national. Pour stimuler l’investissement, il convient d’élargir les voies d’un capitalisme populaire et de respecter ceux qui créent des richesses. Dans cet esprit, je propose la suppression de l’ISF et le renforcement des mécanismes fiscaux permettant d’investir dans nos entreprises.

Emploi

Nous connaissons un chômage de masse qui se caractérise par une longue durée d’inactivité des demandeurs d’emplois. Chaque chômeur devrait pouvoir se voir offrir une formation qualifiante pour rebondir. Je propose de réformer la formation professionnelle en remplaçant l’indemnisation du chômage par l’indemnisation de la formation. Ce droit à la formation serait encadré par deux contraintes : la dégressivité des allocations chômage pour inciter à la reprise d’activité et l’obligation d’accepter un emploi correspondant à la formation suivi.

Notre marché de l’emploi est trop cloisonné. Je propose la création d’un nouveau contrat de travail alliant flexibilité et sécurité qui évite les effets de rupture entre CDD et CDI.

Modernisation de l’Etat

L’effort de productivité ne peut seulement concerner la sphère économique. L’Etat doit montrer l’exemple en se réorganisant et en luttant contre la dérive de nos déficits. Nous sommes l’un des États comptant le plus de fonctionnaires au regard de sa population. Ça n’est ni un gage d’efficacité pour les usagers, ni un gage de motivation pour les agents publics. Le nombre de nos fonctionnaires doit revenir à ce qu’il était dans les années 90. Je propose de reprendre le principe de ne recruter qu’un fonctionnaire sur deux qui partent à la retraite. Cette disposition doit aller de pair avec la réforme du temps de travail qui doit également faire l’objet de négociations dans la fonction publique.La segmentation de notre fonction publique est un frein à son efficacité. Je propose sa simplification en passant de 300 corps à 20 ou 30 grandes catégories afin de favoriser les évolutions de carrière et la rémunération au mérite.

Les collectivités territoriales doivent contribuer à l’effort de gestion que doit s’assigner la France. Je propose que la révision générale des politiques publiques soit étendue aux collectivités locales et que la fusion des départements et des régions, des communes et des communautés de commune soit enclenchée.

La République unie

Éducation

Au cœur de notre pacte républicain, l’éducation doit être notre priorité. L’augmentation continue des moyens n’a pas résolue les problèmes que doit relever notre système éducatif : assurer la transmission et l’acquisition des savoirs fondamentaux, lutter contre l’échec scolaire, prendre en compte la diversité des profils et des talents, promouvoir les valeurs civiques et morales.
La rigidité et la hiérarchisation du système éducatif freinent les initiatives. Je propose de renforcer le rôle et l’autonomie des chefs d’établissements du secondaire qui doivent devenir des gestionnaires de leurs personnels enseignants, administratifs, contractuels. Ils ont besoin de souplesse pour fédérer leurs équipes autour d’un projet pédagogique commun.

Chaque année, 150.000 jeunes quittent le système éducatif sans diplôme et qualification concrète. Il faut agir en amont. Je propose un test d’évaluation à l’entrée en 6e et la création de classes de soutien au collège pour les élèves ne maitrisant pas le socle commun de connaissances. A niveau du collège, je propose que la diversité des talents et des appétences soit assurée par le renforcement de l’apprentissage et des formations qualifiantes.

L’organisation de nos établissements scolaires doit être modernisée et les enseignants doivent être mobilisés et revalorisés. Je propose une annualisation de leur temps de travail et l’extension de leur présence dans l'établissement en dehors des cours afin d’assurer des missions de soutien scolaire, d’appui à leurs collègues, de maintien de l’autorité. Ces missions supplémentaires doivent permettre une revalorisation des salaires.

L’Ecole doit être le creuset du civisme et de l’égalité républicaine. Les distinctions sociales ou d’origines doivent s’effacer au profit d’un esprit d’unité. Je propose d’instaurer une tenue uniforme des élèves dont les modalités doivent être définies au niveau de chaque établissement.

