mercredi 31 juillet 2013

Marseille : le classement de toute la ville en "zone de sécurité prioritaire" demandé

Marseille : le classement de toute la ville en "zone de sécurité prioritaire" demandé
Le Point, 31/07/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le président (PS) de la communauté urbaine de Marseille, Eugène Caselli, a écrit au ministre de l'Intérieur Manuel Valls pour lui demander le classement de la totalité de la ville en zone de sécurité prioritaire (ZSP), a-t-il annoncé mardi dans un communiqué. "Face à la nouvelle flambée de violence qui a touché Marseille dans la soirée de lundi à mardi, j'ai écrit au ministre de l'Intérieur Manuel Valls pour lui demander des renforts de police supplémentaires et le classement de la totalité de Marseille en zone de sécurité prioritaire", explique l'élu socialiste, également candidat à la primaire socialiste pour les municipales de Marseille en 2014. "Je suis inquiet et en colère. La situation a pris une telle ampleur que la réponse ne peut être qu'à la hauteur de ces dérives", estime le président de Marseille Provence Métropole (MPM).



Et histoire de mettre tout ça en perspective, j'en profite pour vous mettre les interventions de Soral dans une conférence avec Marion Sigaut, sur la monarchie :
La France et la monarchie, des remparts au libéralisme ?
Egalité & réconciliation, 01/06/2013 (en Français texte en français )
→ lien




Ce qu'il explique sur l'état de délitement de la France et de trahison totale de son peuple par l'élite autorisée, semble chaque jour qui passe un peu plus juste.

Et alors que la propagande nous présente de plus en plus Valls Quand-Même comme le sauveur de la "République", que le système continue comme jamais et quoi qu'il arrive d'importer des centaines de milliers de déracinés par an, qu'il pousse toujours plus à la dissolution de la France dans le grand blougui boulga mondial, qu'on voit venir l'État policier afin de maintenir en place le pouvoir de la dictature mondialiste maçonnique et son contrôle sur un peuple rendu volontairement sans cohérence et aculturé (parce que la démocratie est totalement secondaire, et que ce qui compte réellement, c'est d'avancer dans l'agenda babelien de destruction des nations et des peuples enracinés), je vous pousse une citation de la fin de la première vidéo postée (en rappelant bien que cette situation, de fait aujourd'hui, ne sort pas du cul des vaches et a été intégralement fabriquée par l'idéologie totalitaire mondialiste et babelienne en place) :
Je parlais récemment encore hier, avec quelqu'un de haut placé dans l'administration française. Et qui ne connaissait même pas la différence entre chiites et sunnites, et qui ne comprenait rien à la situation libanaise et qui disait "quand même, Aoun a trahi, il s'est rangé du côté des islamistes". Et là les bras m'en tombent. Le gars est haut fonctionnaire et il ne sait pas que le Hezbolah ce sont des chiites qui se battent à mort contre les islamistes de tendance wahabo-qatari, et que ce qui permet aujourd'hui au Liban de tenir malgré toutes les manipulations, les agressions extérieures, essentiellement dues à la puissance sioniste, c'est justement ce pacte de réconciliation nationale entre le Hezbolah chiite et les chrétiens du général Aoun. Et cette histoire libanaise est très importante à étudier parce que c'est notre avenir. C'est le piège dans lequel nous tomberons ou pas demain.

8 commentaires:

  1. Je vous cite : "contrôle sur un peuple rendu volontairement sans cohérence et aculturé".
    Mais dites moi, le "peuple", ce n'est pas lui qui a le pouvoir ? Le pouvoir de ne pas allumer le poste de télévision, le pouvoir de ne pas acheter les journaux de propagande, le pouvoir de choisir sa consommation - personne ne le force à aller chez MacDo, le pouvoir d'acheter une voiture en fonction de critères autres que montrer à son voisin qu'on a la plus grosse ?
    Conclusion : êtes vous bien sûr que l'oligarchie ne fait pas autre chose que donner au "peuple", ce qu'il demande profondément, car telle est sa nature.
    En attendant qu'il disparaisse, car dorénavant nul besoin d'armée ou d'armée industrielle de réserve, ainsi la vie continuera comme elle s'est toujours développée : dans l'élitisme représentée aujourd'hui par une fraction des oligarchies - car une fraction pense et une fraction sert à amuser le "peuple", cette dernière disparaîtra aussi! Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'oligarchie favorise les défauts de la nature humaine. Le peuple est quand même grandement manipulé endoctriné formaté, mais vous avez raison sa bêtise franchit beaucoup de limites.

