samedi 27 juillet 2013

Les services de renseignement français débordés par l'islamisation radicale

Drones, Syrie, Internet, coopération : l'appel des services de renseignement Français
défense et stratégie, Jérôme Saiz, 27/07/2013 (en Français texte en anglais )
→ lien
"Notre focus aujourd'hui est devenu la lutte contre le terrorisme islamiste. Nous constatons une augmentation de la radicalisation parmi les militaires français, notamment après l'affaire Merah", reconnaît le colonel Pascal Rolez, adjoint au sous-directeur Contre-Ingérance à la DPSD.

Changements vestimentaire, de dialectique, arrêts maladie trop fréquents, voyages, vol de matériel : autant de marqueurs que la DPSD observe avec attention afin d'identifier au plus tôt les tentations radicales au sein des forces françaises. Et la crainte n'est pas fantasmée : "Nous intervenons régulièrement en assistance de la DCRI lors d'opérations contre des cellules terroristes car trop souvent hélas dans ces cellules, ou autour d'elles, l'on trouve des militaires français", avoue le colonel Rolez.

Autre sujet de préoccupation majeur de nos services de renseignement, la situation en Syrie. Et en particulier les départs au front de "combattants de la liberté" de nationalité française. Patrick Calvar (DCRI) ne mâche pas ses mots : "C'est une catastrophe. L'ampleur de ces départs est sans précédents : les volumes sont tels qu'on ne peut plus les traiter individuellement à leur retour. En outre beaucoup de ces départs ne nous sont pas connus, et pourtant la dangerosité de ces individus est avérée à leur retour. Beaucoup doivent notamment faire face à des syndromes post-traumatique (bien entendu sans pouvoir bénéficier d'assistance
spécialisée, ndlr). Qui plus est nous n'avons aucun soutien juridique pour
agir car la qualification d'association de malfaiteurs ne peut être retenue : les groupes qu'ils rejoignent ne sont pas qualifiés de terroristes par la communauté internationale", explique le Directeur Central du Renseignement Intérieur. Et en effet, seul un groupe de rebelles syriens est officiellement désigné comme terroriste, mais il est généralement impossible de déterminer à son retour qu'un combattant à rejoint celui-ci plutôt qu'un autre... Pour juger de l'ampleur du problème : il y aurait eu en un an plus de départs pour la Syrie que toutes zones de conflits confondus jusqu'à présent.

10 commentaires:

  1. On leur a pas expliqué a la DRCI que tout ça n'est qu'un fantasme d'insécurité qui n'est qu'une manifestation de racisme refoulé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. D'autant plus que les personnes concernées ne font que lutter contre la dictature du terrible bashar el-assad le chimique.

      Comment se fait-il que personne ne pense déjà à préparer une fête pour le retour de ces preux chevaliers ? Il ne faudra pas s'étonner s'ils le prennent mal et font du tohu-bohu... :o)

      Supprimer
  2. Merci
    Le document est à lire dans son ensemble.
    Nos zelites savent très bien ce qu'ils se passent.
    Mais ils continuent et font comme si de rien n'était.
    Forfaiture, c'est le bon mot?

    RépondreSupprimer
  3. C ' est sur que la "reconciliation nationale" va etre difficile sur ce coup la.
    ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Très inquiétant, moi qui pensait naïvement que l'on pourrait compter sur les militaires, voilà qu'il y a des brebis galeuses parmi eux.

    Et j'ajouterai ceci, pdt que les services de renseignement en sous-effectif devraient se focaliser sur cet objectif, on leur demande en plus de se renseigner sur des zazous tels que Vikers, les veilleurs, la manif pour tous, les organisations anti-système (qu'ils appèllent extrêmistes/neo-nazis qd moi perso je n'en ai plus jms vu depuis les années 80) et j'en passe et des meilleurs.

    (La)Valls va récolter ce qu'il a voulu semé : le chaos, le terrorisme, et la guerre civile. Regardez bien l'Egypte, la Syrie, le Liban, ça arrive bientôt prêt de chez vous ...

    RépondreSupprimer
  5. Vous savez comment a commencé la Décennie Noire en Algérie ?

    Avec le retour des volontaires qui avaient fait le Djihad en Afghanistan. Ils les appelaient les "afghans".

    La France aura donc bientôt ses "syriens"...

    RépondreSupprimer
  6. La France regrettera un jour sa connivence avec les gouvernants de l'Afrique, notamment l'Afrique du nord où les Berbères (le peuple Amazigh) se battent depuis la nuit des temps contre le système arabo-islamiste d'une manière pacifique afin de retrouver leur liberté d'avant l'arrivée des Arabes. Les Berbères sont des démocrates et surtout des LAÏCS. Leur inspiration actuelle est la mise en place d'un processus d’auto-détermination (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Nord Mali...) afin de permettre à ces peuples d'avoir accès à des États autonomes qui apporteraient une stabilité régionale et même internationale.

    RépondreSupprimer
  7. Soyez rassurés, nous ne craignons rien puisque bobos, sodomites, socialopes, gauchiasses et pastèques sont prêts à se battre contre les "fascistes" ;o)

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.