Solidarité

L’ensemble de notre système social est défié par les déficits. Nous sommes tous appelés à faire des efforts. Aucun Français ne doit être condamné à l’assistance car chacun peut apporter sa pierre au redressement national. Je propose que l’obligation soit faite pour les bénéficiaires du RSA de participer à un travail d’intérêt général, à hauteur de 7H par semaine.

La fraude de quelques-uns sape l’effort de tous les efforts. Je propose la suspension des prestations sociales pendant un an, hors urgence médicale, après toute fraude aux allocations.

Parce que la solidarité et un droit et non un dû sans contreparties, je propose qu’une participation financière minimale soit exigée pour l’accès à la CMU et à l’AME.

Retraites

Grace aux réformes, le crash financier de notre régime par répartition a été évité. Mais la crise creuse à nouveau le déficit : de l’ordre de 14 milliards, il passerait à 18,8 milliards en 2017 pour l’ensemble des régimes. Rétablir les comptes par les impôts ou par la baisse des pensions n’est pas acceptable. Je propose d’augmenter la durée d’activité en jouant à la fois sur une hausse de l’âge légal de départ en retraite qui doit progressivement atteindre 65 ans et une augmentation de la durée de cotisation. Le recul de l’âge de départ à la retraite doit être accompagné d’une réflexion de fond sur le travail des seniors qui doit être adapté à leurs capacités et leurs expériences.

Pour sécuriser le système par répartition, le développement d’un troisième étage de retraite par capitalisation est nécessaire. Je propose la mise en place, au niveau des branches professionnelles et des entreprises, de plans collectifs d’épargne longue et de retraite.

Sécurité

La République, c’est le droit de tous à la sécurité. Pour que ce droit soit pleinement respecté, il faut mettre fin à l’impunité qui est une insulte aux victimes et une incitation à la récidive. Une peine doit être prononcée pour chaque délit et chaque peine doit être exécutée. Je propose que le principe des peines planchers soit étendu, comme nous l’avions fait pour les récidivistes et pour les délits aggravés avec violence.

Comme une peine ne vaut que si elle est réellement exécutée, je propose l’interdiction de toute libération conditionnelle tant que le détenu n’en a pas effectué les deux tiers.

Laïcité

La crise économique fait ressurgir des tensions et des replis identitaires qui mettent en péril notre pacte républicain. Pour le préserver, le respect de la laïcité́ est l’une de nos principales forces. C’est la laïcité́ qui permet d’unir croyants et non croyants. C’est la laïcité encore qui permet à la religion musulmane de s’installer dans la République, et non contre elle. Selon nos lois, le principe de laïcité́ s’applique principalement aux institutions publiques, auxquelles il impose, comme à ses agents, une stricte neutralité́ religieuse. Un vide législatif et juridique demeure sur l'expression religieuse dans les entreprises. Je propose que le débat sur l'application du principe de laïcité dans l'entreprise soit ouvert et que le législateur prenne ses responsabilités.

Immigration

La France a intégré depuis des siècles des générations d’étrangers qui lui ont apporté leur énergie et leur force de travail. Aujourd’hui, les conditions économiques et sociales commandent de réduire au minimum le flux de l’immigration. Je propose que soit voté chaque année, par le Parlement, le nombre de migrants que nous pouvons accueillir sur notre territoire, les compétences dont nous avons besoin et les régions du monde vers lesquelles nous souhaitons nous tourner.

Pour moi, la citoyenneté est l’expression d’une adhésion à la Nation. Je propose de mettre fin à l’automaticité de l’acquisition de la nationalité pour les enfants nés en France de parents étrangers. Il faut que la naturalisation procède d’une manifestation de volonté, pour que chacun comprenne qu’elle comporte des droits et des devoirs.

Notre République pourra se montrer d’autant plus généreuse qu’elle sera ferme sur ses principes. Parce que chacun doit faire ses preuves, je propose de réserver l’accès aux prestations sociales aux migrants légaux présents depuis plusieurs années sur notre territoire.

L’Europe forte

Défendre la souveraineté nationale, c’est défendre l’Europe. Etre patriote, c’est voir dans l’Union européenne la seule réponse possible à l’émergence des nouvelles puissances et à l’instabilité du monde. Avec 28 membres, l’Europe doit être conçue sur un fonctionnement à géométrie variable autour de quatre cercles : le moteur franco-allemand, la zone euro, l’Union européenne, les partenaires de l’Union.