      Supprimer
  2. http://la-philosophie.com/kant-paix-perpetuelle-projet

    "Kant et la fédération d’Etats :

    Voici les principaux articles donnés par Kant pour la construction progressive de la paix perpétuelle :

    - la constitution civique de chaque Etat doit être républicaine

    - le droit des gens doit être fondé sur un fédéralisme d’Etats libres

    - le droit cosmopolitique doit se restreindre aux conditions de l’hospitalité universelle

    Kant refuse d’emblée l’idée d’un Etat mondial car il gommerait les différences inhérentes aux cultures et nierait le concept de souveraineté. L’idée d’un seul peuple est absurde. Seule une association, une fédération est envisageable.

    Pour rendre possible l’association des Etats, Kant suggère de réformer les Etats de l’intérieur, en leur faisant adopter une constitution républicaine. Kant affirme que seule la république est un régime de droit, car il suppose la séparation du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif. Si le peuple est associé au pouvoir, il ne peux vouloir la guerre car il devrait en subir les conséquences. En régime despotique, dans lequel exécutif et législatif sont incarnés en la personne du Prince, la guerre ne dépend que de la bonne volonté du gouvernant, qui peut mépriser les intérêts de son peuple. Par conséquent, la paix ne peut se construire que sur la républicanisation des Etats."

    RépondreSupprimer
  3. A mettre en perspective avec ce genre d'analyses beaucoup plus proches du concret et moins de l'ordre des idées : http://www.slate.fr/story/75840/trappes-recousue-dechirures

    Le parallèle avec le Liban est difficilement possible puisque dans leur cas, une base culturelle commune forte existe entre les communautés. On n'y retrouve pas le déracinement à marche forcée subie en Europe.

    Pour moi, les élites ont promu l'islamisme radical uniquement dans le but de reprendre le contrôle sur les pays arabes, turcs et perses. Moins sur un désir de déclencher des guerres civiles en Europe. Comme ils sont plus ou moins parvenu à leurs fins au Moyen-Orient et au Maghreb et surtout que l'imposture wahabo-salafiste est clairement repérée par les peuples de cette zone, ils risquent de changer leurs plans. A savoir, exit l'islamisme radical et retour à des régimes amis une fois les conflits civils ayant amené à bout les populations.

    En Europe également ils vont rechercher l'uniformisation par réaménagement du territoire (cf Trappes) et reprise de contrôle des lieux de culte par coupures de vivres des salafistes.

    RépondreSupprimer
  4. Marseille : beaucoup de pauvreté et des communautés qui ne se supportent pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pauvres ? avec tout l'argent de la drogue ?

      Supprimer
  5. Ne pas oublier que Marseille est un port Méditerranéen plurimillénaire, ce qui en fait une vie cosmopolite par construction. Ce cosmopolitisme constitue l'identité même de cette ville. Les Marseillais enracinés qui existent encore se sentent Marseillais avant de se sentir Français, Tunisiens, Arméniens ou Italiens. La question à se poser c'est pourquoi cela ne fonctionne plus depuis 30-40 ans alors que ça fonctionnait pendant les 25 siècles précédents.
    Le concept occidental d'"universel" et d'"humanisme" (à la sauce seconde renaissance), qui à notre époque perce et s'applique de plus en plus loin, refuse d'assumer le conflit comme socle commun dynamique pour faire société. On est dans la double illusion de "tolérance zéro" et de "paix universelle" (ou, dans la même veine, de guerre pour apporter la démocratie). Mais refuser le conflit, né de la multiplicité et dont la reconnaissance fait société, c'est se condamner à la violence.
    https://www.youtube.com/watch?v=Cp5d45Fr3_c (speech de Miguel Benasayag sur le sujet)
    Héraclite au 6ème siècle avant JC (époque où s'est d'ailleurs fondée Marseille) disait déjà que le conflit est «père de toutes choses». Ne pas l'assumer c'est se condamner au chaos.

    RépondreSupprimer
  6. Un nouveau Kossovo en somme ?
    OTAN en emporte le vent !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.