Au cœur de l'Europe, je propose la création d’un noyau dur autour de la France et de l'Allemagne qui doivent faire converger leurs économies et leurs fiscalités.

Il n’est plus tenable que les pays de l’euro soient unis par une politique monétaire commune et désunie dans leurs stratégies économiques. Je propose que la zone euro soit dotée d’un véritable gouvernement économique dirigé par les chefs d'État et de gouvernement. Ce gouvernement aura la responsabilité de veiller à l’équilibre budgétaire et à la cohérence des actions économiques de l’ensemble des pays. Il devra également fixer un agenda précis pour harmoniser, dans la zone euro, les règles fiscales et le droit du travail.

Pour contrer les dérives d’une Europe trop souvent illisible et impuissante, je propose la fusion du Président de la Commission européenne et du Président du Conseil, et la mise en place d’un haut responsable des finances ayant pouvoir d’assurer un contrôle sur les pratiques des États concernés.

L’Union européenne doit être une place Forte qui sache mieux défendre ses intérêts et protéger ses frontières. Elle doit rester ouverte sur le monde, mais sur la base du donnant-donnant, face à des grands concurrents qui se protègent plus que nous. Je propose l’instauration de règles strictes de réciprocité dans les échanges internationaux, notamment les marchés publics.

Parce que l’Union européenne doit être plus qu’un marché, elle doit développer un programme de grands investissements pour la recherche, l’industrie et l’innovation. Je propose d’étendre le modèle de nos investissements d’avenir au niveau européen, notamment en le finançant par une TVA aux frontières de l’Union.

Nous devons établir un partenariat stratégique avec les grands voisins de l’Europe, notamment la Russie. La Russie n’a pas vocation à entrer dans l’Union, mais je propose de travailler à structurer un partenariat politique et économique entre l’Europe et la Russie pour peser face au continent asiatique.

Des choses surprenantes de la part du candidat labelisé Bilderberg :
- arrêt du n'importe quoi immigrationniste,
- protectionnisme sur les marchés publics, tarifs douaniers aux frontières de l'Europe.


En plus de la reprise en main de l'État et de la gabegie publique, qui est plus que bienvenue...

Ce qui m'étonne c'est qu'il aie été estampillé Bilderberg.

Sarkozy, on sent bien que le système veut sa peau. Et je crois que c'est plutôt lié à des choses comme la directive Guéant contre l'immigration ou encore ses annonces dans la campagne présidentielle (sur Shenghen notamment).

Mais si Fillon propose lui aussi de serrer la vis ?

Enfume ? Pas enfume ?

Notez que sur le protectionnisme, il ne s'agit que de s'attaquer aux émergents. Ça peut parfaitement coller dans la logique d'affrontements de blocs qui se met en place. Surtout que l'oligarchie occidentale perd de plus en plus de terrain dans la compétition mondiale et que le petit jeu, qui a consisté un temps à vendre à crédit à des chômeurs occidentaux ce que des esclaves du tiers monde fabriquaient, ne fonctionne plus...

Sur l'immigration, peut-être que la zélite commence à sentir qu'elle a aussi poussé le bouchon trop loin... Mais à tous les coups, on nous agite les 20 000 immigrés pour raisons économiques (les seuls peut-être un peu légitimes) et le très gros n'importe quoi de l'immigration de peuplement à côté va continuer (étudiants, regroupement familial, droit d'asile, mariages, immigration illégale régularisée, cour des miracles d'Europe de l'Est, etc etc)...

A suivre...

37 commentaires:

  1. il ne faut pas oublié que nos politiques umps,mélenchoniste veulent être crédible face au peuple mais sont avant tous malhonnête des qui sont au pouvoir, c'est que du folklore, enfumage total comme tu le dis
    le système qui est en surcie leur imposerons leur intérêts pour survivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. desolai mets tros de photes dortografe tu le sens

      Supprimer
  2. J'avoue être étonné par ce programme que je trouve plutôt alléchant.

    Concernant l'immigration, en effet, le gros du tsunami n'est pas l'immigration de travail (14% seulement) mais le regroupement familial. On va continuer a faire venir des bac-12 massivement et ça ne changera rien au final de ce coté la.

    Ceci dit, politiquement, mettre fin au regroupement familial, a cause de tous les gauchistes qui pullulent en France, ce n'est simplement pas (encore) réaliste.
    Le ponzi démographique a encore des beaux jours devant lui a cause de tous les idiots utiles et tous les futurs fonctionnaires à la retraites qui ont besoin d'une armée de serf pour (faire semblant de) payer leurs retraites.

    C'est donc un programme mesuré et qui va dans le bon sens : méritocratie, solidarité méritée, protectionnisme raisonné, simplification.

    Pour ma part, je le trouve séduisant. Et pourtant dieu sait que l'UMPS n'est pas ma tasse thé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Séduisant ? Comme une femme en robe rouge ?

      http://www.youtube.com/watch?v=OrrVR10FAA8

      Supprimer
    2. Tu es bien naif, des promesses comme d'habitude, 30 ans qu'on nous fait le coup, faudrait se réveiller un peu...

      Supprimer
  3. "Il faut que la naturalisation procède d’une manifestation de volonté, pour que chacun comprenne qu’elle comporte des droits et des devoirs.
    "
    égale arrêt du n'importe quoi immigrationiste.
    là je rigole bien fort (jaune)
    s'il suffit de dire "je veux être francais" ça ne change rien du tout. toute l'afrique, les roms, les miséreux de la terre rèvent d'être français.
    Non, il s'agit de regarder les choses honnetement. La france (pas qu'elle) n'a pas (plus) besoin d'une immigration sous qualifiée de type lumpen.
    On n'arrive pas à donner du travail à ceux qui sont ici pas la peine d'en faire venir, qu'ils soient blancs, noirs, ou de n'importe quelle couleur. la question n'est ni xénophobe ni raciale.
    En plus ce qui manque c'est l'arrêt de la double nationamlité. Ca c'est vital.
    Pourquoi ? parce qu'avec la double nationalité l'individu se situe d'emblée le c.. entre deux chaises. son engagement donc son intégration ne se fait qu'à moitié parce qu'il a toujours la possibilité (l'espoir ?) de retourner au pays.
    l'assimilation des migrants historiques, Polonais, Italiens, espagnols s'est bien passée parce que le retour était quasi impossible. alors quand on est à Rome, on vit et on pense comme les romains.
    En plus on a suffisamment de travail d'intégration avec le "stock" existant, commençons par là.
    la mesure proposée est bidon, elle ne permettra aucune amélioration. la seule chose à faire en trois points :
    - arrêt total de l'immigration sous qualifiée avec mise en place de quotas et règles (comme au Canada par ex) et arrêt du regroupement familial
    - suppression de la double nationalité (là le "choix d'être Français" est réel )
    - période de dix ans mini de présence continue et sans antécédant judiciaire ou fiscal sur le territoire pour obtenir la nationalité



    RépondreSupprimer
  4. Il souhaite peut être passer progressivement à une immigration à l' anglo-saxonne. Globalement, ces propositions sont clairement atlantistes et plutôt en ligne avec les politiques allemandes, anglaises et américaines.

    Il est bien parti pour être imposé en 2017, après une primaire arrangée face à Sarko et ses casseroles. Et en finale au choix face à Le Pen où à un Hollande à 20% d'opinions favorables.

    Fillon en 2017, le premier préfet de la région "France"...

    RépondreSupprimer
  5. ces programmes ne veulent rien dire (pareil pour tous les candidats), c'est de la pub pour appatter le gogo. donc impossible de savoir le vrai du faux la dedans.
    pour rappel sous Sarokzy, à cause de la demande du patronna il avait régularisé beaucoup d'immigrés.


    RépondreSupprimer
  6. Ne rêvez pas, ce ne sont que des promesses purement électoralistes qui ne seront jamais tenues.

    Retournez et retournez encore et encore le problème dans tous les sens, c'est mathématique, la France est foutue.

    Reste a prier que dans quelques années, ce n'est pas nous et nos enfants qui allons être jetés dans des trains et des bateaux pour quitter notre pays....

    Tout ce monde médiatico-politique est à vomir.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis ce blog depuis bien longtemps (depuis sa création) et j'en partage les principales idées.

    Je suis aussi un partisan de Fillon.

    Je ne suis pas du tout naïf devant lui. Je sais qu'il a ses tares. Je sais que c'est un homme du système,... J'ai été très gêné (et assez ravi, en même temps) qu'il soit coopté par Bildeberg.

    Je pense tout simplement que Fillon est le meilleur candidat système que nous ayons pour traiter les énormes problèmes à venir.

    Nous avons besoin d'un type comme cela un peu austère, un peu dirigiste, et capable de prendre les décisions difficiles. N'oublions pas que c'est lui et pas Sarkozy, qui a fait passer la loi alignant les retraites du public sur le privé. Cette loi est imparfaite mais elle va dans le bon sens.

    Malheureusement, je ne pense pas que Fillon va gagner.
    Je crois tout simplement que Fillon n'est pas assez vicieux pour s'imposer... Contrairement à Sarkozy, Chirac, Coppé ou ... NKM.

    Je pense aussi qu'il n'est pas dans la logique pour être élu.
    Sauf catastrophe, les français ont besoin de gens qui leur racontent des foutaises : ils ont besoin de Mitterrand, de Chirac, de Ségolène Royal, de Sarkozy...
    Ils veulent des gens qui soient excellents dans la communication, dans la conquête du pouvoir,... Et tant pis s'ils se révèlent nuls dans l'exercice du pouvoir.
    Tant pis également pour ceux qui s'y sont essayé avant lui, avec le même profil : Raymond Barre, Michel Rocard, Lionel Jospin, ... et tant pis pour François Fillon.

    Gilles





















    RépondreSupprimer
  8. entre les lignes, ces proposition sont les mêmes proposé à chaque présidentiel le ridicule ne tue pas.

    RépondreSupprimer
  9. il faut remettre le regroupement familliale tel qui devrait être: si les 2 parents sont en France (pour faire venir les enfant)
    si un parent travaillant en France suffit c'est effectivement un aspirateur à immigration sans fin et se n'est de plus pas légitime

    RépondreSupprimer
  10. Sinon oui, autre lecture :
    c'est juste une manière de temporiser un peu, calmer le jeu.
    Si Fillon est peut-être sincère, il a été "choisi" parce qu'il colle a la vrai agenda (c'est tout la force du système : mettre en avant des gens convaincu, mais au final, c'est ceux du dessus qui vient sur le devant de la scène).

    Du coup, entre fausses promesses, et ajustement temporaire, c'est peut-être juste une arnaque babelienne de plus. Car ce programme est babelien a n'en pas douter.

    Il n'y a aucun re-encraciement dedans. aucun changement fondamental si ce n'est quelques réglages pour surtout surtout ne rien changer.

    A moins que Copé n'ai un atout dans sa manche, c'est probablement le programme qu'on va nous imposer.
    De toute manière nos sommes une colonie, nous n'avons plus de politique nationale, on est un pays d’Afrique pour les USA (un pays sous développé pour lequel on choisi a sa place).

    RépondreSupprimer
  11. Je vous rappelle juste qui est Fillon, c'est cet homme sur la photo qui inaugure des mosquées a coté de petites filles voilées.

    Ne l'oublions pas.

    http://www.lexpress.fr/medias/1010/517614_french-prime-minister-fillon-cuts-a-tricolour-ribbon-during-the-inauguration-of-the-al-ihsan-mosque-in-argenteuil-near-paris.jpg

    RépondreSupprimer
  12. Faridondaine que tout ca et on n'en croit pas un foutu mot mon gars! C'est trop tard Fillon car vous nous avez vilainement trompé. Car vous dansiez la carmagnole en nous dépouillant par la mondialisation criminelle. Car vous nous avez fait passer derrière la haie pour assassiner notre civilisation millénaire. Alors on vous hait maintenant. Oui, on vous hait et de la haine des cocus qui est la pire de toute. On vous hait et on vous maudit. Alors certes, quand je dis "vous" c'est à toi et à ta clique infâme que je pense Fillon ! Mais Fillon ! Fillon ! Fillon ! Comment oses-tu quand nous ne croyons plus à tes balivernes ? à tes fariboles ? quand nous ne croyons plus en toi ? quand nous voulons vous renverser tous ? Comment oses-tu encore te présenter devant nous avec ta seule gueule enfarinée, alors que ta seule chance était de venir à nous en chemise et la corde au cou ?

    RépondreSupprimer
  13. Déjà au mot croissance ça commence mal.
    Ensuite c'est un empilement de mesures comme on a l'habitude d'en voir depuis 40 ans. Bonnes ou mauvaises, chacun y fera ses courses... mais aucune véritable réforme de fond, aucun souffle. C'est du bricolage encore une fois. Ce programme ne passera pas 2015...

    RépondreSupprimer
  14. On peut tromper mille fois une personne, mais on ne peut pas tromper mille fois une personne... Ah ben si, en fait.

    RépondreSupprimer
  15. Rien de surprenant de mon point de vue sur ces deux points.
    Sa position sur l'immigration est purement pratique et économique. Et le fait qu'il y puisse y avoir moins d'immigrés à l'avenir n'empêchera en rien la poursuite de la déculturation en cours (les zombies en caravanes que je vois actuellement s'installer en masse dans les campings et regarder fort-boyard le samedi soir sur leur télé n'ont aucunement besoin d'être entourés d'africains pour être dans leur misère morale, familiale et culturelle).
    Sur le protectionnisme européen idem, cela me semble cohérent avec ses positions. Notamment lorsqu'il dit "Défendre la souveraineté nationale, c’est défendre l’Europe". Les deux vont dans le même sens, à savoir mettre au l'homme non pas au service d'une patrie qu'il aime mais au service d'un appareil administratif incapable de comprendre et d'intégrer la vie spontanée.

    Sa vision de l'innovation est bien évidemment plus proche du développement d'ogm que de l'ingéniosité de la permaculture. A côté de ça il dit "En France, l’uniformité bride la créativité", ben tiens. Le fait qu'il prenne la peine de préciser "en France" laisse deviner sa vision de la "créativité" et ce vers quoi il voudrait nous faire tendre. A côté de ça pas un mot sur le récent accord transatlantique, alors qu'il parle de souveraineté et de protectionnisme.
    "changer le principe de précaution en principe de responsabilité" en citant l'exemple des gaz de schiste, c'est bien joli mais certains dégâts ne sont tout simplement pas réparables (pollution aux hydrocarbures d'un réseau aquifère, pollution génétique d'une population-souche de maïs, etc.) quelque-soit la responsabilité attribuée et quel que soit l'argent versé en "dédommagement" bien incapable de ramener les choses à leur état initial.

    RépondreSupprimer
  16. Fillon se disait à la tête d’un état en faillite en 2007, avec son gouvernement en sauvant les banques, en donnant du fric pour les marchands de bagnole et de parpaing, et en faisant des cadeaux à Liliane B. et consort il a creusé la dette de 600 milliards supplémentaires, direct dans la poche de ses potes Ploutos !!!
    Le système est en faillite, ce n’est pas une réforme par ci et une relance par là qui va relancer la machine!!!
    Nous allons assister dans le temps à venir à un rééquilibrage géostratégique, ceux qui s’en sortiront le mieux seront les pays possédant encore des moyens de production, des réserves de matière première, des terres arables permettant de nourrir sa population, un appareil militaire (surtout la bombe atomique), des sources d’énergie…
    La France a pour elle :
    La bombe
    Les terres arables (encore fertile ??)
    Des centrales nucléaires et la main mise sur les réserves d’uranium du Sahel
    Le reste c’est de la littérature pour aveugle et sourd…

    RépondreSupprimer
  17. Il est bien ce Fillon. Quel dommage qu'il n'ait jamais été premier ministre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour ta formule lapidaire !

      Ca synthétise tout en effet. Fillon est un guignolo, et vicelard en plus.

      Mais Tonio a perpétuellement ce genre d'emballement !

      Le "programme" de Fillon ne tient pas la route, n'est pas à la hauteur de l'enjeu. Sur le code du travail, pépère veut augmenter de 50 % les seuils... Et les supprimer ?
      Sur l'immigration, là aussi neuneu nous dit "on votera chaque année le nombre"... alors que la situation est catastrophique, et qu'il faut stopper TOUTE immigration (travail et famille).

      Et tout le reste est à l'avenant : un truc tiède, un truc de petit sénateur de province qui se prendrait pour un révolutionnaire couillu.

      Enfin , Fillon a la prestance d'un mollusque. Or en 2017, les "français" veaux voudront élire un "petit père des peuples" : Sarkozy.

      Fillon est donc le parfait non candidat...

      Bref, beaucoup de bruit pour rien.

      Supprimer
  18. On avu le bonhomme aux manettes.
    bilan ?
    bof et re bof.
    pour l'immigration ?
    on a un bilan sur 50 ans, on a la 3 eme (voire 4 eme ) génération et ça ne fait qu'empirer. Maintenant on a un clivage dur dans la population.
    et ça va empirer et empirer avec la situation économique.
    il faut arreter 100% de l'immigration, quelle quelle soit.
    l'immigration de travail ? pas besoin, on a 3,4,5 millions de chômeurs et on doit bien pouvoir trouver là dedans les gens qu'il faut.
    le regroupement familial ?
    voir le bilan sur 50 ans, il faut tout arrêter.
    et pour ceux qui sont sur le territoire il faut stopper net toute forme de naturalisation, de double nationalité. Même si le gus est là depuis des années.
    Pour les illégaux, pareil. on applique la loi rien que la loi c'est à dire retour à la case départ.
    Sinon on crée un aspirateur à migrants.
    Tout ça aurait pu commencer avec Sarko-Fillon.
    rien n'a été fait, du pipeau, de l'enfumage et le merdier s'amplifie.
    On peut encore jouer quelque chose aux prochaine élection mais c'est limite, le temps et la démographie (croissance exponentielle) joue contre nous. En 2022 il y a toutes les chances pour que le mouvement soit irreversible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca fait déjà longtemps que le mouvement est irreversible.
      Les vieux voteront pour le candidat qui leur apportera la sécurité financière et policière.
      Les moins vieux ne voteront pas ou alors pour celui qui a la meilleure image. Entre le boulot et les gosses à gérer, pas le temps de réfléchir sur les programmes et les enjeux.
      Les jeunes voteront peu ou mal.

      Même si beaucoup en rêvent, il n'y aura pas de vote ethnique, l'immigration ne sera pas le premier critère de vote en 2017. La résignation et le fatalisme sont l'une des armes fatales du système. A part une catastrophe climatique ou une méga déflation brutale, la transition embarquée depuis la mort de De Gaulle n'est pas prête à se voir stopper.

      Et je ne pense pas que la situation sociale se dégrade au point d'avoir des conflits ethniques en France. Impossible vu qu'à la base de tout conflit, il faut une base de prolétaires à envoyer au charbon. Et en terme de répartition ethnique du prolo, il n'y a pas photo, surtout au niveau des jeunes.

      Je ne pense pas non plus qu'on assiste à un phénomène de communautarisme comme en Angleterre et aux Etats Unis. Car en fin de phase d'acculturation, les futures générations finiront par adopter la culture imposée d'en haut.

      Supprimer
  19. D'où tu tires qu'il est Bilderberger ?
    Pas que ça m'étonne outre mesure, mais par curiosité.

    En outre, autant que je sache, ce groupe s'occupe avant tout de pognon financier du fric. Les histoires de zumanisme zuniversel c'est a priori la spécialité franc-mac. Ces deux groupes se recoupent en fait, mais ne se font pas concurrence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as la liste en bas...
      http://www.dailymail.co.uk/news/article-2336847/Bilderberg-2013-Who-billionaires-politicians-arriving-secretive-conference-Watford-hotel.html

      Supprimer
    2. @Ztong

      Bilderberg s'occupe de tout, et surtout de pouvoir.

      Supprimer
    3. Ca alors... il vient passer son entretien d'embauche, alors ?
      En tout cas, je note la cruelle absence de DSK ;)

      Supprimer
  20. Vous accordez encore du crédit à ces pourris ?

    Allô ? Non mais allô quoi !

    RépondreSupprimer
  21. vous vous ferez tous entuber aux prochaines élections!pourquoi?parce que je sens chez vous une volonté d'écoute et de la séduction pour une partie du programme de fillon.vous etes les memes qui déblatérez contre l'umps a longueur de journée et vous les écoutez encore!ils repasseront donc en 2017

    RépondreSupprimer
  22. bravo anonyme pour cette formule "Il est bien ce Fillon. Quel dommage qu'il n'ait jamais été premier ministre."

    moi je retiens que Tonio, comme souvent, pêche par optimisme.

    et je retiens surtout ceci sortie tout droit de 1984 : "Défendre la souveraineté nationale, c’est défendre l’Europe. Etre patriote, c’est voir dans l’Union européenne la seule réponse possible à l’émergence des nouvelles puissances et à l’instabilité du monde."

    puisqu'on vous le dit, "la guerre c'est la paix !" c'est pourtant simple !!!!

    yongtai

    RépondreSupprimer
  23. il n'a pas été au pouvoir cet espèce de tocard!!!!!
    il y a fais quoi quand il tenait les rênes???????
    UMP disqualifié pour ne pas se remettre en cause.

    Ps pas besoin de dessin.

    RépondreSupprimer
  24. Pathétique.

    Le mec était cinq ans premier sinistre, on a donc eu tout le loisir de voir son "action" au jour le jour. J'ai pas trouvé ça transcendant.

    Ensuite il se pointe 4 ans avant l'échéance quand même, avec des reprises de tubes les plus connus du répertoire Sarkozy.

    Il espère quoi? Faire un tabac? Mal parti. Si il veux vaguement faire un peu de vents, il peux essayer de proposer l'abolition du Mariage machin.
    Il fera un peu parler de lui puis on l’oubliera.

    Là, à part se faire chambrer sur d'obscures blogs...

    Si c'est ça le candidat choisis par le "système", c'est qu'ils ont perdu la main.

    Je ne miserais même pas un Rouble Sterling sur ce canasson là. D'un autre coté je n'aurais pas mis un pétro copec sur l'actuel ventripotent locataire de l'élysée...

    RépondreSupprimer
  25. Bon Tonio, faut arrêter de fantasmer sur Fillon le "recours"... C'est un charlot qui a le charisme d'une huître, personne ne croit un instant qu'il va décrocher la timbale.

    RépondreSupprimer
  26. Bon alors, sauf évènements extraordinaires, quelles réelles forces en présence avons-nous pour les présidentielles 2017 ?

    - le PS
    - l'UMP
    - le FN
    - les autres = peanuts

    Le PS sera grillé. L'UMP dans ce système unique à deux têtes devrait reprendre la main et faire comme d'habitude, c'est à dire rien de bon.

    Reste le FN de MLP si on veut essayer autre chose, sans garantie que cela donne quelque chose de bien vu le contexte qui sera devenu encore un peu plus catastrophique.

    Voilà. :o)

    RépondreSupprimer
  27. Le FN, vite !!! Mais je rêve, le Système ne l'acceptera jamais. Il organisera plutôt le chaos, une guerre civile ou toute autre catastrophe... de nature à lui permettre de reprendre la main.

    RépondreSupprimer
  28. Entre un PS totalement détesté car totalement incompétent et dictatorial et un UMP en faillite et avec un leader mouillé jusqu'aux oreilles dans les affaires, on se demande comment le système va s'en sortir cette fois. Ils vont peut-être laisser gagner Marinette et allumer les poudrières pour couler définitivement le pays.

    RépondreSupprimer
  29. Fillon est un couil*on ! Mouillé dans toutes les affaires de l'UMP et premier sinistre du petit nerveux au nez crochu. Rien à attendre d'un pourri avec des valises sous les yeux !!!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.